Immagini della pagina
PDF
ePub

dans chaque concile général; pour l'entretenement des ponts, 3o. que le devoir principal d'un passages, ports et chemins puérėque chrétien est de prêcher blics, afin que les marchandises la parole de Dieu; 4o. que les fussent voiturées sûrement. Ainévêques qui achètent leur con- si les seigneurs péagers étaient firmation du pape, pèchent; 5°. dans l'obligation d'entretenir que personne n'est obligé d'a- et de réparer à leurs dépens, les dopter les décisions de l'église ponts, ports et passages. Ils dede Rome; 6o. que les ordres des vaient même rendre les chemins religieux mendians sont vains et sûrs , et répondre des vols fails inutiles; 7o. que les ecclésiasti- aux passans entre deux soleils : ques ne devraient pas posséder cela s'observe encore en queldes biens temporels; 8°. que les ques endroits d'Angleterre et dimnes personnelles ne pouvaient d'Italie , et, entre autres enpas être exigées comme étant droits, à Terracine , sur le ched'institution divine , etc. Il ré- min de Rome à Naples; mais tracta toutes ces propositions cette garantie contre les seipar un acte public, le 4 décem- gueurs, dont on trouve plusieurs bre 1457. (Sponde, à l'an 1486. exemples dans Bouchel, ne subGesner, Biblioth.)

sistait plus en France. PÉAGE , était le droit qu'a Ceux qui exigeaient des droits vaient quelques seigneurs d'exi- de péage ne pouvaient les deger une certaine somine pour le mander qu'en conformité de tapassage des voitures, bestiaux, rifs authentiques, et homolomarchandises et autres denrées gués par autorité de justice : qui passaient sur leurs terres, s'ils exigeaient quelque chose ou sur des ponts et rivières aux- au-delà de ce qui était fixé, ils quels ces droits étaient attachés. pouvaient être poursuivis conCe droit recevait différens noins, me concussionnaires, et punis comme barrage, à cause de la de peines capitales. Les seibarre qui était sur le chemin, gneurs, et autres prétendans pour marque du péage; ponto- droits de péage, devaient avoir nage, ou passage du pont ; bil- un poteau, auquel était attalette, quand il y avait un petit chée une pancarte, contenant billot de bois pendu à un arbre; par le menu les droits de leur branchière, à cause de la bran- péage, faute de quoi , ceux qui che à laquelle le billot était en devaient payer, ne pouvaient pendu; travers, pour montrer pas y être contraints. Le droit que ce droit se percevait à cause de péage ou de pontage, établi qu'on traversait la terre du sei- sur les bestiaux et sur les margueur.

chandises qu'on faisait passer Les droits de péageétaient do- sur un pont, ne se devait point maniaux, et non d'aide ou sub- étendre su les bestiaux et sur side, et avaient été introduits les marchandises qu'on faisait

3

8

traverser la terre du seigneur, contestations à ce sujet, la con-
sans passer sur le pont, à moins naissance en appartenait au ju-
qu'il n'y eût titre exprès. Nul ge royal, privativement aux ju-
seigneur ne pouvait imposer ges des seigneurs.
un nouveau péage sans la per Les blés, grains, farines et
mission du roi, et la connais- légumes verts ou secs, avaient
sance de telle chose n'apparte- été affranchis de tous droits de
nait qu'au juge royal, soit qu'il péage, passage , pontonage, tra-
s'agit du droit de péage, et de vers, coutumes, et de tous au-
la peine encourue pour l'infrac- tres droits généralement quel-
tion de ce droit, soit qu'il s'a- conques, tant par eau que par
gît de l'excès commis en le de- terre, soit que ces droits appar-
mandant. Comme le droit de tinssent à des villes ou commu-
péage était purement royal, il nautés, ou à des seigneurs ec-
ne pouvait s'acquérir par une clésiastiques ou laïcs, ou autres
possession immémoriale et cen-

