Immagini della pagina
PDF

on trouve, outre îles Vues générales sur l'utilité d'ace Jimater en France les végétaux exotiques , et plusieurs Tableaux sommaires des connaissances utiles pour y réussir, quatre chapitres avant pour litre : le premier, Considérations générales sur le globe terrestre; le second, Observations sur les séries de végétaux qu'il est plus ou moins facile de naturaliser; le troisième, Moyens de naturalisation dans nos climats ; et le quatrième, Programme d'une ferme expérimentale et normale de culture et de naturalisation.

Nous ne dirons rien de l'importance de ces divers sujets. Cet ouvrage est je fruit tics savantes observations et de la longue expérience d'un homme dont le nom seul c.4 mit' garantie suffisante ».

— Description de l'école d'agriculture pratique du Muséum d'histoire naturelle. Paris, 1814, in-/|.

Extrait des et Annales du Muséum d'histoire naturelle. M.

— Dictionnaire d'Agriculture et d'Économie rurales. Paris, Jgasse t 1787-1816', 6 vol. in-4 > 96 fr.

Avec MM. Tessier (voy.ee nom), Fougeroux de Dondaroy, Bosc et Parinenlier.

Dans ce Dictionnaire , qui fait partie de l'Encyclopédie méthodique, toute la partie du jardinage est de Thouin.

— Essai sur l'exposition et la division méthodique de l'Économie rurale, etc. Paris, Marchant, i8o5, in-4.

— Mémoire sur la manière d'étudier l'Economie rurale par principes, d'après une méthode simple.

Mémoire qui est inséré dans le premier volume supplémentaire du « Cours d'agriculture » de l'abbé Kozier.

— Monographie des greffes , ou Description technique des diverses sortes de greffes employées pour la multiplication des végétaux. Paris, madame Huzard, 1821 , in-4 de 68 pages , avec i3 planches , 6 fr.

Thouin, en outre, a fourni de nombreux Mémoires relatifs aux principes ou à la pratique de l'agriculture , tant aux recueils des académies et sociétés auxquelles il était affilié, qu'aux publications importantes du coin m en cernent de ce siècle, où l'agriculture devait être traitée. Nous parlerons d'abord de ceux qui sont consignés dans les collections académiques.

La première société savante dans laquelle il fut admis parait être celle d'agriculture de Paris; il inséra , dans les recueils de cette Société,_des Notice* sur ta rhubarbe et sur le lin vivace de la Sibérie • des Remarque* sur le chanvre de la Chine , et des Obier-' ration* recueillies dans les différents cantons de Parts , sur les diverses branches de l'économie rurale. Il y publia aussi un Mémoire sur tes avantages Je la culture des arbres étrangers pour remploi de plusieurs terrains de diverse nature abandonnés comme stériles.

Thouin entra , en 1786', à l'âge de trente-neuf ans, à l'Académie royale des sciences. Thouin , disent ses biographes, a inséré plusieurs bons-Mémoires dans les recueils de l'Académie des sciences: nous ne connaissons que le suivant:

Mémoire tur f usage du terreau de bitt/ere dans fa culture des arbrisseaux et arbustes étrangers , regardés jusqu'à présent comme délicats dans nos jardins ( Miiii. 1787). Il paraîtrait que , plus tard , Thouin fournit aussi des mémoires et des notices aux Annales de l'agriculture française, fondées par Tessier et licisc, en l'an iv. il est auteur de la partie agriculture des Leçons de l'École normale.

