Immagini della pagina
PDF

Laner, cette bat. sanglante et décisive, et dans laquelle il n'y eut pas de corps franç. qui ne donnât et qui ne se couvrit de gloire. Après cette victoire, l'armée autiichienne me pouvait plus empêcher Moreau de pénétrer jusqu'à Vienne, Le rince Charles entama § négociations † paix avec Moreau, qui suspendit la marche de son armée, et vint luimême quelque tems après à Paris . où il recueillit les témoignages de l'admiration publique. Le premier consul lui remit une paire de pistolets magnifiques , en lui § : qu'il aurait voulu y faire graver toutes ses victoires, mais qu'on n'y aurait pas trouvé deplace.Depnis ce tems Moreau se fixa dans la terre de Gros-Bois, qn'il acheta de Barras , venant rarement à Paris, et voyant peu les chefs du Gouvernement , dont il blâmait la conduite. Buonaparte jaloux de sa grande réputation militaire, le fit arrêter, comme compliqué dans la conspiration de Pichegru et de Georges. Traduit avec les autres conjurés devant le tribunal criminel, plusieurs des juges, ui avaient le mot d'ordre, pour le con§ mort , furent intimidés par l'opinion publique , prononcée en faveur de Moreau ; ils le condamnèrent le 1o juin 18o4, à deux ans de détention, peine qui fut aussitôt convertie en celle de l'exportation. Il partit alors pour l'Espagne, escorté de quatre gendarmes ; il se rendit ensuite dans les Etats-Unis, avec son épouse; ils se fixèrent aux environs de Baltimor , où ils achetèrent une propriété , jouissant de l'estime générale des Américains ; il fut souvent sollicité de venir délivrer sa patrie de la tyranmie de Buonaparte. Il se décida néanmoins en 1813 de se réunir aux vœux de plusieurs souverains coalisés, en leur déclarant qu'il ne se batterait jamais contre sa patrie. Le 27 août 1813, à la bataille de Dresde, le général Moreau communiquait quelques observations à l'empereur de Russie, lorsqu'un boulet parti d'une batterie française , placée our démonter une batterie russe , derrière laquelle ils s'étaient retirés, fracassa le genou de la jambe droite du général , et traversant le cheval emporta le mollet de l'autre jambe : on îui donna les secours les plus vigilans : on dressa un brancard, le général Moreau avanca jusqu'à Laun ; et cinq jours après il expira, emportant les regrets de l'empereur de Russie, de l'empereur d'Autriche , du Roi de Prusse et des autres princes coalisés.

MOREAU (Jean-Michel ) le jeune,

dessinateur du cabinet du roi, né en 1741, reçu à l'académie royale en 1781, m. à Paris en novembre 1814. On a de cet artiste célèbre plus de trois mille sujets qui ornent de très-belles éditions, dont les 1 12 beaux dessins du IVouveau Testament et des actes des Apôtres. Il a gravé le Sacre de Louis XVI à Rheims; Les Fétes de la villle de Paris, faites à l'occasion de la naissance du Dauphin ; Vingt - cinq petits sujets pour le premier vol. des chansons de Laborde; plusieurs Vignettes pour les oeuvres de Molière, Regnard, Voltaire, etc. MURVILLE ( André de), poète, m. en janvier 1815, remporta plusieurs prix à l'académie française. Il inspira le goût de la poésie, et donna les premières lecons à Legonvé, jeune encore ; il le guida dans la carrière des lettres. On a de lui » L'Amant de Julie d'Etange, 1776, in-8° ; le Rendez-vous du mari, comédie en un acte et en vers , 1782 , in-8°; Melcour et Verseuil , comédie en un acte et en vers, 1785 , in-8° ; Lanval et Viviane, comédie héroï-féérie, en cinq actes et en vers , 1788 , in-8° ; Abderabis et Zuléima, trag. en cinq actes et en vers, 1791 , in-8°; Le Souper magique , en un acte et en vers, 179o; Le Hitlla de Samarcandre , en trois actes , 1793; il a publié un recueil de poésies, sous le titre d'Année champétre, ainsi que d'autres dans l'Almanachdes Muses

