Daniel Manin

Copertina anteriore
Furne, 1859 - 423 pagine
 

Cosa dicono le persone - Scrivi una recensione

Nessuna recensione trovata nei soliti posti.

Pagine selezionate

Altre edizioni - Visualizza tutto

Parole e frasi comuni

Brani popolari

Pagina 8 - J'ai , moi , du gouvernement et de la police , une meilleure opinion ; je n'admets pas qu'ils entendent créer des fous par décret. Si Padovani est coupable , il ya des lois. » Le gouverneur de Venise, le comte...
Pagina xvi - II est trop évident que, si on laisse à l'empereur Venise, le Frioul, le Padouan, la terre ferme jusqu'aux bords de l'Adige, dont le cours se dessine de manière à le faire entrer dans le cœur de la Lombardie, l'Autriche donnera la main à Naples et à la Toscane, sans parler de l'Istrie et de la...
Pagina xvii - Calculons tout au pis , citoyen général; admettons l'hypothèse que repoussent votre génie et la valeur de votre armée : supposons-nous vaincus et expulsés de l'Italie. Alors , ne cédant qu'à la force et au hasard des armes, notre honneur sera sauf, nous serons demeurés fidèles aux vrais intérêts de la France, et nous n'aurons pas connivé à une perfidie, qui n'aurait point d'excuse, puisqu'elle entraînerait des effets plus sinistres que les chances de guerre les plus défavorables.
Pagina xvi - L'Autriche eut de tout temps le désir et la volonté de s'établir en Italie, d'engloutir par degrés tous les petits Etats qui partageaient ce beau pays et de réaliser par là les titres chimériques de son saint - empire romain.
Pagina 362 - Nous ne demandons pas à l'Autriche qu'elle soit humaine et libérale en Italie, ce qui, du reste, lui serait impossible, quand même elle en aurait l'intention; nous lui demandons qu'elle s'en aille. Nous n'avons que faire de son humanité et de son libéralisme : nous voulons être les maîtres chez nous. Le but que nous nous proposons, ce que nous voulons tous, sans exception, le voici: indépendance complète de tout le territoire italien; union de toutes les parties de l'Italie en un seul corps...
Pagina xvii - Toute la question se réduit à savoir si nous voulons, si nous devons livrer l'Italie à l'Autriche. Or , le gouvernement français ne le doit et ne le veut pas. « Ainsi donc, il préfère les chances de la guerre, plutôt que de changer un mot à son ultimatum , déjà trop favorable à la maison d'Autriche. En reprenant les armes, il conserve l'honneur et les intérêts de la France...
Pagina 92 - Notre devoir de protester formellement et hautement dans cette solennelle assemblée, contre une telle résolution entièrement contraire à Nos pensées, attendu que malgré Notre indignité, Nous tenons sur la terre la place de Celui qui est l'auteur de la paix, l'ami de la charité, et que, fidèle aux...
Pagina 75 - ... hâter la délivrance ; c'est au gouvernement de la nation la plus brave et la plus généreuse du monde , de trouver le moyen de nous aider dans des circonstances si difficiles.
Pagina 12 - Ce silence des congrégations centrales vient de la crainte de déplaire au gouvernement. Mais cette crainte est injuste et injurieuse; car il est injuste et injurieux de supposer que le gouvernement ait accordé à ce royaume une représentation nationale dérisoire, qu'il ait trompé et qu'il trompe ce pays et l'Europe, en faisant des lois qu'il ne veut pas qu'on observe, poursuivant et punissant ceux qui entendent les observer.
Pagina 400 - Se la gondola mia fosse un vascello, Andar me ne vorrei sino a Marsiglia; Là troverei la sposa di Daniello Che dicon che rivuol la sua famiglia.

Informazioni bibliografiche