Immagini della pagina
PDF

L'Astrée, ou plusieurs Histoires, et sous personnes de bergers el d'autres sont déduits plusieurs effets de l'honnête amitié.

C'est le premier de nos romans ou les règles ont été observées. Sa réputation s'est soutenue plus d'an siècle , quoiqu'il ne soit pas sans quelques défauts. Mais où est le livre qui n'en a point? L'auteur y rapporte , sous des noms feints ou empruntés , de véritables histoires de son temps. Il n'y a pas oublié la sienne, qui est assez singulière. D'Urfé n'avait fait que les quatre premiers volumes , le cinquième fui achevé par B*»o, qui avait été attaché à d'Urfé. ,;

Visitée d'Urfé a été plusieurs fois réimprimée dans le cours du xvne siècle. Les éditions que nous connaissons sont celles de Paris , 1618 . 4 voL in-8. lbid. , i6»4, i63i , i63a , i633 , 1637, 5 vol.in-8.

Dernière édition , enrichie de figures de Michel

Lasne, Rouen, 1647, 5 vol. ; — et 1659 , 5 vol. in-8. L'édilion de 1733 n'est pas la meilleure, celles de de 1637 et 1647 sont plus estimées des amateurs.

Il existe nne traduction italienne de ce roman , par Oralio Persiani , Venezia , 1637, in-4. ^

Il existe une suite à ce roman sous le titre suivant: ...

Astrée ( 1' ) de MTM Honore d'Usm , cinquième

et sixième partie (00 continuation de ce roman par

de Bobstel). Paris , Bob. Fouet, 16262, vol. in-8.

Cette continuation , ouvrage médiocre , est moins

estimée que le livre de d'Urfé.

On a fait une critique du roman de d'Urfé sous ce titre : le Berger extravagant, où, parmi de» fantaisies amoureuses, on voit les impertinences de» romans el de la poésie , avec des remarques ( par Charles Sont). Paris, 1627, 3 vol. in-8. Elle existe aussi sous ce titre: l'Anti-Roman , ou l'Histoire du berger Lysis, accompagnée de ses remarques; par Jean de la Lande ( Charles Sobel ). Paris, i633 , i653 , 2 vol. in-8.

Ce livre a obtenu les honneurs de plusieurs éditions. C'est une espèce de critique du roman de l'Astrée. Il j a des endroits passables parmi beaucoup d'autres qui sont très-mauvais. Le livre n'a pas laissé d'être recherché de quelques personnes , parce qu'il est de Charles Sorel -, mais il n'a fait tort en rien à l'Astrée de d'Urfé.

Le titre du romau de d'Urfé a élé emprunte par quelques écrivains : ainsi, nous avons l'Astrée , Paris , 1678 , in 12 ; — Nouvelle Astrée , dédiée à S. A. fi. Madame. Amsterdam , 1713, ia-i*. C'est un bon abrégé de l'Astrée de d'Urfé, et qui, selon Contant d'Orville , aurait été fait par l'abbé de Choisv; —la Nouvelle Astrée, ou les Aventures romantiques du temps passé, traditions recueillies et publiées par Ch.-Fr.-Phil. Masson. Metz, I8od , 1 vol. in-12. . ,

M. Bernard, jeune typographe , employé a I imprimerie royale , et il qui l'on doit une .< Histoire du Forez », en 2 vol. in-8 , doit publier très-prochainement , eu un volume in-8 , des Eludes historiques et biographiques sur les d'Urfc , lesquelles renferment un assez bon nombre de pièces peu ou point connues d'Honoré. Ce volume s'imprime aux frais du gouvernement.

URHERSICxARRIS (Lor.). — Examen critique do. Manuel de la langue basque. Rayonne, Cluzeaux; Mauléon; Daguerre fils , 1827, in-8 de 3a pag.

On a publié , en réponse à cet Examen:

Plauto poligloto, o sea hablando libremente he

breo , canlabro , ecltico , islandès , hongaro , etc.,

seguido de una respueta à la impugnacion del Ma

final de la langua basca por Lor. Urhersigarris.