O. OLIVIER (G. A.), médccin, natu

raliste, membre de l'institut, professeur d'histoire naturelle à l'école vétérinaire d'Alfort, né à Lyon en 1756, où il m. le 1er octobre 1814. Il fut envoyé en Asie en 1793, par ordre du gouvernem., et donua dans ce voyage des preuves de son amour pour les sciences. De retour en 1798, il entra dans la section de zoologié de l'institut. On a de lui : Entomologie ou Histoire naturelle des insectes, Paris, 1785 et 18o8; 3o Livrai, sons , formant 6 vol. in-4°, avec 363 planches coloriées ou noires; Voyage dans l'empire ottoman , l'Egypte, la Perse , la Barbarie, Paris, 18oI, 18o4, et 18o7, 3 vol. in-4°, ou 6 vol. in-8°, avec trois atlas, in-4°, etc.

[blocks in formation]

teur de la bibliothèque Mazarine , et membre de la Légion-d'honneur, m. à Paris en 1814. Il s'était fait connaître dans les lettres, avant la révolution, par plusieurs bons ouvrages, mais sur-tout par des querelles polémiques, dans lesquelles il mit beaucoup d'aigreur, ce qui lui a attiré un grand nombre d'ennemis, au point qu'ils firent contre lui une caricature, dans laquelle on le représenta à genoux devant les chef-d'oeuvres de la littérature, avec ces mots au bas : Palis Sot. La rancune des hommes de lettres lui a eté funeste, car ils avaient juré de ne jamais le compter au nombre de l'institut, ce qui ne leur fait pas honneur. En 1793 , § demanda un certificat de civisme à la commune de Paris, qui le lui refusa pour avoir insulté JeanJacques Rousseau dans sa pièce des philosophes. Les éditions des œuvres de Palissot, dans l'ordre de leurs dates, sont : la 1o, Paris, 1762,3 v. in-12; la 2°, enrichie de figures, Liége, 1777, 6 vol.in-8°; la 3e, Paris, 7 vol. in-8° et 7 vol. in-12 ; la 4°, Paris, i788, 4 v. in-So; il a donné une Edition complète des OEuvres de Voltaire, 55 vol. in-8°, enrichie de plus. discours préliminaires, avcc des motes des observations critiques sur les princip. ouvrages de cet écrivain célèbre , Paris, 1792-1798. Le mauvais succès de cette entreprise a ruiné le libraire, qui a été forcé de traiter avec un épicier. PARNY (Evariste de), poète, né à l'ile de Bourbon en 1753, ancien capit. de cavalerie, chevalier de Saint-Louis, membre de l'institut, classe de l'académ. française, m. à Paris le 5 décembre 1814. Il a donné : Voyage de Bourgogne , 1777, in-8°; Poésies érotiques, 1778, in 8o; le Paradis perdu; Isnel et Aslégo Les Ga'anteries de la bibi , Les Rosecroix ; Chansons Madecasses, trad. en

francais ; La Guerre des Dieux , sou-

vent reimpr., production qui lui a attiré les reproches des moralistes et des hommes religieux ; Le portefeuille volé , ouvr. licencieux ; ses ( Euvres complètes, édition de Didot aîné, 18o8, 5 v. in-8°, grand-raisin; plusieurs éditions in-18 ou in-12, L'Almanach des Muses contient un grand nombre de pièces de lui.

[blocks in formation]

Traité de construction des bâtimens, faisant suite au Cours d'architecture de Biondel , 3 vol. in-8° ; Mémoires sur les objets les plus importans de l'architecture, 1 vol. in-4°; Essais sur l'architecture thédtrale, et des Observations critiques sur la coupole du dôme de l'église Sainte - Geneviève à Paris, ou Panthéon, ce qui fit dire, dans le tems : Souflat mourra d'un coup de patte. PETIT ( Marc-Antoine), cliirurgienmajor à l'Hôtel-Dieu de Lyon, où it naquit en 1766, m. en 181 1, à la fleur de son âge, par excès de travail. Sa perte fut un deuil universel pour la ville de Lyon. l'eu de jours avant sa mort il avait recu des lettres de correspondant de l'institut. Il a laissé un poëme intitulé : Onan, ou le tombeau du Mont-Cindre. Petit vint à Paris pour se perfectionner dans son art, sous le célèbre Désault. Les sentimens que ce grand maître lui avait inspirés, sont retraces dans l'éloge u'il consacra à sa mémoire.

