Immagini della pagina
PDF
ePub
[ocr errors]

brassa la vie religieuse dans le PATERNITE SPIRITUELLE,
monastère de Chezai ou de Saint- affinitas, cognatio spiritualis,
Pair d'Avranches; mais le désir alliance qui se contracte entre
de se dérober à l'importunité celui qui baptise ou qui confir-
des visites que la réputation de me, avec celui qui reçoit le
sa vertu lui attirait, le porta à baptême et la confirmation.
se retirer dans le monastère de (Voyez EMPÊCHEMENT DE MA-
Saint-Pierre-le-Vif, près Sens, RIAGE, S 5.)
où la discipline régulière floris PATHMOS, île de la mer Égée,
sait sous le bienheureux Chro une des Sporades , où l'apôtre
dolin, qui en était abbé. Il y saint Jean l'Évangéliste fut re
vécut quelque temps ; mais les légué. C'est dans cette île où il
honneurs qu'on rendait à sa a eu les révélations qui sont
vertu l'ayant porté à se retirer contenues dans son Apocalypse.
dans le petit monastère d'Yonne, Mais on ne convient pas univer-
il fut tué en chemin dans la fo sellement si c'est là, ou à Éphèse
rêt de Sergines par des voleurs qu'il les rédigea par écrit. Il y a
qu'il avait voulu retirer de leurs aujourd'hui dans cette île une
désordres, le 12 ou 13 de no- ville nommée Pathmos, avec un
vembre 726. On conserve ses port et quelques monastères de
reliques dans le monastère de moines grecs. On y montre une
Saint-Sauveur de Bray-sur-Seine, grotte où l'on prétend que saint
dont l'église a aussi pris le nom Jean écrivit son Apocalypse.
de Saint-Paterne. (Dom Mabil- (Apoc. 1, 9. Dom Calmet, Dic-
lon, troisième siècle bénéd., I tionn. de la Bible.)
part. Baillet, t. 3, 12 novembre.) PATHURA, ville de Mésopota-

PATERNIENS, paterniani , mie, d'où était Balaam. (Voyez
hérétiques du quatrième siècle, PETHOR.)
qui avaient pour chef Paterne PATIENCE. Ce terme se prend
de Paphlagonie. Ils soutenaient dans l'Écriture, tantôt pour la
que le démon avait créé la chair tranquillité avec laquelle l'hom.
et tout ce qui était visible; ils me soutient les adversités de
condamnaient le mariage, et se cette vie, tantôt pour sa con-
livraient cependant à toutes les fiance au secours de Dieu, et
voluptés charnelles, sans croire aussi pour la miséricorde que
qu'ils fissent aucun péché, pour- Dieu exerce envers les hommes,
vu qu'ils empêchassent la géné- en les attendant à pénitence.
ration. (Aug., hæres. 85. San- (Jacob. 5, 11. 1 Psalm. 70,5.
dère, hæres. 71.)

1 Petr. 3, 20, et alibi passim.) PATERNITÉ, paternitas, qua

PATIENCE, patientia, tolelité du père. Il y a une relation rantia. La patience est une vertu entre la paternité du père et la qui fait souffrir la douleur et filiation du fils dans le mystère l'adversité avec courage et sans de la Trinité. (Voyez TRINITÉ.) murmure. L'impatience lui est

opposée par défaut, et l'insensi- seur en médecine au College bilité

par excès; car comme l'on royal à Paris, naquit à Hodène pèche souvent en souffrant avec en Bray, village à quatre lieues impatience, on peut pécher de Beauvais, et non point à Houaussi, et même mortellement, dan, le 31 août 1601. Il fut d'aen souffrant trop patiemment bord correcteur d'imprimerie, les choses qu'on ne doit point et s'éleva ensuite par son esprit souffrir. Une personne en place et par ses talens. Il avait une qui a besoin de sa réputation belle bibliothèque , et connaispour l'utilité du prochain, peut sait bien les livres; mais son pécber mortellement, en souf- goût n'est pas toujours sûr dans frant avec trop d'insensibilité les jugemens qu'il en porte. Il la perte de son honneur , qu'on mourut en 1672. On à de lui lui ôte par des calomnies. des lettres en 5 volumes in-12,

