Immagini della pagina
PDF
[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

1794, jour où il soutint, avec l'Auda

cieux de 74, un combat contre le vaisseau français la Bretagne, de 112 canons, Le lendemain, il eut un nouvel engagement avec une frégate et deux corvettes ennemies ; il se trouva encore à la bataille que livra l'amiral Howe le 1er juin. Blessé en sept. 18o1 , devant Bouogne , il m peu de jours après. PARKER (Samuel D. D.), évêque de Péglise épiscopale des états de Massachussets, né à Portsmouth dans le New. Hampshire, en 1745, et m. à Boston en 18o4, a publié en 1797 un choix de Sermons, et quelques Discours. PARKHURST ( Jean), ministre de l'église anglicane, né en 1728 à Catesbyouse , comté de Northampton , m. en 1797 à Epsan en Surrey, donna, en 1762, son Dictionnaire hébreu, sans points, récédé d'une Grammaire hébraïque et chaldaïque, Londres, 18o2, gros in-8° ; mn Lexique grec et anglais du nouveau Testament, avec une Grammaire grecq., 1764, # ; la Divinité et la préexistence de J. C. PARKINSON (Jean), botaniste anglais, né en 1567, et m. à Londres vers 1645, obtint le titre de Botanicus regis primarius. On a de lui : Paradisi in sole paradisus terrestris, ou Jardin de toutes sortes de fleurs d'agrément, et jardin potager des plantes alimentaires , en angl., Londres, 1629, in-fol., et The . trum botanicum , ou Herbier contenant l histoire plus ample , plus détaillée des herbes et plantes # décrites

dans les autres auteurs , en anglais, Londres, 174o, in-fol. PARKMAN (Ebenezer), 1er ministre de l'eglise de Westborough, au pays de Massachussetts, m. en 1782. On a de iui une courte tAistoire de Westborougi,. il a anssi écrit sur les réformateurs en 1752, et publia en 1761 le Liscours qu'ii composa pour l'assemblée des états. PARMENIDES DELÉE, philosophe grec qui vivait vers l'an 436 avant J. C., fut disciple de Xénophane , dont il adopta toutes les idées. Parménides n'admettait que deux élémens, le feu et la terre, et soutenait que la première génération des hommes est venue du soleil. Il disait aussi qu'il y a deux sortes de philosophie ; l'une fondée sur la raison , et l'autre sur l'opinion. Il avait mis son système en vers. Il ne nous reste que des fragmens de cet ouvrage.

PARMENTIER (Jehan), marchand de la ville de Dieppe, né en 1494, se fit un nom par son goût pour les sciences et ar ses voyages, m. en 153o, dans l'île de § On a de lui : Moralité trèsexcellente à l'honneur de la glorieuse assumption de /Vostre-Dame, jouée à Dieppe le jour du puy de ladite assumption , l'an de grace 1527, etc., à dix personaiges, Paris, 1531, in-4°; Description nouvelle des merveilles de ce monde et de la dignité de l'homme, Paris, 1536, in-4°. PARMENTIER (Jacques), peintre français d'histoire et de portaits , né en 1658, m. en 173o, s'établit au comté d'York, où l'on trouve beaucoup de ses Oll4'J'a#8S. PARMENTIER (Antoine-Augustin), membre de l'institut et de la légion d'honneur , premier pharmacien des armées, né à Mont-Didier en 1737, m. vers la fin de décembre 1813, a puissamment eontribué aux progrès de l'agriculture et de l'économie publique, par un grand nombre d'ouvr. sur la Meûnerie et la Boulangerie, sur la Châtaigne, sur la culture des Pommes de terre, de la Patate et du Topinambour, etc. Il a travaillé aux 1o, 1 1 et 12° vol. du Dictionnaire d'Agriculture de Rozier, et fait tous les articles d'économie du Dictionnaire d'Histoire naturelle , Paris , 18oo.' PARNASSUS (mythol.), fils de Neptune et de Cléodore, habitait les environs du mont Parnasse , auquel il donna son nOIIl , PARNELL (Thomas), poète anglais, né à Dublin en 1679, fut nommé vicaire

