Immagini della pagina
PDF
ePub

force de se maintenir jusqu'à la par Henri Meibomius, petit-fils fin dans la voie du salut. Peut- du précédent, dans son nouon la mériter? ( Voyez Mérite, veau recueil des historiens d’Al$ 3.)

lemagne, en 3 vol. in-fol. L'hisPERSIS ou PERSIDE, hébr., toire de Persona est le second comme Persa; dame romaine ouvrage du premier tome de ce que saint Paul salue dans l'épi- recueil. Persona composa aussi tre aux Romains, et dont il loue la vie de saint Mainulle, archiles travaux pour le Seigneur. diacre de Paderborn, que le P. (Rom. 16, 12.)

Brower fit imprimer, en 1616. PERSONA (Gobelinus), au

Persona eut beaucoup de part à teur allemand, naquit en West- l'estime de l'empereur Sigisphalie, l'an 1358, et passa à mond. Il était laborieux et exaRome, où son mérite lui ouvrit minait ce qu'il trouvait dans les une entrée chez les grands. Il anciens avec une pénétration fut ordonné prêtre, en 1386 ; qui n'était pas commune de son trois ans après, il fut fait rec- temps. Il propose ses doutes et teur de la chapelle de la Trinité ses difficultés sur le martyre de à Paderborn, à l'âge de trente- sainte Ursule et de ses compaun ans; il quitta ce bénéfice pour gnons, sur celui de sainte Caêtre curé du palais dans la mêm therine, etc. ( Vossius, de llist. ine ville, dont il devint ensuite lat. Le Mire, in Aut. Journal official. Guillaume, évêque de des Savans, 1689, p. 453 de la cette ville , lui ayant donné or première édit. , et 383 de la sedre de réformer les bénédictins, conde. Voyez GOBELIN (Jean), il se vit obligé de transférer son et réformez son article sur ceofficialité à Bilfelde, ville du lui-ci.) diocèse de Paderborn, à cause PERSONNAT, personatus. Le des dangers qu'il courut en tra- personat est un bénéfice qui vaillant à cette réforme. Il fut qui donne quelque prérogative, ensuite doyen de Sainte-Marie séance ou prééminence dans une de la même ville , et enfin il se église ou dans un chapitre, mais fit moine à Bodekem : on ne sait sans juridiction. Les mots perpoint quand il mourut. Il vivait sonnat et dignité, pris en un encore en 1418, et il avait alors sens étendu, sont synonymes , soixante ans. On a de lui une et l'on voit communément histoire intitulée : Cosmodro- qu'on appelle personnats dans mium, qu'il commença vers l'an plusieurs chapitres , les dignités 1389, et qu'il finit par ce qui qui n'ont aucune administration arriva en 1418. Ilenri Meibo- dans l'Église, de sorte qu'il faut mius la publia l'an 1599 , à entendre le terme de personnat Francfort. Cette histoire a été selon l'usage de chaque église. imprimée à Ilemlstad, en 1688, Il y en a où l'on donne ce nom

aux archidiacres et aux archi- mun, et chacun de ceux qui le prêtres ; on le donne en d'autres composait se nommait personà tous ceux qui ont quelque nier. Dans d'autres coutumes , prérogative dans le chour ou ce terme signifiait copossesseur dans le chapitre au-dessus des d'un même héritage sujet aux autres chanoines, soit dans les mêmes droits de tailles ou au. processions, soit dans les op- tres redevances. Dans d'autres, tions, soit dans les suffrages; il signifiait des associés en même enfin il y en a où l'on donne ce trafic ou négoce, qui étaient connom å de simples curés, et d'au- venus d'avoir en commun tous tres à des curés primitifs. On les meubles et toutes les acquine voit point au reste qu'il soitsitions qui seraient faites par chafait mention de personnat avant cun d'eux durant leur société. l'onzième siècle, temps auquel On ajoutait même quelquefois à on a commencé à appeler per- cette convention 'de société des sonnæ , les ecclésiastiques qui, convenances ou pactions, à l'efayant des cures, en abandon- fet que les associés eussent droit naient le spirituel à d'autres, de se succéder. En quelques et en conservaient seulement les coutumes, ce terme signifiait un revenus temporels, avec quel- cohéritier. Enfin il se prenait ques prérogatives d'honneur, tels quelquefois pour le complice que sont les curés primitifs; ce d'un forfait. (M. de Ferrière, qui s'était aussi introduit dans Dictionn. de droit et de pratiles chapitres et dans les monas que , au mot Personnier.) tères. (Rebuffe , sur le concor PERTA, ville épiscopale de la dat, tit. de collation, au mot province de Lycaonie, sous la Personatus. Van-Espen, Jur. nétropole d'Icône, au diocèse eccles. univ. part. 2, tit. 18, de d'Asie. Ptolémée , Pline et Hiédignitatib. et personnatib., cap. rocle en font miention. Elle a eu 2, num. 5 et seq. La Combe, pour évêques : Recueil de jurisprud. can. au 1. Léonce, assista au premier mot Personnat. M. Denisart, concile général de ConstantinoCollect. de jurisprud. au même ple. mot.)

