Immagini della pagina
PDF
ePub

in

ques de différens âges , avec des mi monasterii admoniensis Ord. observations critiques de l'au- Sancti-Benedicti in Styria , teur sur chaque pièce. 4°. Ve- lucem publicam vindic. Accedit nerabilis Godefridi abbatis ad- glossarium quo germanicæ vomontensis Ord. Sancti-Benedic ces obscuriores ac obsolete in ti (divo Bernardo ætale et spi- hujus autoris opere occurrentes ritu æqualis) opera, scilicet explanantur. Edidit R. D. P. homiliæ in dominicas et festa Pez, Austriacus ypsensis.. in-fol. totius anni; studio B. Pezii B. 3 volumes. (Journal des Savans, in-fol., 2 volumes. 5o. Ad vir. 1716, 1720, 1721, 1732, 1740 clariss. admodum reverendum et 1744.7 et eruditissimum P. Marcum PEZ (dom Bernard ), sayant Hanzizium societ. Jesu, SS. bénédictin. Ajoutez à ses ouvraTheologiæ doctorem , aliosque ges : Conspectus thesauri novisin Germania , Gallii et Italia simi, qui a paru á Ausbourg viros epistola, in quá vetustis- depuis 1721 jusqu'en 1729, en sima acta sancti Traperti, mar- 6 volumes in-folio, au dernier tyris in Brisgaviá, auctore Er- desquels le père Hucber a cu ganhaldo, circa amum Chris- part. ti DCC. Abbate San-Tratper PEZENNE (N.), abbé, mort tino, nunc primum publici juris en 1692, à l'âge de vingt-neuf facit, et illorum super eorum ans, n'étant encore que diacre. dem sinceritate et authenticá Il avait paru dans différentes sententiâ rogat , simulque diluit chaires de Paris avec applaudisquæ eruditissimi homines contra sement. On a de lui cinq panéreceptam apud Saltzburgenses Syriques , avec cinq autres disde S. Ruperti ætate traditionem cours sur différens sujets : ces scripserunt , in-4°. Le P. Pez panegyriques sont ceux de saint consulte les savans sur un point Charles Borromée, de saint Joparticulier de l'histoire de l'é- seph, de saint Benoît, de saint glise de Saltzbourg , concernant Jean-Baptiste et de saint Louis, saint Rupert. 6o. R. P. B. Pezii roi de France. Ce recueil a été benedictini bibliotheca ascetica imprimé à Paris, chez Edme antiqua et nova, hoc est, collec- Couterot, 1693, in-12. (Dict. tio veterum quorumdam et re- portatif des Prédic.) centiorum opusculorum asceli PEZRON(Paul), religicux bercorum quæ hucusque' in variis nardin, né à Hennebon en Bremanuscriptis codicibus et biblio- tagne en 1639, entra dans l'abthecis delituerunt , in-8°, 12 vo- baye de Prières en 1661. Il fut lumes. 70. Scriptores rerum aus reçu docteur de Sorbonne en triacarum veteres ac genuini.... 1682, et nommé abbé de la Charnunc primum è cod. manuscrip. moic en 1697. Il donna sa débibliothecæpartim augustissimae mission de cette abbaye en 1703, vindobonensis, partim celcberri- et mourut le 10 octobre 1906,

à 6 ans. On a de lui, 1o. un Cet abrégé contient les princiIraité intitulé, l'Antiquité des pales questions qui divisent les temps rétablie, imprimé à Paris, luthériens d'avec les sacramenen 1687, in-4°, dans lequel il en- taires, les anabaptistes et les sotreprend de rétablir la chrono- ciniens. Elles sont au nombre de gie du texte des Septante, contre quarante-deux. 2o. Les dogmes celle du texte hébreu de la Bible, des protestans prouvés par le et donne au monde plus d'an- droit canon. 3o. Une dissertation cienneté qu'aucun autre chrono- sur les passages de l'Ancien-Teslogiste avant lui. 2o. La défense tamentallégués dans le Nouveau. de l'antiquité des temps, in-4", 4°. Les remarques de Théodore 1691, contre les pères Martianay Thummius, théologien de Tuet le Quien, qui avaient attaqué binge, sur la synopse. Tous ces son premier ouvrage. 3o. Essai ouvrages sont en latin. ( Bibliod'un commentaire sur les