de Finglass. ll est aut. de quelques pièces

[ocr errors]
[ocr errors]

de poésie, dont la plus remarquable est Hésiode ou la Vaissance de la femme, et l'Ermite. Hennequin eu a donné une version franc. à Riom et Clermont, 18o1, in-i2 ; Vie de Zoïle, et cinqvisions dans le Spectateur ou dans le Gardien. Feutri et Berquin ont imité dans deux romances son conte de l'Ermite. Ses ouvrages poétiques ent été impr. à Paris, 2 vol. in-12. Il m. à Chester en 1717. PAROY (Jacques de), l'un des meilleurs peintres sur verre, naquit à SaintPourçain-sur-l'Allier vers † du 16° s., dessina pour une chapelle de l'église de St.-Méry à Paris le jugement de Suzanne, ainsi que les vitraux du chœur. Il m. à Moulins, à 1o2 ans. PARQUES (mythol.), filles de l'Enfer et de la Nuit, étaient trois : Clothon, Lachésis et Atropos. La vie des hommes, dont ces trois sœurs silaient la trame, était entre leurs mains : Clothon garnissait et tenait la quenouille, Lachésis tournait le fuseau, et Atropos coupait le fil avec des ciseaux. PARR ( Catherine ), 6° femme de Henri VIII, roi d'Angleterre, vers l'an 1542, était veuve du baron Latimer, et sœur du comte de Northampton ; elle faillit devenir la victime de ce monarque † , la soupçonnant d'hérésie, voulait la aire périr : elle sut adroitement faire revenir ce prince de ses soupçons.Après la mort de Henri , arrivée en 1546, elle éponsa Thomas de Seymour , amiral Angleterre, et mourut en 1547. PARRENNIN (Dominique), jésuite, né dans le Lyonnais, † à la Chine en # fut accueilli par s'emp. CamHi. Is traduisit pour ce prince, en langue tartare, ce qu'il y avait de plus nouveau en géométrie, astronomie et anatomie, etc. C'est à lui qu'on est redevable des cartes de l'empire de la Chine, où il m. en 1741. PARRHASIUS ou PARRAs IUs ( mythol.), fils de Mars et de Philonomie, nymphe de Diane.

[ocr errors]
[ocr errors]

