Immagini della pagina
PDF
ePub

et qui traduisit, à la prière de sang du Seigneur, dans lequel Martin, évêque de Brague, des il enseigne la présence réelle. 4o. demandes et des réponses de Un Traité de la foi , de l'espéquelques moines grecs, qui font rance et de la charité , dont le le septième livre des vies des but est de montrer en quoi conpères de Rosveide. (Dupin , Bi- sistent ces vertus, et comment blioth. des Auteurs ecclésiasti- on peut les acquérir. 5°. Une ques, sixième siècle.)

lettre à Frudegard ou FreduPASCHASE RADBERT (saint), gard, moine de la nouvelle Corabbé de Corbie , Ordre de Saint- bie, sur la présence réelle du Benoit, naquit sur la fin du corps et du sang de Jésus-Christ huitième siècle dans le Sois- dans le sacrement de l’Euchasonnais, de parens inconnus. ristie. 6o. La vie de saint AdoAprès avoir vécu long-temps lard ou Adelard, abbé de Cordans le monde , il se retira dans bie , et celle de Vala son frère. le monastère de Corbie, où il 70. L'histoire du martyre des s'appliqua à l'étude avec tant saints Rufin et Valère. 8o. Un de succès , qu'on le choisit pour traité sur l'enfantement de la instruire ses confrères. En 831, sainte Vierge, dans lequel il Louis Auguste l'envoya en Saxe, soutient que cet enfantement fut et l'employa souvent depuis miraculeux , et non comme cepour les églises ou les monas- lui des autres femmes. 9o. Queltères. Il fut fait abbé de Corbie, ques poésies. 10°. Quelques en 844, quoiqu'il ne fût que lettres, qui sont perdues, aussi diacre, et son humilité l'empê- bien que le traité de la vie des cha toujours de monter plus Pères, que Thritême lui attribue. haut. En 846, il assista au con- La vie de saint Riquier, le poëcile de Paris, et, en 849, à ce me intitulé, du Jour du jugelui de Quercy. Il abdiqua sa inent, et le livre des pontifes charge d'abbé, en 851, et mou- romains, dont quelques écrirut à Corbie, le 26 avril 865. Il vains le font auteur , ne sont a été mis au nombre des saints pas de lui. Ses cuvres ont été par un décret du saint-siége, imprimées à Paris en i vol. inqui, ep 1073, fit transférer ses fol., en 1618, par les soins du reliques, de la chapelle de Saint- père Sirmond, jésuite. Le traiJean , où il avait été inhumé, té du corps du Seigneur se troudans la principale église. Il a ve dans le neuvième tome de la laissé plusieurs ouvrages : 1°. grande collection des pères Mar. Douze livres de commentaires tène et Ursin Durand, plus corsur saint Matthieu, et trois sur rectement que partout ailleurs ; le psaume quarante-quatrième. car il est défiguré dans plusieurs 2o. Un commentaire sur les la- éditions qui en ont été faites , mentations de Jérémie. 3o. Un et surtout dans celles de HagueTraité intitulé, du Corps et du nau, en 1528, et de Bâle, en

1530. Paschase fut l'imitateur bibliothécaire du roi de Sardaide ces sages préconisés dans le gne. Nous avons de lui : 10. Une livre de l'Ecclésiatique, qui, grammaire bébraïque, dont la faisant leur étude du vrai et du seconde édition, considérablesolide, l'ont cherché dans les ment augmentée, est de Padoue, écrits des anciens et des prophè- 1741, in-8°. 2o. Codices manustes. L'Écriture et les Pères fu- cripti bibliothecæ regii taurirent les sources pures dans les- nensis Athenæi per linguas diquelles il puisa sa doctrine. Il gesti, et binas in partes distriavait beaucoup de science et de buri, in quarum prima hebræi piété; il ne manquait ni de jus- et græci, in alterå latini, itatesse d'esprit, ni de pureté et lici et gallici, recensuerunt et d'élégance de style; il a cepen- animadversionibus illustrarunt dant ses défauts : il est trop dif- Josephus Pasinus, regii à confus, répète souvent la même siliis bibliothecæ præses et mochose , et se jette dans des di- derator, Antonius Rivautella, gressions qui coupent le fil de ct Franciscus Berta, ejusdem son discours. (Bellarmin. Vos bibliothecæ custodes : insertis sius. Dupin, Biblioth. neuvième parvis quibusdam opusculis hacsiècle. Dom Ceillier, Hist. des tenus inæditis, adjectoque in Auteurs sacr. et ecclés., t. 19, fine scriptorum et eorum opepag. 87 et suiv.)

