Immagini della pagina
PDF
ePub

PAR sous le pontificat de Jean xxu. Vénitien , succéda Berthélemi,

43. Fantinus Yallaressus, no en 1476. ble et savant citoyen de Venise, 51. Nicolas Franc, de Padoue, fut nommé à l'évêché de Pa

en 1477 , fut transféré à l'église renzo par Jean xxm, en 1412. de Trévise, en 1486. Mais ce pape ayant été déposé 52. Thomas Cataneo, de Berdans le concile de Constance game , de l'Ordre des Frères Prêavant l'expédition des bulles, sa cheurs, nommé par Nicolas, fut nomination fut déclarée nulle. fransféré à l'évêché de Cervia Fantinus ne fut mis en posses avant qu'il eût pris possession sion du siége de Parenzo, que de celui de Parenzo, en 1486. sous Martin v, en 1417. Il fut 53. Jean-Antoine Paverus, de transféré ensuite à l'archevêché Bresse, chanoine de Parenzo, fut de Crète, en 1426.

fait évêque de sa patrie, en 1486, 44. Daniel Scot, de Trévise, et mourut à Rome en 1500. auparavant évêque de Citta-No 54. Louis Tasso , de Bergame, va, fut transféré à l'église de en 1500, assista au concile de Parenzo, en 1426, et de là à celle Latran en 1512, et fut transféré de Concordia , en 1433.

à l'église de Recanati en 1516. 45. Ange Cavacia, évêque 55. Jérôme Campegius, Bod'Arba, fut transféré au siége de lonnois , en 1516. de Parenzo, en 1433, et passa à 56. Laurent Campegius, carl'évêché de Trau, en 1440. dinal, fut fait administrateur

46. Jean, de Parenzo, évêque de l'église de Parenzo, en 1533, d'Arba , fut transféré à l'église et s'en démit, en 1539. de sa patrie, en 1440, et mou 57. Jean Campegius, Bolonrut en 1447

nois, succéda au cardinal Cam47. Placide Pavanellus, de Pa- pegius, en 1537. Il fut transfédoue, religieux de Saint-Benoît, ré au siége de Bologne, en 1553. abbé de Vallombreuse, et géné 58. Pierre Grittus, de Bresse, ral de cette congrégation , devint en 1563, assista au concile de évêque de Parenzo, en 1447. I Trente , et mourut en 1573. fut transféré au siége de Torcel 59. César de Nores, de Chypre, lo, en 1464.

des comtes de Tripoli, fut pro48. François Maurocenus, no mu à l'épiscopat sous Pie v, en ble Vénitien , monta sur le siége 1573. Il assista au concile prode Parenzo, en 1464. Il admi- vincial d’Aquilée, en 1596 , et nistra aussi les églises de Reca- mourut en 1598. nati et de Lorette, et mourut en 60. Jean Lippomanus, noble 1471.

Vénitien , fut nommé à l'évêché 49. Barthélemi Barbadico, de Parenzo par Clément viil, en noble Vénitien, élu en 1471, 1598. Il abdiqua cette dignité en siégea cinq ans.

1609. 50. Sylvestre Quirinus, noble 61. Léonard Tritonius,

d'U.

.IIלי rut en

dine, en 1609, mourut en 1633. taux, qui est la cause des péchés

62. Roger Tritonius, frère du d'omnission que commet un chréprécédent, en 1633, mourut en tien , en lui donnant du dégoût 1614.

de ses devoirs et de la pratique 63. Jean-Baptiste de Judice, des vertus, à cause de la peine en 1644.

que l'on troure à s'en acquilter. 64. Nicolas-Antoine Petronius On pèche donc par paresse : 1°. Caldana, docteur en l'un et l'au- quand on se laisse aller au détre droit, syndic de l'université goût de ses devoirs par la crainde Padoue , fut fait évêque de te de la peine qui les accompaParenzo, en 1667, et mourut gne ; 2°. quand on omet ce en 1671.

qu'on est obligé de faire ou 65. Alexandre Adelasius, qu'on ne le fait pas comme il d'une famille noble de Bergame, faut pour ne vouloir pas se gedocteur en Théologie, chauoine ner ; 3o. quand on passe son régulier de Latran, obtint la temps dans l'oisiveté, et que, par méme dignité, en 1671, el mou un trop grand amour du

repos, .

on ne fait pas profiter ses ta66. Antoine Vaira, docteur lens; 4o. quand on se laisse alen l'un et l'autre droit , et pre- ler au désespoir de vaincre les mier lecteur en droit canon dans tentations et d'acquérir les verl'université de Padoue , devint tus nécessaires au salut, par une évêque de Parenzo, en 1912. Il crainte lâche. fut transféré à l'église d’Atri, PARFAIT. Le fils de Dieu veut

que nous soyons parfaits comme 67. Pierre de Grassis , patri- notre Père céleste, c'est-à-dire, cien de Venise ; référendaire de que nous nous esforcions sans l'une et de l'autre signature, cesse d'exprimer en notre congouverneur de Todi et de Rieti, duite la plus fidèle copie de la fut nommé à l'église de Parenzo, sienne, que notre faiblesse le peut en 1918. ( Italia sacra , tom. 5, permettre. (Voyez Matt. 5, 48. col. 394; et tom. 10, col. 311.)

