Immagini della pagina
PDF
ePub

Luc, di aucun autre auteur ne garda ces apôtres comme des le nommant Saul depuis la con- dieux; et, quoi qu'ils pussent version de Serge-Paul, arrivée à dire et faire, ils eurent bien de Paphos , l'an 45 de Jésus-Christ. la peine d'empêcher qu'il ne (Act. 13, 4, etc.)

leur sacrifiât. Ce succès si heuDe l'île de Cypre, saint Paul reux dura peu ; car quelques et ceux qui l'accompagnaient al- Juifs d'Antioche, de Pisidie et lèrent à Perge en Pamphilie, où d'Icone soulevèrent le peuple Jean-Marc, cousin de Barnabé, contre les apôtres. Ils lapidèrent les quittą, pour retourner à Jéru- Paul, et le traînèrent hors la salem. Étant partis de Perge ville , le croyant mort; mais les sans s'y arrêter, ils vinrent à disciples s'étant ramassés autour Antioche de Pisidie, où étant en- de lui, il se releva , rentra dans trés dans la synagogue , et ayant la ville, d'où il partit le lendeété invités à parler, saint Paul main pour aller à Derbe; et après fit un assez long discours pour avoir annoncé l'Évangile dans prouver que Jésus était le Mes- cette ville-là , ils retournèrent à sie. On les écouta fort paisible- Lystres, à Icone et à Antioche ment, et on les pria de venir en- de Pisidie. Ils traverserent la Picore parler du même sujet le sidie, viarent en Pamphilie; et, sabbat suivant; plusieurs même ayant annoncé la parole de Dieu les suivirent pour jouir de leurs à Perge, ils descendirent à Atinstructions particulières. (Act. talic. De là ils firent voile à An13.)

tioche de Syrie, d'où ils étaient Le jour du sabbat suivant, partis l'année précédente. Y étant presque toute la ville s'assembla arrivés, et ayant assemblés l'Épour entendre la parole de Dieu; glise, ils racontèrent les grandes mais ce concours de peuple ayant choses que

Dieu avait faites par excité l'envie des Juifs, ils sus- leur moyen , et ils demeurèrent citèrent une persécution contre là assez long-temps avec les disles apôtres, qui, après leur avoir ciples. (Act. 14.) reproché hardiment leur perfi Saint Luc ne nous apprend die, se retirèrent d'Antioche, et rien des actions de saint Paul, vinrent à Icone. Y étant arrivés, depuis l'an 45 de Jésus-Christ , ils y convertirent beaucoup de jusqu'au concile de Jérusalem , personnes, et y firent de grands en l’an 50. Il y a assez d'appaprodiges. Ce fut encore là pour rence que ce fut durant cet interles Juifs incrédules une occasion valle que l'apôtre porta l'Évande persécuter Paul et Barnabé, gile jusqu'en Illyrie, comme il ce qui obligea ceux-ci de se re- nous l'apprend dans l'épître aux tirer à Lystres, où saint Paul Romains; et cela sans s'arrêter guérit un homme perclus de ses dans les lieux ou d'autres avaient jambes, nommé Enée. Le peu- déjà prêché. Il ne nous apprend, ple, ayant vu ce miracle, re ni le détail de ses voyages , ni

le succès de ses travaux, mais tant assemblés à Jérusalem, il qu'il a souffert et travaillé plus fut arrêté qu'on n'obligerait pas que personne, et cela sans au les Gentils à porter le joug de la cun des secours que reçoivent loi, mais seulement à éviter l'id'autres , mettant son honneur dolâtrie, la fornication et l'usaà prêcher gratuitement, et à gedes chairs étouffées et du sang. se procurer ses besoins en fai- Saint Paul et saint Barnabé, désant des tentes à l'usage des gens putés de l'église d'Antioche en de guerre. (Rom. 15. 19. Act. cette affaire, У

furent donc ren18, 3.)

