Immagini della pagina
PDF
ePub

en Egypte, et martyr dans le lité, sa miséricorde , étaient la quatrième siècle, était d'une fa ressource de tous les malheumille noble et riche de la ville reux. Nous avons parlé de la même de Thmuis dans la Basse- lettre que lui écrivit saint Paul, Egypte. Il quitta tout pour se à l'article ONESIME. Les Constifaire chrétien, et fut élevé sur tutions apostoliques le font le siége épiscopal de Thmuis évêque de Colosses; mais les durant les premières années de Menées portent qu'il fut apôtre la persécution de Dioclétien et et premier évêque de Gaze en de Maximien Galère. On l'arrêta , Palestine. De là il revint à Cosous Maximin, et on le conduisit losses, où il souffrit le martyre; à Alexandrie

par
les ordres du

son corps y demeura et y fit gouverneur de la Thébaïde, plusieurs miracles. Son nom est nommé Culcien, qui, l'ayant marqué dans les martyrologes trouvé inebranlable dans la con au 22 de novembre. ( Philem. fession de la foi, le fit décapiter II, 1, 2. D. Calmet, Dictionn. avec saint Philorome, intendant de la Bible.) de l'Égypte, et receveur général PHILEMON, martyr, et comdes finances dans cette province. pagnon de saint Apollone. (Voy. On croit que leur martyre arriva APOLLONE.) vers l'an 30g ou 310. Les mar PHILÈTE, , grec, aimable ou tyrologes font mention d'eux qui est aimé, du mot Qiances. au 4 de février. Saint Philéas, Saint Paul, écrivant à Timothée étant à Alexandrie, écrivit à son l'an 65 de Jésus-Christ , et peu peuple de Thmuis une lettre de temps avant son martyre, pastorale pleine de sagesse et du l'exhorte à fuir ceux qui tienfeu de l'amour de Dieu. Eusébe nent des discours vains. et pronous l'a conservée dans son bis- fanes, entre lesquels il nomme loire, et elle a mérité seule la

Philète. On n'a rien de bien qualité de Père de l'Église, et certain à son sujet. (2 Timoth. d'écrivain ecclésiastique, à son 2, 16, 17, 18. Dom Calmet, Dicauteur. (Eusébe, dans son Hist. tionn. de la Bible. ) eccl. ch. 9 et 10. Tillemont PHILIARQUE (Côme), de Pisdans le 5e. volume de ses Mém. toie, chanoine et théologal de ecclésiastiques. Baillet, tom. I, Florence, vivait à la fin du sei4 février.)

zienie siècle. On a de lui deux PHILEMON, grec, qui baise tomes du Devoir des prêtres , ou qui embrasse, du mot Qiamur, imprimés à Venise en 1597. baiser, riche bourgeois de Co- (Dupin, table des Aut. ecclélosses en Phrygie , fut converti siastiques du seizième siècle, à la foi avec Appia , sa femme, col. 1403.) par Apaphras, disciple de saint PHILIPPE ou PHILIPPES, Paul. Il avait fait une église de ville de Macédoine , située dans sa maison; sa charité, sa libéra- les montagnes vers les frontiè

res de la Thrace, à douze milles saint Ignace, patriarche d'Anau nord de la mer Egée. Elle tioche. est aujourd'hui presque déserte, 5. Porphyrius, assista et sousau lieu qu'elle était autresois crivit au concile de Sardique. très-florissante, comme l'on peut 6. Flavien , au concile généen juger par les restes de ses ral d'Ephèse. ruines. Philippe, roi de Macé 7. Sozon, se trouva au brigandoine, père d'Alexandre, qui l'a- dage d'Ephèse, et s'y déclara vait agrandie, lui donna son pour la foi de Nicée. Il assista nom. Elle est célèbre, soit pour aussi, deux ans après, au concile avoir reçu la foi de l'apôtre de Chalcédoine. saint Paul, soit par la bataille 8. Déinétrius, siégeait sous qui se donna aux environs, entre l'empereur Justinien en 533. Marc Antoine et Octavien Au 9. Nicolas, assista au concile guste, contre Cassius et Brutus, pour le rétablissement de Phoqui furent défaits. Il n'y eut d'a- tius , après la mort de saint bord dans cette ville qu'un évê- Jgnace. que suffragant de Thessaloni 10. Basile, vivait vers le temps que; mais elle fut érigée ensuite de Photius. en métropole de la seconde Ma

