Les deux suites du Roman comique. Les nouvelles tragi-comiques

Copertina anteriore
Jean-François Bastien, 1786
 

Cosa dicono le persone - Scrivi una recensione

Nessuna recensione trovata nei soliti posti.

Pagine selezionate

Parole e frasi comuni

Brani popolari

Pagina 320 - Vous êtes trompés, mes frères, faites-moi le but de vos injures et de vos pierres et tirez sur moi vos épées. » Après avoir dit ces paroles avec une fausse douceur, il s'alla jeter avec un zèle encore plus faux aux pieds de son ennemi, et, les lui baisant, non seulement il lui demanda pardon, mais aussi il alla ramasser son épée, son manteau et son chapeau, qui s'étaient perdus dans la confusion.
Pagina 428 - Je suis bien-aise qu'on se couche de bonne heure dans ma maison , et que la nuit elle soit bien fermée. Ce n'est pas que je sois jaloux de mon naturel , je ne trouve rien de plus impertinent que de lêtre...
Pagina 238 - Toutes les femmes lui font peur , et sans considérer qu'il y en a de bonnes et de mauvaises aussi bien que des hommes , il conclut en lui-même qu'il s'en faut toujours défier, et plus encore des spirituelles que des sottes , croyant...
Pagina 320 - Je suis le méchant, disait-il à ceux qui le voulurent entendre ; je suis le pécheur ; je suis celui qui n'ai jamais rien fait d'agréable aux yeux de Dieu. Pensez-vous, continuait-il, parce que vous me voyez vêtu en homme de bien, que je n'aie pas été toute ma vie un larron, le scandale des autres et la perdition de moi-même? Vous êtes trompés, mes frères, faites-moi le but de vos injures et de vos pierres et tirez sur moi vos épées.
Pagina 318 - Il ne bougeait des prisons, il prêchait devant les prisonniers , consolait les uns et servait les autres, leur allant quérir à manger, et faisant bien souvent le chemin du marché à la prison une hotte pesante sur le dos.
Pagina 255 - Rodrigue rejoignit son camarade, qui ne put tirer une parole de lui, tant il étoit fâché d'avoir à lui faire une prière si déraisonnable, ou d'avoir à vivre sans la jouissance d'un bien que l'on estime toujours plus devant que de le posséder, qu'après que l'on l'a possédé. Enfin s'étant enfermé dans une chambre, don Rodrigue, après s'en être défendu, fit la proposition extravagante à don Pèdre, en y apportant tous les tempéraments qui la pouvoient rendre recevable.
Pagina 258 - DomPédre , alors si troublé qu'il n'eut pas la force de se défaire de sa main, ouvrit les volets des fenêtres sans quitter prise, et le traînant jusqu'auprès du lit, en ouvrit les rideaux , disant tout haut : Voyez , monsieur le jaloux , avec qui vous avez couché.
Pagina 274 - ... et qu'il allât à la cour. Il n'eut le tems que de changer d'habit , et de dire adieu à sa femme , lui ordonnant sous peine d'offenser dieu et de lui déplaire, d'observer exactement en. son absence la vie des personnes mariées. Ceux qui ont des affaires à la cour ne...
Pagina 416 - Cependant le soleil qui donnoit bien fort sur cette noble assistance , y chauffoit bien des têtes, et sur tout celles qui étoient chauves. Tous les moucherons du rivage , les mouches des lieux voisins , celles qu'avoient apporté de Naples les chevaux de la troupe du roi , celles qu'apportoient de plus loin ceux de la troupe de Matilde, enfin tous ces insectes aîlés qu'on peut appeller les...
Pagina 422 - ... amassés avec grand soin, et en acheta des pochettes de fer blanc , dont il fit depuis des merveilles pour l'avancement de sa fortune. Les avares sont d'ordinaire...

Informazioni bibliografiche