Immagini della pagina
PDF

pressèrent à l'envtede publiercette production plein*
de charmes, qui révélait à la France une muse
nouvelle destinée a l'illustrer. Elle obtint encore à
l'Académie de Toulouse', en 1831, l'amarantbed'or,
pour l'Étoile de la lyre en iSa3 , un nouveau
lys d'argent pour lu Retour à la chapelle , prix de
* l'hymne à In Vierge; et enfin, le souci d'urpent,
prix de l'élégie, pour le Dernier jour da l'année.
Celle demhVe pièce est supérieure encore à la Veitta
d"e Tioel, cmnposhinn déjà si porta-te 4 c'est an
petit chef-d'œuvre où Us pensées 1rs plus touchantes
s'allient délicieusement à la poésie la plus riche et
la plus harmonieuse* (les quatre morceaux ont été
inierés diins le volume de rNieiues de l'auteur, im-
primé en 1876 (voy. plus haut).

Nous avons dit prèièdeinmeiii que, sou» le titre
de Prête, nu uvail recueilli, Pu iJvifi, une partie
des morceaux fournis par madame Testu à divers
recueils littéraires; nous connaissons encore d'elle
quelques nuire* moicraux qui n'y ont pas été com-
pris » el qui sont insérés dan* les ouvrages suivants:
dans le Livre de beauté (iS33) et !»• Livre de jeunesse
et beauté (18 *4); une nouvelle intitule: une Jour-
née de dupe, impr. dans le tuine V du Livre des con-
teurs ( 1 8 -1 i > ; el plusieurs autres dans le volume in-
titule : la Couronne de Flore, ou Mélange de poésie
et de prose (1837, iu-i8).

TATHAM ( William ). — Traité géné-
ral de l'irrigation , contenant diverses mé-
thodes d'arroser les prés el les jardins, Ja
manière de conduire les prairies pour les
récoltes du foin; avec les moyens d'aug-
menter ses revenus, en faisant: usage de
l'eau d'une manière utile à l'agriculture ,
au commerce, et même aux besoins de la
vie; avec huit planches représentant di-
verses machines pour élever et conduire
l'eau. Paris, Galland (* madame Huzard),
18o3 , in-8 , 5 fr.

TATIAKUS. — Adversus graecos oratio
ad calceni operutu sancti Justin!, grœcè et
latina. Parisiis, Osmont, 1742, in-fol.

TATlN ( A. ), marchand graïnïer. bota-
niste-pépiniériste , membre de l'Athénée
des arts de Paris.

— Catalogue raisonné d'arbres, etc., d'a-
près les meilleurs principes économiques,
les découvertes et les connaissances agri-
coles. Paris, ..... in-8 , 2 fr. 5o c.

— Principes raisonnes et pratiques de la
culture des arbres , arbrisseaux, et arbustes
fruitiers; d'ornement, d'alignement et fo-
restier; ainsi que des graines, racines,
plantes légumineuses , des prairies natu-
relles et artificielles; avec diverses mé-
thodes et receltes pour le perfectionne-
ment de l'agriculture, etc. IIIe édit*, rem-
plaçant les trots premières , connue sous le
titre de « Catalogue raisonné *. Paris, l'Ju-
teitr; Germain Mathiot^ x8n , a vol.
in-8 f 8 fr.

TATISCHEFF ( Jean de ), concilier
d'État de Russie.

— Dictionnaire complet français et russe,
composé sur la nouvelle édition de celui
de l'Académie française. Saint-Pétersbourg,
de l'impr. imper., 1798, 2 vol. in-4.—
Deuxième édition, corr. et augm. Moscou,
S. St'livanoffsky, 1816, 1819, 2 vol. gr.
in-4 , 7* fr-

TÀTIUS ( Achille), romancier grec.

— Amours de Clitophou et de Leucippe ,
trad. du grec, par Duperron De Càstéra.