Mais , de tous les recueils académiques, celui où Ton trouve le plus de mémoires de Thouin , c'est , van3 contredit, dans les « Annales du Muséum d'histoire naturelle ». Voici la liste des mémoires et notices de Thouin qui s'y trouvent : Mémoire sur une école d'arbres fruitiers , établie au Jardin des plantes de Paris (tome Ier, 1801) ; Notes sur la fructification d'un jamrosade dans les serres du Jardin des piaules (id., id.);—Annonce d'un envoi de végétaux étrangers , expédié d'Angleterre par M. Woodfort, et notes sur la culture de l'arbre teek, qui eu faisait partie (lome II, i8o3); — Description de l'école des plantes d'usage d.nis l'économie rurale et domestique, établie au Jardin des plantes de Paris (id. , id.); —Observations sur un envoi de plantes vivantes, et sur la naturalisation et la culture tin lin de la Nouvelle-Zélande , qui en faisait partie (id. , id.); — Mémoire sur la culture des bruyères (id., id.); — Note sur la culture des patates et des pommes de terre. Extrait d'une lettre de M. Lormcrie, commissaire du gouvernement pour l'agiiculture à Philadelphie (tome III, 1804); — Notice sur l'introduction des bruyères en Europe, et sur leur culture dans les jardins (id., id.) ; —• Mémoire sur la culture du dahlia , et sur son usage dans l'ornement des jardins , avec une planche (id-., id.); — Notice sur les dégâts occasionnés , dans le Jardin du Muséum d'histoire naturelle, par l'ouragan du 6 nivôse an xn (tome IV, 1804) ;—Description du jardin de semis du Muséum d'histoire naturelle, de sa culture et de ses usages, en deux parties (tomes V et VI, 1804—i8o5); — Description et usage de plusieurs ustensiles de moderne invention, propres à la culture d'un grand nombre de plantes dans les écoles de botanique , avec 3 pi. (touie VI, ïsos) ; — Note sur les effets qu'a produits l'opération de la plaie annulaire sur un pavla à fleur jaune (id., id.); — Observations sur l'effet des gelées précoces qui ont eu lieu les 11, 12 et i3 oct. i8x>5 (tomeVU , 1806);— Description d'une nouvelle espèce d'arbre à fruit du genre pêcher, nommé pécher d'Ispahan 'amygdalus persica Ispahamensis)' (id., id.);— Description de l'école d'agriculture pratique du Muséum d'histoire naturelle, en dix mémoires, imprimés dans les tomes X à XX (1807i3); — Mémoire sur une nouvelle sorte de greffe , avec une planche (tome XII , 1808) ; — Mémoire sur une nouvelle sorte de greffe, nommée greffe en arc , et sur les avantages qu'on peut en obtenir, avec une planche (tome XIII, 1809); — Mémoire sur une nouvelle sorte de greffe par approche,avec une planche (id.,id.);—Mémoire sur la greffe par rameaux , dite à orangers, son histoire, sa description , ses usages et ses différentes sortes, avee 6 pi. (tome XIV, 1809) ;—Suite de la description des greffes (tomes XVI et XVII , 1810 eti8n);— Histoire d'une nouvelle espèce d'arbre fruitier, étranger à l'Iîurope, et appartenant au genre du eoignassier, avec deux planches (tome XVII); — Histoire et description d'une nouvelle espèce de poirier, envoyée du montSinaï, avec, une planche (Mémoires du Muséum d'histoire naturelle, tome l*r, i8i5); — Mémoire sur la greffe Banks, nouvelle sorte , avec une planche (id. , id,) ; — Description d'une nouvelle sorte de greffe, nommée greffe yiïmorin , avec nue pi. (tome II, i8i5); — Description de Ia greffe Juge, nouvelle sorte, ou Mémoire sur la coïncidence des écorces dans la réussite des greffes , aves une pi. (id., id.);—Mémoire sur la greffe Maso ,

avec une pi. (id., id.);— Description de la grtf/s falttsy, avec une pi. (loine III, 1817) ; — Mémoire sur une prétendue greffe Columelle , avec une pi. (tome IX , 1822); — Description de la greffe Daubanton , avec une pi. (tome X , i8a3); — Mémoire sur une piaulai ion à travers les arbres, dite greffe des charlatans, avec une pi. (tome XI, i8»4)

Les publications importantes queThouin a enrichi d'articles relatifs à l'application de la botanique , à l'économie rurale, sont: 1" le Dictionnaire des se. naturelles , publié par Levranlt \ a° le JN.mv. Cours d'agriculture, rédigé sur le plan de celui de Rozier (Paris , Déterville, 1809, i3 vol. in-8 , et 1821a i8a3 , 16 vol. in-8); 3° le Nouveau Dictionnaire d'histoire naturelle appliquée aux arts , publié aussi par Déterville. Tbouiu est aussi l'un des principaux auteurs des deux volumes complémentaires (toin .XI et XII) du Cours romplet d'agriculture, etc., de l'abbé Rozier, publiés en 180S, in-4.

