Immagini della pagina
PDF
ePub

Il y reprend les Corinthiens de enfin les engage à tenir leurs leur division et de leur peu aumônes prêtes pour son arrid'attention à éviter le scandale. vée à Corinthe. Sa lettre futenIl s'élève contre l'incestueux, et voyée par Tite et un autre, que contre ceux qui plaidaient de les uns croient être Silas, d'auvant les tribunaux séculiers ; tres Barnabé, d'autres saint Luc. contre l'orgueil de ceux qui s'é- (Act. 19, 24, etc.) levaient des dons de Dieu; con Saint Paul, après avoir tratre le désordre des assemblées, versé la Macédoine , vint en où on parlait tous ensemble, et Grèce, en Achaïe, et y demeura où les femmes voulaient parler trois mois. Il visita les fidèles de en public. Il leur donne ensuite Corinthe; et ayant recueilli leurs d'excellens avis pour les meurs. aumônes, comme il était près La lettre fut écrite à Éphèse , et de s'en retourner en Macédoine, envoyée par Stephanus, Fortu- il écririt son épître aux Romains nat et Achaïque. (1 Ad cor. 11.) l'an 58 de Jésus-Christ ( épître

Avant que saint Paul partit aux Romains). Il s'y applique d'Éphèse , la voie du Seigneur principalement à expliquer la fut troublée

par

la sédition doctrine de la grâce et de la préqu'excita l'orfèvre Démétrius, destination. Il montre que, ni la sous prétexte que la religion que pratique de la loi dans les Juifs, prêchait Paul allait ruiner le ni les bonnes cuvres morales culte de Diane , dont il y avait dans les gentils, mais la grâce en cette ville un fameux temple. de Dieu dans les uns et les auMais le magistrat ou greflier dis- tres les a faits ce qu'ils sont. Il sipa, quoique avec peine, ce tu- promet aux Romains de les almulte; et, renvoyant ses auteurs ler voir, et salue plusieurs fidèau proconsul, congédia l'assem les de cette église. La lettre fut blée. Saint Paul, après avoir dit écrite par Tertius, et on croit adieu à ses disciples, partit pour que Phebé Diaconisse de Cenaller en Macédoine. Titel’y vint chrée, que l'apôtre recommanda trouver , et lui apporta les bons aux Romains, la porta. (Rom. effets de sa lettre aux Corin- 16, 1.) thiens, et lui dit

que
leurs au-

Il partit enfin de la Grèce, et mônes étaient prêtes ( épître vint en Macédoine l'an de Jésusaux Cor. l'an de J. C. 57); c'est Christ 58, dans le dessein de se ce qui l'engagea à leur écrire une rendre à Jérusalem pour la fête seconde lettre, dans laquelle il de la Pentecôte. Il s'arrêta quels'élève contre les faux docteurs, que temps à Philippes , et y cérelève son ministère et sa per- lebra la fête de Pâque; de là il sonne, quoique avec une modes. alla à Troade, où il rendit la vie tie digne de lui. Il exhorte les à un jeune homme qui était Corinthiens à la pénitence, et tombé d'un troisième étage penaccorde le pardon à l'incestueux, dant qu'il prêchait. Il alla en

saile à Milet, où s'entretenant les lettres du tribun , remit à avec les évêques et les prêtres entendre l'apôtre, lorsque ses de l'église d'Ephèse, qui étaient accusateurs seraient venus. Le venus l'y trouver, il leur décou- grand-prêtre el quelques sénavrit que le Saint-Esprit ne lui teurs étant donc arrivés , saint faisait prévoir que des chaînes Paul réfuta aiséinent leurs caet des afflictions à son arrivée à lomnies, et finit en disant que Jérusalem; ce qui fut confirmé c'était à cause de ce qu'il prépar le prophète Agabus , qu'il chait la résurrection des morts trouva à Césarée. En effet, lors- qu'on le voulait condamner. Féqu'il fut arrivé à Jérusalem, mal. lix, ayant ouï ces discours, remit gré son attention à suivre les l'affaire à l'arrivée de Lysias. aris que lui donna saint Jacques Deux ans se passèrent sans que le-Mineur, pour ne pas offusquer rien fût terminé; et Festus, qui les Juifs, ceux-ci ne laissèrent succéda à Félix, voulant obliger pas d'exciter le peuple contre les Juifs, laissa Paul en prison. lui, comme contre un profana- Saint Paul se défendit encore en teur du lieu saint. On l'arrêta présence de Festus contre les acmerne, et il eût été tué, si Lysias, cusations des Juifs; et celui-ci, tribun de la cohorte romaine, ne trouvant rien en lui qui méne l'eût tiré de leurs mains, pour ritât punition, lui proposa d'alle faire mener dans la forteresse. ler å Jérusalem; mais saint Paul Étant sur les degrés, il pria le le refusa, et appela à César. Queltribun de lui permettre de parler ques jours après, ayant aussi au people. Le tribun le lui per- parlé devant Agrippa et Bérémit; mais à peine eut-il dii un nice, qui étaient venus à Césamot de sa mission vers les gen- rée, ce prince dit à Festus que, tils, que le tumulte recommença; si Paul n'eût pas appelé à César, ce qui porta le tribun à faire en- il aurait pu être renvoyé absous. trer saint Paul dans la forte- Il fut donc résolu d'envoyer Paul resse, et il lui eût fait donner en Italie, et on l'embarqua dans la question du fouet, si l'apôtre un vaisseau d'Adrumette ou plune lui avait fait connaître qu'il tôt d'Adramette, ville de Mysie, était citoyen romain. (Act. 21 d'où il arriva, quoique avec assez et 22.)