PARRHASIUS(Janus), grammairicn italien, , né à Cosenza dans le royaume

de Naples en 147o. On lui attribue : De quœsitis per epistolam ; des Fragmens d'antiquités ; un Commentaire sur l'Art poétique d'Horace ; un autre sur Claudien et sur Ovide; mais il est certain • qu'on lui doit la découverte de Charisius osipater , qu'il fit imprimer à Naples en 1532. • PARROCEL ( Joseph ) , peintre et 'grav., né à Brignoles en 1648, m. à Paris en 17o4, a peint avec succès le portrait, des sujets d'histoire et de caprice : mais il a excellé à représenter des batailles. Il a gravé une suite de la Vie de J. C. , et quelques autres morceaux. — Parrocel (Charles), son fils et son élève, né en 1689, m. en 1752, fut choisi pour peindles Conquétes de Louis XV. PARROCEL (Pierre) , d'Avignon, g† d'hist. , m. en 1739 , à 74 ans. Son ouvr, le plus considérable se voyait à Saint-Germain-en-Laye, dans une galerie de l'hôtel de Noailles , l'Histoire de Tobie, en 16 tableaux. Son chef-d'œuvre était à Marseille dans l'église des religieuses de Ste.-Marie; l'Enfant Jésus assis sur un trône est représenté couronnant la Vierge, humblement inclinée devant lui. PARRY (Richard), curé de Wichampton , dans le comté de Dorset, m. en 178o. Ses ouvrages, en angl., sont : Le Sabbat des chretiens aussi ancien que le monde, 1753, in-4° ; Dissertation sur la prophétie de Daniel, des 7o semaines, 1762, in-8°; l'Harmonie des quatre évangélistes, sur la résurrection de IV. - S., 1765, in-4°, etc. PARS (Adrien), né à la Haye, ministre à Catric (Ratwich), sur le Rhin , a publié , dans sa langue maternelle : Catti aborigines Batavorum , Leyde, 1797 , in-8°, et 1715 ; Index Batavicus, ou Liste nominative de tous les auteurs à consulter pour toutes les différentes parties de l'histoire de Hollande, depuis Jules César jusqu'à nos jours ,. Leyde, 17o1, in-4°. PARSONS ou PERsoNs (Robert), | jés. angl., né en 1546 à Netherstowey, | dans le comté de Somerset, obtint, étant à Rome , en 1579, de sa Sainteté, la pcrmission d'ériger en collége ou en séminaire, pour les Anglais , sous le nom de Collegium de Urbe, l'hôpital fondé pour la même nation sous le règne de la reineMarie. Cet établissement avait nour objet des nissions en Angleterre l'arsons, revêtu du titre de supérieur de la mission, parut dans les campagnes, tantôt déguisé l en soldat, tantôt en laique, en ministre» en huissier; et ses succès répondirent à son zèle. Le pays de Galles offrit une abondante moisson , et tout était disposé pour une insurrection générale. La vigilance de lord Burleigh rompit toutes ces mesures. Parsons traversa la mer et vint à Rouen , d'où il retourna à Rome, où il obtint , en 1587, la place de directeur du séminaire anglais. Il provoqua sans cesse l'établissement de seminaires toujours prêts à fournir de nouveaux sujets pour recruter les missions d'Angl. § voulait parvenir à détrôner la reine Elizabeth , et s'en était ouvert au duc de Guise. Il chercha aussi à exciter en Angleterre un soulèvement , à la tête duquel il voulait placer le comte de Derby. Après avoir vainement tenté d'obtenir la pourpre romaine, et m. en 161o. Il laissa de nombreux écrits, parmi lesquels on distingue : Christian directory guiding their salvation, dont la dernière édition est de 1782,

PARSONS (Jacques), méd. , né à Barnstaple , dans le comté de Devon , en 17o5, s'établit à Londres en 1736, où il se donna plus particulièrement à la pratique des accouchemens. Il m. en 177o , laissant plusieurs ouvrages m.ss. PARSONS (Jonathan), ministre à Newbury-Port, pays de Massachussetts, m. en 1776. Ses ouvr. sont : Les bonnes /Vouvelles d'un pays éloigné , 1756 , La Manne recueillie le matin , 1761 ; Liberté civile et tyrannie ecclésiastique, 1774 ; 6o Sermons sur différens sujets , 178o, 2 vol. in-8°. PARSONS (Moïse), ministre de Byfield, pays de Massachussetts, né en 1716, m. en 1783, excellait dans la prédication. Il a publ. un Choix de sermons. PARTÉNIO ( Barthélemi ), de Brescia, vivait vers l'an 1484. Il a traduit du grec l'Hist. de Thucydide et les amours de Leucippe et de Cléophonte. PARTENIUS (Bernard), né à Spilimberg dans le Frioul, devint prof. de b.-lett. à Ancône, emploi qu'il remplit jusqu'en 1555, époque où il alla à v# cence , et de là à Venise, où il professa l'éloquence jusqu'à sa mort, arrivée en 1589. On a d lui un Discours en faveur de sa langue latine; un Traité de l'imitation poétique, en italien, Venise, 156o, et qu'il traduisit lui - même en latin en 1565 ; trois livres de Poésies latines , Venise, 1579; Commentaires sur les Odes d'Horace. PARTHENAY ( Emmanuel de ), uumônier de la duchesse de Berry, m. en 1761, à 93 ans. On a de lui une Tra