pro

theca bremensis anni 1720, p. phètes. 4. Histoire évangélique, 772. Le Long, Bibl. sacr. édit. confirmée par la judaïque et la in-fol.) romaine, 2 volumes in - 12, PFAFF (Christophe-Matthieu), 1696.5o. Un traité de l'antiquité comte palatin, abbé de Lauréac, de la nation et de la langue des docteur et premier professeur en Celtes, autrement appelés Gau- Théologie à Tubinge, chancelier lois, 1703. 6. Deux dissertations de l'université, préposite de l'Éinsérées dans les Mémoires de glise, et membre de l'académie Trévoux, l'une touchant l'an- des sciences de Berlin, naquit cienne demeure des Chananéens, le 25 décembre 1686, de Jeandans le mois de juillet 1703; Christophe Pfaff, dont on vient l'autre sur les anciennes et véri. de parler. On a de lui un grand tables bornes de la terre promise, nombre d'ouvrages , dont les dans celui de juin 1705, etc. (Le principaux sont, 1o. Dissertatio Long, Bibl. sacr. Mémoires de critica degenuinis librorum NoviTrévoux, juillet 1707. Journal Testamenti lectionibus, ope cades Savans, 1687, 1689, 1690, nonum quorumdam criticorum 1692, 1693, 1696 et 1703.) feliciter indagandis, 1709. 2o.

PFAFF (Jean - Christophe ), Firmiani Lactantii epilome inthéologien luthérien, docteur stitutionum divinarum, ad Penet professeur en Théologie dans tadium fratrem. 3o. Anonymi l'université de Tubinge, pasteur historia de hæresimanichæorum. et doyen de l'église de la même 40. Fragmentum de origine geneville, naquit à Pfullinge, dans le ris humani, et (. Jul. Hilariani duché de Wittemberg, le 28 expositum de rationc Paschæ et mai 1651, et mourut à Tubinge mensis, ex codicib. taurinens. le 6 février 1720. Ses principaux 1712, in-8°. 5o. Sancti Irenæi, ouvrages sont, 1o. Sylloge quæs. episcopi lugdunensis , fragmentionum theologicarum, etc. in.4o. la anecdota ex biblioth, taurin.

eruta, latind versione et notis tio vcri christianismi , 1720, illustrata, et duabus dissertatio- in-12, en allemand. 11°. Catenibus de oblatione et consecratio- chismus animæ, sive prima docne eucharistict, atque liturgicá trinæ principia ex fundamentis greca Joann. Ernesti Grabü, christianismi interioris deducta, et dissertatione de præjudiciis 1920, in-12. 12o. Alloquium iretheologicis aucta , 1715, in-8°. nicum ad protestantes, 1720, 6°. Primitiæ tubingenses, quarum in-4. 130. Introductio in histopars prior orationem auspicalem riam theologiæ litterariam, cum de officio professoris theologi, appendicibus, 1718, 1720, in-8. dissertationesque inaugurales de 18 Syntagma dissertationum evangeliis super Anastasio im- theologicarum, 1720, in-8. 15°. peratore non corruptis, et de Meditationes 12 de variis chrislitibus in articulo de gratid et tianismi practici verique capi? de prædestinatione ab initio ec- tibus, 1720, in-12, en allemand. clesiæ usque ad nostra tempora 169 Institutiones historiæ eccleobortis, cum corollariis de inte- siasticæ cum dissert. de liturgiis gritate Scripture-Sacræ sub in- 1721, in-80.17o. Notæ exegetica cudem orthodoxice revocantis, in evangelium Matthæi, 1921, funereque masoræ ejusque ceno- in-40. 18°. Institutiones juris ectaphio; pars verò posterior no- clesiastici in usum auditori bilissimum de theologicis præ- Pfaffiani,etc., 1727, in-8°. (Supjudiciis argumentum prolixiùs plément français de Båle.) nunc evolutum, novdque disser PFEFFEL (N... de), conseiller tatione illustratum, duasque apo- de la légation de France à Ratislogias Scipioni Maffeio et Joan. bonne , est auteur de l’Abrégé ni Alphonso Turettino oppositas chronologique de l'histoire et exhibet, 1718, in-4o. 7o. De ori du droit public d'Allemagne , ginibus juris ecclesiastici, ejus. imprimé pour la première fois demque verá indole liber singu- à Paris en 1764, chez Hérissant, laris ; accedit dissertatio de suc

