Immagini della pagina
PDF

LITTÉRAIRE,

OU

DICTIONNAIRE BIBLIOGRAPHIQUE

DES SAVANTS, HISTORIENS ET GENS DE LETTRES DE LA FRANCE,
AINSI QDE DES LITTERATEURS ETRANGERS QUI ONT ÉCRIT EN
FRANÇAIS , PLUS PARTICULIEREMENT PENDANT LES XVIII* ET
XIXe SIÈCLES.

Ouvrage dans lequel on a inséré, afin d'en former une Bibliographie nationale complète
l'indication i° des réimpressions des ouvrages français de tous les âges; 2° des diverses
traductions en notre langue de tous les auteurs étrangers, anciens et modernes; 3° celle
des réimpressions faites en France des ouvrages originaux de ces mêmes auteurs étran-
gers, pendant cette époque.

PAR Jî-M! QUÉRARD.

The chisf glory of eTery people arites
from ils autliors. Johnson.

TOME NEUVIÈME.

PARIS,

CHEZ FIRMIN DIDOT FRÈRES, LIBRAIRES,

RUE JACOB, N° 56.
M DCCC XXXVIII.

[ocr errors][ocr errors]
[graphic]

LA FRANCE

LITTÉRAIRE.

SEA

SÊA, élève du corps du Génie français.

— Mémoire ur la fortification permanente, ponr servir à la construction d'un front de fortification sur le terrain. SaintPétersbourg, Pluchart, i8ir, on 1819, in-4. avec Atlas de la planches, »4 fr.

SEABRA DE SYLVA (Joseph de)'rconseiller de la chambre des supplications et procureur-général de la couronne de Portugal.

— Recueil chronologique et analytique de tout ce qu'a fait en Portugal la société nile de Jésus, depuis son entrée dans ce royaume, en 1.T40, jusqu'à son expulsion, en 1759. ( Trad. du port. ). Lisbonne, 1769, 3 vol. in-ia.

— Réquisitoire présenté à S. M. T. F. dans une audience publique, contre les jésuites; trad. du portugais. 1768 , in-ia.

SEAIXY ( John ).—Amours ( les ) d'Émire et de Calisto, ou la Fatale Succession; trad. de l'angl. par L.-H. Nirel. Londres, et Paris, Desenne, 1777, in-ia.

SEBA ( Albert ), pharmacien, connu dans les sciences par la description de son cabinet d'histoire naturelle: né en i665, à Ezeln, village du bailliage de Friedburg en Oost-Frise, mort à Amsterdam , le 3 mai 1736.

—- Locupletissimi rcruin naturalium Thesatiri accurata descriptio, et iconibus artinciosissimis expressio per universam physices historiam; opus, cui in hoc rerum génère nullum par extitit, ex loto terra

ram orbe collegit, dïgessit, descrtpsit et depinxit, enravit Alb. Seba. Tom. I, Amstelodami, 17^4, ni planches; tom. II, ibid., 1735, 114 planches; tom. III, ibid., 1761, 116 planches ; tom. IV, ibid., 1765,108 planches. En tout, 4 vol. grand in-folio.

Il y a deux éditions du texte : Pune latine , avec la traduction hollandaise en regard; l'autre également en latin, avec la traduction française.