Toulouse, de l'impr. de.ï.-M. Douladoure, 1829, iiW2 de 24 pag.

URIRALD, pseudon. Voy. Fourkei..

URIGNAULT , on Vkigwaolt, docteur en médecine de la Faculté de Montpellier. — Nouvelles recherches sur l'économie animale. Paris , Dir/ot le jeune, 1782 , in-8.

TJRIOT (Joseph), né à Nanci, en 1713, fut d'abord acteur à Bayrentb, vint ensuite à Stuttgard, en 17 5g , on il fut professeur d'histoire, bibliothécaire et lecteur du duc de Wurtemberg, en 1763, et plus tard, en 177» , professeur de langue française et de dramaturgie à l'Académie militaire de Stuttgard. TJriot est mort le 18 octobre 1778.

Amour ( 1' ) fraternel , opéra-ballet

allégorique à l'arrivée 'de S. A. S. monseigneur le prince Frédéric de Wirtemberg et de S. A. R. madame la princesse , son épouse ( en deux actes et en vers libres). (Stuttgard), Cotla, 1775, in-4

Meusuel, dans son Allemagne littéraire, dit qu'on doit à Uriot beaucoup A'opéras-allégoriques , et des pièces détachées , en vers et en prose.

* Description de l'Académie Caroline

de Stuttgard, librement traduite en fiançais de l'original allemand, comp8sé par M. Bats. Stuttgard, 1784, in-8.

Description des fêtes données pendant

quatorze jours, à l'occasion du jour de naissance de S. A. S. Mgr. le duc régnant de Wurtemberg, le 11 février 1763. Stuttgard, 1763 , in-8.

Description des fêtes données à l'occasion du jour de naissance de S. A. R. Mgr. le duc régnant de Wurtemberg, le n février 1764. Stuttgard, 1764 , in-8.

Discours sur la richesse et les avantages

du duché de Wurtemberg. Stuttgard, 1770,

in-4.

* Lettre de M. U*** à madame la comtesse de M*** , à Erlangen. 1766, in-8.

* Lettres sur la franche-maçonnerie.

Francfort, 1742, 1748;—LsBnyt, 1743;

Stuttgard, 1769, in-8.

— * Vérité ( la ) telle qu'elle est contre « la Pure Vérité « ( de Manbert ), par une Société d'honnêtes gens, instruits de tout ce qui regarde la cour et les états de Wurtemberg. Stuttgard, 1765, in-8.

Lors de la polémique entre Maubert el Uriot , il parut encore un écrit intitulé:

Lettres wirtembergeoises , ou la Vérité sans faid imposée à la pure vérité, et à la vérité tells qu'elle est. Vrnibourg, 1766, in-8.

[ocr errors]

— *Voyages d'Emmanuel Crespel dans le ,
Cnnada, avec la Relation de son nanfrage,
eh revenant en France. Francfort, 1784 ,
in-8.

Uriot, en outre, a eu part au Dictionnaire des langues allemande et française deC.-Schwan

URQUHART ( P. ), secrétaire d'ambassade à Constantinople.

— Turquie ( la ), ses ressources, son organisation municipale , son commerce; suivis de Considérations sur l'état du commerce anglais dans le Levant. Trad. de l'anglais par X. Raymond. Ouvrage précédé d'une Introduction, par M. G. D. E. (Gust. d'EicHTAL), ex-membre du bureau d'économie politique à Athènes. Paris, Arthus Bertrand, i836 , a vol. in-8 , 16 fr.

L'Introduction de M. d'Eichtal a été imprimé aussi à part sous ce titre:

Les Deux Mondes. Servant d'introduction à l'ouvrage de M. Urquhart : « la Turquie et ses ressources». Publié avec l'autorisation de l'auteur. Leipzig , F.-A. Brockhaus, 1837, in-8 de 335 pag., avec une carte.

URRE ( le général d' ), de Basas (Gironde).

— * Essai sur la constitution et l'organisation des armées françaises; suivi d'un projet sur les haras. An vm (1800) , in-4.