voyés avec des lettres des apôCe fut pendant le cours de ces tres, qui marquaient la résoluprédications qu'il reçut des Juifs tion que l'on avait prise dans cinq fois trente-neuf coups de l'assemblée. Les apôtres députéfouet ; car c'est leur coutume de rent aussi Jude, surnominé Barne pas excéder ce nombre, en sabas, et Silas, pour rendre té. conséquence de la défense de moignage à Antioche, de ce qui Moïse, de passer celui de qua- s'était passé à Jérusalem. Tout cerante. Il nous dit aussi qu'il la se passa l'an 51 de Jésus-Christ avait été trois fois battu de ver. ou de l'ère vulgaire. Quelque ges par les Romains; qu'il avait temps après, Céphas étant aussi fait deux fois naufrage; qu'il venu à Antioche, et vivant sans avait passé une nuit et un jour scrupule avec les gentils converau fond de la mer ; ce que l'on tis , s'en sépara à l'arrivée de explique diversement. Le senti- quelques frères de Jérusalem ; ment qui semble le plus juste à mais saint Paull'en reprit publicet égard, est celui de saint quement, parce que cet exemple Chrysostome, saint Thomas et pouvait être d'une dangereuse quelques autres, qui disent que conséquence. (Act, 15, 1, 2, etc. saint Paul, après un naufrage, fut Galat. 2., 11. 16.) un jour et une nuit en pleine

inême
voyage

de saint mier à combattre les flots. (Deut. Paul, comme député d'Antioche 25, 3, 2. Cor. 11, 24, 25. Dom à Jérusalem, cet apôtre exposa Calmet, Dictionnaire de la Bi- publiquement devant les fidèles

la doctrine qu'il prêchait parmi Saint Paul et saint Barnabé les gentils, et saint Pierre, saint étaient à Antioche, lorsque quel. Jacques, ni saint Jean, avec lesques personnes venues de Judée quels il en conféra en particulier, y voulurent soutenir que l'on ne trouvèrent rien à ajouter, ni ne pouvait être sauvé sans la cir- à corriger à une doctrine si pure. concision, et l'observation des Ils virent avec joie la grâce qui cérémonies de la loi ; ce que fai- lui avait été donnée, et conclus saient aussi à Jérusalem quel- rent que Paul et Barnabé contiques pharisiens nouvellement nueraient de prêcher aux genconvertis; mais, les apôtres s'é- tils; seulement ils leur recom

Dans ce

ble.)

mandèrent d'exhorter les nou- prières des Juifs, ils y trouvèveaux chrétiens d'entre les na rent entre autres une femme détions, à assister les fidèles de vote, nommée Lyda, qui se conJudée. On verra de quelle ma- vertit , reçut le baptême, et innière saint Paul s'acquitta de vita saint Paul à loger chez elle cette commission. (Gal. 2, 10.) avec sa compagnie. Un autre

Après quelque séjour à Antio. jour l'apôtre chassa du corps che, saint Paul proposa à saint d'une servante un démon famiBarnabé de visiter les villes où lier qui lui découvrait quantité ils avaient déjà prêché, pour de choses cachées ; mais les maîvoir en quel état étaient les tres de cette fille, qui tiraient de frères. Barnabé voulait prendre grands profits de cette servante, avec lui Jean Marc, qui les avait traînèrent Paul et Silas devant quittés, mais saint Paul s'y op- les magistrats, les accusant d'inposa ; ce qui fut cause qu'ils se troduire une religion nouvelle séparèrent. Barnabé alla en Cy- dans la ville ; ce qui porta ceuxpre avec Jean - Marc; et saint ci à leur faire donner des