11. Euthyme, contemporain cédoine, au neuvième siècle. Elle de Sisinnius, patriarche de Cousest aujourd'hui sous la domina- tantinople. tion des Turcs.

12. Jean, assista au concile de Évéque de Philippes.

Constantinople sous le patriar

che Luc Chrysoberge, en 1166. 1. Epaphrodite, ordonné par 13. N..., s'unit de communion l'apôtre saint Paul. Il en est

avec l'église romaine, fait mention dans l'épître aux pape Grégoire x. Philippiens. (2, 25 et 4, 18.)

14. Nectaire, siégeait en 1580. 2. Erastus, dont il est parlé 15. Gerasimne, assista au condans les Actes des apôtres (19, cile tenu à Giasi dans la Molda22), et dans la seconde épître à vie, sous Parthenius-le-Vieur, Timoth. (4, 20). Les marty- patriarche de Constantinople, rologes le font évêque de Phi- contre les erreurs calviniennes lippes. Sa mémoire est marquée que Cyrille Lucaris soutenait. dans le martyrologe romain au

16. Germain, souscrivit à la 26 de juillet.

réponse du patriarche Denis, 3. Olympas, fut établi évêque sur les erreurs des calvinistes, en de la même église par saint 1672. Pierre et saint Paul ( apud

17. Parthenius, siégeait en Bolland. ad diem 29 junii.) 1721. 4. Vitalis , dont il est fait

18. Agapius, en 1740. (Or. mention dans l'épître aux Phi- chr., t. 2, p. 66. Lippiens attribuée autrefois à

Les Latins étant maîtres de

sous le

Philippes au commencement du dans les bonnes gråces d’Antiotreizième siècle , ils y établirent chus. Ce prince l'établit couverun archevêque de leur commu neur de Jérusalem, où il fit une nion, Guillauine, élu évêque de infinité de maux aux Juifs, pour Nazoresca, y fut transféré en

les obliger de renoncer à leur 1212, par le Pape Innocent ill, religion. Quelque temps après, qui le sacra et lui donna le pal- Antiochus, se voyant près de sa lium de ses propres mains. Il y mort, l'établit régent du royaua plusieurs lettres de ce pape me, et lui mit en main les oradressées au même prélat; sa

nemens royaux pour les rendre voir, la 50, 59, 69 et 78 (lib. 15, à son fils Antiochus Eupator. cdit. Baluz., tom. 2). (Or. chr., Mais, se voyant trop faible conlom. 3, p. 1046.)

tre Lysias, qui avait usurpé le PHILIPPE, grec, belliqueux gouvernement, il alla en Egypte, ou amateur de chevaux, du portant avec lui le corps d'Epimot dinam05, roi de Macédoine phanes, pour demander du seet père d'Alexandre-le-Grand. Il cours à Ptolémée Philometor; est parlé de ce prince dans l'É- et l'année suivante, pendant que criture, mais seulement par in- Lysias était occupé contre les cident, à l'occasion d'Alexandre- Juifs, il s'empara d'Antioche. le-Grand, son fils. (1. Mach.1, Mais Lysias, étant retourné en 1.) Philippe fut tué à Egée, ville diligence dans le pays, reprit de Macédoine, par Pausanias, Antioche, et fit mourir Philippe, fils de Céreste , lorsqu'il faisait qui fut arrêté dans la ville. les noces de sa fille Cléopâtre (1 Mach. 6, 14, 55, 2 Mach. 9, avec Alexandre, roi d'Epire, l'an 29. Dom Calmet, ibid.) du monde 3668, avant Jésus PHILIPPE , fils d'Hérode-leChrist 332, avant l'ère vulgaire Grand et de Cléopâtre, épousa 336. Alexandre-le-Grand sou- Salomée, fille d'Hérodiade, si fatient dans sa lettre à Darius, meuse pour le meurtre de saint que les Perses avaient engagé Jean-Baptiste. Pendant qu'Arpar argent les meurtriers de son chélaüs, son frère, était allé à père à commettre ce crime. Rome pour faire confirmer par (Dom Calmet, Dictionn. de la Auguste le testament d'Hérode Bible.)