URSIN (Pierre-François-Marie), littérateur, membre correspondant de la Société philotechnique et de la Société linnéenne de Paris, membre de la Société académique de Nantes; né à Nantes , en 1785, y commença ses études, qu'il acheva au collège de Pont-le-Yoy ( Loir-et-Cher ) , supprimé depuis peu. Il vint à Paris, vers 18o3 , pour y étudier la langue grecque et la jurisprudence , et s'y fit recevoir avoeat. Accueilli avec bienveillance dans les sociétés que fréquentaient Ducis, Bernardin de Saint-Pierre, Sainte-Croix, Ginguené,La Porte du Xheil et Bitaubé, il eut, pendant huit ans, l'avantage de puiser dans leurs conversations et leurs conseils le goût de l'étude et surtout des langues anciennes. M. TJrsin fut rappelé à Nantes , en 1811, pour y occuper une place de jugeassesseur au tribnnal des douanes. La suppvcsssion de ce tribunal, en 1814 , le rendit aux douceurs de la vie privée. Cette heureuse indépendance lui laissa tout le loisir de cultiver les lettres en amateur

ié. M. Ursin offre l'assemblage assez! de l'érudition et dn goût ; les recherpénibles et approfondies auxquelles il livré, n'ont pas nui à son talent poétique. On a de lui:

— Dernier (le) sacrifice humain. Poème. Paris, Ponthieu; Delaunay, 1824, iu-8 de 56 pages.

Le sujet de cette épopée aussi intéressante que inorale, est le triompbe du christianisme sur les restes du culte sanguinaire des Druides. On a reproche à l'auteur de n'avoir pas terminé son poème ù la mort du héros principal. H a voulu , sans doute, en compléter le cadre par la tradition sur la fondation de l'abbaye du Mont-Saint-Micliel.

— Discours prononcé à la séance publique delà Société académique (de Nantes), par Ursin , président. Nantes , de l'impr. de Mellinet - Malassis, 1828, in-8 de 36 pages.

Le sujet de ce discours, aussi bien pensé que bien écrit, est neuf et piquant. L'auteur y traite de l'antiquité et du caractère des monuments littéraires de l'Armorique , et examine leur influence sur la littérature moderne, et principalement sur Je genre romantique.

— Épître à Molière. Paris, Dentu, 1817, in-8 de 16 pag.

Accueillie favorablement, celle épitre a obtenu 1 honneur d'être traduite en plusieurs langues,et notamment en grec-moderne, par M. NicoloPodxjo.

— Fragments d'HoMERE ( et entre autres la Ceinture de Vénus ), traduits en vers français. Paris, 1807, in-8.

Extraits du et Moniteur», de la même année.

— Noces ( les ) de Thétis et de Pelée, poëme de Catulle , traduit en vers français , avec le texte latin. Paris, 1800. in-8."

— Recherches sur l'individualité dans le règne végétal. Nantes , de l'impr. de Mellinet-Malassis, 1828, in-8 de 16 pages.

Extraites dn « Lycée armoricain».

— Recherches sur les anciens peuples et sur les antiquités da département de la Loire-Inférieure. Paris, de l'impr. de Mellinet-Malassis; 1820, in-8 de 4 pag.

Avec M, Athenas.

— Sur l'origine des peuples de l'Armorique et du pays de Galles. Nantes , de l'impr. de Mellinet-Malassis, 1825, in-8 de 20 pag.

Extrait du Lycée armoricain.

— Sur les plus anciennes colonies établies

en Italie, et sur la religion primitive des fondateurs de Kome. Nantes , de l'impr. de Mellinel-Malassis, 18 a 5 , in-8 de 4° pages.

Extrait du « Lycée armoricain H.

Les trois morceaux tirés du Lycée armoricain que nous citons dans cette Notice ne sont pas les seuls dont M. Ursin ait enrichi ce recueil; mais ce sont les seuls qui , à notre connaissance , aient été tirés a part.

— Voyage à Vient et promenade en Auvergne ( en vers et en prose ). Nantes, de l'impr. de Vict. Mangin , J8iq , in-8 de 40 pages.