PATIENT (saint), ésêque de qu'il ne faut lire qu'avec beauLyon, fut élevé sur ce siége vers coup de précaution; parce qu'oul'an 467 ou 470. Saint Sidoine tre qu'elles sont fort satiriques, Apollinaire dit, qu'il ne lui elles manquent d'exactitude sur manquait aucune des vertus qui la plupart des faits , et surtout font le grand et le saint prélat. sur les matières de religion. On Il relève surtout la charité qu'il a fait imprimer à Paris en 17or, fit paraître envers les pauvres Naudæana et Patiniana , ou dans le temps d'une cruelle fa- Singularités remarquables prises mine qui désola son diocèse et des conversations de MM. Naudé les provinces voisines. Il tra et Patin. On a aussi publié à Amsvailla aussi beaucoup pour l'es- terdam, en 1709, un recueil intirpation des hérésies, la con 12, intitulé : l’Esprit de Gui version des barbares, et la ré- Patin, tiré de ses conversations, formation des meurs. Il orna de son cabinet, de ses lettres , et répara plusieurs églises an et de ses autres ouvrages. Patin ciennes de la ville et du diocèse eut deux fils, Robert Patin , de Lyon : il en bâtit même de docteur en médecine , et pronouvelles, et une entre au fesseur royal, mort avant son tres, que l'on croit être celle de père en 1671; et Charles Patin, Saint-Étienne, autrefois cathé- dont nous avons plusieurs oudrale. Il assista au concile d'Ar- vrages de médecine, et d'autres les de l'an 475, et mourut vers concernant les médailles, comme l'an 491. On fait sa fète le ii Imperatorum romanorum numisseptembre. (Saint Sidoine Apol- mala, Argentinæ, 1671; TheJinaire, lis. 6, lettre 12. Saint saurus numismatum, AmsteloGrégoire de Tours, au livre 2 de dami, 1672, etc. Charles Patin son histoire. Baillet, t. 3, u eut une femme nommée Magdeseptembre.)

leine Hommets Palin, qui puPATIN (Gui), célèbre profes- blia à Padoue , en 1680, un

[ocr errors]

livre de piété intitulé : Ré- morte, resurrectione et ascenflexions morales et chrétiennes, sione Christi, quæ ab Evangein-12. (M. Ladvocat , Dictionn. listis enarrantur : sumptibus histor. Journal des Savans, 1902, discipulorum Doctoris angelici, 1709 et 1680.)

Avenione, Franscisci Maillard , PATIN (Joseph-Henri), do- 1705, in-12. 2o. Theologia cleminicain, natif de Chabreuil, ricalis seu opuscula moralia de près de Valence en Dauphiné, habitu et disciplind clericorum, était fils d'un célèbre avocat du scilicet de beneficiis, simonid, parlement de Grenoble, où le censuris, horis canonicis , ibid. père Patin prit l'habit religieux. Josephi-Caroli Chastanier, 1710, Il fut envoyé dans la province in-12. 3o. Theologia exegetica, de Toulouse pour y faire son

seu opuscula de sacris bibliis, noviciat, et se fit transférer au ibid. Offray, 1712, in-12. Le couvent des dominicains de père Patin promettait aussi de Bourdeaux. Il enseignait la Théo- donner une Théologie scolastilogie à Paris dans le couvent du que en trois tomes sur les trois noviciat général en 1682; et le parties de la Somme de saint père Échard, qui le voyait sou- Thomas et plusieurs autres opusvent, ne craint pas d'assurer cules. Il avait aussi entrepris de qu'il ne se souvenait pas d'avoir mettre en vers héroïques franjamais vu un homme qui parlât çais les épitres de saint Paul. sur-le-champ avec plus de faci- (Le père Échard , Script. ord. lité, ni qui rendit plus heureu- Prædic., tom. 2, pag. 806 et sement les belles et ingénieuses 807.) sentences des historiens, des ora PATOUILLET (Louis), jésuite,

LLET teurs, des poëtes. Appelé à Avi- né à Dijon le 6 mars 1699. Nous gnon, il enseigna la philosophie avons de lui : Poésies diverses et la Théologie dans l'univer- sur le mariage du roi avec la sité de cette ville , environ qua- princesse royale de Pologne 1725. rante ans, avec la réputation Poëme latin sur la convalesbien méritée d'un saint et sayant cence du roi, 1729

Lettres religieux , généralement estimé (deux ) à un évêque, sur l'oudu public, et surtout des vice- vrage du père Norbert , capucin, légats et archevêques. On l'ap- 1745, in-12. Il a publié le 27e pelait communément le saint; Recueil des lettres édifiantes et et quand il fut mort, il fallut curieuses des missions étrangèl'enfermer dans une chapelle res, 1749, in-12. Il fut chargé grillée, et l'enterrer pendant la de publier cet ouvrage depuis la nuit, pour le soustraire à la mort du père du Halde, décédé foule du peuple, qui voulait le en 1743. La vie de Pélage, 1951, dépouiller de ses habits. Nous in-12. On lui attribue le Dicavons de lui , lo. Theologia tionnaire des livres jansénistes, evangelica, seu opuscula de viia, 1952, 4 rol. in-12. Les lettres

sur l'art de vérifier les dates des thone, Lacédémone , Elus, Sarfaits historiques in-12, et plu- sacrone, Olène et Tzernices. sieurs ouvrages polémiques sur les affaires du temps. Dans l'épi.