coups Paul, ayant choisi Silas, traversa de verges sur les épaules et sur la Syrie et la Cilicie, arriva à le dos, puis à les envoyer en priDerbes , et ensuite à Lystres , où son. A l'occasion d'un trembleil trouva un disciple nommé ment de terre qui arriva presTimothée , fils d'une femme jui- que aussitôt qu'ils y eurent été ve et d'un père gentil. Paul le ensermés , les magistrats envoyèprit avec lui, et le circoncit, rent des huissiers pour les metpour ne pas déplaire aux Juifs tre en liberté; mais Paul refusa de ce pays-là. Ayant parcouru la de sortir de prison, jusqu'à ce Lycaonie, la Phrygie et la Gala- que les magistrats eux-mêmes tie, le Saint-Esprit ne leur per- fussent venus lui faire excuse , mit pas d'annoncer la parole de ainsi qu'à Silas, de les avoir Dieu dans l'Asie proconsulaire: traités d'une manière indigne ils passèrent donc en Mysie , et de leur qualité de citoyens rovinrent à Troade, d'où , s'étant mains, et les eussent priés de se embarqués en conséquence de la retirer de leur ville. vision qu'avait eue saint Paul, Paul et Silas partirent donc de d'un Macédonien qui implorait Philippes, après avoir été visileur secours, ils vinrent aborder ter et consoler les frères chez à Neapoli, ville de Macédoine', Lydie. De là ils passèrent par Ainmais très-voisine des frontières phipolis et par Appollonie, et de la Thrace. (Act. 16, 11, etc.) vinrent à Thessalonique, capi

De Neapoli ils vinrent à Phi- tale de la Macédoine, où les Juifs lippes, première colonie romai- avaient une synagogue. Saint ne de ce côté-là. Le jour du sab- Paul y prêcha trois jours de sabbat, étant allés près la rivière où bat de suite; mais les Juifs ayant était la proseugue, ou le lieu de excité contre lui le peuple et les

magistrats, les frères furent obli- einbrassèrent la foi. L'apôtre , gés de le conduire , ainsi que Si. après avoir envoyé saint Timolas, hors de la ville. Ils allèrent thée à Thessalonique pour y afà Berée , où les Juifs les écouté- fermir les chrétiens contre la perrent avec joie, et plusieurs d'en sécution, partit d'Athènes, et alla tre eux se convertirent, comme à Corinthe. Il s'y logea chez un aussi plusieurs gentils, entre les Juif nommé Aquilas, où il traquels il se trouva plusieurs fem- vaillait avec lui à faire des tenmes de qualité. Les Juifs de Thes- tes. Cependant il ne négligeait salonique ayant su que saint pas la prédication, et prêchait Paul et Silas étaient à Berée, y tous les jours de sabbat; il y fit vinrent, et y causèrent du tu- même dès lors quelques convermulte contre eux; de sorte que sions. ( Act. 18, 1, 2, 3, etc.) saint Paul fut obligé de se retirer, Vers le même temps, Silas laissant à Berée, Timothée et et Timothée viurent à Corinthe, Silas pour achever ce qu'il avait et consolèrent beaucoup saint comniencé. ( Act. 17, 1, etc.) Paul , en lui apprenant l'état des

Ceux qui conduisaient saint fidèles de Thessalonique ; peu de Paul s'étant embarqués avec lui, temps après il écrivit sa premièle menèrent jusqu'à Athènes. Il re épître aux Thessaloniciens y arriva l’an 52 de Jésus-Christ; (première épitre aux Thessaloaussitôt qu'il y fut arrivé, il niciens), qui est la première de renvoya ceux qui l'y avaient toutes celles qu'il a écrites. Il y amené, avec ordre de dire à Si- console les fidèles; il loue leur las et à Timothée de le venir ferveur, leur constance, leur trouver à Athènes au plus tôt. Ce. charité envers tous les chrétiens pendant il alla dans la synagogue de la Macédoine ; il leur donne des Juifs, où il parlait aussi sou- quelques avis touchant la sainvent qu'il en avait occasion; et teté du mariage, la fuite de l'ois'entretenant avec les philoso- siveté, la manière de pleurer les phes qu'il rencontrait, ils le pri. morts , les précautions qu'il faut rent un jour, et le menèrent de- apporter pour n'ètre point survant l'aréopage, comme annon- pris par l'antechrist , et sur diçant une nouvelle religion. Saint vers autres points. La seconde Paul (Act. 17, 19, etc.) prenant épître aux Thessaloniciens (seoccasion de leur parler du vrai conde épitre aux Thessaloni Dieu , au sujet d'un autel où il ciens) fut écrite peu après la était écrit, Au Dieu inconnu, s'é- première, l'an de Jésus-Christ tendit sur l'ordre de la Providen- 52, pour les rassurer contre les ce, le jugement dernier, et la ré- frayeurs qu'on leur avait inspisurrection des morts; mais les rées sur la fin du monde. Il y uns s'en moquèrent, les autres reprend l'oisiveté, et exhorte remirentà l'entendre à une autre les Thessaloniciens à une pasois : quelques-uns néanmoins tience invincible, quelque per