Ce voyage se fait lire avec plaisir, même après celui de Chapelle et de Bachaumont, et il a un mérite de plus, c'est qu'il instruit en amusant.

M. Ursin a en portefeuille une tragédie intitulée Charles-Martel, et deux comédies en cinq actes et en vers 1 f Homme aux paradoxes et l'Épicurien.

(Biog. univers, et port, des Cênlemp.)

URSIN BARBAY, architecte-géomètre, ancien arpentenr royal.

— Traité élémentaire snr l'astronomie , la géographie et la géométrie, sphères et globes de verre; suivi de tableaux , cartes et dessins nécessaires à l'explication de ce traLhê.Paris, Dentu, 1817, in-8 de 56 pag., avec 4 planches, 2 fr. 5o c.

URSINS ( Anne-Marie de La TréMoille , princesse des ) , femme célèbre dans les dernières années du règne de Louis XIV; morte à Rome, le S décembre 172a, Agée de 80 ans.

— Lettres inédites de madame la princesse des Ursins, précédées d'une Notice biographique sur madame des Ursins , par Léopold Coliik. Paris, Léopold Collin, 1806, in-12 , a fr. 5o c.

— Lettres inédites de madame de Maintenon et de madame la princesse des Ursins. Paris, Bossange frères, 1826, 4 vol. in-8, 28 St.

Voy. sur ces Lettres l'article Maiktemoh.

URSON (d'). — Coutume d'Anjou, mise en nouvel ordre, par d'Urson , et corrigée par Chevraye. Château-Gantier, 1733, in-12.

URTIN (Aristide). — Observations sur les communautés religieuses non autorisées, et snr la prohibition dont elles sont frappées pour recevoir des libéralités testamentaires, faïence, de l'impr. d'Autel, 1835, în-4 de 36 pages.

URT1S , avocat. — Nécessité du maintien de la peine de mort, tant pour les crimes politiques que pour les. crimes privés. Paris , Levavasseur, i83i,in-8, 6 fr.

URTUBIE (Théod.-Bernard-Simou, dit le chevalier d'), général d'artillerie (1), puis commandant de l'artillerie de la dixseptième division militaire jusqu'en août 1797 ; plus tard, lorsque son âge et ses infirmités l'obligèrent de prendre sa retraite, administrateur de la caisse d'amortissement; né à La Fère ( Aisne ), mort en 1807.

— * Petit ( le ) Manuel de l'artilleur, on Instruction par demandes et par réponses sur plusieurs objets d'artillerie; par M. le chev. ***. Bastia, lia si i ni, 1785, in-12.

— Le même ouvrage, sous ce titre : Manuel de l'artilleur, contenant tous les objets dont la connaissance est nécessaire aux officiers et sous-officiers de l'artillerie, suivant l'approbation de Cribeauval. Ve édition , totalement revue et augmentée de deux chapitres sur l'artillerie à cheval, et sur les manœuvres des pièces de campagne avec l'infanterie , et entièrement refondue quant à la partie chimique. Paris , an 111 (1795), in-8, avec 14 pi., 5 fr.

Le Manuel de l'artillerie , qu'on doit au général d'Urtubie , est le premier ouvrage de ce genre qui ait paru i il réunit sur-le-champ tous les suffrages, et devint le livre indispensable de tout officier d'artillerie. Si « l'Aide-Mémoire M du général Gassendi a depuis été préféré , c'est par une raison qui n'ôle rien au mérite dn Manuel. A mesure qu'un art se |ierfectionne, les derniers écrits qui en traitent doivent nécessairement l'emporter sur les premiers, par cela seul qu'ils en présentent l'état actuel. La primauté n'en reste pas moins à celui qui n'a été devancé par personne, et dont le livre a servi de modèle à de plus récents.

Heureux qui les premiers marchent dans la carrière!

URVILLE (J. d'). Voy. Dijmokt n'Uii

VILI.E.

USANNAZ ( A. ). Voy, Vsakjsaï.

USLAR (le général). — Sur l'incursion du major Schill dans le royaume de Westphalie. Bruxelles, 1809 , hr. in-8.