personnes sans exception. Cet tenaire ; il fallait un titre qui affranchissement avait été prone pouvait émaner que de la noncé par un arrêt du conseil concession du prince. Cepen- du. 10 novembre 1939, sur ledant, pour la perception et quel il avait été expédié des letjouissance de ces droits, il n'é- tres-patentes , adressées aux intait pas nécessaire de rapporter tendans des provinces le même le titre primordial de la conces- jour. Il contenait des défenses sion; il suffisait d'une posses- de percevoir à l'avenir ces sorsion immémoriale, accompagnée tes de droits sur les grains, etc., de quelque titre faisant men- à peine de restitution du quation de ce droit, comme pou- druple, et d'être poursuivi coinraient être des aveux et dénom me concussionnaire. bremens anciens. Il fallait aussi

La peine de l'infraction des remarquer que , quoique le péages était une amende arbidroit de péage fût royal, il y traire , et la confiscation des avait néanmoins des endroits marchandises au profit du prooù il était seigneurial. Par exem- priétaire, et non pas du ferple, dans le pays de Forez, et mier, à moins que dans le bail tout le long de la rivière de il n'y én eût une clause particuLoire, le droit de péage était lière. (Touchant le droit de seigneurial, et appartenait aux péage, voyez Bacquet , des seigneurs particuliers des lieux Droits de justice, ch. 30. Chooù passait la rivière. Sur le fleu. pin , du Domaine, tit. 9

Desve du Rhône, les péages appar- peisscs, tom. 3, Traité des Droits tenaient aussi aux seigneurs des seigneuriaux, tit. 6, sect. 6. lieux. Mais, quoique les péages Henrys, tom. 1, liv. I, ch. 77. appartinssent à des seigneurs Basset, tom. 2, liv. 3, tit. 9, particuliers, s'il survenait des ch. 3. La Rocheflavin, des Droits

seigneuriaux, ch. 8, art. i et in-fol. Cet ouvrage se trouve suiv. Catelan, liv. 3, ch. 37. dans l'édition de ce père, donDe Ferrière, Dictionn. de Droit née par Jean Fell, évêque d'Oxet de Pratique , au mot Péage. ford ; un commentaire exact M. Denisart, Collect. de Juris- sur le Symbole des Apôtres, en prudence , sous le même mot. anglais, qui a été traduit en laL'Ordonnance d'Orléans, art. tin, et publié en Allemagne, en 107, et celle de Blois, art. 282; 1690; les annales de la vie de et l'ouvrage intitulé : Exposi- saint Paul et des leçons sur les tion des coutumes sur la desti. Actes des Apôtres, avec des disnation des péages.)

sertations chronologiques sur PEARSON (Jean), évêque de l'ordre de la succession des preChester, et l'un des plus savans miers évêques de Rome; le tout bommes du parti des épisco- en latin. Comme cet ouvrage paux d'Angleterre, mort en n'était pas complet, Henri Dod1686, a publié quelques ouvra- wel, ami de Pearson, l'a perges latins où il donne des preu- fectionné, et y a ajouté une res d'une très-grande connais- dissertation de sa façon. On a sance des antiquités ecclésiasti- imprimé le tout à Londres en ques. C'est ce qu'on peut voir 1688, in-4', sous le titre d'O. principalement dans un ouvrage pera posthuma. Pearson est enoù il défend les Épîtres de saint core auteur d'une dissertation Ignace, martyr, contre Daillé et sur l'année où saint Ignace a été d'autres calvinistes qui niaient condamné à souffrir le martyre. que les lettres que nous avons Il l'avait fixée autrefois à l'an sous le nom de saint Ignace, 107, conformément à l'opinion fussent véritablement de lui. d'Usserius ; mais il l'a fixée deL'ouvrage de Pearson est inti- puis à l'an 116. Pearson avait tulé: Vindiciæ epistolarum sanc- aussi travaillé sur Hesychius et ti Ignatii, imprimé à Cambridge sur Suidas. Il avait encore enen 1672, in-8o. On a encore du trepris une nouvelle édition des même auteur une docte préface, Epitres de saint Ignace avec des qui est à la tête de la version notes. Il laissa par sa mort cet grecque des Septante; des pro- ouvrage imparfait. Th. Simht, légomènes sur les ouvrages ayant eu communication des d'Hierocles, imprimés à Lon- papiers de M. Pearson, en fit dres, en 1637, in-8°, avec les grand usage dans l'édition qu'il ouvrages de ce philosopbe; des a donnée de ces Épîtres. (Jourannales de la vie et des ouvrages nal des Savans, 1675, 1683 et de saint Cyprien, sous le titre 1710.) d'Annales cyprianici, sive 13 an