sécution qui pût arriver. Saint opposition à l'Évangile le porta Paul, consolé par la présence de à se séparer d'eux. Il ne laissa Silas et de Timothée , prêchait pas de continuer à prêcher, faiavec une ardeur nouvelle la vé. sant beaucoup de miracles , et rité de la mission de Jésus- travaillant de ses mains pour Christ; mais, les Juifs le contredi. n'étre à charge à personne. 11 sant avec des paroles de blas- eut beaucoup à souffrir, tant de phême, il eût quitté Corinthe, la part des Juifs que de la part sans une vision dans laquelle des gentils, et fut même exposé Dieu lui fit connaitre qu'il avait aux bêtes ; mais Dieu l'en délien cette ville un grand peuple, vra. (D. Calmet ,

vra. (D. Calmet, Dictionnaire et qui l'encouragea à y demeu- de la Bible.) rer dix-buit mois. Les Juifs ce Ce fut pendant son séjour à pendant s'élevèrent encore con- Ephèse qu'il écrivit, l'an de Jétre l'apôtre, et le menèrent au sus-Christ 56, aux Galates qu'il tribunal de Gallion , proconsul avait instruits ( Épître aux Gad'Achaie; mais celui-ci les ren- lates), et que de faux docteurs voya, disant que ces disputes ne avaient séduits, leur persuadant regardaient pointsacharge.(Act. la nécessité des observations de 18,5, etc. i Thessal. 3, 6, 9.) la loi pour le salut. Saint Paul

Paul demeura encore quelque leur écrivit donc avec beaucoup temps à Corinthe, et en partit de force, relevant son apostolat, enfin, après avoir acquitté un et dépeignant les faux docteurs veu de Nazareat , pour se ren par

des couleurs très-vives. Il dre à Jérusalem, où il voulait prouve que l'Évangile affranchit passer la fête de la Pentecôte. du joug de la loi. Il y inėle pluAprès y avoir satisfait à sa dé- sieurs exhortations pour les votion, il vint å Antioche, où il mæurs; et le tout de sa propre passa quelque temps. Traver- main , sans user de secrétaire sant ensuite la Galatie et la Phry- comme pour ses autres lettres. gie, et ayant parcouru les hau Après cela , saint Paul se protes provinces de l'Asie, il revint posa, par l'instinct du Saint-Eså Ephèse, où il demeura depuis prit, de passer par la Macédoine l'an de Jésus-Christ 54, jus- et l'Achaïe pour aller ensuite à qu'en l'an 57. En y arrivant, il Jérusalem, et de là à Rome; et donna le baptême à quelques ayant envoyé devant Timothée disciples qui avaient été baptisés et Eraste en Macédoine, il resta da baptême de Jean-Baptiste encore quelque temps en Asie, par saint Apollon, et leur im- où, ayant appris la division qui posa les mains, afin qu'ils re- régnait à Corinthe, et les abus çussent le Saint-Esprit, le don qui s'y introduisaient, il se dédes langues et le don de pro- termina à leur écrire sa prephétie. Il y prêcha aux Juifs mière lettre, l'an de Jésus-Christ pendant trois mois; mais leur 57. (1 épître aux Corinthiens.)

« IndietroContinua »