A la nomenclature des ouvrages de Thouin que nous venons de donner, les biographes de ce botaniste ajoutent qu'il fut chargé, pour l'anc. Académie des sciences, de la partie rurale de l'instruction que Louis XVI avait demandée à ce corps savant , afin de guider l'infortuné Lapeyrouse dans «on voyage autour du monde , et que le roi Voulut remettre lui-même au célèbre navigateur. On relit lonjours avec intérêt celte instruction que Thonin semblait avoir rédigée avec un soin particulier. Un ouvrage très-important du même genre, que Thouin publia plus tard, fut une instruction détaillée sur les recherches qui devaient être faites dans les colonies , relativement aux objets qu'il serait possible d'y recueillir, et sur la manière de conserver ces objets , et de les transporter. Personne n'avait fait de plus profondes recherches sur les divers moyens d'acclimater les plantes étrangères.

Thouin avait voyagé, vers 1780, en Auvergne: et ses observations sur cette intéressante contrée sont encore inédites ; dans un âge plus avancé, il fut, en 1793, envoyé en Hollande, en Flandre et en Italie ; il y séjourna plusieurs années. ... Il examina avec le plus grand soin tous les procédés de culture particuliers à ces deux pays; il recueillit une foule de notes intéressantes , dont la réunion forme plusieurs gros vol. manuscrits.... Dans son

Mémoire »ur t'arrotemeat (impr ) il fit connaître

toutes les espèces d'irrigations qui sont pratiquées avec tant de succès en Italie.

Thouin était généralement aimé , et les savants l'appréciaient; aussi plusieurs se sont-ils empressés de rendre des hommages à sa mémoire : il existe cinq ou six Éloges de l'ancien professeur de culture du Jardin du roi. M. Gordier, au nom des professeurs du Muséum d'histoire naturelle, et le baron G. Cuvier, au nom de l'Institut, prononcèrent les discours funèbres aux funérailles de ce patriarche des jardins. Le dernier a aussi prononcé L'Éloge de M. À. Thouin, dans la séance publique de l'Académie des sciences, du 20 juin 1824.On le trouve imprimé dans le Moniteur du 13 août suivant. M. Geoffroy Saint Hilaire, collègue de Thouin à l'Institut et au Jardin du Roi, lui a consacré une Notice intéressante dans la Revue encyclopédique, tome XXIV, pag. 555 et suiv. M. le baron A.-F. Silvestre a lu à la Société royale d'agriculture , le xo avril i8?5 , une Notice biographique sur ce botaniste , laquelle Notice a été imprimée dans le recueil de cette Société pour 1825, et tirée à part, in-8 de 27 pag. Enfin , M, A. Tbiébaul de Berneaud a publié aussi un Éloge historique de André Thouin, président de la Société linnéenne de Paris (182a , in-8 de 36 pag.

THOUIN ( Gabriel ), cultivateur, frère dp précédent.

— Plans raisonnes rie toutes les espèce» de jardina. Paris, Treuttel et JVttrlz, etc. , 1819-20. — IIIe édit. Paris, madame Hnzard, 1828, in-fol. de 58 pag, et 5$ pi. -, en noir, 5o fr. ; color., 100 fr.

Un troisième M. Thouin {.(.), frère des deux précédents, a fait insérer, dans le seizième volume des Annales du Muséum d'histoire naturelle , publ. en 1810, un Mémoire mr l'emploi dm mdehefer dans U jardinagi,

THOUNMANN , alors professeur à Halle.

