Bérénice. Bajazet. Mithridate

Copertina anteriore
De l'imprimerie de Louis Cellot. [et Chez Charles Panckoucke], 1768
 

Cosa dicono le persone - Scrivi una recensione

Nessuna recensione trovata nei soliti posti.

Altre edizioni - Visualizza tutto

Parole e frasi comuni

Brani popolari

Pagina 342 - Je sais tous les chemins par où je dois passer ; Et si la mort bientôt ne me vient traverser, Sans reculer plus loin l'effet de ma parole, Je vous rends dans trois mois au pied du Capitole. Doutez-vous que l'Euxin ne me porte en deux jours Aux lieux où le Danube y vient finir son cours?
Pagina 390 - D'autres armes sans toi sauront me secourir; Et périsse le jour, et la main meurtrière Qui jadis sur mon front t'attacha la première.
Pagina 17 - Toutes ces critiques sont le partage de quatre ou cinq petits auteurs infortunés qui n'ont jamais pu par eux-mêmes exciter la curiosité du public. Ils attendent toujours l'occasion de quelque ouvrage qui réussisse, pour l'attaquer, non point par jalousie, car sur quel fondement seraient-ils jaloux?
Pagina 344 - Capitole où j'étais attendu : Détruisons ses honneurs , et faisons disparaître La honte de cent rois , et la mienne peut-être ; Et , la flamme à la main , effaçons tous ces noms Que Rome y consacrait à d'éternels affronts.
Pagina 300 - Prêts à vous recevoir, mes vaisseaux vous attendent ; Et du pied de l'autel vous y pouvez monter, ' Souveraine des mers qui vous doivent porter.
Pagina 122 - Adieu. Servons tous trois d'exemple à l'univers, De l'amour la plus tendre et la plus malheureuse Dont il puisse garder l'histoire douloureuse.
Pagina 342 - Doutez-vous que l'Euxin ne me porte en deux jours Aux lieux où le Danube y vient finir son cours ? Que du Scythe avec moi l'alliance jurée De l'Europe en ces lieux ne me livre l'entrée ? Recueilli dans leurs ports, accru de leurs soldats, Nous verrons notre camp grossir à chaque pas.
Pagina 361 - Si le sort ne m'eût donnée à vous, Mon bonheur dépendait de l'avoir pour époux. Avant que votre amour m'eût envoyé ce gage, Nous nous aimions... Seigneur, vous changez de visage"
Pagina 342 - Ils savent que , sur eux prêt à se déborder , Ce torrent , s'il m'entraîne , ira tout inonder ; Et vous les verrez tous , prévenant son ravage , Guider dans l'Italie et suivre mon passage. C'est là qu'en arrivant, plus qu'en tout le chemin...
Pagina 59 - N'at-il que des États qu'il me puisse donner ? Depuis quand croyez-vous que ma grandeur me touche ? Un soupir, un regard, un mot de votre bouche, Voilà l'ambition d'un cœur comme le mien : Voyez-moi plus souvent, et ne me donnez rien.

Informazioni bibliografiche