et réinprimé à Manheim en cessione episcopali, 1720, in-8. 1958, a volume in-4° de neuf 8. Acta et scripta publica eccle- cents quatre-vingt-quatre pages; sice willembergice, tum quce ouvrage disposé sur le plan de cusa dudum fuére , tum quæ è l'Histoire de France de M. le situ et tenebris nunc demum in président Hénault. dies luminis auras prodeunt, PFEIFFER (Auguste), né à 1919, in-4°: go. Institutiones Lavenbourg le 27 octobre 1610, theologice, dogmaticæ et mora fut archidiacre de l'église de les; accedit dissertatio de gustu Saint - Thomas à Leipsick , spirituali

, et vitiis eorum qui professeur ordinaire en langues sacris cooperantur, medelique orientales , et professeur exhis rebus adhibenda, 1719 et traordinaire en Théologie

. On 1721, in-8°. 10°. Brevis delinea- l'appela à Lubeck en 1690, et il

y fut surintendant des églises. Il maniæ. De institutione hominis y mourut le 11 janvier 1698. On christiani. De vero Dei cultu. a de lui, entre autres ouvrages, Consilium Cæsari datum in Critico-sacra de sacri codicis causa religionis. De sacrificio partitione, editionibus, interpre- missæ. De Deo,et sancta Trinitatione, etc., in-8°, en 1660 et en tate. De reformatione christia1668, augmentés. Exercitatio nd. Admonitio ad diæcesales de targum, etc., en 1665. verbi ministros. De justitid et Exercitatio de massorá, en 1665. salute christiani hominis. De De trihæresi Judæorum, en 167o. pænitentia, fide et charitate. Antiquitates hebraïcce selec- De creatione mundi. De schis, en 1687. Sciagraphia syste- mate ad Germanos liber : tous malis antiquitatum hebraica- ces écrits sont en latin ; les trois rum, etc. Thesaurus hermeneuti- suivans sont en allemand : De cus, en 1684. Decades duæ de an. lapsu hominis in peccatum origitiquis Judæorum ritibus, etc., en nale. Novum interim. Summa1664. Specimen antiquitatum rium præcipuorum religionis sacrarum , en 1568. On peut christianæ articulorum. (Voyez voir la liste de ses autres ouvra- Memorabilia quædam Julii ges dans la Bibliothèque sacrée Pflugi, ex manuscripto aliquo du père le Long, in-fol.

collecta, dans le tome 12 des PFLUGK (Jales), trente-neu- miscellanea lipsiensia , à Leipvième évêque de Naumbourg sick, 1723, in-8°. (Moréri, édit. ou Nahébruc, ville de la llaute- de 1959.) Allemagne, dans le Palatinat, PHACÉE, hébr., qui ouvre, sur le Nahe, chanoine de Mayen- du mot pacak, fils de Romélie, re, et prévôt de Zeits, était général de l'armée de Phacéias, d'une famille noble et distin- roi d'Israël, conjura contre son guée. Il fut du conseil des em- maitre, l'attaqua à Samarie, le pereurs Charles-Quint et Fer- tua, et régna en sa place pendinand jer, qui l'honorèrent de dant vingt ans. Il fit le mal deleur confiance. Il se trouva à vant le Seigneur; et, après avoir presque toutes les assemblées perdu plusieurs villes que lui qui se tinrent de son temps sur prit Téglathphalassar, Osée, fils les affaires de la religion, et il d'Ela, conspira contre lui, l'atprésida aux diètes de Ratisbonne taqua , le lua , et régna en sa au nom de Charles-Quint. Il place. (4 Reg. 15, 25, etc.) mourut le 3 septembre 1564, PHACÉIAS, hébr. , le Seiaprès avoir composé les écrits gneur qui ouvre, du mot pacak, suivans : Explanatio singulo- ouvrir, et du mot Jah, Seigneur, rum missæ rituum. Institutio fils et successeur de Manahem, christiana ecclesiæ numburgen- roi d'Israel. Il ne régna que sis. De reipublicæ restitutione deux ans. Il fit le mal devant ad principes et populum Ger- le Seigneur, et fut tué par Pha