Amsterdam, P. Humbert, 1733, in-11;

Paris, 1795, in-12.

— Amours ( les) de Clitophon et de Leu-
cippe , traduction libre, avec des notes du

S jy** D*« (Cb.-Phil. MoWTHEiTAUÏ.*-

D'egi.y). Paris, Breton, 1734, in-12;

La Haye , 1735 , in-i2.

Le traducteur a supprimé avec soin tous les mor-
ceau» trop libres qui se trouvent dans l'original.
Cette version mérite la préférence sur celle de l)u-
perron du Caslera , bien qu'elle ne lui joil guère
supérieure par le style. (Biogr, ami*.).

— Amours de Clitophon; trad. du grée
par J.-Mar. Bernard. 179a, in-ra.

— Amours de Leucippe et Clitophon,
nouvellement traduit du grec par J.-M.-B.
Clément. Paris, Colnet, an virr (1800),
in-12 de vin et 184 pages, 1 fr. 5o c.

TAURHNHEIM (le bar. Ch. de). Voy.
(att Suppl.) Kratel.

TAUFFENKERGER-PODEVIN, ancien
contrôleur des contributions directes et du
cadastre.

— Comptes faits des résultats des divers
toisés pour servir de guide à MM. les toi-
seurs et vérificateurs, etc., avec conversion
en mesures métriques et comparaison des
divers prix à l;i toise avec ceux du mètre.
Paris, de l'impr. de Setier, 1827, in-12
de 60 pag.

TAULES (Jean, connu dans le monde
sous le nom de chevalier de), écrivain fran-
çais, ancien capitaine de dragons , successi-
vement chargé d'une mission en Pologne,
el consul général de France en Syrie, avant
la révolution; né, d'après une biographie
récente, en 1 7^5(date qui doit être fausse),
mort en 1 8a5.

— Anecdotes sur le roi de Prusse...,

Imprimées sous le nom de Thomas dans les
«Opuscules philosophiques et littéraires.» 1796 ,
111-8 et in-iv On a, bien a tort , compris cet ou-
vrage dans la dernière édition des Œuvres de Tho-
mas,.sous c« titre: Relation de la captivité du grand.

Krédéric et du supplice du jeune K-ill. Le Publiciita du 7 nivôse, an XI , explique comment celte relation a paru sous le nom de Tbomas. « L'auteur, dit ce journal , en avait confié le manuscrit i cet académicien ; M mais Thomas avait trop de probité pour a*emparer d'un ouvrage qui ne lui appartenait point, et ce n'était qu'une fraude du libraire.

— Homme (1') au masque de 1er, mémoire historique où l'on réfute les différentes opinions relatives à ce personnage mystérieux, et où l'on démontre que ce prisonnier fut une victime des Jésuites; suivi d'une correspondance inédile de Voltaire avec M, de Xaulès sur le Siècle de Louis XIV, le Testament politique du cardinal de Ricbeliru. ( Ouvrage poslliutne). Paris, Pcjtieux; Delaunay; Ponthieu, i8a5 , in-8 , 6 fr.

D'après cet ouvrage , l'homme au masque de fer est Arwrdiks, patriarche des Arméniens sthisnjatiques , enlevé par les jésuites. Mais il est certain que ce prêtre , en effet, delenu quelque lemps dans les prisons de France, recouvra bientôt s.i liberté. 11 embrassa le christianisme, et mourut libre trois ou quatre ans après sa conversion. Les archives rlu ministère des affaires étrangères , à Paris , contiennent dans leurs cartons l'extrait mortuaire de ce patriarche. Au reste , l'ouvrage de Taul.'s avait été refuté par tous ceux qui ont écrit sur le mystère impénétrable du masque de fer. bien avant qu'il en eut conçu l'explication. Il faut aujourd'hui renoncer à la découverte d'un secret qui ne peut satisfaire qu'une vaine curiosité , et qui du moins avait été bien préparé, et a été mieux gardé encore. » Les Lettres de Voltaire, mises à la tin du volume, ne sont pas toutes inédites. Les deux de mars 1768 se trouvent, à quelques mots près , dans l'édition de Voltaire, en ta vol. iu-8 , et consequemmeut dans les autres éditions publiées depuis «817.