Évêques de Patras. tre qui est à la tête du vingt 1. Stratocle , frère du

proconseptième tome du Recueil des sul d’Achaïe, baptisé par saint lettres édifiantes, le père Pa- André, fut ordonné ensuite évêtouillet se plaint d'un anonyme que de Patras. qui s'est approprié les vingt-six 2. Plutarque, souscrivit à la tomes de ce Řecueil dans un lettre du concile de Sardique ouvrage intitulé, Recueil d'ob- aux autres églises. servations curieuses, duquel il a 3. Alexandre, souscrivit au supprimé seulement tout ce qui concile de Chalcédoine, et à la a rapport à la religion, à l'édifi- lettre du concile de sa province cation et à la piété. (Journal des à l'empereur Léon, touchant le Savans 1750, p. 402. La France meurtre de saint Proterd’Alexanlittéraire.)

drie. PATRAS, Patræ veteres, ville 4. Théodore, moine scandadu Péloponèse ou de l'Achaïe leux, fut placé sur le siége de proprement dite. Elle est située Patras par l'intrigue de Photius, sur une colline à un quart de après le premier exil de cet imlieue de l'entrée du golfe de Lé- pie patriarche. pante. Elle est grande, bien 5. Sabas, assista au concile peuplée, fort coinmerçante, for- pour le rétablissement de Photifiée et défendue par une bonne tius, sous le pape

Jean vill. citadelle. Les Vénitiens, qui la

6. Constantin, assista à deux prirent en 1687, l'ont gardée conciles tenus sous le patriarjusqu'en 1706. Les Turcs, qui la che Alexis. possèdent aujourd'hui , l'appel

Léon. lent Badra, Balæbalra, c'est-à 8. Pierre, se trouva à l'assemdire, l'ancienne Patras.

blée que les grands de l'empire, Elle est célèbre

par

et les évêques tinrent pour le tyre de saint André, qui y culte des images, sous l'empeprêcha la foi. Les Grecs y ont

reur Alexis Comnene. plusieurs églises. Les Juifs, qui 9. Constantin, assista au confont le tiers des habitans, y ont cile où l'on condamna l'erreur quatre synagogues; et les Turcs, de Sothericus Panteugène, tousix mosquées. Patras n'était chant le sacrifice de Jésus-Christ, qu'un simple évêché suffragant en 1156. de Corinthe jusqu'au neuvième 10. Théon, au concile du

pasiecle, qu'elle fut érigée en mé- triarche Luc Chrysoberge, en tropole par l'empereur Nicé- 1166. Le père le Quien fait ici phore ri, et on lui donna pour mention, après Phranza (lib. 3, suffragans les évéchés de Mé- hist. c. 23), d'un archevêque de

le mar

Xn

ans.

Patras que les Turcs firent em- le chapitre de cette église, dont paler comme suspect d'avoir il était doyen, ne fut point confait venir la flotte vénitienne firmé par défaut de science. Le devant Patras; mais on remar pape

Jean nomma à sa que ailleurs ( infrà no 20) que place. ce prélat n'était pas Grec, mais 7. Guillaume, de l'Ordre des Latin,

Frères Mineurs, en 1317. 11. Germain, souscrivit à la 8. N..., en 1345. déposition du patriarche Joa 9. Nicolas per, transféré du saph en 1564.

siége de Ravenne par Clément vi, 12. Arsène, siégeait en 15,6 en 1347. et 1579

10. François Michaeli, passa 13. Denis.

de l'archevêché de Crète à celui 14. Timothée, en 1612, de- de Patras en 1349. vint ensuite patriarche de Cons 11. Nicolas 11, succéda à Frantantinople.

çois. 15. Théophane, succéda à 12. Raynald, transféré du Timothée, et siégea quarante siége d'Otrante en 1351.

13. Jean des Ursins, Romain, 16. Parthenius, neveu du pré- évêque de Padoue, fut transféré cédent, succéda ; et après lui. à l'église de Patras par Inno

17. Théophane Pocamista. cent vi, en 1359. 18. Germain.

14. Barthélemi de Carbone ou 19. Daniel, souscrivit à la ré- de Papazurris, de l'Ordre des ponse du patriarche Denis, sur Frères Prêcheurs, après avoir les erreurs des calvinistes, en gouverné les églises de Thiano 1672.

et de Chieti, passa à celle de Pa20. Arsène Demitropule. tras en 1362. 21. Christophe Andanopule. 15. Ange, transféré de l'évêché 22. Paisius.

de Tricarico en 1364. 23. Daniel, siégeait en 1721.

16. Bonjoannes, de Plaisance, (Oriens christianus), tom. 2, p. évêque de Fermo, transféré à 178.

l'archevêché de Patras en... Évêques latins.

17. Jean de Placentinis, qui

devint cardinal sous Clément vir, 1. N..., en 1207. Il eut pour en 1385, avait siégé auparavant successeur, la même année : à Cervia, à Padoue, à Patras et à

2. A..., à qui le pape Inno- Venise. . cent ni, écrivit plusieurs let 18. Paul, siégeait en 1387. tres.

19. Etienne , en 1422. 3. Bernard, en 1243.

20. Pandulphe Malatesta, dont 4. N..., en 1263.

Georges Pbranza fait souvent 5. Raynerius, mort en 1316. mention in chron. lib. 2, cap. 6, 6. François Savaloca , élu par 7, 8, gouvernait l'église de Pa

« IndietroContinua »