PEAUX. Nos premiers pères , norum quibus sanctus Cyprianus après avoir péché, s'étant aperinter christianos versatus est , çus de leur nudité, se firent des historia chronologice delineata, ceintures de feuilles de figuier ;

3,

se re

mais , peu après, Dieu les revêlit tion de France, dite de Saintede tuniques de peaux. (Gen., Geneviève, y était introduite

17, 21.) Quelques anciens ont depuis 1649. L'abbé de Pebrac entendu par ces peaux des écor- était chanoine honoraire de ces d'arbres , d'autres traduisent Brioude. l'hébreu par, il leur fil des tu

PECCAM ou PECKAM (Jean), niques pour couvrir leurs peaux. religieux de l'Ordre de Saint( Dom Calmet, Dictionn. de la François , et archevêque de Bible.)

Cantorbéry dans le treizième Moïse abandonne aux prêtres siècle, naquit, de parens paules peaux des victimes, excepté vres, à Chichester. Il fut discicelles des victimes offertes pour ple de saint Bonaventure, et le péché. (Lévit. 7, 8. 8, 17. 9, professa à Paris, en Angleterre 11.)

et à Rome, et on le consultait Les tentes, anciennement, de son temps comme l'oracle de étaient composées de peaux ; la Théologie. Le pape Nicolas mi l'arche du Seigneur était logée, le nomma , l'an 1278, à l'archedu temps de David , dans une vêché de Cantorbéry, où il moutente couverte de peaux. (Ha- rut en 1291 ou 1292.

Il laissa bac. 3,7. 2. Reg. 7, 2.) divers ouvrages : 1°. CollectaLes gens

de

campagne nea ou Collectorium bibliorum, vêtaient assez souvent d'habits imprimé à Paris, l'an 1514, et de peaux, et on trouve ces sor à Cologne, l'an 1541; 2°. Locotes de vêtemens au nombre de

rum ex utroque Testamento, ceux des Israëlites. Les Philis- lib. 1; 30. Postill. in Cantica tins, frappés pour avoir enlevé canticorum ; 4°. In threno Jel'arcke, se firent des siéges de rem., lib. 1; 5o. In Ezechielem; peaux, apparemment pour se 6o. Super Magistrum sentent., soulager. (Levit., 11, 32, 13, lib. 4 ; 7o. Quæstionum quodli48, 15, 17, 1. Reg. 5, 9. ) beticarum, lib. 1; 8. De dePEBRAC, Piperacum ,

ab

cem præceptis, lib. 1 ; 9o. Super baye de l'Ordre de Saint-Augus- symbolo , lib. 1; 100. Quæstiotin, située dans la Haute-Au

num de Eucharistia, lib. 1;11'. vergne au diocèse de Saint- Speculum Ecclesie de missú, Flour, sur les bords de la ri- lib. 1; 12o. Speculum animæ, vière de Degie, près de Langeac, lib. 1; 130. Postill. super Marfut fondée vers le milieu du on

cum , lib. 1; 14o. De Trinitate, zième siècle

par

le bienheureux lib. 1 ; 15°. Meditat. de corpore Pierre de Chayanon, archiprê. Christi, lib. 1;16'. De passiotre de Langeac. Ce n'était d'a