USSÉ (madame d'), vécut dans le Xviii* siècle. Elle est auteur de quelques vers de société, insérés dans les « Amusements du cœnr et de l'esprit ».

(1) Le chevalier d'Urtubie avait un frère ( LouisJean Charles ) aussi général d'artillerie ■ mort en 1809 , mais de qui l'on ne connaît aucun écrit.

USSIÈRES (H. d'). Cyiuset Milto,
on la République. Genève, 1796 , iu-8.

TJSSIEUX ( Louis d' ) , homme de Iet-
Ires, membre du Conseil des Anciens, plus
taTd membre du conseil général du départe-
ment d'Eure-et-Loir, membre de l'Académie
de Montaubanet de la Société d'agriculture
de Paris; né à Angoulême, mort le al
août i8o5, âgé de 5g ans.

Berthold, prince de Moravie, anecdote

historique. Paris, Costard, 1773,.in-8.

Cette anecdote forme aussi le n° 3 du lotne I
d'une snile du Décamiron français.

— Décaméron ( le ) français, ou Anecdotes
historiques et amusantes. Paris, Edme,
177a, in-8, sur gr. pap., avec figures;
ou Amsterdam , Van Harevelt, 1776,»
vol. in-ia.

Ersch dit, par erreur, que cel ouvrage a paru
de 1772 à 1782 par numéros , et que la collection
forme 5 vol. in-8 : cela eut clé juste s'il avait ajouté:
avec les Nouvelles françaises.

La plupart des bibliographes , trompés par le
litre de cet ouvrage, attribuent à d'Ussieux uoe
traduction du Décaméron de Boccace.

* Endymion , conte comique, suivi du

Jugement de Paris (imitations de Wielahd).
In-8 de 5a pages.

— * Gabrielle de Passy, parodie de Ga-
brielle de Vergi. Paris, veuve Duchesne ,
1777, in-8.

Avec Imberl.

— Grâces ( les ), poëtne imité de l'alle-
mand (de WnLiji)). Copenhague, 1771,
in-8.

— Héros (les) français, ou le Siège de
Saint-Jean-de-Lône, drame héroïque en
trois actes, en prose; suivi d'un précis
historique sur cet événement. Amsterdam,
et Paris, Le Jay, 1773 , in-8 , fig.

Celte pièce fut représenté en 1780, au Théâtre-
Français , mais avec très-peu de succès , malgré le
brillant spectacle qu'offrait le dernier acte ; et elle
n'a pas été reprise.

* Histoire abrégée de la découverte et

de la conquête des Indes par les Portugais.
Bouillon, et Paris, Fétil, i77i,ini». Histoire de la littérature française , de-
puis les temps les plus reculés jusqu'à nos
jours , avec un Tableau du progrès de la
monarchie. Tomes I et II. Paris , Edme ,
vol. in-12.

férents auteurs. Madrid {Paris , Rualtlt),
177a, 1 vol. in-12.

— Nouvelles françaises. Amsterdam, et
Paris, Nyon Vaine, 1775-1784 , 3 vol.
in-12 , ornés de gravures et de vignette».

Cbaque volume renferme cinq nouvelles.

Ces Nouvel/es, qui font suite au Dicamiron fran-
çais , ont paru en quinze numéros détachés. Le prix
de cbaque numéro était de 2 fr. Isa c.

Ces deux recueils . ornés d'estampes et de vi-
gnettes très-bien exécutées, sont encore recherchés
par les amateurs de belles impressions.

—Nouvelles et Anecdotes historiques. Pa-
ris, rue Saint-Jean-de-Beauvais, 1774.
gr. in-8 , orné de belles gravures.

Outre les ouvrages que nous venons de citer de
d'Ussieux, on a de lui des articles dans le Journal
de Paris, dont il fut, en 1777, l'un des fondateurs et
des premiers rédacteurs : il a aussi donné plusieurs
Uimoirts au recueil de la Société d'agriculture , et
l'article vigne au tome X du Cours complet d'agri-
culture de Rozier (1800). On trouve de lui des notes
dans la nouvelle édition du Théâtre d'Agriculture
d'Olivier de Serres et dans le Traité sur l'art de faire
le vin , 1801, 2 vol. in-8.