duction latine, 1718.in-12, du Discours sur l'Histoire universelle de Bossuet, sous ce titre : Commentarii universam complectentes historiam , ab orbe condito ad Carolum Magnum , etc. PARTHENAY ( l'abbé Jean-Baptiste des Roches de ), né à la Rochelle, et m. au milieu du 18e s. , a publié : Histoire de Danemarck, 1733,6 vol. in-12 ;Pensées morales, par Holberg , traduites du danois, Copenhague, 1754, 2 v. in-12 ; Voyage d'Egypte et de Wubie, trad. de Norden , ibid. , 1755 , 2 vol. in-fol. ; Histoire du Groenland, trad. du Danois Eggède, ibid. , 1753, in-8° ; Histoire de la Pologne sous Auguste II , 1794, 2 vol. in-8°. PARTHENIUS, de Nicée, qui flor. sous l'empire d'Auguste, est auteur d'un traité De amatoriis affectionibus, grec et latin, Basileae , 1531 , in-8°. PARTHENOPE (mythol), l'une des Syrènes qui tentèrent en vain de charmer Ulysse par leur chant ; elle se tua de désespoir. PARUTA (Paul), noble vénitien, né en 154o , m. en 1598 , fut d'abord historiographe de la république , gouvern. de Brescia , et enfin procurateur de St.Marc. On a de lui de bonnes IVotes sur Tacite ; des Discours politiques, Venise, 1599, in-4° ; Traité de la perfection de la Vie politique , ibid. , 1582, in-4° ; Histoire de Venise, depuis 1513 jusqu'en 1551, in-4° , 16o5 et 17o3, avec une Relation de la guerre de Chypre. PARUTA (Philippe), donna la première édition de sa Collection des dailles de Sicile à Palerme, 1612, in-f. , Rome, 1649, Lyon, 1697. Havercamp en publia une édit. lat. en 3 v. in-f. PARUTA - TOMMASINI (Monsig. Tommaso), de l'ordre des p† m é à Venise vers 138o, où il m. en 1446. Ses princ. ouvr. sont : Historia concilii Constantiensis ; Sermones ; Carmen de divinissimo Corporis Christi Sacramento , etc. , etc,

[blocks in formation]
[graphic]
[merged small][merged small][ocr errors]

PAS (Isaac de), fils aîné du précéd., lieut. - gén. du roi , et gouvern. de Verdun, m. ambassadeur extraordinaire en Espagne l'an 1688. Il avait été vice-roi de l'Amérique, et ambassad. en Suède , où il demeura dix ans , et où il donna des preuves d'une sage politique comme ambassadeur, et de son courage comme capitaine.

PAS (Antoine de), marquis de Feuquières, fils aîné du précéd. , commenca à se signaler en Allemagne en 1688. Cette campagne lui valut le grade de maréchal de camp. D'allemagne il passa en Italie, et se signala à la bataille Stafarde, à la prise de Suse et de quelques autres villes du Piémont , et dans les vallées de Luserne contre les Barbets. Nommé lieut. gén. en 1693, il servit en cette qualité jusqu'à la paix, et m. en 171 1 , à 63 ans. On a de lui des Mémoires in-4°, et 4 vol. in-12. C'est la liste des généraux français sous Louis XIV.

I. PASCAL (Blaise), né à Clermont en Anvergne en 1623, d'un président à la cour des aides, vint de bonne heure à Paris , où, à l'étude des langues, il joignit celle des mathématiques, et publia, à l'âge de 16 ans , un Traité des sections coniques. A 19 ans , il inventa la roulette, machine d'arithmétique, par laquelle on fait toutes sortes de supputations sans plumes et sans jetons. Toricelli avait fait des expériences sur le vide ; Pascal les exécuta à l'âge de 23 ans, et découvrit la solution de plusieurs problêmes ; il inventa encore la brouette et le haquet , deux machines d'un usage journalier. S'étant retiré à Port-Royaldes-Champs, il se consacra dans cette retraite à l'étude de l'Ecriture - Sainte , et fit paraître bientôt contre les jésuites, en 1656, ses Lettres provinciales , qui sont un mélange de plaisanterie fine, d'éloquence forte , du sel de Molière et de la dialectique de Bossuet. Il m. à Paris en 1662. Outre les ouvrages dont nous avons parlé, on a de Pascal des Pensées

sur la Religion , Paris, 1715, in 12;