ne Domini , lib. 1 ; 19o. Psaltebord qu'une prévôté que le pape rium meditationum beatæ MaUrbain 11 érigea en abbaye vers riæ, lib. I; 180. Quæstiones orl'an 1097. La réforme des cha- dinariæ, lib. 1; 19o. Sermones noines réguliers de la congréga- dominicales 25, lib. 1; 20° Col

laciones de omnibus dominicis sitiones in constitutiones Othoper annum, lib. 1; 21o. Offi- nis et Othoboni; 64o. De confescium sanctissimæ Trinitatis , sione factá fratribus; 65o. Traclib. 1 ; 22°. De ratione diei do- tatus pauperis ; 66o. Dialogus minicæ, lib. 1; 23o. De vanitate Francisci et paupertatis ; 67o. rerum mundanarum, lib. 1; Pro sancto Bonaventura; 68o. 21°. De vanitate seculi, lib. 1; Formula confitendi; 69o. De mi25o. De peccatis capitalib., nisteriis Minorum; 70°. De eorum lib. 1; 260. Lecturæ oxoniens., paupertate; 71°. Contra Richarlib. 1; 27o. Quodlibeta scholas- dum Clapuellum; 72o. Contra tica, lib. 1 ; 28o. De quodlibetis priorem cisterciensem; 73o. Epis. imperfectis; 29o. Contra insi- tolarum ad Oxonienses , lib. 1; pientem, lib. 1; 30°. De per- 74o. Itinerarium suum; 75o.Hefectione Evangel., lib. 1; 31o. resum à se damnatarum, lib. 1; Statuta synod, lib. 1;32°. Con- 76. Carminum diversorum , stitutiones provinciales; 33o. De lib. 1; 77o. Apologeticon; 78o. summá Trinitate et fide catho- Apologia synodalium statulolicd; 34o. De consuetudini- rum;79o. De sphærd; 80o. Disbus; 350. De sacrd Unctione; ceptationes Thomæet Pecchami; 36o. De sacramentis iterandis; 819. De numeris tractatus; 82°. 37o. De filiis presbyterorum ; De mystici interpretatione nu38°. De officio archidiaconi ; merorum in Sacrá-Scriptura ; 39o. De officio archipresbyteri; 83o. Expositio regulæ S.Francis40°. De postulando ; 41°. De ci; 84. Canticum pauperum ; procuratoribus; 42°. Dejudiciis; 85o De oculo morali et naturali; 43o. De vité et honestate cleri- 86o.Perspectiva communis; 87o. corum; 44o. De clericis non resi- Perspectiva particularis; 88o. dentibus; 45o.De præbendis et di- Notabilia Metaphysices; 89o. gnitatibus; 46o. De institutioni. Mathematicæ rudimenta , etc. bus; 47o. De locato et conducto; (Wadingue , in annal. Pitseus, 48o. De testamentis;49o. De ins- de script. angl. Dupin, bibliot. titutione testamentorum; 50°. De des Auteurs ecclés. douzième parochiis et alienis parochianis; siècle. Le père Jean de Saint-An51°. Deregularibus;52'. De re- toine, biblioth. univ. francis. ligiosis domibus;53o. De jure pa- t. 2, p. 199 et suivantes.) ironalas; 54o. De celebratione PECCENUM , évêché armémissarum ; 55o. De baptismo et nien sous le catholique de Sis. ejus effectu; 56o. De apostatis; Il est fait mention d'un de ses 57°. De eo qui furtivè ordines re- évêques dans une lettre que cepit;58". De privilegiis; 59o. De Grégoire de Sis, patriarche des purgatione canonică; 6o. De pæ- Arméniens, écrivit à Hayton, nis; 61°. De pænitentis et re- père de Léon, roi d'Arménie. missionibus; 620. De sententid (Or. chr., t. 1, 1441.) eIcommunicationis; 63o. Expo PECH, docteur en Théologie,

« IndietroContinua »