— Masque ( du) de fer, ou Réfutation de l'onvrage de M. Roux-Fazillac , iulitulé: Recherches historiques sur le masque de fer (publ. en t8ot), et réfutation également de l'onvrage de M. J. Dclort, qui n'est que le développement de celui de M. Roux.-Faz.iHac, publié le Id octobre i8»5, chez Delaforfest, libraire, à Paris, et qui a pour titre: Histoire de l'homme an masque de fer. Paris, Pejrtieux; Delaunay-; Ponthieu, i8a5 , in-8.

TAULIER (Jules). — Abrégé de l'histoire sainte, à la portée du jeune âge. Lyon, Giberton et Brun, i836, in-18.

— Modèles d'écriture anglaise. Bordeaux, Paye, i83 1, in-fol. de 4 pi, lithogr.

TAULIER ( Frédéric ). — Progrès (des) de la jurisprudence en France. Lu à la Société des sciences et arts de Grenoble, dans la séance du 2 février i838. Grenoble, de l'impr. de Prudhomme, i838, in-8 de 4P pag.

I Al. LIN (Louis). — Petites Fit cimes

royales, etc. : la Rentrée de Louis XVIII en France , fête villageoise , représentée au passage de Monsieur , frère du roi, à Besancon , et honorée de sa présence. Besançon , de l'impr. de Petit, 1827, in-12 de 24 pag.

— Second (le ) Livre des écoles primaires, contenant, en abrégé, l'Histoire sacrée, traduite de l'édition latine de Lbomond; suivi d'un Précis sur la vie de N. S. J. C., et d'un Précis de la morale chrétienne. Dijon , Douillier, 1824, in-8 de 80 pag.

TAUNAY. — Brésil (le), ou Histoire, mœurs, usages et coutumes des habitauts de ce royaume. Par M. Hipp. Taunay et M. Ferd. Denis. Ouvrage orné de nombreuses gravures d'après les dessins faits dans le pays par M. H. Taunay. Paris, de l'impr. de Nepoeu , 1821-22, 2 vol. in-18, ornés de 43 planches , 24 fr., et avec les ligures coloriées,, 36 fr.

— Notice historique et explicative du paDoratita de Rio-Janeiro. Paris, IVepveu, 1824 , in-8 , 1 fr. 5o c.

Avec M. Ferdinand Denis.

TAUPIER ( A.-C. ). — Cours d'écriture, en vingt leçons. Système approuvé par J'université. Paris, Dupont, i833, très-long in-8 oblong de 48 pag., avec 24 feuillets gravés , 4 fr.

— Méthode Taupier, adoptée pour l'armée, les écoles élémentaires , etc. Calligraphie analytique, comparative et démonstrative. Première partie de la deuxième édition du Système français , entièrement revue, et augmentée. Paris, Fauteur, 1835 , 2 cah. in-4, ensemble de 40 pag.

TAUPIN D'ORVAL. — * Jésuite (le) Misopogon Séraphique, ou l'Ennemi de la barbe des capucins. Ncples, 1762 , in-12.

— * Notes et Mémoires pour servir à l'inquisition de France. 1749.

L'auteur fut mis à la Bastille, et transféré au château de l'ierre-en-Cise.

TAUPIN D'ORV AL ( A.-M. ). — Essai sur la loi d'indemnité, publié le 19 février 1825. Paris, les mardi, de nouv., 1825, in-8 de 24 pag-, 60 c.

TAUSIA BOURNOS, habitant de SaintDomingue.

— Coup-d'œil impartial sur les décrets ds l'Assemblée nationale relativement anxcor lonics. In i.

