Immagini della pagina
PDF
ePub

de la rue Saint-Honoré, où il a sanctifier l'âme. On a encore du coulé le reste de ses jours dans père Piny un grand nombre la prière, l'étude, la méditation d'actes de foi, d'adoration, etc. des Saintes-Écritures , l'exercice de pratiques diverses, de prièdu ministère de la confession et les, etc. le tout imprimé sépade la prédication, et les ouvres rément en feuilles volantes. (Le de charité. Il mourut au mois P. Echard, Scrip. ord. Prædic. de janvier de l'année 1709 en tom. 2, pag. 772. Le père Touodeur de sainteté, après avoir ron, Homm. illustr. de l'Ordre dit la messe , et passé la matinée de Saint-Dominique, t. 5, pag. dans son confessionnal le jour 774 et suivantes.) même de sa mort. On a de lui , PINITE ( saint), évêque de 1°. quæstiones agitatæ inter Gnosse ou Cinose dans l'ile de thomistas et molinistas modo Crète , au second siècle , se renresolutæ scholastico , rythmicis dait recommandable surtout par versibus decantate , à Lyon, son zèle à établir ou à mainte1666, in-12. 2o. Cursus philoso- nir la pureté de la foi et des phicus thomisticus , etc. à Lyon, moeurs, et par sa vigueur épis1670 , cinq tomes in-12. 3o. copale envers les hérétiques et Summæ angelicæ sancti Thomce les pécheurs. C'était là son caAquinatis compendium resolu- ractère particulier. L'Eglise l'hotorium, à Lyon, 1680, in-12. nore le 10 octobre. Eusébe dit 40. La Vie de la mère Madeleine de lui, que c'était un des prede la Sainte-Trinité, fondatrice miers hommes de l'Église pour de l'Ordre de Notre-Dame de

sa doctrine. Il avait écrit une Miséricorde , à Lyon , 1680. 5o. lettre saint Denis de CorinLa Clef du pur amour , etc. à the, qui était regardée comme Lyon, 1682 et 1685 , in-12. 6o. un inonument considérable de L'Oraison du caur ou la manière l'antiquité, et qui l'a fait mettre de faire l'oraison parmi les dis- au rang des écrivains ecclésiastitractions les plus crucifiantes de ques. ( Eusébe, hist. 1. 4, c. 21 l'esprit, à Paris, 1683, in-12. et 23. Baillet , tom. 3, 10 octo7o. Retraite sur le pur amour, ou bre.) pur abandon à la divine volonté, PIO DE SAVOYE ( Albert), à Paris, 1684, in-12. 89. Les prince de Carpi en Italie, dans trois différentes manières pour le seizième siècle, était un hom. se rendre intérieurement Dieu me également pieux et savant. présent, à Paris, 1685. go. La Il se réfugia en France , lorsque Vie cachée, etc. à Paris, 1685, la ville de Rome fut prise en in-12. 10°. Un traité intitulé, 1527 par l'armée de Charlesle plus Parfait, où il explique Quint, et mourut à Paris au quelle est, de toutes les voies in- nois de janvier 1530. Il a laissé térieures, celle qui peut le plus divers ouvrages, entre lesquels contribuer à glorifier Dieu et à il y en a un contre Luther, et un

contre Erasme. Celui-ci, divisé crivit auconcile de Chalcédoine. en vingt-trois livres, fut impri 3. Sabbas , souscrivit à la letmé à Venise et à Paris, l'an 1531. tre du concile de Cyzique à l'em(Paul Jov. Sponde , etc.) pereur Léon, en 458. (Or. chr.