La publication de cet oovrage est due à Jaueourt, Gatibius, Musschenbroeck et P. Massuet. Les tables latine et française sont de Robinet. «Cet ouvrage n'est pas dans le cas de la plupart des descriptions d'anciens cabinets qu'on ne consulte plus aujourd'hui. C'est encore un trésor d'une richesse infinie pour presque toutes les branches de l'histoire naturelle, et aucun naturaliste ne peut se dispenser d'y avoir souvent recours. Plusieurs des belles figures qu'on y trouve ont été répétées dans d'autres ouvrages , de sorte qu'il est d'un continuel usage pour la vérification de la synonymie. Le cabinet de Séba embrassait les trois règnes de la nature. Il s'y trouvait dés choses tellement rares qu'on n'en connaît encore que les mêmes individus existant dans la collection primitive. A la mort de Séba , une partie de ce beau cabinet passa dans celui du stadthouder. Une partie des planches de l'ouvrage n'est pas disposée dans un ordre méthodique, et renferme des objets tout à fait différents; l'autre est un peu plus exacte, et les règnes an moins s'y trouvent distingués. Les figures sont en général bien dessinées, et gravées avec soin. Beaucoup d'exemplaires sont enluminés, et quelques-uns même fort bien.• Quant aux descriptions, elles gâtent l'ouvrage, et le texte étant écrk sans jugement et sans critique, ne jouit d'aucune autorité. On peut même dire qu il a nui à la science pendant plus de soixante ans. Seba avait acheté ses objets indifféremment dans foutes sortes de ventes-; il en avait reçu d'une foule de marchands; quelques-uns à la vérité lui étaient venus par des vaisseaux , mais ceux-ci euxtnémes avaient touché dans plusieurs pays, de sorte que le texte ne donne presque rien de certain sur te climat. Seba lui-même parait avoir eu peu

de connaissance des livres et des auteurs précédents. Tous les noms qu'il impose aux différents objets de son cabinet leur ont élé donnés fort à la légère. Très-souvent il applique un nom mexicain d'Hernaudez à un animal des Indes orientales, et réciproquement à un animal d'Amérique un nota tiré de Boulins , ou de quelque autre descripteur des pays indiens. La patrie des objets et les noms qu'il donne sont donc tout à fait arbitraires el le plus souvent inexacts. Cependant Séba a été Tauleur principal consulté par Linné, Buffon , Salerue, Klein, en un mot par presque tous les auteurs du XVIIIe siècle jusqu'à peu près vers 1770, parce que ce ne fut qu'alors que les Anglais et les Français , en particulier Buffon, donnèrent un assez ^rand nombre de figures pour qu'on put les citer de préférence à Séba , qui jusqu'à cette époque en avait offert le recueil le plus considérable. Ou a pendant longtemps adopté et répété aveuglément ses idées et tout ce qu'il a dit sur la patrie des différents objets dont il traite, de manière qu'on a commis une foule d'erreurs. Mais on peut avoir assez de confiance dans les figures, particulièrement pour les reptiles , et entre autres pour les serpents. Il y a tel animal qui se trouve repété jusqu'à douze ou quinze fois, seulement avec de légères différences dans les postures. Cbaque fois Séba le fait reparaître sous des noms différents et avec des indications de pays relatives à ces noms. Il résulte de là que les naturalistes qui sont venus après lui ont écrit souvent que tel ou tel animal se trouvait dans les quatre parties du monde. Ce n'est que depuis les progrès faits par l'histoire naturelle géographique qu'on a reconnu qu'aucun animal, excepté les très-grands oiseaux de proie, qui peuvent traverser l'Océan , ne se trouve dans des contrées aussi éloignées. Buffon le premier a rendu attentif à cette erreur grossière de Seba , qui avait trompé Linné et tous ses contemporains. » ( Note de M. AJ. L. Jourdain , Biogr. inédic. )

Vendu chez Met de Sajnt-Ceran, 600 f., et en 1786, à l'hôtel de Bullion , le même prix; niais d ordinaire s5o à 3oo francs. Un exemplaire particulier, dont toutes les figures étaient anciennement coloriées, a été vendu i,55o fr. chez le duc de La Vallière, en 1784; et /j.tioo fr. à l'hôtel de Bullion, en 1786. Quant aux exemplaires nouvellement enluminés à Paris, ils sont moins recherchés, et quoiqu'ils coulent 1800 fr. , ils ne conservent pas la moitié de ce prix dans les ventes. Les exemplaires avec le texte en latin et en hollandais sont encore moins chers.

— Planches de Seba ( Locupletissiinirerum naturaliiim Thesauri accurata descriptio), accompagnées d'un texte explicatif mîs an courant de la science, et rédigé par une réunion, de savants : MM. le baron Cuvier, Desmarest, J. Geoffroy Saint-hilairk,

AtJDOlIÏ, BoiSDTJVÀL, GCILLEMIIÏ , VALEEf

ctEHHiis, le baron de Férussac, Lf.sson , Guéritt , Eudes Deslonchamps 5 ouvrage publié sous les anspices de MM. les professeurs et administrateurs du Muséum royal d'histoire naturelle de Paris, par les soins de M. E. Guérin. Paris et Strasbourg, Levrault, 1827 et ann. suiv., in-4.

