Immagini della pagina
PDF
ePub

En disant qu'il est éternel, on veut faire entendre qu'il n'a pas eu de commencement et qu'il n'aura pas de fin; en disant qu'il est infini, on veut signifier qu'il n'est renfermé dans aucune limite.

Ces deux définitions paraissent claires au premier abord , et pourtant elles ne le sont pas. Elles ont l'inconvénient de procéder par négations.

Il nous est impossible d'échapper à cet inconvénient, et en voici la raison : c'est que nous connaissons et que nous comprenons le fini, tandis que nous connaissons l'infini sans le comprendre. Il en résulte que nous pouvons dire ce qu'il n'est pas, et qu'il nous est impossible de dire ce qu'il est.

Les matérialistes ont conclu de ce fait que l'idée d'infini était une idée négative.

Les rationalistes ont bien compris que nier une négation, c'est affirmer, et que par conséquent l'idée d'infini est une idée positive, et l'idée de fini une idée négative'; mais, dans leur imprudent désir de tout ramener au niveau humain, plusieurs d'entre eux ont soutenu que n'être contenu dans aucune limite, c'est être infini dans l'espace ; que n'avoir ni commencement ni fin, c'est être infini dans le temps.

Cette confusion a eu pour résultat de les tromper à la fois sur la nature de l'infini et sur celle du fini.

1. « Il n'est pas vrai que nous concevions l'infini par la négation du fini, vu qu'au contraire toute limitation contient de soi la négation de l'infini. » Descartes, Réponse aux cinquièmes objections (contre la troisième Méditation, S 4).

N'être contenu dans aucune limite, ce n'est pas être infini dans l'espace, c'est être en dehors de l'espace.

Être sans commencement ni fin, ce n'est pas être infini dans le temps, c'est être en dehors du temps.

Nous disons que Dieu n'est ni dans le temps ni dans l'espace; c'est pour cela qu'il est éternel et infini , et pour cela aussi qu'il est incompréhensible.

Dieu , en dehors du temps et de l'espace, est incompréhensible. Dieu, infini dans le temps et dans l'espace, est contradictoire.

La doctrine que nous soutenons admet un Dieu supérieur à la raison; celle que nous allons réfuter admet un Dieu contradictoire.

Si notre doctrine est vraie , il s'ensuit que la raison est limitée ; si la doctrine de nos adversaires est vraie , il s'ensuit que la raison est impuissante.

Toute la difficulté est de se résoudre à admettre que quelque être puisse exister en dehors du temps et de l'espace. Nous espérons montrer que cela est possible, en établissant que le temps et l'espace n'ont pas de réalité, et ne sont que l'ordre des relations des êtres finis entre eux; et nous prouverons que cela est nécessaire en établissant que l'éternité du temps et l'infinitude de l'espace sont des contradictions dans les termes.

Examinons d'abord le temps et l'espace, et efforçons-nous d'en déterminer la nature.

J'ai auprès de moi un casier. Ce casier, dans l'une de ses cases, renferme un carton. J'ôte ce carton de cette case, et je le remplace par un autre. La case dont il s'agit vient de passer, en quelque sorte, par trois conditions différentes : d'abord, elle contenait un certain carton; puis elle a été vide, et enfin elle a contenu un autre carton. Ainsi la case, par rap- · port aux cartons, est un contenant; elle peut être pleine ou vide; elle peut recevoir tel objet ou tel autre, à condition que les dimensions de cet objet le permettent. Cette case, qui est un objet réel, que je vois et que je touche, et dont je puis déterminer la dimension, joue ici exactement le rôle de l'espace, avec cette seule différence que je ne vois pas l'espace et que je ne lui connais pas de limites.

Ainsi, supposons qu'au lieu d'être dans une case, le premier carton fût seulement placé sur une table à côté de moi. Je l'ôte de cette place : il me semble que la place qu'il occupait subsiste, prête à le recevoir de nouveau, ou à recevoir tout autre objet, quelle qu'en soit la nature. Elle était pleine, et elle est vide; mais, pleine ou vide, il semble qu'elle soit quelque chose.

On peut dire si l'on veut qu'une place n'est jamais vide, au moins sur cette terre, et dans ce qu'on pourrait appeler nos environs, parce qu'aussitôt qu'on en a tiré l'objet qui l'occupait, l'air la remplit; mais il n'en est pas moins vrai que ce phénomène si commun du déplacement d'un objet me donne l'idée de plein et de vide, et l'idée de quelque chose qui contient les corps, et qui, lorsqu'il ne les contient pas, est apte à les contenir. C'est ce que j'appelle l'espace..

Le voilà nommé, et à peu près défini; et voilà aussi l'origine de l'idée que j'en ai. Constatons que cette idée est fort indigente, et que, quand j'ai dit : « C'est l'idée de quelque chose qui contient ou peut contenir des corps, » j'en ai dit tout ce que je peux dire. Si j'essaye d'aller plus loin, je ne ferai plus que des négations. Ce quelque chose n'est perceptible à aucun de mes sens; ce quelque chose n'a aucune figure; il n'a aucune dimension; ses parties, s'il en a, ne diffèrent point les unes des autres; sa capacité de contenir, la seule chose que je sache de lui, est parfaitement indifférente à la nature de l'objet contenu. Voilà à coup sûr une réalité qui diffère beaucoup de toutes les autres.

Or, dans ce monde, il n'y a que trois manières d'être quelque chose. On est une substance, ou une qualité, ou un rapport. En d'autres termes, nous concevons des individus, les diverses qualités des individus, et les divers rapports que ces individus ont entre eux et les qualités entre elles. Vous chercherez vainement quelque objet de la pensée en dehors de ces trois termes.

L'espace est donc ou un individu , ou une qualité, ou un rapport. Il semble presque puéril d'avertir que ce n'est pas un individu; et cependant, la plupart du temps, on en parle comme s'il l'était. Un individu est un esprit ou un corps; l'espace n'est ni corps ni esprit. Un individu a des qualités; l'espace n'en a pas, et ne peut pas en avoir, car nous le concevons expressément comme ce qui peut recevoir toutes les qualités. Ainsi ce n'est pas un individu, une substance. Est-ce une qualité? Ce n'est pas une qualité spirituelle, assurément. Et comment seraitce une qualité corporelle, puisque nous avons vu qu'il ne tombe sous aucun de nos sens? L'espace ne peut être la substance d'une qualité, et il ne peut pas davantage être la qualité d'une substance, sans quoi il y aurait quelque qualité ou quelque objet qu'il ne pourrait contenir, à savoir, la qualité contraire à la sienne, ce qui est contre la définition. Il reste qu'il soit un rapport, ou qu'il ne soit rien. Et, en effet, l'espace est un rapport, et n'est que cela.

Leibnitz, qui, dans sa discussion contre Clarke, a fait au temps et à l'espace, considérés comme des êtres réels, une guerre victorieuse, s'est servi contre eux du principe de raison suffisante, et du principe des indiscernables. Voici ses deux arguments :

Supposons pour un moment que l'espace existe, et que Dieu ait placé le monde dans un coin de cet espace : cela est contre le principe de raison suffisante, car l'espace étant partout semblable à luimême, Dieu n'aura pu avoir aucune raison de le mettre où il l'a mis plutôt qu'ailleurs.

« IndietroContinua »