Archives diplomatiques pour l'histoire du tems et des états, Volume 1

Copertina anteriore
J.G. Cotta., 1821
 

Cosa dicono le persone - Scrivi una recensione

Nessuna recensione trovata nei soliti posti.

Pagine selezionate

Altre edizioni - Visualizza tutto

Parole e frasi comuni

Brani popolari

Pagina 393 - Deux-Siciles opposa à leurs entreprises arbitraires fut étouffée dans le sang et sous les ruines. Pour donner à leur usurpation une couleur de légalité , ils créèrent bientôt , sous le titre de parlement national , un instrument qui , dans l'espace de peu de mois , leur servit à renverser tous les droits...
Pagina 389 - ... ne lui avaient fait prendre un nouvel essor. Depuis ce moment, elle redoubla d'audace, et, par l'effet contagieux du fanatisme qu'elle sut exciter, elle augmenta bientôt tellement en nombre et en influence , que les lois et l'autorité publique ne furent plus assez puissantes pour la réprimer. Elle répandit avec une activité infatigable parmi toutes les classes d'une nation jusque-là tranquille et modérée dans ses vœux...
Pagina 403 - Il n'ya que des ennemis du bien public, des partisans incurables d'un système conduisant directement à la ruine totale de la monarchie sicilienne , qui puissent méconnaître ce que dans. les circonstances où cette monarchie se trouve placée aujourd'hui , le devoir envers son souverain et le salut de ses concitoyens prescrivent à tout guerrier loyal, comme à tout homme attaché à sa patrie. La grande masse de la nation, dévouée à son monarque, dégoûtée d'une liberté imaginaire qui ne...
Pagina 405 - PEmpereur tant de gages précieux, ne- tarderait pas à joindre ses forces militaires à celles de l'Autriche. Dans l'ensemble des transactions qui viennent d'avoir lieu, les monarques alliés n'ont eu en vue que le salut des états qu'ils sont appelés à gouverner, et le repos du monde. C'est - là tout le secret de leur politique. Aucune autre pensée, aucun autre intérêt) aucune autre question n'a trouvé place dans les délibérations de leurs cabinets. L'inviolabilité de tous les droits...
Pagina 387 - Naples fut rendu en i8i5, par le secours des armes autrichiennes, au gouvernement paternel de son roi légitime. Les deux parties de la monarchie sicilienne , si long-temps séparées, se réunirent de nouveau , et les vœux de tous les amis du bien furent satisfaits par la perspective d'une paix durable. Cependant , la dernière époque de la domination étrangère avait réveillé un ennemi intérieur plus dangereux que tout autre pour le repos de la péninsule italienne. Il existait dans le royaume...
Pagina 391 - Cette première victoire n'était que le prélude d'un attentat plus décisif. Le lendemain , les chefs de la révolte forcèrent le monarque à proclamer la constitution espagnole; et sans aucune autre mesure préparatoire...
Pagina 405 - Et si, contre tous les calculs et contre les voeux les plus chers des monarques alliés, une entreprise formée dans les intentions les plus pures, et qu'aucun esprit hostile ne dirige, dégénérait en guerre formelle, ou si la résistance d'une faction implacable se prolongeait à une époque indéfinie...
Pagina 401 - Le parlement, quoique entièrement au fait des principes des cabinets alliés, imposa au roi le mandat d'insister sur le maintien, sans modification, de la constitution établie aujourd'hui à Naples, et de mettre cette condition en avant, comme seul objet et base unique de ses explications avec les puissances alliées. C'est sous de pareils auspices, et ne pouvant plus compter que sur la justice et la sagesse de ses augustes amis, que le roi de Naples se rendit à Laybach. Dès...
Pagina 403 - SM le roi de France en adressèrent également au chargé d'affaires de leur souverain. L'effet de ces importantes démarches va décider de l'avenir prochain du royaume des Deux-Siciles. Dans cette position des choses , l'armée destinée à accomplir les résolutions arrêtées à Laybach, a reçu l'ordre de passer le Pô , et de se porter vers les frontières napolitaines.
Pagina 393 - SM que par la violence ou par les menaces ; il ne fallait rien moins que le désir d'empêcher les plus grands malheurs et de prévenir les crimes les plus affreux, pour déterminer le roi à consentir momentanément à une mesure aussi funeste. Cette explication d'un, événement inexplicable dans toute autre hypothèse, se justifierait d'elle-même, si elle n'était pas d'ailleurs confirmée par des témoignages irréfragables.

Informazioni bibliografiche