TAUVRY Oh Taury (Daniet), docteur en médecine de la faculté d'Angers, et plus tard de celle de Paris , membre de l'Académie des sciences; né à Laval, en 1669, mort le Ier mars 1701.

— Anatomie ( nouv. ) raisonnée , ou la Structure du corps de l'homme , et de quelques autres animaux , suivant les lois des mécaniques. Avec figures. Paris, Michallet, 1690, in-12. — IIIe édition. Paris, D. Girin , 1698, in-12.

— Pratique ( nouv.) des maladies aiguës, et de toutes celles qui dépendent de la fermentation des liqueurs. Paris, d'Houry, 1707, «712, a vol. in-12.

La prem. édition est de 1698.

— Traité des médicaments , et la manière de s'en servir ponr la gnérison des maladies , avec les formules ponr la composition des médicaments. Nouv. édit. Paris, Cl. Robustel, 1715, a vol. in-12.

La première édition est de i6g5.

— Traité de la génération et de la nourriture du fœtus ( contre M. Merry ). Paru , Girin, 1700 , in-12.

TAUZIEDE. — Traduction française des Discours latins de M. Lejay (i835). Voy

LtJAY.

TAVAN. — * Descriptions des échappements les plus usités en horlogerie, avec douze planches. Genève, i83i, in-4.

TA VANNES. Voy. Satji.x-tavah*es.

TAVARÈS ( J.-F. ). — Soccorros as pessoas. . . . traduzidos do idioiua francez, v ampliados com algumas notas (1826). V. Orfila.

TA VEAU (l'abbé Philippe-Thomas-Jacqaeinin), ancien curé d'Héberville, en Normandie , l'on des directeurs du collège du Havre, et prédicateur, député par le clergé au Havre, à l'Assemblée générale, à Caudcbec, en mars 1789, et ensuite l'un des électeurs du département de la Seine-Inférieure ; né ad Havre , le a3 novembre 1744, mort à Chichester, comté de Susses en Angleterre, lé'19 avril 1798.

— Abeille (1') , on Lettre à une pieuse citoyenne, etc. 1791, 179a, in-8.

— Coropendinm des règles et délicatesses delà langue française. 1797, in-8.

— Règles générales de la prononciation française. 1798, in-8. .

« Aux talents d'un professeur excellent, Taveau <• réunissait toutes les qualités qui constituent on « grand orateur, et s'il em été appelé a la tribune, « il y aurait obtenu les succès qu'il obtint constam« inent dans la chaire évangétique , et qui lui ont «assigné une place parmi les prédicateurs les plus « éloquents. »> (Bïoff. univ. et port, des contemp.)

TA VEAU (L.-Aug. Onésiph.), chirurgien-dentiste, à Paris ; né an Havre.

— Conseils aux fumeurs sur la conservation de leurs dents , suivis de l'exposé de plusieurs expériences propres à constater l'efficacité du chlorure de chaux dans la désinfection de l'haleine , quelle que soit la cause de la fétidité. Paris , l'auteur; Hautecmir - Martinet , 1827 , in-8 de 84 pag. — Deuxième édition, corr. et augm. de quelques fragments de l'Hygiène de la bouche. Paris, HautecœurMartinet, 1829, in-8 de 100 pag.

Il existe un extrait de cet écrit sous le titre suivant:

Exposé de plusieurs expériences propres i constater l'efficacité du chlorure de chaux dans la désinfection eu Vhaleine , quelle que soit la cause de la fétidité. Paris, l'Auteur, 1827, in-8 de 20 pag.

— Consejos a los fumadores sobre la conservacion de los dentés, etc. Paris, Jf'ineop, 1827, in-18, a fr.