rum indice, præter charactePASCHASIN , évêque de Lily

rum specimina, et varia codibée, maintenant Marsala en Si cum ornamenta, partìm ære, cile , vivait dans le cinquième partim ligno incisa ; Taurini , siècle. Il assista au concile de 1949, ex typographiá regiá, 2 Chalcédoine, en 451, comme . volumes in-fol. C'est un catalopremier légat de saint Léon-le- gue également curieux et intéGrand. On croit qu'il écrivit les ressant des manuscrits de la biactes de ce concile, et l'on a deux bliothèque de Turin, et par

le lettres de lui à saint Léon. (Isi- nombre des rares manuscrits dore, cap. 11, de vit. illustr. dont il donne la notice, et par Adon, in Chronic. Baronius, in la manière dont il est composé. Annal.)

(Journal des Savans, 1950, pag. PASENUM, évêché de la 650.) Grande- Arménie, sous le ca PASINUS (Adeodat), capucin tholique de Sis. Nous en con d'Italie, publia à Bresse, en naissons deux évèques :

1656, le livre intitulé : Renver1. Dieudonné, souscrivit au sement de l'ouvrage de Pierre concile de Sis.

du Moulin contre les capucins, 2. Thaddée, à qui le pape et du commentaire de Jean à Jean xxii écrivit, en 1321. (Or. Lovinio. (Dupin, Table des christ, , t. I, p. 1441.)

Aut. ccclés. du dix-septième PASINI (Joseph), conseiller et siècle, col 2462.)

PASQUELIN (Guillaume), né temps avec un applaudissement à Beaune, le 25 novembre 1575, universel, et fut chargé des plus se fit jésuite à Avignon, ensei- belles causes , et entre autres de gua la langue grecque à Milan, celle de l'université de Paris dans la classe de rhétorique, et contre les jésuites. Il se rendit la Théologie à Rome. Il quitta très-habile dans l'histoire , surla société, en 1613, et fut pour- tout dans celle de France ; comvu de la prébende théologale me il paraît par son volume de de l'église de Beaune. Il mourut recherches, in-fol., par ses épile 29 mars 1632, âgé de près de tres , etc. Il mourut, à Paris , en cinquante-sept ans, après avoir se fermant les yeux lui-même , publié: 1o. Protocatastasis, seu le 31 août 1615, âgé de quatreprima societatis Jesu institutio vingt-sept ans, et fut enterré restauranda summo pontifici ,