— Description de la Crimée , traduite de l'allemand par Pfbffel et de Raynevai. Strasbourg, J.-G. Treuttel, 1786, in-8.

THOUREL (Albin), de Montpellier, avocat, habitait Bruxelles en 1827e! 1828, et y travaillait au Manneken. journal qui paraissait dans cette ville; on le retrouve plus tard habitant de Genève. On a de lui:

— Charlatan ( le ) et les Osages; épître à M. Froment, an sujet de son procès avec le colonel Delaunay. Bruxelles, Frécket, 1828, in-8 , I fr. 6 c»

— * Dîner (le) d'adieux, on les Projets, poème satirique à deux services et un épilogue. Par A. T., auteur de l'Épitre au général La Fayette. Bruxelles, Brohen, 1827, in-8, 1 fr.

— * Épitre an général La Fayette. Par Albin T. .. Paris, de l'impr. de Plassan , 1825 , în-8 de 16 pag.

— Histoire de Genève, depuis son origine jusqu'à nos jours; suivie de la Vie des hommes illustres qui y ont pris naissance , ou s'y sont rendus célèbres. Tout. I et IL Genève, l'Auteur; L. Collin et Comp** r i83a , 2 vol. in-8.

L'ouvrage devait avoir an troisième volume , non» ignorons s'il a paru.

Genève occupe dans l'histoire des peuples une place élevée et hors de toute proportion avec le chiffre de sa population et l'exiguïté de son territoire. Cette ville ouvrit ses murs hospitaliers aux victimes de toutes les secousses politiques , elle fut. le berceau de la réfurmalion; on voit tour a tour, dans ses annales , le libéralisme au sein de l'aristocratie . l'esprit de commune toujours luttant contre le despotisme et la féodalité; des intrigues, des guerres, des révolutions, tout ce qui révèle enfin un peuple né pour la civilisation, l'industrie et I» liberté.

Aussi les histoires de Genève ne manquent-elles pas; mais il est reconnu qu'aucun de leurs auteurs n'a envisagé le sujet d'une manière assez générale ni assez philosophique. En publiant ce nouvel ouvrage, l'auteur s'est proposé de suivre et d'indiquer plus spécialement, nu milieu du récit des faits les plus importants et le? mieux établis, tes progrès des mœurs , de l'industrie, et des institutions ci* viles , politiques et religieuses. Quant aux détails am-cdotiqaes, ou dépourvus de cette haute influence qui modifie les destinées d'une nation , rive ses fers nu Ils brise , il les a classés dans les vies des célébrités nationales auxquelles la contemporanéité les rattache.

Cette Histoire de Genève est donc divisée par époques de progrès , et chacune d'elles est terminée par un chapitre contenant l'appréciation des faits qui en ont signalé le cours. Étranger au pays, l'auteur s'est flatté aussi de l'être à tout esprit de coterie, de famille, de classe ou de parti.

—Recueil de chansons politiques et antres. Bruxelles, Grignon, i8a7,in-3a, 3a c.

THOURET ( Jacques - Guillaume ) , homme de loi, avant la révolution; depuis, l'un des membres les plus célèbres de l'Assemblée constituante, et l'an de ses présidents; né à Pont-1'Evêque, en Normandie, en août 1746, mort snr l'éehafaud révolutionnaire, le 22 avril 1794.

— Abrégé des révolutions de l'ancien gouvernement français. Ouvrage élémentaire, extrait de l'abbé Dnbos et de l'abbé Mahly, pour l'éducation de son fils. Édition stéréot. Paris, P. Ditlot; F. Didot, an ix (1801), ou 1818, in-18 de x et 299 pag., 1 fr. 20 c; snr pap. fin, 2 fr.; sur pap. -vélin, 4 fr., et sur gr. pap. vélin , format ■n-12.

Ouvrage publié par le 61s de l'auteur, G.-F.-A. Thouret, mort député du Calvados, en i83a.