2. Conon, pour lequel OnésiPERSONNIER. Ce terme a phore, son métropolitain, sousdifférentes significations : dans crivit au concile de Chalcédoine. quelques coutumes, il signifiait 3. Epiphane , assista et sousun homme associé avec un au crivit au septième concile génétre pour tenir un ménage en ral. (Or. chr., t. 1, p. 1088.) commun, ce qui était en usage PERTE ou DÉTÉRIORATION particulièrement en Bourgogne, d'unechose vendue quoique non où les mains-mortes avaient lieu; livrée, tombe sur l'acheteur, qui car elles faisaient que ceux d'une demeure toujours obligé d'en famille tenaient ménage en com payer le prix qu'il en a promis, à

moins

que

le délai de la livrai ensuite pour son confesseur. Il son ou la détérioration ne vien mourut en 1753. Nous avons nent de la faute du vendeur. de lui l'oraison funèbre du duc (M. de Ferrière, dans sa traduc- de Lorraine et le panegyrique de tion des Institutes, au S 3 du saint Louis, qu'il prononça, en titre 24 du troisième livre.) 1737, devant messieurs de l'A

PERTE ou DIMINUTION de cadémie Française. ( Dictionn. deniers consignés. Lorsque la portatif des Prédic.) ) consignation est faite, c'est aux PESANTEUR, PESANT. La créanciers à veiller pour toucher pesanteur de la main de Dieu, ce qui leur est adjugé, le plus tôt ou sa main appesantie sur quelqu'il leur est possible; car si les qu’un, marque qu'il châtie dans deniers diminuent ou périssent sa colère. Un joug pesant signipar un cas fortuit, ou par la ban fie l'esclavage sous des maîtres queroute du receveur, la perte durs. Populus gravis, une nontombe sur les créanciers qui breuse assemblée. Musca graétaient utilement colloqués ; ce vissima, une multitude de mouqui est fondé sur ce que le dé- ches très-incominode. Populus biteur est libéré par la consi- iste gravis est mihi , ce peuple guation, de même que l'adjudi- m'est insupportable. Gravis cataire. (Louet et son commen nox, une nuit ennuyeuse. Infirtateur , lettre C, chap. 50 et mitas gravis, une dangereuse 51.)

maladie, et ainsi du reste, pour PERTH, Perthum, ville d'É- désigner quelque sorte d'extrécosse , où il s'est tenu plusieurs mité. (1 Reg. 5, 12. Deut. 26, conciles.

6. Psalm. 34, 18. Exod. 8, 24. Le premier, l'an 1201, sur la Num. II, 14.) réforme du clergé. (Lab. u. PESARO,Pisaurum, ville épisHard. 6. Angl. 1.)

copale d'Italie dans le duché et Le second, l'an 1206. ( Angl. sous la métropole d'Urbin, est 1.)

située à trois lieues au nord-est Le troisièine, l'an 1211. (Ibid.) de Fano, sur une hauteur à l'emLe quatrième,l'an 1221.(Ibid.) bouchure de la Foglia dans la Lecinquième,l'an 1242.(Ibid.) mer Adriatique. Elle est grande, Le sixième, l'an 1268. (Ibid.) bien bâtie et dans un pays ferLe septième, l'an 1 275. (Ibid.) tile et abondant. Le pape Clé. Le huitième, l'an 1280. (Ibid.) ment xi, à qui cette ville avait

Le neuvième, l'an 1321. donné la naissance, y a fait re(Angl. 2.)

bâtir l'église cathédrale de l'AsLe dixième, l'an 1416.(Angl.3.) somption. Il y a de plus sept Le onzième, l'an 436. (Ibid.) paroisses, huit maisons religieu

PERUSSEAU (N.), jésuite, ses d'hommes et quatre de filles. prêcha le carême devant le roi Le diocèse contient dix - neuf en 2731. Sa Majesté le choisit bourgs et vingt-sept paroisses.

Le légat du pape pour le duché au concile tenu à Rome sous le d'Urbin y fait sa résidence ore pape Grégoire v, en 998. dinaire.

17. N..., évêque de Pesaro

vers l'an 1044. Pierre Damien Evéques de Pesaro.

écrivit vers le même temps au 1. Florentius, premier évêque pape Grégoire vi, pour l'exhorde Pesaro dont on ait connais- ter à chasser du siége de Pesaro sance, vivait en 247. Il fit bâtir cet évêque, qu'il appelle adulla cathédrale, et y transféra le tère, parjure et livré à toutes corps de saint Térence, patron sortes de vices. de la ville.