summo pontifici, dans l'église de Saint-Severin. latino-gallica expetulatione pro- Ses principaux ouvrages sont : ponitur, etc. Paul v condamna 1°. Ses recherches, dont la meilcet ouvrage par une bulle du 16 leure édition est celle de 1665, mars 1618. 2o. Ouraxologie ou in-fol. 2o. Ses épîtres, dont la discours céleste du ciel : hiéro- meilleure édition est de 1619, théologie des ordres religieux, en 5 volumes in-8°. 3o. Des poéniontrant la source des plus si- sies latines et françaises. Les lagnalés. Parallèle des modernes tines sont les plus estimées. religieux avec les anciens, et le Toutes ses æuvres , excepté son spécial parallèle de l'Ordre des jé Catéchisme des jésuites, et les suites, à Paris, chez Gilles Blaisot, Ordonnances d'amour, pièce 1615, in-12. Cet ouvrage, dédié licensieuse , ont été imprimées à å Louis xii, fut imprimé dès sa Trévoux, en 1923, en 2 volunaissance. 3o. Catéchisme pour mes in-fol. On lui reproche sa les enfans, souvent imprimé. 40. passion contre les jésuites, qui Officia propria insignis ecclesiæ lui fit adopter jusqu'aux contes collegialis D. Marice Virginis les moins vraisemblables que apud Belnam ; à Dijon, 1628, l'on débitait contre eux , et qui in-89. 50. Des sermons manus- souleva contre lui le père Gacrits, etc. (M. Papillon , Biblio- rasse. Pasquier laissa trois fils ; thèque des Auteurs de Bour- Théodore, avocat-général à la gogne , in-folio, tom. 2 , pag. chambres des comptes ; Nicolas, 127.)

maître des requêtes , dont on a PASQUIER (Étienne), célèbre des lettres curieuses , in-8°, imavocat, puis conseiller au parle- primées en 1623 ; et Gui, audiment de Paris, ensuite avocat- teur des comptes. Ils écrivirent général dans la chambre des pour la défense de leur père comptes, et l'un des plus savans contre les écrits du père Garasse. hommes de son temps, naquit (Sainte-Marthe , in Elog. doct. à Paris, en 1528. Il plaida long- Gall. lib.5. La Croix du Maine.

De Tbou. Loisel. Journal des (Saint Augustin, Hær. 63. Sayans, 1924, pag. 488 de la Pbilastrius, de Hær. c. 77.) première édition et 467 de la PASSAU ou PASSAW, Passeconde.)

savia, Patavia , ville épiscopale PASSAGIENS ou PASSAGINS d'Allemagne , sous la inétropole ou PASSAGIERS, passagerii, de Saltzbourg, est située sur le passageri, hérétiques qui pré- Danube, à vingt-cinq lieues autendaient qu'il fallait rejeter le dessous de Ratisbonue, et à cinmystère de la sainte Trinité, les quante au-dessus de Vienne en Pères , l'Église romaine, et ob- Autriche. Elle était connue du server la loi de Moïse à la lettre. temps des Romains sous le nom Le pape Lucius i les condamna de Batava-Castra , à cause qu'ils par sa constitution de l'an 1184, y avaient établi une garnison de faite au concile de Vérone. Le Bataves. Elle est bien bâtie, et nom de passagins semble venir la cathédrale de Saint-Étienne, du mot grec passagios , qui si- l'une des plus belles d'Allema gnifie tout saint, et ce nom a été gne, a un chapitre composé de donné à plusieurs fanatiques de trois dignités et de vingt-cinq différentes sectes, qui se disaient nobles chanoines, tous capitupurs ou catbares. (Lutgeinberg, laires. L'évêque tient un rang Catal. hceret.)

considérable parmi les princes PASSALORYNCHITES ou ecclésiastiques de l'empire; et, PASSALOR YNQUITES, passa- depuis l'an 1932, il est immélorynchitæ. C'est ainsi que l'on diat au pape. Le diocèse de nommait certains hérétiques Passau, par rapport au spiridescendus des montanistes, qui tuel, s'étend dans la Bavière, croyaient que, pour être sauvé, la Bohême et la Haute-Autriche. il était nécessaire de garder un