« Ce livre n'est pas un chef-d'œuvre,cormneon l'a dit; mais c'est un bon modèle d'analyse. En 1817, la censure a acquis et fait briser la planche de cet ouvrage, et en a fait publier une édition prétendue clandestine, tronquée en plusieurs endroit» , et notamment dans les quatre dernières pages du livre second des « Observations sur l'histoire de France».

Autres éditions:

Paris, A. Comte , 1819, in-8.

IIIe édit. Paris, Lheureux , 1811, in-18, 3 fr.

IVe édil. Paris, Ladrange , i83o,in-i8, 3 fr.

Les dernières éditions sont augmentées d'une Notice sur Thouret, par son fils.

— * Adresse de remetcîment présentée an roi par les officiers municipaux de la ville de Rouen en assemblée générale. Rouen, 1789, in-8 de i5 pag.

Cette adresse, signée de' trente-et un officiers municipaux , a été rédigée par Thouret. Barb.

— Analyse des idées principales sur la reconnaissance des droits de l'homme en société et sur les bases de la Constitution. 1789,111-8.

— * Avis des bons Normands à leurs frères tous les bons Français de toutes les provinces et de tous les ordres, sur l'envoi des lettres de convocation aux États-Généraux. Rouen, février 1789, iu-8 de 55 pag.—Suite de l'Avis des bons Normands, dédiée aux assemblées des bailliages sur la rédaction du cahier des pouvoirs et ins

tructions. ( Par le même). Rouen , février 1789, in-8 de 60 pag.

— * Cahier des doléances, remontrances et instructions de l'assemblée du tiers-éiat de la ville de Rouen, destiné à être porté aux états-généraux , en 1789. Rouen , mars 1789, in-8 de 56 pag.

— Discours sur le plan du comité de constitution. 1789, in-8.

— Discours à l'Assemblée nationale sur le plan proposé d'aliéner les biens ecclésiastiques aux municipalités, dans la séance du 18 mars 1790. In-8.

— Discours à l'Assemblée nationale en ouvrant la discussion sur la nouvelle organisation du pouvoir judiciaire , séance du 24 mars 1790. In-8.

— Mémoire présenté au roi par les avocats an parlement de Normandie, sur les étalsgénéraux. Rouen, Sqyer, 1788, in-8 de i5 pag.

Ce Mémoire, signé au nom des avocats, par Terrj, syndic, et Legendre , secrétaire, a été rédigé par J.-G. Thoi:ret.

—* Mémoire que présentent à messieurs les maire et échevins de la ville de Rouen les communautés, corporations et citoyens particuliers de l'ordre du tiers-état de cette ville. Rouen, décembre 1788,10-8 de 20 pages.

Les communautés , etc. , prient les inaire et échevins de se rendre auprès du roi , pour demander, i° que les députés du tiers-état soient en égalité de nombre avec les députés des deux ordres privilégiés; 2° qu'ils ne puissent être choisis ni parmi les nobles ni parmi les anoblis; 3° que les trois ordres délibèrent en commun, et votent par tète dans l'assembla des États-Géuéraux.

Suit un arrêté du 3o novembre, par lequel les maire et échevins adhèrent au vœu exprimé dans ledit Mémoire , et chargent deux commissaires de le porter au pied du trône.

— * Procès-verbal des séances de l'Assemblée provinciale de la généralité de Rouen , en 1787. Rouen, 1787, in-4

— Projet de déclaration des droits de l'homme en société. 1789, in-8.

* Projet de l'organisation du pouvoir judiciaire, proposé à l'Assemblée nationale par le comité de constitution.Paru, Baudouin , 1790 , in-8.

— * Rapport du nouveau comité de constitution fait à l'Assemblée nationale, le mardi 29 septembre 1789 , sur rétablissement des bases de la représentation personnelle. Paris, Baudouin, 1789, in-8 de 24 pag.— Seconde partie du Rapport du nouveau comité de constitution fait à l'Assemblée nationale, le mardi 29 septembre 1789^ sur l'établissement des assemblées administratives et des nouvelles municipalités. Versailles^ Baudouin , 1789, in-8 de 24 pag.