leur père , il demeura en Judée PHILIPPE, surnommé Aridée, pour la gouverner ; il alla aussi frère d'Alexandre - le-Grand, à Rome pour soutenir son frère succéda à ce prince dans le et veiller à ses propres

intérêts. royaume de Macédoine, l'an du Après qu'Auguste eut confirmé monde 3681, et fut mis à inort le testament d'Hérode, Philippe en 3687. (Dom Calmet, ibidem.) revint dans sa tétrarchie de la

PHILIPPE, frère de lait d'An- Trachonite, de la Gaulonite, tiochus Epiplanes, était Plury- de la Batanée et de Pancade, gien d'origine, et fort avant qu'il s'appliqua à gouverner en

prince modéré et attentif au avoir du pain à cet effet. Quelbonheur de ses sujets. Ce fut ques-uns, voulant voir Jésuslui qui entoura de murs Panéa- Christ un peu avant sa passion, de, et la nomma Césarée de s'adressèrent à saint Philippe, Philippe. Il augmenta aussi qui en parla à saint André, et Bethzaïde, patrie de saint ces deux, ensemble, le dirent à Pierre, et la nomina Juliade en Jésus. A la dernière cène saint l'honneur de Julie, fille d'Au- Philippe demanda au Sauveur guste. Il mourut l'an 37 de Jé- qu'il lui plût leur faire voir le sus-Christ, la vingtième année Père ; mais Jésus lui répondit, de Tibère, après 37 ans de rè- qu'en voyant le Fils ils voyaient gne. (Matt. 14, 3. Dom Calmet, aussi le Père. Voilà ce qu'en dit ibid.)

l'Évangile. On sait de plus, quoiPHILIPPE , autrement Hé- que avec moins de certitude, rode-Philippe , fils du grand qu'ayant eu plusieurs filles ,

il Hérode et de la seconde Ma- en maria quelques-unes, et que rianne , fille du grand - prêtre les autres demeurèrent vierges; Simon. Cet Hérode-Philippe qu'après que les apôtres eurent épousa Hérodiade, dont il eut quitté la Judée, il prêcba dans Salomée, desquelles on a déjà les deux Phrygies, et qu'il moudit un mot. et qui furent cause rut à Hiéraple, après avoir eu de la mort de saint Jean-Bap- quelque temps saint Polycarpe tiste. Hérodiade le quitta pour pour disciple. épouser Hérode - Antipas, son La fête de saint Philippe l'afrère. (Voyez à l'article des Hé- pôtre se célèbre chez les Grecs RODE.)

et les Orientaux le 14 novembre, PHILIPPE (saint), apôtre, et la vision dans laquelle saint était natif de Bethzaïde en Ga- Philippe promit la victoire à lilée. Il fut appelé par Jésus- Théodose-le-Grand sur le tyran Christ tout au commencement Eugène, ne contribua pas peu à de la mission de ce divin Sau- l'accroissement du culte de cet veur, et on croit que c'est à lui apôtre dans l'empire romain. qu'il ordonna de laisser les morts Les Latins ou Occidentaux semensevelir leurs morts. Peu après blent avoir choisi d'abord pour sa vocation, il amena Natha- l'honorer, le 22 d'avril, comme naël à Jésus - Christ, avec le on le voit dans les anciens marquel il alla aux noces de Cana, tyrologes, qui ne laissent pas de et environ l'an 31 de l'ère vul- marquer sa fête le premier jour gaire, il fut désigné apôtre. Dans de mai, avec celle de saint Jacune occasion ou le Sauveur vou- ques. C'est ce que Bède et tous lait nourrir cinq mille hommes les autres auteurs de martyrodans un désert, il s'adressa à loges ont suivi. On trouve aussi saint Philippe, lui demandant , dans quelques martyrologes , la pour le tenter, d'où on pourrait fête de la vocation de saint Phi