— Hygiène de la bouche, ou Traité des soins qu'exigent l'entretien de la bouche et la conservation des dents; suivie de FeXposé de plusieurs expériences propres à constater l'efficacité du chlorure de chaux dans la désinfection de l'haleine, quelle que soit la cause de la fétidité. Paris, l'Auteur; Béchet jeune; Baillière , 1826, in-12 , 3 fr. — IVe édit. , corr. et aogro. Paris, l'Auteur; Béchet; Hautecœur-Martinet, i833, in-12, 3 fr.

— Notice sur un ciment oblitérique pont arrêter et guérir la carie des dents, offrant un mode nouveau de traitement pour conserver celles qui en sont atteintes sans avoir recours à l'extraction de ces précieux organes. Paris, l'Auteur, 1827, in-8 de 16 pages.

TAVEL,Fun des traducteurs des Lettres de milady Marie Worthley Mohtague(i764).

TAVEL (D.-C. ), pseudonyme. —-Thrasihule, poème imité du latin, de Cornélius Népos. 1800, in-8.

TAVERNA. — Historiettes morales, traduites par Luigi Onosici. Paris, Huart, i836, in-12.

TAVERNE (Jérôme), avocat au parle

ment, parut arec éclat au barreau de Toulouse et contribua puissamment à dépouiller l'éloquence judiciaire des formes barbares qui la dégradaient encore en province. Il s'éleva surtout contre la manie des citations grecques et latines dont les plaidoyers étaient alors bizarrement remplis, et les magistrats sentirent enfin que l'on pouvait être savant jurisconsulte sans invoquer à chaque instant l'autorité d'Homère, de Thucydide ou de Platon. L'amour des lettres commençait à se répandre parmi les avocats de Toulouse: Duclos, Cbadebec et Costes qui s'étaient placés au premier rang, remportaient des succès académiqnes, et s'honoraient du titre d'hommes de lettres. Taverne marcha sur leurs traces. En 17'Su, son ode intitulée VAmour de la patrie, obtint le prix. L'année suivante, la fleur destinée au genre élégiaque fut décernée à une ode du même auteur, sur la Connaissance de soimême : il présenta en même temps une ode sur les Avantages du commerce; mais conformément aux règlements de l'Académie, cette pièce ne put concourir, parce qu'elle traitait un sujet qui avait été donné par une autre société littéraire. Taverne avait aussi, en i 7 3 t , offert un discours intitulé: l'Éloge de la modération suivant le sens de ces paroles d'un ancien: Ne quid nimis ; mais le P. Ray nul, professeur de rhétorique au collège de l'Esquille, reçut la palme du concours. Plus heureux eu 1^33,Taverne obtint le prix de prose par un discours sur ces paroles : l'Eloquence ne doit avoir d'autre objet que l'amour de la vérité'. En 1743, son ode, intitulée les Éclairs, fut couronnée. Cette même année Marfuontel fit le premier essai de son jenne talent dans une ode qui fnt distinguée. Il devint l'ami dé Taverne, deBoubée, de Dutonr, de Revel, de Lespinasse, et des autres membres de l'Académie des Galetas; mais il parut les oublier presque tous dans la-suite, et il ne conserva de liaisons qu'avec Boubée et Taverne. Ce dernier fut reçu maître des Jeux-Floraux en 1756. Jouissant de l'estime du parlement, de celle de ses confrères et de tous les hommes instruits, cet avocat soigna lui-même l'éducation de ses enfants, et leur inspira l'amour de l'étude. Ses soins reçurent leur récompense, et il fut le témoin de leurs premiers succès. La magistrature municipale lui donna en 1760 le titre de noble. Ses vertus, ses talents, l'avaient depuis longtemps placé au nombre des citoyens les plus distingués de cette ville. (Notice tirée de la Biog. toulousaine.)