PIOMBINO, Populonia , an t. I, p. 780.) cien évêché d'Italie. (Voyez PIPERNO ou PRIVERNO , MASSA.)

ville d'Italie , dans la campagne PIONE, prêtre et martyr de de Rome, bâtie après la destrucSmyrne , dans le troisième siè- tion de l'ancien Privernum. Il y cle, employa les grands talens avait un évêchéqui, à cause de sa qu'il avait pour la parole et la pauvreté, fut uni à celui de Terpersuasion avec tant de succès , racine. La cathédrale de l'Asqu'il convertit un nombre pres- somption s'y est conservée. Cette que infini de païens, et qu'il af- ville contient cinq mille maifermit beaucoup de chrétiens sons partagées en cinq paroisses, que la tempête des persécutions et quatre maisons religieuses. ébranlait. Il fut pris l'an 250, L'abbaye de Fosse-Neuve , de et conduit à la place publique, l'Ordre de Cîteaux, est située où il fit un grand discours aux dans son voisinage. Cette abbaye gentils et aux Juifs, pour les ex. adonné un pape et trois cardiciter à penser sérieusement au naux à l'Eglise. jugement dernier et aux effets

Evéques de Piperno. de la vengeance divine. Il fut ensuite mis en prison, éprouvé 1. Eleutherius, souscrivit au par une rude question , et enfin concile de Rome , sous le pape brûlé vif. Les Grecs font sa Eugène 11, 826. fête le 11 de mars, et les La 2. Martin, au concile qui se tins le premier de février. Avec tint à Rome contre Jean, archelui souffrit un autre prêtre nom- vêque de Ravenne, en 861. mé Métrodore. (Eusebe, dans 3. Maïus, au concile tenu sous son Histoire. Tillemont, au troi. Léon iv, en 893. sième tome de ses Mém. ecclés. 4. Benoît, aux conciles tenu Baillet, t. 1, 1er février.) sous Jean xv, en 993.

PIONIA, ville épiscopale de 5. Pierre, envoyé en France , l’Hellespont, sous la métropole sous le pape Serge iv, en 1010 , de Cyzique, au diocèse d'Asie, assista aux conciles de Rome, en a eu pour évêques :

1015, et 1029. (Ital. sacr. tom. 1. Aetius, souscrivit au con 10, col. 160.) cile d'Ephèse. C'est un de ceux PIPEWEL en Angleterre. Il y qui prétendaient qu'on ne fit eut un concile l'an 1189, sur point l'ouverture du concile quelques différends entre les avant l'arrivée de Jean d'An- évêques. (Reg. 28. Lab. 10. tioche.

Hard. 6. Angl. 1.) 2. Eulalius , assista et sous PIPIN (François ), religieux

en

de l'Ordre des Frères Prêcheurs, de lui , 1o. des thèses de Saül au quatorzième siècle, voyagca per musicam curato, ad i Sapendant plusieurs années, à muel. 16, 14. 2o. De fide aliená. commencer à l'an 1320, dans la 30. Arcana bibliothecæ thomaPalestine , l'Égypte , la Syrie et ne lipsiensis sacra retecta ; à à Constantinople. Il a laissé en Leipsick , 1703, in-8. 4o. Melatin une relation de ses voya- moria centum theologorum , ges , où il décrit principalement nostrá ætate clarissimorum; á les lieux dignes de vénération, Leipsick, 1705 et 1707, in-8°. qu'il a visités. Cet ouvrage est 50. Epist. ad Thomam Cremanuscrit dans la bibliothèque nium, de iterata et solida pudu due d'Est. Pipin est aussi le pille evangelicæ defensione , traducteur latin de l’Histoire des aliisque à D. Matthæo hoc publico états et des couronnes des pays nomine compositis libris. 6o. orientaux, du célèbre Marc Mosis de termino cetatis humaPaul de Venise , qui avait été effatum, etc. (Supplément composée d'abord en vénitien; Français de Basle.) et de l'Histoire de la conquête PIPRE (Louis le), natif de la de la Terre-Sainte , écrite en Bassée, vivait dans le dix-sepfrançais par Bernard le Tréso- tième siècle. Il était déjà prêtre, rier, auteur qui vivait au com- lorsqu'il entra chez les capumencement du treizième siècle. eins où il prit le nom de BonaOn trouve dans le tomne septiè- venture. Il est auteur du livre me du Rerum italicarum, de intitulé, Parochophile , sur les M. Muratori, la version latine quatre principaux devoirs dus de cet ouvrage faite par Pipin. aux paroisses, imprimé en 1634. Il est encore auteur d'une chro- (Dupin, Bibl. des Aut. ecel. du nique qui remonte jusqu'à l'ori. dix-septième siècle.) gine des rois de France, et va PIRMIN( saint), fondateur de jusqu'à l'an 1314. M. Muratori, plusieurs monastères, abbé et dans le neuvième tome du Re- Chorévêque en Allemagne, dans rum italicarum, a publié la par. le huitième siècle, alla à Rome tie de cette chronique qui com- recevoir sa mission du pape Grémence à l'an 1176. (Journal des goire 11, vers l'an 726, pour Savans, 1933, p. 37 et 154.) prêcher dans la Souabe, l’Alsace,