— * Réponse du vrai patriote à la Lettre d'un b.on Normand pré tendu. Rouen, 178g, in-8 de 8 pag.

L'auteur réfute une critique anonyme de sou Avts aux bons Normands.

— Tableaux chronologiques de l'histoire ancienne et moderne , pour l'instruction de mon fils. Première partie, depuis les temps les plus reculés jusqu'à l'ère chrétienne. (Ouvrage posthume, publié par Guill,-Fr.Ant. Thouret, fils de l'auteur). Paris, Brissot-Thivars; Delaunayt etc., 182 1 , in-folio oblong de 246 pag-j 3o fr.

Cet ouvrage est divisé en trois sections; dans la première il y a autant de colonnes qu'il se trouve de peuples contemporains. La colonne des Romains ne pouvant contenir tous les développements nécessaires , on s'est borné, dans celte colonne, à l'indication des faits remarquables; mais l'histoire des Romains est le sojel de la seconde section , en a3t feuillets ou 4^> tableaux. La troisième section se compose de tableaux chronologiques de l'histoire des sciences et des arts che^ tous les peuples anciens. L'histoire civile et littéraire des Chinois et des Indiens jusqu'à l'ère vulgaire est comprise dans cette première partie.

La deuxième et dernière partie de l'ouvrage, qui devait comprendre Vhistoire moderne juqu'à nos jours, n'a pas paru.

Cette première partie a été reproduite, en 1824 , sous le titre de Tableaux chronologiques de l'histoire ancienne, depuis les temps les plus reculés jusqu'à l'ère chrétienne (Paris, Brissot-Thivars; Dupont, etc. ) , et en 1825 , sous le premier titre ( Paris, B. de Courval etcompe).

— * Vérités philosophiques et patriotiques sur les affaires présentes. 1788 , in-8.

La brochure dont il s'agit ici est: citée dans l'Introduction du Moniteur; mais M. Thouret fils, mort député , n'était pas certain qu'elle fut de son père.

On a encore de Thouret plusieurs discours et rapports prononcés dans l'Assemblée constituante, outre ceux qui sont déjà cités.

THOURET ( Guillaume-François-Antoine ), fils du précédent, bibliographe, député du Calvados, et membre delà Société royale des antiquaires de France; né à Rouen, le 16 juin 1782 , mort du choléra, à Paris, le 5juillet i832.

— Lettre aux électeurs de Pont-l'Évêque pour leur annoncer qu'il se porte candidat à la députation. Paris, le 4juin i83r. Paris, de l'impr. de F. Didot, i83i , in-4 de 2 pag.

Tbouret fut élu.

—Discours dans la discussion sur la pairie. Séance du 4 octobre i83i. Paris, de l'impr. de F. Didot, x83i, in-8 de 27 pages.

Le Journal de Rouen, de .... septembre 18 Ï2 , contient une lettre à un électeur de Pont-l'Évêque, dans laquelle le député expose à ses commettants les motifs qui l'ont empêché de donner sou adhésion au Compte-rendu de l'opposition.

On a encore de Thouret d'excellents articles dans « l'encyclopédie moderne », publiée par M. Cour tin , savoir: Abjuration (lova. Ier, p. 46—56); — Bibliothèque (loin. IV, pag. 3g3—4»5) ;~-Chevalerie (t. VI, pag. 483—5og) ; — Croisades (loin. IX, pag. 107— 137);—Univers (tom. XXIII , pag. a55—267); — Zingaret (tom. XXIV, pag. 237—242). Il a été fait un tirage particulier de l'article Bibliothèque (Paris t de l'impr. de Moreau, 1824» in-8 de 24 pag.).

Thouret a aussi publié , comme éditeur, deux ouvrages composés, pour son éducation , par son père: i° l'Abrégé des révolutions de l'ancien gouvernement français , etc. (1801); ?." les Tableaux chronologiques de l'histoireancienneel moderne. Première partie (1821}. (Voy. l'article précédent).