18. Pierre, qui assista au con2. Decentius (saint), évêque cile de Rome sous Nicolas jer, et martyr en 302.

en 1059. 3. Herculianus (saint), évêque 19. Dominique , dont il est et tutélaire de Pesaro , fut sacré fait mention dans une bulle par saint Sérère, archevêque de d'Alexandre i, donnée en faveur Ravenne, dont il avait été élève, de l'église de Fossombrone, en vers l'an 347

1062. 4. Germain, en 499.

20. Michel, en 1074. 5. Félix jer, en 500.

21. Bambon, en 1123. 6. Félix 11, en 589.

22. Étienne, était présent à 7. Maxime, qui assista au la réconciliation qui se fit à concile de Latran.

Vienne entre le pape Alexan8. Beatus, qui assista au con dre m1 et l'empereur Frédéricher, cile de Rome sous le pape Aga- en 1177. thon, en 680.

23. Pierre, qui fut excommu9. André, en 743.

nié et privé de sa dignité par 10. Dominique, qui assista au Alexandre mi, à cause qu'il s'éconcile de Rome en 826. tait rangé du côté de l'empereur

11. Raguel, en 853; il assista Barberousse. Il fut remis sur son au concile sous Nicolas jer, en siége après la réconciliation de 861.

Frédéric et au concile de Latran, 12. Joseph , qui assista au concile de Rome en 868.

24. Guy, en 1188. 13. Adonius, assista au con

25. Henri, en 1190. cile de Ravenne en 877.

26. N..., élu et sacré évêque 14. Laurent, qui confirma en de Pesaro par Honorius ini, en 887 la donation faite

par
Théo-

1217
dose, évêque de Fermo, en fa 27. Pelegrin, en 1225.
veur du monastère de Sainte 28. Barthélemy, en 1228.
Croix.

29. Hugues, évêque de la 15. Raynier , succéda à Lau- même église , fut transféré à rent.

celle de Jesi.
16. Adelbert, qui souscrivit 30. Nicolas, en 1269.

en 1179

.

[ocr errors]

31. Thomas, prévôt de la ca 44. Léalis, fils de Malatesta thédrale de Pesaro , en devint de Malatestis, seigneur de Peévêque en 1272.

saro , fut placé sur le siège de 32. François, en 1282, mou sa patrie en 1370. Il passa à Rirut l'année d'après.

mini en 1373. 33. Accursius Plebanus, fut 45. Ange Feduccius, de l'Orélu par le chapitre, et confirmé dre des Frères Mineurs, en 1373. par Martin iv, en 1283.

46. François, siégea depuis 34. Salvus , de l'Ordre des l'an 1386 jusqu'à l'an 1398. Frères Prêcheurs, sut fait évè

47. Ange Roccius, de Bénéque de la même façon en 1292. vent, fut nommé à l'évêché de

35. Jules, mourut en 1296. Pesaro par Boniface ix, en 1398.

36. Pierre, de l'Ordre des Il fut transféré à l'évêché de Frères Mineurs, fut fait évêque Crotone en 1407. de Pesaro par Boniface vii, en 48. Antoine Casini, natif et 1296; il mourut vers l'an 1315. chanoine de Florence, obtint

37. Junta , citoyen et cha- l'évêché de Pesaro en 1407. noine de Pesaro , fut élu par le Deux ans après il fut transféré chapitre, et mourut avant qu'il à l'église de Sienne. Il fut fait fût sacré, en 1316.

trésorier de la sainte Église ro38. Pierre m, de l'Ordre des maine, et cardinal du titre de Frères Mineurs, fut élu par le Saint-Marcel par Martin v. chapitre en 1316, et confirmé

49. Barthélemi Casini, de par Jean xxl, en 1317. Il assista, Florence, religieux de Valomen 1336, à la consécration de breuse , succéda à Antoine Cal'église de Saint-François, et sini, son frère, en 1409. Il tint mourut en 1343.

un synode dont les règlemens 39. Francois Vinoli-a-Franco, ont loujours été fort estimés, et de l'Ordre des Frères - Mineurs, mourut en 1429. succéda à Pierre en 1343.

50. Jean de Benedictis, de 40. Homodeus, en 1346. Pesaro, devint évêque de sa pa

41. Blaise Geminelli , était trie en 1419. Il fut envoyé amchanoine d'Orviète, quand il fut bassadeur à Sienne par Nicolas v, fait évêque de Pesaro en 1354; en 1449, et mourut en 1455. il fut transféré au siége de Chiu 51. Barnabé Merlonius , de si en 1357.

Fano, fut fait évêque de l'église 42. Henri, archiprêtre de Mi- de Pesaro par Paul 11, en 1471. Il lan, fut nommé évêque de Pe- fut transféré à l'église de Terni saro par Innocent vi, en 1357. par Sixte iv, en 1474, et mourut Il fut transféré l'année suivante en 1475. à l'église d'Ascoli.

52. Thomas de Vincentiis , 43. Nicolas, évêque de Pesaro d'une famille noble de Fano, en 1358, passa à l'église de Fer

passa

de l'évêché de Terni à cemo en 1370.

lui de Pesaro en 1475, sous le

« IndietroContinua »