PIPPING (Henri), luthérien, le pays des Suisses, la Bavière , docteur en Théologie, premier la Franconie et le Palatinat. Il prédicateur de la cour , et pre- convertit un très-grand nombre mier membre de l'église et du de païens et de mauvais chréconsistoire de Dresde, naquit à tiens, bâtit ou rétablit plusieurs Leipsick , le 2 janvier 1670, et monastères, et entre autres celui mourut le 22 avril 1922. Il était de Richenow dans une ile du un des collecteurs des acta eru- Rhin, appelée Ow, au-dessus de ditorum de Lepsick. On a encore Constance, dont il fut le pre

res

mier abbé. Il choisit pour sa tulé : Abrégé des principaux dernière demeure le monastère traités de Théologie, etc. (Pade Hornbach qu'il avait bâti pillon, Biblioth. des Aut. de dans un lieu nommé Gomond Bourgogne. M. Lebeuf, Mémoisur le confluent des rivières de

pour

servir à l'histoire eccléla Sarre et de Bliesse , et qui fut siastique et civile du diocèse depuis appelé, de son nom Saint- d'Auxerre, tom. 2, pag. 522 et Pirmin, mais qui ne subsis- 523, in-4o. Journal des Savans, tiat plus. Ce fut là qu'il mourut 1692 et 1693.) dans les austérités de la péni PIROMALLI ou PIROMALtence le 3 de novembre de l'an LUS (Paul), dominicain, natif 758. (Dom Mabillon , troisième de Calabre , ayant appris les siècle bénéd. part. 2. Baillet, langues orientales, fut envoyé t. 3, 3 novembre.)

dans les missions d'Orient. II PIROT (Edme), docteur de demeura long-temps en ArméSorbonne et professeur en Théo- nie où il eut le bonheur de ra. logie , chanoine et chancelier de mener à l'Église catholique un l'église de Paris, naquit à Auxer- grand nombre de schismatiques re le 12 août 1631 , de Guillau- et d’Euthychiens, et le patriarine Pirot, avocat en cette ville. che même qui l'avait traversé et Il remplit avec distinction la maltraité. Il alla aussi dans la charge de professeur en Théolo- Géorgie et dans la Perse , puis gie, et mourut à Paris le 4 août en Pologne en qualité de nonce 1913. On trouve imprimé de du pape Urbain viii, pour y apailui , 1o. le discours latin qu'il ser les troubles causés par les fit en 1669, à l'ouverture des disputes des Arméniens. Piroécoles de Sorbonne, et qui a malli réunit les esprits ; et, reété publié à Paris, en 1670. 2°. tournant en Italie, il fut pris Une Lettre à Léibnitz sur la