10.) PARERMENEUTES ou FAUX Dans l'Ancien Testament, perINTERPRÉTATEURS, étaient fectus, perfectio, répondent à des hérétiques qui se donnaient l'hébreu tham ou thummim, qui la liberté d'expliquer l'Écriture- signifie proprement entier, irSainte à leur façon, sans avoir répréhensible, parfait. (Genès., égard au sens qui était reconnu 6,9, 17. i Deut. 18, 13. Jopar l'Église. Il parurent en Syrie sué, 24, 14.4 Reg. 20.3 Hebr. vers l'an 671. (Saint Damascène, 7, 19.) Hær. 97. Praléole, lit. parer Une captivité parfaite, c'est meneutes. Sander, Her. 127.) lorsqu'on transporte tout

PARESSE, acedia , pigritia. peuple en un pays étranger sans C'est un des sept péchés capi- laisser personne pour cultiver la

:גילי en

1 Cor. 1,

[ocr errors]

un

[ocr errors]

terre. (Amos, 1, 6, 9. Dans le qu'elle avait de Mahomet, ne Deutéronome, perfectio tua, et voulant pas les irriter. Ils ne se doctrina tua, marque l'urim et contentèrent pas de ce ménagethummim que le grand-prêtre ment; et, pour l'engager davanportait sur soi. Deut. 33, 8.) tage à le faire, ils lui promirent

PARFAIT, prêtre, martyr. par serment qu'ils ne s'en fåCe saint prit naissance à Cor- cheraient pas. Parfait les crut; doue, ville d'Andalousie, qui et il leur avoua que Mahomet était devenue le siége du royau. passait parmi les chrétiens pour me des Sarrasins, dans le temps un faux prophète et pour un qu'ils étaient les maîtres de l'Es- imposteur qui avait séduit les pagne méridionale. Il fut élevé peuples par ses prestiges. Il leur dans la communauté des prêtres remit devant les yeux une parqui servaient l'église de Saint- tie des infamies de ce misérable Aciscle, où, en se fortifiant dans charlatan, et finit par une vive la pratique des vertus chrétien- exhortation à détester ses hornes, il apprit encore les lettres ribles impiétés. Ils en furent humaines, la langue arabe, et outrés de dépit ; mais, pour ne les sciences même dont les Ara- point paraître parjures, il se rebes faisaient profession, ce qui tirèrent et le laissèrent retourle rendit fort connu parmi eux. ner en paix dans sa communauIl excella particulièrement dans té. Néanmoins, quelque temps la connaissance des Saintes-Ecri- après, ils apostèrent des gens tures, qui faisaient ses principa- pour observer quand il sortirait. les délices ; et le point capital Il fut pris par ces émissaires , et de ses études ; de sorte que, joi- conduit devant le juge des Aragnant l'intégrité des mours à la bes, comme un blasphémateur doctrine, il fut élevé aux ordres de la loi de Mahomet. Après sacrés jusqu'à la prêtrise. Le avoir subi l'interrogatoire, il fut zèle qu'il avait pour la gloire de chargé de chaînes et jeté dans Dieu et le salut des âmes, fit un cachot d'où il ne fut tiré qu'il s'employa å instruire et à que pour être mis à mort. Son consoler les fidèles qui gémis- corps fut enlevé ensuite par les saient sous le joug des maho- chrétiens, et honorablement métans. Un jour ces infidèles enterré par l'évêque et le clergé l'ayant pressé de leur dire ce dans l'église de Saint-Aciscle. qu'il pensait de Jésus-Christ et Son martyre arriva le vendredi de Mahomet , il commença par d'après l’octave de Pâque , dixleur expliquer ce que l'Église huitième jour d'avril de l'an 888 tenait de la divinité de Jésus- de l'ère espagnole, c'est-à-dire, Christ, et de son office de ré- 850 de celle de Jésus-Christ, et dempteur du genre humain, la vingt-neuvième année du mais il s'excusa d'en faire de règne d'Abderrama 11. Son nom même touchant les sentimens se trouve dans le martyrologe

d'Usuard, et les autres marty On trouve dans les prophètes rologes jusqu'au romain mo plusieurs reproches sur l'usage derne. (Saint Euloge, dans son excessif du parfum. (Amos, 6,6.) Mémorial des SS. martyrs de On voit au contraire dans l'EcriCordoue. Baillet, tom. I,

18 ture, l'abstinence de cette déliapril.)

catesse rapportée comme une PARFUM. Moïse donne la chose méritoire. (Esth. 14, 2. composition de deux espèces de Dan. 10, 3.) Enfin Salomon parfums, dont l'un devait être (Eccles. 10, 1) fait entendre offert au Seigneur sur l'autel que, comme une mouche morte d'or qui était dans le saint ; et dans une boîte de parfum en l'autre était destiné à oindre le perd tout le prix, une faute grand-prêtre et ses fils, de mê, peut détruire la meilleure réme que le tabernacle et les vases putation. destinés à son service. (Exod. PARIS (saint), moine de l'Or30, 23, 34, 35, etc.)