TAVERNE (l'abbé), l'un des trois fils du précédent, poète, naquit à Toulouse, en 17.*. 11 embrassa l'état ecclésiastique, et aurait pu paraître avec éclat dans la chaire évangélique ; mais son amour pour la poésie légère le détourna des travaux sérieux auxquels il aurait pu se livrer. Il devint cependant curé de l'une des paroisses du diocèse. Les succès obtenus par son père dans les concours des Jeux-Floraux, l'excitèrent à se présenter dans l'arène. La révolution vint changer non les goûts, mais l'état de M. Taverne. Il remplit différents emplois, prêcha les vertus républicaines dans les temples dits de la Raison , et prononça, à Toulouse, dans une séance publique du Lycée, un Eloge de Marmontel. Une note plarée à la suite de ce discours, noua révèle des particularités inconnues, et en retrace d'autres un peu déguisées dans les Mémoires que l'auteur de « Bélisaire » a laissés (t). Les principaux ouvrages de cet écrivain furent alors analysés avec beaucoup d'art par Taverne. Pendant les dernières années du gouvernement directorial, et sous le consulat de Bonaparte, îl s'était formé dans les principales Villes de France des sociétés littéraires qui remplaçaient les académies. Elles proposaient dés prix, et M. Taverne en remporta plusieurs: mais par une singularité dont lui seul aurait pn dévoiler le motif, il se cacha quelquefois sous le nom de madame Vétéram ; et souvent les secrétaires des sociétés littéraires firent l'éloge le plus complet de cette dame aimable, qui, suivant l'nn d'entre eux , « -venait augmenter le nombre des Muses, sans quitter le chœur des Grâces. Taverne fut correspondant du Lycée ou Athénée de Toulouse. En l'an X, la société des belleslettres de Montauban lui décerna nn prix pour une pièce intitulée: VInfluence des mœurs sur les talents, épitre d'un pire à son fils. Cet ouvrage est écrit avec chaleur. Dans une Lettre d'une grand'tante à sa petite nièce, sur tes modes grecques, Ta-< veine, encore caché sous le nom de madame Vétéran , prit le parti de ces mode;, élégantes alors en usage , qui dessinaient les formes les plus heureuses en les couvrant de voiles légers, et qui contrastaient si bien avec les ridicules ajustement» employés sous les règnes de Louis XIV et de Louis XV. Un talent remarquable brille dans cette

(0 Les auteurs Je lu Biographie toulousain» ont reproduit celte note dans l'article qu'ils ont consacre à Taverne.

épitre: l'auteur y prouve que le» mœurs n'étalent pas plus sévères , que la décence n'était pas plus respectée dans le temps où de larges paniers semblaient destinés à défendre l'approche d'une dame, qu'à l'époque où une simple draperie, habilement jetée, retraçait les plus aimables contours. Dans une Ode sur le couronnement de l'empereur Napoléon, Taverne exprima son admiration pour le vainqueur de Marcngo. Le goût, la facilité, caractérisent souvent les poésies de cet auteur, dont les dernières productions sont peut-être préférables à celles qu'il publia dans sa jeunesse.—L'abbé Taverije, son frère, a aussi mérité des palmes académiques, et a composé plusieurs opuscules intéressants. Il était membre résident du Lycée ou Athénée de Toulouse.

TAVERNIER (Jean-Baptiste), escuyer, baron d'AusoNNE, célèbre voyageur, originaire de Tours; né à Paris, en i6o5 , mort à Moscou, en 1689.

— Voyages (ses) en Turquie, en Perse et aux Indes (rédigés par Samuel C.HArnzEAD et La Chapelle). Nouv. édition, revue, corr. etaugm. Paris, P. Ribou, 17 t3; — Rouen, Machuelpire, 17 18, 6 vol. iu-12.

La première édition est de Paris, Clousîer ifiSa » 3 vol. io-4- Cbapuzeau a traduit les deux premiers volumes et La Chapelle le troisième.