«Thouret a laissé de nombreux manuscrits contenant des traductions d'ouvrages anglais; un Dictionnaire de la langue française, ou Choix des phrases les plus remarquables prises dans Voltaire , Racine, J.-J. Rousseau , Bernardin de Saint-Pierre, etc. ; des éludes sur la langue grecque ; des travaux de jurisprudence , et enfin l'immense travail dont je vais parler plus au long , parce qu'il intéresse particulièrement les amateurs d'histoire littéraire.

«Forcé, en 1814. d'abandonner la carrière de la magistrature, Tbouret, pour qui l'occupation était un besoin , dirigea ses travaux vers l'étude spéciale de la bibliographie. Il conçut le projet d'une espèce a\' Encyclopédie bibliographique, dans laquelle il aurait donné , en forme de dictionnaire, et pour chaque mot de la langue qui ne s'y serait pas refusé, une indication complète de tous les ouvrages à consulter sur la matière indiquée parce mot. Ainsi, par exemple, à l'article Droit Cque je choisis exprès parce qu'il rappelle une science dans laquelle peu de personnes étaient aussi versées que Thouret), il avait rassemblé les titres des écrits les plus estimés ou les plus rares qui traitent de cette science en général , ou qui ne l'envisagent que sous quelques rapports en particulier. Après ces indications préliminaires, viennent des renseignements sur le droit de tous les peuples de l'univers, tant anciens que modernes, je ne crains point d'affirmer que ce travail , inachevé aux yeux de Thouret, et auquel, en effet , il était à même d'ajouter de nouveaux et précieux documents, est infiniment plus complet, en ce qui concerne le droit étranger, que l'ouvrage de MM. Camus et Dupin. Travailleur consciencieux. Tbouret ne voulait admettre dans son Dictionnaire que des renseignements positifs, et ne citer aucun ouvrage dont l'eiistence ne fût pas certaine. Il s'était , en conséquence, imposé l'obligation d'en relever les titres sur des cartes qu'il avait provisoirement classées par ordre alphabétique de noms d'auteurs» (ou de litres des ouvrages quand les auteurs n'étaient pas nommés sur les livres ; mais, en adoptant une méthode vicieuse qui le forçait, pour donner le fac-similé exact des litres, de le fajre précéder des articles (!', la, le, les). « Ceux qui ont été assez heureux pour le connaître , et qui savent avec quelle ardeur il se livrait à cette occupation qui lui plaisait, seront les seuls , sans doute , que je n'étonnerai point en disant que le nombre de ces cartes peut, sans exagération, être évalué à plus de cent mille : et ce n'était pour lui qu'un travail préparatoire (1) !» M. Ifenrion , mal informé , a dit, dans

(■)Tout en reconnaissant la justesse d'une grande partie de celte note , nous nous trouvons en contradiction avec son auteur pour le reste. Nous son « Annuaire biographique » pour i83a-34 , que le travail laissé par Thourel ne forme que 3o roi. in-4 : il eut clé exact d'ajouter, ei une grande masse de caries, rangées par noms d'auteurs ou par titres de livres,ainsi que nous l'avons dit plus haut.

« C'est arec joie que je m'empresse d'annoncer que ces précieux manuscrits ne seront pas perdus pour les bibliographes. M. de Verton, cousin et héritier de Thourel, a bien voulu , à ma sollicitation , en faire don à la ville de Paris*».

Note de M. J. Ravenel, tout-bibliothécaire de la ville, tirée du Joura, de ta libr. , ann. i83a, p. 607.