Londres, 1776, in-8°, avec des notes - Y • • de Voltaire et de Condorcet ; un Traité de l'équilibre des liqueurs, iu-12; quelques autres Ecrits pour les curés de Paris, contre l'Apologie des casuistes du P. Pirot. Les OEuvres de Blaise Pascal forment 5 vol. in-8°, Paris, 1779.

PASCAL (Philippe ) , de Consenza , juriscons. du 17° s., a écrit un ouvrage intitulé : De viribus patriae potestatis, Naples, 1618 , in fol. ; Cologne, 1619, in-4° ; Naples, 1627. PASCAL (Valentin), d'Udine, qui vivait sous le pontificat de Paul V , a écrit : De rebus Moschicis ; de Italiae fluminibus , etc. PASCAL (Jean-Benoît) , né à Paris en 1725, et m. au commenc. de ce siècle, a publié : les Textes latins des passages de la Bible et de l'Imitation, cités dans l'Année spirituelle, 1767 , in-12 ; Officia divina pro variis anni temporibus, 1773 , in-12 ; Qfficia S. Pietatis exercitia ex variis scripturœ locis desumpta, 1776, in-12. PASCHAL Ier (St.) , Paschasius , né à Rome , succéda dans la chaire de St. Pierre à Etienne IV, en 817. Sous ce pontife faible, Rome fut déchirée par les factions. PASCHAL II, Toscan , religieux de Cluny , succéda au Pape Urbain II le 12 août 1o99. Il excommunia l'antipape Guibert, tint plusieurs conciles , et s'attira de grandes affaires au sujet des investitures de la part de Henri Io , roi d'Angleterre, et de l'emp. Henri IV. Il s'éleva une autre révolte contre le pontife , qui fit des efforts inutiles pour réduire les rebelles. Il voulut abdiquer le pontificat, et n'y put réussir, et m. en 1 I 18. On a de lui un grand nombre de Lettres. — Il ne faut pas le confondre avec deux antipapes du nom de Paschal ; l'un du tems de Sergius Ior, l'autre qui s'opposa au pape Alexandre III. PASCHAL (St. Pierre), religieux de la Mercy, fut † de l'infant Don Sanche , puis év. de Jaén en 1295. Il fut pris par les Maures de Grenade en 1297, qui le firent mourir. Sa Vie a été impr. in-12, Paris, 1674.