— Les mêmes. Édition entièrement refondue et corrigée , accompagnée d'éclaircissements historiques et critiques, augmentée du récit des révolutions et événements mémorables dont la Perse et les Indes ont été le théâtre jusqu'à ce jour. Par J.-B.-J. Breton. Paris, veuve Lepetit, 1810, 7 vol. in-18 , y compris nn d'atlas, composé de 23 gravures et d'une carte d'Asie gravées par Tardieu , 18 fr. ; sur pap. vélin satiné , atlas avant la lettre, 36 fr.; snr pap. nom de Jésus vélin , atlas avant la lettre, 72 fr., et snr pap. d'Angoulême, nom de Jésus , premières épreuves , 36 fr.

Celte édition fait partie d'une « Bibliothèque portative dts voyages».

TAVERNIER ( l'abbé ), d'Avignon , anc. grand-vicaire.

— * Intérieur (1') de J.-C. Bruxelles, ....,in-u.

— Vie (la) de Dieu seul, proposée aux personnes qui tendent à la perfection. Avignon , 1810, 2 vol. in-t2.

Ces deux ouvrages ont été imprimés à Bruxelles sans nom d'auteur: M. Aubanel ayant acquis le restant des éditions, a fait faire de nouveaux frontispices ponant le nom de l'auteur.

L'abbé Tarernier a donné une nouvelle édiliou , revue, des Avii lalutairet d'un serviteur de Dieu , iu.

TAVERNIER ( Alphonse ) , docteur em médecine de la faculté de Paris, secrétairegénéral de l'Athénée de médecine, membre de la Soc. centr. de Bogota, anc. chirurgien dn 3° régiment d'anill. de la marine.

— Manuel de clinique chirurgicale , à l'usage des étudiants et des praticiens, etc. Paris, Gabon et Comp", 1826 , in-t8, 6 fr.; — ou Paris, Deville-Cavelin, i835, in-18, 6 fr.

— Manuel de thérapeutique chirurgicale, on Précis de médecine opératoire, contenantie traitement des maladies chirurgicales, la description des procédés opératoires, des bandages et des appareils , et l'anatomie de quelques-unes des régions sur lesquelles se pratiquent les principales opérations. Ouvrage servant de complément an «Manuel dé clinique chirurgicale». Paris, Gabon, 1828, 2 vol. in-18, 7 fr.

— Mémoire sur la propriété purgative l'huile de Croton Tigrium. Puris, Gabon, l8a5 , in-8, 1 fr. 5o c.

— Supplément au nouveau Dictionnaire de médecine, chirurgie , pharmacie, physique, chimie, histoire naturelle, etc., de MM. Béclard, Chomel, H. Cloqnet et Orfila, contenant, outre tous les termes nouvellement adoptes eu médecine et dans les autres sciences naturelles, un grand nombre d'autres qui ont été omis dans ce Dictionnaire, ou qui ont paru comporter pins de développement, avec l'étyiuologie de chacun d'eux et l'histoire concise des diverses matières qui s'y rapportent. Paris, Lelargt, I83ï, in-8, t fr. 76 c.

TAVERNIER ( Louis de). — Somnambule (la ), opéra en trois actes. Paris,Ut mardi, de nouv., i836 , in-8.

TAVIAND (Philippe), né à Lons-leSannier, en I797, mort à Paris, en 1825.

— Ma femme se marie , vaudeville en un acte. Paris, Quoy; 1824, in-8, 1 fr. 5oc.

Avec M. Ouvert. Tavîand a caché sa coopération sous l'anagramme de VrsNADT.

Taviand a fourni des articles au Répertoire de 1.» littérature ancienne et moderne (Paris, 1824 et ami. suiv., 3o vol. in-8).

TAVIEL DE MASTAING ( Jean-Baptiste), arpenteur-géographe; né à Dijon, en 1782.

— Art ( 1' ) de lever les plans, et traité de l'arpentage et du nivellement ; suivi d'un Traité sur les solides et d'un traité de lavis. IIIe édit. , revue et augm. Dijon, Noellat; Gaulard, 1826, in-12, avec 3o planch. 4 fr. —Dern. (5") édit. Dijon, h

« IndietroContinua »