par

les corsaires qui le menèrent tolérance des religions, rap- à Tunis. Ayant été racheté, il portée par M. Pélisson, dans alla à Rome d'où le pape le son Traité sur la tolérance. 30. renvoya en Orient. Il y fut arUn Jugement sur la baguette di- chevêque de Naxia , en 1655; vinatoire qui se trouve dans le et, après avoir gouverné cette Traité du père le Brun, sur église pendant neuf ans, cette matière. On lui attribue vint en Italie où il fut chargé quelques autres ouvrages ma- de l'église de Bisignano , le 15 nuscrits , comme un Mémoire décembre 1664, et où il mourut sur l'autorité du concile de trois ans après, en 1667. Il est Trente en France , dont parle auteur de plusieurs ouvrages de Bossuet, dans ses æuvres pos- controverse et de Théologie ; de thumes, in-4°, tom. 1; cor deux dictionnaires dont l'un rections et changemens faits au

est latin - persan ,

et l'autre livre de M. le Tourneux, inti- arménien - latin ; d'une gram

il re

maire arménienne, et d'un di- il prétend faire voir que les arrectoire estimé pour la correc chidiacres n'ont point droit de tion des livres arméniens. visite dans les prieurés. Ce livre

PIRRUS (Roch), de Netinum, est singulier en toutes manières; célèbre historien de Sicile, na on n'y marque, ni le nom de quit en 1577. Il fut docteur de l'imprimeur, ni le lieu, ni l'anCatane, chapelain de Philippe iv, née de l'impression. Il n'y a, ni chanoine de Palerme et tréso- approbation, ni privilége, ni rier de la chapelle royale, pro- avertissement, ni préface ; il est tonotaire apostolique, abbé, au- intitulé : Traité historique et mônier du roi, et enfin arche- dogmatique des priviléges et vêque de Palerme, où il mourut et exeinptions ecclésiastiques. le 8 septembre 1651. On a de Quoique l'auteur de cet ouvrage lui, 1o. Notitiæ siciliensium ec- ait voulu déguiser le lieu de clesiarum, à Palerme, 1630 et l'impression, on sait qu'il fut 1633, in-fol., considérablement imprimé à Luxembourg, chez augmenté sous ce nouveau titre, Chevalier. Dom Pisant aurait Sicilia sacra, disquisitionibus pu se dispenser de le donner au et notitiis illustrata, libris qua- public sans lui faire aucun tort. tuor, etc. à Palerme, 1644 et Les raisonnemens en sont faux, 1647, in-fol., 3 vol. 2o. Annales et les expressions n'en sont panormitani. 3o. Synonyona. 4o. point naturelles; le style n'est Historia del glorioso San-Cor- ni pur, ni élevé. ( Dom Lecerf rado. (Bibliotheca sicula.) de la Viéville, dans sa Biblio

PISA ou PISANUS (Alphonse), thèque historique et critique jésuite, natif de Tolède en Es- des auteurs de la congrégatiou pagne, enseigna la philosophie de Saint-Maur, p. 406 et suiv.) et la Théologie à Rome, en Al PISCINE PROBATIQUE, où lemagne et en Pologne où il on lavait les brebis et les moumourut à Kalich, en 1598, après tons que l'on devait immoler avoir publié divers ouvrages, dans le temple. Probatique Concilium nicænum; de absti- vient du grec probaton, une brenentid et continentid; de quæs- bis. (Voyez Beth-ZdA ou Bethtionibus fidei controversis; etc. Zada.) (Ribadeneira et Alegambe, de PISE, Pisæ, ville archiepisscript societ. Jes. Nicolas-An- copale d'Italie, et capitale du tonio, Bibl. hisp.)

Pisan, est située à dix-huit lieues PISANT (Louis), bénédictin au couchant de Florence, dans de la congrégation de Saint- une grande plaine fertile en blé Maur, naquit á Sasserot, village et en très-bons vins, vers l'emsitué à deux lieues de l'abbaye bouchure de la rivière d'Arno de Fécamp, l'an 1646. On a de qui la divise en deux parties lui un recueil de lettres impri- jointes, par trois ponts. Pise a mé en 1708, et un ouvrage où- été une république puissante,

« IndietroContinua »