lippe au 28 ou dernier jour de S. Philippe, l'Écriture ne dit rien février. On a supposé à saint de lui depuis ce baptêine, c'estPhilippe un faux évangile, dont à-dire, depuis l'an 33 de l'ère les gnostiques se servaient: on vulgaire. Les nouveaux Grecs a aussi publié de faux actes de disent que ce saint diacre quitta saint Philippe, et un itinéraire la Palestine, pour aller à Trulles ou histoire de ses voyages , qui en Asie, où il fonda une église , sont rejetés comme fabuleux. dont il fut l'apôtre et l'évêque, (Joan. 1, 44, etc. Luc. 6, 13. et où il reposa en paix après y Joan. 6, 5, etc. 12, 20, 21, 22, avoir fait beaucoup de miracles. 14,8, etc. D. Calmet, Dictionn. Ils célèbrent sa fète le i d'ocde la Bible. Baillet, au premier tobre, et les Latins le 6 de jour de mai. Dom Ceillier, Hist. juin. (Act. 6,5; 8, 5, etc. 26, des Aut. sacr. et ecclés. , t. 1, 27, etc. Dom Calmet, Dictionn. pag. 484, 488 et 492.)

de la Bible. Baillet, Vies des PHILIPPE, le second des sept Saints: ) diacres que les apôtres choisi PHILIPPE (saint), évêque de rent après l'ascension de Jésus- Gortyne en Candie, dans le seChrist. Ce diacre était, dit-on, cond siècle, se distingua par son de Césarée en Palestine. Il est zèle à garantir son église de la certain que ses filles demeuraient fureur des gentils, et des piéges en cette ville. Après la mort de des hérétiques. Il composa , saint Étienne, tous les chrétiens, contre l'hérésiarque Marcion, un excepté les apôtres, ayant quitté ouvrage qui était excellent, au Jérusalem, saint Philippe alla jugement des anciens, mais qui prêcher à Samarie, où il baptisa n'est point venu jusqu'à nous. grand nombre de personnes ; et Le martyrologe romain moderne en ayant donné avis aux apôtres, fait mention de saint Philippe le saint Pierre et saint Jean vin. 11 d'avril. (Eusébe, hist. l. 4, rent leur imposer les mains, afin c. 23 et 25, Baillet, tom. I, U qu'ils reçussent le Saint-Esprit. avril. ) Cette grâce fut refasée à Simon PHILIPPE, évêque d'Héraclée le magicien, et la proposition en Thrace, et martyr dans le qu'il fit à saint Pierre, d'acheter quatrième siècle , fut arrêté par le pouvoir de la communiquer, l'ordre du gouverneur Bassus , rejetée avec exécration par cet qui le fit tourmenter long-temps, apôtre. L'histoire da baptême et enfin brûler vif avec son diade l'eunuque de la reine d'E

saint Hermès, le 22 d'octhiopie par saint Philippe, se tobre de l'an 362 , selon l'opi - trouve tout entière aux livres nion de plusieurs. Saint Sévère , des Actes. On croit que cet eu- qui était prêtre et disciple de nuque fut le premier apôtre de saint Philippe, aussi bien que l'Ethiopie. Les Grecs en font la saint Hermès, souffrit le martyre fête le 27 août. Pour revenir à le lendemain. ( Tillemont, au

cre ,

« IndietroContinua »