dre des Camaldules, chapelain Il était défendu , sous peine de religieuses. Il prit naissance de la vie, à quelque homme que a Bologne, en Italie , l'an 150. ce fût de se servir pour son usa- Dès son bas âge, il donna des ge de la première espèce de par- marques de sa sainteté future ; fum. (Voyez ACTEL DU PARFUM.) et, quoique dans un siècle tout

Les Hébreux avaient aussi corrompu , il conserva toujours des parfums qu'ils employaient la fleur de sa première innocenpour embaumer les morts : on ce : lorsqu'il se fut fortifié avec n'en connaît pas distinctement l'âge, dans la résolution de la composition; mais on sait se consacrer entièrement au serqu'ils y employaient la myrrhe, vice de Dieu , il reponça au l'aloës et d'autres drogues fortes, monde, et se retira dans une sopour empêcher la corruption. litude de l'Ordre de Camaldoli, (Joan. 19, 39. D. Calmet, Dict. pour y embrasser la pénitence. de la Bible.)

Il vécut plusieurs années de Outre ces sortes de parfums, telle manière, qu'il parut avoir il est encore parlé d'autres dans atteint à la perfection de la vie l'Ecriture : par exemple, ceux religieuse, par l'humilité, la qu'Ezéchias conservait dans ses mortification des sens , le détatrésors, et ceux qui furent brû chement de toutes les choses de lés avec le corps du roi Asa. (4 la terre; par une pureté inviolaReg. 20, 13. 2 Paral. 16, 14.) ble, par l'assiduité et l'ardeur Il est parlé en particulier au de sa prière, par son exactitude Cantique des cantiques du nard, à pratiquer sa règle dans toute du safran, de la canne aromati- la rigueur de la discipline moque, du cynname, de la myrrhenastique. Les supérieurs du moet de l'aloes. (Cantique 4, 10, nastère , jugeant qu'un si saint

lonne pourrait être utile au

[ocr errors]

prochain, lui ordonnèrent de PARIS (Anselme), chanoine recevoir l'ordre de la prêtrise, régulier de Sainte-Geneviève, qu'il reçut en effet, inais en mort en 1683, a laissé une distremblant, et le constituèrent sertation anonyme sur le livre ensuite chapelain des religieuses de Bertram, qui est à la fin du de Sainte-Christine , de la ville troisième tome de la Perpétuité de Trévise, dans la seigneurie de la foi, et deux tomes, en de Venise. Il y passa le reste de français, pour montrer l'accord sa vie dans la pratique exacte perpétuel de l'église grecque des mêmes vertus qu'il avait avec la latine, sur la transsubpratiquées , lorsqu'il était ren stantiation. Il naquit à Reims, fermé dans son monastère, sans en 1631; il entra chez les chajamais vouloir profiter de toutes noines réguliers de Sainte-Géles occasions que son emploi lui neviève en 1648; il y passa toute présentait, pour se relâcher de sa vie dans l'étude, et y professa la régularité de son institut. très-long-emps la philosophie quelque pénible que fût la car et la Théologie. Il a donné deux rière où il était entré, elle ne dissertations, sur Jean Scott et laissa pas d'être fort longue, s'il Bertram, publiées à la fin du est vrai qu'il vécut jusqu'à l'âge troisième tome de la perpétuité de cent-seize ans. Il l'acheva de la foi; la Créance de l'église fort heureusemnent l'onzièine de grecque, touchant la transsubjuin de l'an 1267 , laissant après stantiation, défendue contre la lui une grande odeur de sainte- réponse du ministre Claude à lé. On prétend que Dieu fit plu- M. Arnaud , à Paris, 1672 et sieurs miracles en sa considéra- 1675, in-12, 2 vol. Il a aussi eu tion. Le saint-siége, après avoir part à l'inutile contestation sur entendu beaucoup de témoins, le véritable auteur de l'Imitaet fait toutes les procédures, se- tion

tion de Jésus-Christ. lon les formalités prescrites, a

PARIS (François), prêtre, né permis qu'on honorât sa mé- à Châtillon, village à une lieue moire d'un culte public. Son et demie de Paris, mourut en nom est dans le martyrologe ro cette ville , le 17 octobre 1718, main, avec le titre de confesseur dans la paroisse de Saint-Étien(Surius, dans son recueil. Bail- ne-du-Mont, où il était souslet, t. 2, 11 juin.)

vicaire. On a de lui, les PsauPARIS (Matthieu ). (Voyez mes en forme de prières ; paraMATTHIEU Paris. )

phrase, prières tirées de l'ÉcriPARIS (Crassus), maître des · ture-Sainte, paraphrasées, incérémonies, est auteur d'un 12; Martyrologes, ou Idée génétraité qui a pour titre : Ordo rale de la vie des Saints, in-8° ; romanus, publié par le père Traité de l'usage des sacremens Martenne, à la suite de son traité de Pénitence et d’Eucharistie, de antigud Ecclesiæ disciplina. selon les sentimens des pères ,

« IndietroContinua »