cée, fils de Romélie. (4 Reg. 15, de l'Illyrie orientale. Ptolémée 22, etc. Voyez ci-dessus Pha- et Strabon la mettent dans la CÉE.)

Chaonie près de Buthroth. Les PHACUSA, ville épiscopale de évêques suivans y ont siégé : la première Augustamnique , 1. Peregrinus, assista au consous le patriarchat d'Alexandrie. cile de Chalcédoine. Strabon n'en fait qu'un village, 2. Valérien , souscrivit à la au lieu qu'elle est capitale d'un lettre du concile de la province nome d'Arabie , suivant Ptolé- d’Epire à l'empereur Léon, toumée. Les Notices n'en font point chant les décrets du concile de mention, et on n'en trouve Chalcédoine. d'autre évêque qu'un certain 3. Pbilippe , souscrivit à la Moïse, nommé par Mélèce. (Or. relation du concile de l'ancienne chr., t. 2, p. 546.)

Epire au pape Hormisdas, touPHADAIA, hébr., rachat du chant l'ordination de Jean, méSeigneur, du mot pada, rache- tropolitain de Nicopolis. (Or. ter, et du mot Jah, Seigneur, chr., t. 2, p. 139.) père de Zebda ou Zebida, mère PHÆNIX, petite ville de l'île de Joachim, roi de Juda. (4 dc Crète, avec titre d'évêché, Reg. 23, 36.)

sous la métropole de Cortyne, PHADAIA, fils de Jéchonias, au diocèse de l'Illyrie orientale. roi de Juda, et père de Zoroba- La Notice de Piérocle est la bel et Semeï. (1 Par. 3, 18, 19.) seule qui fasse inention de ce

PHADAIA, fils de Pharos. (2 siége. Quoiqu'il y eût des évêEsdr. 3, 25.)

ques dès le huitième siècle, nous PHADASSUR, hébr. , n'en trouvons qu’un dans les veur fort et puissant, du mot actes du septième concile génépada, sauver, racheter, et du ral, nommé Léon. Phænix s'apmot hur, fort ou pierre, père de pelle aujourd'hui San-Nicheta. Gamaliel. Ce Gamaliel était chef (Or. chr., t. 2, p. 268.) de la tribu de Manassé, lorsque PHÆNUS ou PHÆNON, ville les Hébreux sortirent de PÉ- d’ldumée , située entre Pétra et gypte, et fit en cette qualité les Zoara. C'était autrefois un évèprésens au tabernacle au nom ché de la troisième Palestine, de sa tribu. (Num. 1, 10.2, 20. sous la métropole de Pétra. Eu7, 54, et 10, 23.)

sebe (lib. de martyr. Palest., PHADON, hébr., sa rédemp- cap. 7, post. lib. 8, Hist. eccl., tion, du mot pada , racheter, et pag. 328, edit nles) nous apdu pronom an, sa, un des pères prend que plusieurs chrétiens y ou des chefs des Nathinéens. (i furent condamnés à travailler Esdr. 2, 44, 2 Esdr. 7,48.)

aux mines

par

le

gouverneur de PHÆENICE, ville épiscopale la province , sous l'empereur de l'ancienne Epire, sous la mé- Maximin 11. Il y a

eu pour tropole de Nicopolis, au diocèse évêques :

sau

« IndietroContinua »