PASCHAL (Charles) , vicomte de Quente, avocat-gén. au parl. de Rouen, né en 1547 à Coni en Piémont, fut chargé des négociations les plus importantes. Il m. à sa terre de Quente, près Abbeville, en 1625. On a de lui : un traité intitulé Legatus, Elzévir , 1643 , in-12; Legatio Rhaetica; la Vie de Gui du Faur de Pibrac, 1584, in-12 , en latin, trad. en franc. , 1617, in-12 ; un ouvrage De Coronis, Leyde, 1671 ou 1681, in-8°; Censura animi ingrati, in-8°. PASCHAL (Francoise), née à Lyon vers 153o, a beaucoup écrit ; on distingue parmi ses ouvrages, plus. tragédies et comédies, et des noëls français et bourguignons, Dijon, 1723 , in-12. PASCHAL DE SEssA (Jean ), né en Campanie, qui flor. au 16° s., a publ. : De morbo composito, qui vulgô apud nos Gallicus appellatur, liber, § 1534, in-4°. PASCHAL (Michel-Jean), né à Valence en Espagne, médecin au 16° s., a donné un traité De morbo gallico ; une traduction , en catalan, de l'ouvrage de Jean de Vigo , Practica in chirurgid , Valence, 1537 : Praxis medica, sive methodus medendi, Valentiae, 1555, in 8°. PASCHASE-RATBERT, bénéd., né à Soissons, comp., vers 831, un Traité du Corps et du sang du Seigneur, qui lui suscita des tracasseries. Il m. en 865.Ses onvr. sont : des Commentaires sur St. Matthieu, sur les Lamentations de Jérémie ; une Epître à Frodegard , sur le même sujet ; la Vie de St. Adélard, et d'autres ouvrages. PASCHETTI (Barthélemi), de Vérone, méd. qui flor. dans le 16° s., a publié: De destillatione, Catharrovulgò dicta, libri tres, etc. , Venetiis, 1615 , in-4° ; Dialogo delle Bellezze di Genova , etc. Il a traduit du latin de Bonfadio, en italien, 5 livres des Annales de Gênes, depuis 1528 jusqu'en 155o.

[ocr errors]

donne di corte innamorati, ovvero il cortigiano disperato, Venise , 1592 , et Bologne, 16o2 ; Judicium Paridis per singula capita mystice variis conclusionibus firmatum, publicoque certamini expositum , Placentiae, 16o3. PASCOLI (Alexand.), méd., né à Pérouse, m. vers le milieu du dern. siècle, a publié : Il corpo umano, o breve storia, dove con nuovo metodo si descrivono tutti gli organi suoi, Perouse, 17oo , in-4°; Venise, 1712 , in-4°, et 1727, 3 vol. in -8° ; Delli febri teorica e practica secondo il nuovo sistema, Venise , 17o 1 , in-4° ; Del moto , Rome, 1723 , in-4°. PASI (François), né à Rome en 1551, jés., envoyé en mission dans les Indes en 1578. Après avoir appris les langues japonnaise et chinoise , il s'embarqua pour le Japon , où il fit beaucoup de conversions , et mourut à Macao en 1612. On a de lui - Annuae litterae de Sinis, 1583 ; Annuae litterae ex Japoniá, 1598, Romae, 16o1 ; Annuae litterae anni 16o1 , et sequentium usque ad annum 16o6, Romae , 16o8 , et Lugduni, 16o9. PASINI (Louis), prof. de méd. en l'univ. de Padoue , sa patrie, m. en 1557, à 8o ans, a donné : De pestilentid Pataviná anni 1555, Patavii , 1556, in-8° ; Liber, in quo de thermis Patavinis ac quibusdam aliis Italice balneis tractalur. PASINI (Antoine), de Verone, médec. du 16°s., a donné : Adnotationes et emendationes in versionem Dioscoridis à Mattiolo propositam, Bergame, 1591, et un poëme sur la fontaine de fer, intitulé Ferronia. PASINI (Joseph), de Turin, bibliothéc. de l'univ. de Turin, où il m. vers l'an 1765. Ses princip. ouvrages sont : Vocaboiario italiano-latino per uso degli studiosi di belle-lettere nelle regie seuole di Torino , etc. , Turin , 1747 , 2 vol. in-4°; Storia - del nuovo Tesiamento con alcune riflessionimorali, etc., Turin, 1749, et Venise, 1751 ;, Codices manuscripti bibliothecœ regii Taurinensis athaenei per linguas digesti, et binas in partes distributi, etc», Taurini, 1749 et 175o, 2 vol. in - fol. ; Grammatica linguœ sanctœ institutio cum vmcum anomalarum explicatione, Patavii, 1739. PASIPHAÉ (mythol.) , fille d'Apollon ou du Soleil, et de la nymphe | Perséide, conçut de la passion pour un

l tre moitié homme et moitié taureau-)

taureau , et en eut le minotanre (mons- .

« IndietroContinua »