Comme traducteur, on lui doit ïa publication des
ouvrages suivants: i° le Nouveau don Quichotte,
imité de l'allem. de Wnixin (1770 , in-ix). Cette
traduction, qui a paru sous le voile de l'anonyme ,
est attribuée par quelques personnes à madame
d'Ussieux;— 20 Roland furieux, de I'axioste , tra-
duction nouvelle (1775, 4 vol. in-8); —3° (en
société avec divers auteurs: l'Histoire universelle,
depuis le commencement du monde jusqu'à présent,
trad. de l'anglais (1779—89, 126 vol. in-8).

H a été aussi l'un des éditeurs de la Collection
universelle des Mémoires particuliers relatifs à l'his-
toire de France (1785 à 1790 , 67 vol. in-8), et (en
société avec Du Chesnoy. son beau-père) de la pe-
tite Bibliothèque des dames.

COURTIH

1772

Avec Bastide l'aîné
16 volumes.

Cet ouvrage devait av

■ Nouvelles espagnoles , traduites de dif-

USS"Ï (le comte d'). Voy.
D'ussy.

TJSTARIZ (Don H.)- — Théorie et
pratique du commerce et de la marine ,
traduction libre de l'espagnol par Vkkoh
De Fobbohicais. Paris, iitt , in-4) ou
a vol. in-ia.

TJSTERI (Paul ). — Discours sur le pro-
jet d'arrêté de la diète contre l'abus de la
publicité en matière de politique intérieure,
prononcé dans l'assemblée du grand con-
seil du canton de Zurich, le lojnin 1828,
trad. de l'allemand par M. P. Genève (Pa-
ris), 1828, in-8.

Manael dn droit public de la Suisse ,

contenant le nouveau pacte fédéral, les
actes y relatifs, et les constitutions des
vingt-deux cantons qui composent actuel-
lement la confédération suisse, accompa-
gné de notes statistiques et autres, par
Usteri. ( En allemand et en français ). Sec.
édition. Aaratt, 1821, 3 vol. in-12.

Ce Manuel , composé en grande partie de pièces el documents officiels, est indispensable pour ceux qui désirent se faire une idée exacte 'de l'organisa* tion politique de la Suisse. L'auteur des notes, M. Usleri, est un des premiers magistrats du canton de Zurich , il se distingue autant par ses lumières que par son amour de la liberté et sou courage moral.

— Motifs de l'amendement à la loi sur la presse ( dans le canton de Genève ). In-8.

USUARD ( d' ). — Martyrologe, publié sur le manuscrit autographe de l'abbaye Saint-Germain-des-Prés, par Dom Jacq. Bouillart , avec notes. Paris, 1718, in-4.

UTEHT-FRIEDEL ( madame ). Voy.

FftlKDEL.

UTINET ( M.-F. ). — Sainte ( la ) alliance des rois et celle des peuples , ou Régénération politique de l'Europe , ode , suivie de l'Ère nouvelle, cantate. Lyon ,

madame Durval, i83o, in-8 de 16 pag. , 75 c.

UTRUT ( le baron d' ), général.

— Mon histoire, on l'Homme aux trois noms. Paris, Tardieu-Denesle , 1814, 3 vol. iu-12 , 7 fr. 5o c.

— * Recueil des lettres d'un ressuscité à tous ceux qui ont eu une grande influence dans la politique et le gouvernement de la France, depuis 1788 jusqu'à ce jour, et à ceux qui en ont et doivent avoir encore. Par L. B. D. Paris , Poulet, 18 t4, in-8 de 5a pag.

UYTWERF, libraire hollandais. Voy.

RlCHARDSON.

UZA.NNE. — Un cœur de mère , ou les Rivales, comédie-vaudeville en deux actes ( et en prose ). Paris, de l'impr. de Doudey-Dupré, i836, in-8.

Avec M. Fournier.

FIN DU NEUVIEME VOLUME.

« IndietroContinua »