Cette édition, qui renferme 45o planches, a élé publiée en 4^ livraisons au prix de 4 fr. l'une,

Ces /)5o planches sont tirées de l'ancienne édition. Quant au texte, la rédaction en avait été

entreprise par M. de Férussac; mais il est mort après avoir fait imprimer la première feuille.

Déjà au commencement de ce siècle le libraire Pougéns avait annoncé une nouvelle édition du Cabinet de Seba , sous le titre de Description exacte des objets précieux composant le cabinet d'histoire naturelle d'Albert Seba. Celte édition , qui devait être publiée en 5n livraisons de 9 planches, n'a pas même reçu un commencement d'exécution.

SÉBARRIËRES (Claude de), maire de Saint-Loup ( Haute-Saône ).

— * Essai sur l'histoire militaire du bourg de Saint-Loup, chef-lieu de canton, au département de Saône-et-Loire. Au Champ de Mars , à Saint-Loup , 1790, in-8 de43 pag. ( D. M. )

SEBASTER.— Éclaircissements au sujet de la maladie d'un officier d'artillerie, qui a donné occasion à la lettre raisonnée de Louis **, etc. ; parM. F. S. et S., médecin de la faculté de Perpignan. 1744» in-4 de 39 pag> Avec Franc. Simon. ,

SÉBASTIANI (le comte François-Horace-Bastien ), l'un des plus braves généraux de Napoléon, ministre d'État après la révolution de i83o,nçlen novembre 1775, à la Porta , île de Corse , d'où il prend le nom de Séhastiani délia Porta, et issu, d'après lui, d'une ancienne famille, tandis que, d'après les uns, elle était tonte roturière, et que, d'après les autres, sou père n'était même qu'un artisan aisé. M. le comte Sébastian! a dû son avancement rapide à la protection de Napoléon, dont il était Je compatriote, et non le parent, comme il l'insinuait. M. Séhastiani fut fait colonel,en 1799, sur le champ de bataille de Véronne; chargé , sous le Consulat, de missions diplomatiques dans le Levant; depuis , et successivement, général de brigade, en 1804; ambassadeur à Constant!nople, en 1807; général de division, après la bataille d'Àusterlîtz; député à la Chambre des représentants, en 1815, et membre (de l'opposition ) de la Chambre des députés pour la Corse, en 1819, et pour Vervins, en 18265 ministre d'abord de la marine, ensuite des affaires étrangères, en I83ij ministre sans portefeuille; plus tard, député ministériel; enfin, ambassadeur à Naples, puis à Londres.

— Discours prononcé dans le comité secret du 3i janvier t8ai , par MM. Manuel, le général Séhastiani , Chauvclin, etc., etc.

SEB

Paris, Brissot-Thivars, 1821,in-8 de Oop.

— Discours sur le projet de loi relatif aux délits de la presse. ( Chambre des députes , séance du 2a janvier 1822). Paris, de Vimpr. de Baudouin, 1822 , in-8 de 12 pag., 5o c.

— Etat actuel de la Corse, caractère et mœurs de ses habitants. Paris, Kleffer; Moreau, 1821 , in-8 , 5 fr.

Cet ouvrage, imprimé sous le nom de P, S. i'oiiipÉi, est en grande partie du général Sébastian!.

— Opinion de M. le général Sébastiani, improvisée en réponse à M. le président du conseil des ministres. ( Comité secret, séance du 3 février i8a3 ). Paris, Baudouin frères, etc., 1823, in-S de 8 p. 75 c.

— Opinion sur l'emprunt des 100 millions. Paris, Baudouin frères, 1823, in-8 de 16 pag., 75 c; ou 8 pag, ?5 c.

— Opinion de M. le général Sébastian!, député du département de l'Aisne, sur le projet d'adresse de la Chambre des députés. Paris, Baudouin, 1827, in-8 de 16 pag.