THOURET ( Michel-Augustin ), médecin qui a laissé un beau nom , frère de Jacques-Guillaume , et oncle du précédent; né en 1748,3 Pont-l'Évéque, où son père était notaire royal ; Thonret fut un des premiers membres de ta Société royale de médecine, fondée en 1776; il devint successivement professeur et régent de cette faculté, membre du conseil des hôpitaux militaires, et médecin du département de la police ( Comité de salubrité ); membre de l'Assemblée constituante; il fut appelé au comité de secours et de mendicité, et prit une part principale à ses mémorables travaux; pins tard; sous le Directoire , il fut nommé directeur de l'École de santé (depnis École et Faculté de médecine) et administrateur des hôpitaux de Paris et du Mont-de-Piélé, fonctions dans lesquelles il rendit à la classe malheureuse de trèsgrands services; membre du Tribunal, et ensuite du Corps législatif. Enfin , lors de 1 organisation de l'Université impériale , ïhouret en devint conseiller ordinaire, et remplit peu après , comme doyen,les fonctions de vice-recteur près la Faculté de médecine. Thonret était aussi membre de la Société de médecine de Montpellier, et de la Société médicale de Paris. Il est mort au Petit-Meudon, le 19 juin 1810.

avons eu plusieurs fois occasion de travailler avec feu Thnuret , soit à la Bibliothèque du roi , soit aux bibliothèques particulières , destinées à être vendues i et nous arons reconnu chez lui plutôt une manie de catalographie qu'une rentable passion pour la bibliographie : il travaillait sans plan arrêté , copiant les litres de tout ce qui lui tombait sous la main, précieux et commun, étendu et exigu. Plusieurs personnes Taraient engagea ne s'occuper que d'une spécialité, la Jurisprudence, et il était opte a produire un excellent travail sur celle matière; mais il ne voulut point s'y astreindre. Nous douions très-fort que le travail qu'il a laissé soit alors plus complet dans ses indications de livres de droit , que dans les autres spécialités. Qui trop embrasse , mal élreînt.

On troure une Notice biographique sur G.-l-'r.Ani. Thourel dans le Xe roluinedes Mémoires de la Suririr 10y. des antiquaires de France.

— An affectibus soporosis cmeiicum ? Parisiis, 1776, in-4.

Affirmative.

— An fracto cranio semper admovenda terebra? Parisiis, 1776, in-4.

Négative.

— An post longas de fatigationes , subitù institula vila deses, pericnlosa? Parisiis, 1775, in-4.

Affirmative.

— An retina priinariuin visionis organnin? Parisiis, 1774, in*4.

Affirmative.

— * Application sur l'espèce humaine dis expériences faites par Spallanzani , sur quelques animaux, etc. (Paris, Cil. Pougens ) , in-12 de 37 pages. (0. M.).

— * État (de 1') actuel de l'École de santé. Paris, an vi (1798), in-4.

— Extrait de la Correspondance de la Société royale de médecine de Paris , relative au magnétisme animal, imprimé par

ordre du roi. Paris, de l'impr. royale

Prault, 1785, in-4.

— Mémoire sur la compression du cordon ombilical, on Examen de la doctrine des auteurs sur ce point. Paris, 1780, in-12.

Imprimé aussi dans le recueil de la Société roy. de médecine , pour 17^0.

— Mémoire sur la nature de la substance du cerveau, et sur la propriété qu'il paraît avoir de se conserver long-temps après toutes les antres parties dans le corps qni se décomposent au sein de la terre; lu le a3 février 1790. Paris, 1790, in-12.

Imprime aussi dans le recueil de la Société roy. de médecine, année 1789.

— Observations et recherches sur l'usage de l'aimant en médecine, ou Mémoire sur le magnétisme animal. Paris, de l'impr. de Monsieur, 1783, in-12.

Avec le docteur Andry. Ces Observations ont paru d'abord dans les Mémoires de la Société roy. de médecine, pour l'année 1779.

«Cet ouvrage se compose de deux parties trèsdistinctes : l'une , en quelque sorte historique , expose les rapports du magnétisme animal, tel qu'il était connu des anciens, avec celui qui est admis par les modernes; l'autre partie contient des réflexions critiques, des dontes sur les preuves qui servent de bases à cette prétendue doctrine.Cependant , quarante ans se sont écoulés depuis la publication de cet écrit, et malgré le prodigieux perfectionnement des scirtices physiques , durant cette époque,Ne magnétisme se réveille; il est vrai que ses partisans, étrangers presque tous aux sciences, sont des hommes subordonnés à l'influence exclu

« IndietroContinua »