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

dicité , établit des manufacturcs ponr faire travailier les pauvres; introduisit la culture des pommes de terre, fit exé| cuter des cheminées propres à accroît e l'intensité de la chaleur et à diminuer

la consommation du bois, et multiplia

les établissemens des soupes économiques. Il fut décoré, par l'électeur, des différens ordres de l'état, puis promu au gra le de lieutenant-général, et créé comte de Rumfort.A son retour en Anglet., il y propagea ses établissemens d'utilité publique , et publia le résultat de ses travaux, dans un ouvr., intitulé : Essais et expériences politiques, économiques et # , en 1798,. et les fit présenter au directoire français. Il vint en France en 18o2, se lia avec la veuve du célèbre Lavoisier, qu'il épousa. Le comte de Rumfort était membre de toutes les sociétés savantes de l'Europe , et membre de la légion d'honneur ; il est mort en 1814, dans sa maison de CaIIl pagne à Autcuil, près de Paris, dans un âge avancé. Les soupes auxquelles on a donné son nom, ont été d'un grand secours en France , pour la classe indigente, principalement dans les dernières années du règne de Buonaparte, où le nombre des nécessiteux était considérable. T

TARCHI ( Angiolo), compositeur et célèbre professeur de chant, né à Naples en 176o, m. à Paris en 1814 Il a composé depuis 1783 jusqu'en 1793 , trente opéras tragiques ou bouffons pour les théâtres de Rome, Naples, Milan, Venise, Florence, Mantoue , Vicence , Turin et Londres ; mais quoiqu'il ait dirigé en 1791 la représentation de son Don Quichotte à l'Opéra buffa de Paris, ce n'est que vers l'année 1796 qu'il sc fixa en France. Il donna, dans cette même année , au théâtre de l'OpéraComique ou théâtre Favart , le Cabriolet jaune; le Trente et Quarante; SaintPoix , et d'Auberge en Auberge, etc.

[ocr errors][merged small]

d'Avignon , compte parmi ses aïeux l'epoux de la fameuse Laure, aimée de Pétrarqué. Le vicomte de Sades, d'un caractère porté aux vices les plus infàmes, fut, avant la révolution, colonel de cavalerie. Chassé par le corps d'officiers, il vint à Paris se livrer à ses odieuses orgies , qui le firent mettre à la Bastille. Le 1o juillet 1789 , il fut transféré à Vincennes, d'où ii sortit quelques jours après, par un décret qui mettait en liberté tous ceux qui étaient emprisonnés par ordre du roi. C'est là composa l'horrible roman intitulé : ustine ou les Malheurs de la Vertu. Il s'en est souvent avoué l'auteur; d'autrefois il s'en est défendu. En 1797 il en avait fait imprimer une nouv. édit. Il fut arrêté en 18o4 , mis en prison à la Force, puis transféré dans la maison des fous , à Charenton, où il est m. le 2 décembre 1814, après avoir manifesté le repentir de toutes ses fautes. On a de lui les ouv. suivans, assez bien écrits : les Crimes de l'amour, 4 vol. in-12 , sig. ; Aline et Valcour, 8 vol. in-12 ; la Marquise de Gange, 1813, 2 vol. in-12 ; plusieurs pièces de théâtre , des Mélanges de littérature, douze IVouoeloes héroïques et tragiques, etc. SCHARINGEN, célèbre chimiste à Vienne en Autriche, où il est m. à la fin de novembre 1814, en préparant l'acide prussien (acidum borassicum ), le plus puissant venin qui soit connu. Il en répandit une grande quantité sur son bras, et il expira au bout de quelques heures.

[blocks in formation]
[ocr errors]

- - -- - - - - - - - - - -=====----------------~~~~=== - - - - - - --------- _ ——————|-|--------

~|----

« IndietroContinua »