— Réponse du général Sébastian!, député. de l'Aisne , à M. Gay-Lnssac, membre de l'Académie des sciences. Paris, de l'impr* de Fain , 1828 , in-8 de 4 pages.

— Sébastian! ( le général ) à Messieurs les électenrs de l'arrondissement de Vervins. Paris, del'impr. de Fain, 1825, in-8 de 16 pages.

On doit au comte Sébastian! plusieurs autres Discours comme député et comme ministre, lesquels ont été recueillis par tous les journaux.

SÉBASTIANI (Léopold). — Pharaons ( les ) d'Abraham , de Joseph et dé Moïse, constatés par l'Écriture sainte et par des monuments égyptiens. Dissertation publiée à Rome. Traduite de l'ital. par J.-B. J**\ Lyon, de fimpr. de Pelagaud, 1837, in-8 de 48 pag.

SÉBILLOTE ( l'abbé ). — Méthode ( nouv. ) latine , avec des principes détaillés pour l'explication du latiu. Paris, de Cimpr. de Sajou, 1812, iu-12 , 2 fr.

SERIRE, avocat à Paris, l'un des directeurs de l'Encyclopédie du droit (i836).

SEBIZIUS (Melchior), professeur en médecine à Strasbourg , sa patrie , de 1 -01 à 1704; né le 18 janvier 1664, mort à Strasbourg, le 18 novembre 1704.

— Dissertatio de urinatoribus et arte urinandâ. Argentorati, 1700 , in-4.

Sebizitts avait publié précédemment trois autres dissertations dont la Biographie médicale donne les titres.

SEC 7

SEBIZIUS ( Joh.-Geo ). — Febre ( de ) petechiali. Argentorati, 1709, in-4.

SÉCHELLES. Voy. HÉRAntT De

CHELLF.S.

SECKENDORF (de). — Histoire delà, reformation en Allemagne. Bàle , 1784, 5 vol. in-8.

— * Souffrances (les ) du jeune Werther traduites de l'allem. (1776). Voy. Goethe'.

SECOND (J. Everts, plus connu sons le nom de Jean ). Voy Jeam Secomd.

SECOND ( Albéric ). — Trichemont fils. Vaudeville en un acte. Angouléme, de i'imprim. de Texier-Trémeau, 1836, in-8.

Avec M. Marc Michel.

SECONDAT (Jean-Baptiste, baron de), agronome , ancien conseiller au parlement de Bordeaux, directeur de la ci-devant Académie de cette ville, fils de l'immortel auteur de l'Esprit des lois; né en 1716 à Marlhilhac, près de Bordeaux, mort dans cette ville, le 17 juin 1796.

— * Considérations sur la constitution de la marine militaire de la France, Londres, 1756, in-8.

L'auteur y donne une idée exagérée de nos ressources.

— * Considérations sur le commerce et la navigation de la Grande-Bretagne, trad. de l'anglais (1750). Voy. Jos. Gee.

— Mémoire sur l'électricité. Paris, veuve David, 1746, in-8.

C'est une réfutation de la théorie que l'abhé Nollet venait de donner de celte découverte alors récente.

— Mémoire sur la maladie épizootique des boeufs en 1774. 1775 , in-8.

— Mémoires sur l'histoire naturelle du chêne; sur la résistance des bois; sur les arbres forestiers de la Gnienne; sur les champignons qui paraissent tirer leur origine d'une pierre ; sur la maladie des bœufs en 1774; sur la culture de la vigne et sur le vin delà Guienne. Paris, Deburc, 1785, in-fol. de 92 pages avec i5 planches.

— Observations de physique et d'histoire naturelle sur les eanx minérales de Dax, de Bagnères et de Barège. Paris, i75o, in-12.

On y trouve des remarques intéressantes sur les causes de la chaleur des eaux thermales, et Une description exacte de la fontaine d'Aqs.

SECONDS ( le P. ), prieur de Saintes.

— *État canonial des Dominicains, ou Extrait d'une dissertation excellente et rare

« IndietroContinua »