Théodon m, duc de Bavière , silence perpétuel. Ils tenaient fonda l'évêché de Passau , après continuellement le pouce sur la qu'Attila, roi des Huns, qui ra. bouche, et n'osaient même l'ou- vageait l'Allemagne vers l'an vrir pour faire leurs prières. 450, eut ruiné la ville de Lorch C'est de-là qu'on leur donna le ou Laureacum, dont le siége nom de passalorynchites, du épiscopal fut transféré à Saltzgrec passalos, qui signifie, clou, bourg; ce qui causa dans la suiscie, fermoir , et du mot pin, te de grands différends entre les qui signifie nez , parce que ces archevêques de Saltzbourg et les hérétiques touchaient jusqu'au évêques de Passau : ceux-ci nez, quand ils portaient le prennent le titre d'archevêque pouce ou quelque instrument de Lorch ou de Passau. Ce long sur la bouche

pour marquer leur différend ne fut enfin terminé silence. Saint Jérôme témoigne en faveur de l'église de Saltzqu'il en avait encore rencontré bourg que le 14 décembre 1693 quelques-uns de son temps. par

le

pape Innocent xii.

d'archevêque, que quelques-uns Eviques de Passan.

de ses prédécesseurs avaient né1. Erchenfrid, vers l'an 598, gligé, ou n'avaient pu obtenir. inort en 623.

22. Adalbert succéda à Gérard 2. Ottocar, sacré à Rome en vers l'an 950, et mourut en 970. 625 par le pape Honoré i.

23. Pilegrin, mort en 991. II 3. Philon, Romain, depuis fut le dernier qui reçut le pall'an 615 jusqu'à l'an 659. lium avec le titre d'archevêque

5. Théodore, mort en 327. de Lorch.

6. Vivilo ou Ulino, mort en 24. Chrétien, mort en 1013. 722.

25. Bérenger ou Bennon, mort 7. Sidoine, mort en 756. en 1045.

8. Anthelme ou Anselme , 26. Engelbert, mort en 1069. mort en 965.

27.

S. Altınan, issu des ducs 9. Wiseric, mort en 775. de Wittin, grand prévôt de Co10. Walderic, mort en 804. logne de Notre-Dame à Aix

11. Urolpe , quitta son évêché la - Chapelle, et chapelain de en 805 pour devenir évêque ré- l'empereur Henri in. Il fut chassé gionnaire , prêchant la foi dans de son évêché, parce qu'il teles provinces de Pannonie , Hon- nait le parti du pape Grégoigrie et Moravie.

re vu, dont il était légat dans 12. Hatton , mort en 817. l'Allemagne, contre l'empereur 13. Réginaire , mort en 840. Henri iv. Il fonda l'abbaye de 14. Hardovic, mort en 866. Gotweig en Autriche, où il fut 15. Hermenric, mort en 875. enterré en 1ogi. 16. Engelmarc, mort en 898. 28. Uldaric, comte d'Heffer,

17. Winechinde ou Wiching, grand prévôt d'Ausbourg, mort auparavant évêque de Neytra en 1124. en Hongrie, fut mis en 898 sur 29. Regiman, mort en 1141. le siége de Passau par Arnould, 30. Reginbert, comte de Pieroi de Bavière, duquel il était helstain , mort l'an 1147. chancelier. Il fut déposé dans 31. Conrad , fils de S.-Léoun synode tenu en goo par Diet- pold, marquis

pold, marquis d'Autriche , frère inar, archevêque de Saltzbourg, d'Othon, évêque de Frisingue, et obligé de retourner à son pre

était abbé de Sainte-Croix, ormier évêché de Neytra.

dre de Citeaux, en Autriche, 18. Richaire , fut mis en goo lorsqu'il devint évêque de Passur le siége de Passau par l’ar- sau. Il fut transféré en 1164 à chevêque Dietmar.

l'évêché de Saltzbourg, où il 19. Burchard, succéda à Ri- mourut quatre ans après. chaire en 903, et mourut en g15. 32. Rupert, intrus première

20. Gumbols, mort en 931. ment par l'empereur Frédéric i,

21. Gérard obtint de nou- schismatique, puis réconcilié au veau le pallium avee le titre saint-siége, mort en 1165.

« IndietroContinua »