de peine, dans l'ile de Crète. EnLe tribun fit encore paraître fin, après avoir couru de grands saint Paul devant l'assemblée dangers, il arriva à Malte, où les des prêtres et le sénat des Juifs; barbares le prirent pourun Dieu, mais cela ne servit qu'à les divi- à cause de la piqûred'une vipère, ser. Il se forma même une con dont il ne reçut aucun mal, et juration contre sa vie, ce qui en- de la guérison d'un nommé Pugagea Lysias à faire conduire blius, qui était le premier de saint Paul à Césarée au gouver- cette île. (Art. 25, 26, 27 et 28.) neur Félix. Celui-ci, ayant reçu

On se rembarqua au bout de

trois mois, et on arriva d'abord du judaïsme : il les conjure de à Syracuse, puis à Rheges, et en vivre entre eux dans une parfaite fin à Pouzzoles, où saint Paul union, et dans une sincère humiayant trouvé des chrétiens, resta lité. Cette lettre fut écrite vers sept jours. Ensuite on prit le l'an 62 de Jésus-Christ. Ce fut chemin de Rome, où saint Paul, la même année qu'Onésime, esétant arrivé, reconnut que les clave de Philémon , étant venu Juifs n'étaient point informés trouver saint Paul à Rome, cet de l'affaire qu'il avait eue avec apôtre, après l'avoir converti, le ceux de Jérusalem. Il leur prê, renvoya à Philémon, son maître, cha le royaume de Dieu , et es avec la lettre dont nous avons saya de les convaincre que Jésus parlé à l'article ONÉSIME. (Épiétait le Messie; mais tous ne tre à Philémon.) Saint Paul le crurent pas à ses paroles, et ils chargea aussi d'une lettre pour se retirèrent ainsi divisés en les Colossiens ( épître aux Colostre eux. Saint Paul prêcha de la siens), dans laquelle il n'oublie sorte pendant deux ans à ceux rien pour les détromper de ce qui le venaient voir, saus que qu'avaient voulu leur persuader personne l'en empêchât, et il quelques faux docteurs, qu'il ne convertit même plusieurs per- fallait pas s'approcher de Dieu sonnes de la cour de l'empereur. par Jésus-Christ , comme trop On dit que pendant son séjour à élevé au-dessus de nous, mais Rome il eut commerce de lettres par les anges, qui sont, disaientavec Sénèque; mais cela est ab- ils, nos médiateurs. Il relève solument faux, et ces lettres donc la qualité de médiateur en sont rejetées de tout le monde. Jésus-Christ, les précautionne

Les chrétiens de Philippes en contre ces faux docteurs, et leur Macédoine, ayant su que saint donne d'excellentes règles de Paul était prisonnier à Rome, lui vie. Il leur recommande de faire envoyèrent Epaphrodite , leur lire sa lettre dans l'église de Laoévêque, pour lui porter de l'ar- dicée, et dans le vir église celle que gent et l'assister en leur nom. les Laodiciens lui avaient écrite. Celui-ci tomba malade à Rome; Quelques-uns ont cru que saint et à son retour en Macédoine, Paul avait aussi écrit aux Laol'apôtre le chargea d’une lettre diciens. (Voy. LAODICÉE ou LAOpour les Philippiens (épitre aux Diciens. Dom Calmet, Dictionn. Philippiens), dans laquelle il de la Bible.) leur rend grâces des secours On ignore de quelle manière qu'ils lui ont envoyés, leur parle saint Paul fut délivré de prison, du fruit de ses liens, les exhorte et fut déchargé de l'accusation à vivre au milieu des païens qui que les Juifs avaient forméeconles environnaient, comme de tre lui. Ce qui est certain , c'est vrais enfans de lumière. Il les qu'il fut mis en liberté l'an 63 fortifie contre les faux docteurs de Jésus-Christ, après avoir été

deux ans à Rome. Il était encore dre, dont le premier disait que en cette ville , ou du moins en la résurrection des morts était Italie, lorsqu'il écrivit son épitre déjà faite. (Tit. 1, 5. Philip. 2, aux Hébreux. (Épître aux Héb.) 24, etc.;1, 25, 26.) Il l'adressa aux fidèles de la Pa La même année 64 de Jésuslestine pour les affermir contre Christ, saint Paul écrivit à Tite. les maux qu'ils souffraient de la (Épitre à Tite.) Il lui mande de part des Juifs incrédules. Son le venir trouver à Nicopolis, d'où but principal dans cette épitre apparemment il lui envoya cette est de montrer que la vraie jus- lettre. Il lui explique les devoirs tice ne vient pas de l'observation et les qualités d'un évêque. Il de la loi, mais de la foi et de la lui dit de reprendre avec force grâce de Jésus-Christ, et que ceux qui étaient obstinés, et lui l'ancien sacerdoce et les cérémo- donne diverses instructions pour Dies légales sont abrogés par le conduire des personnes de toutes sacerdoce de Jésus-Christ et par conditions. L'année suivante il la religion chrétienne. On forme alla en Asie, et ensuite à Troade; sur cette épître grand nombre de là il alla visiter saint Timode difficultés, soit sur la langue thée à Éphèse, puis vint à Milet, dans laquelle elle fut écrite, soit où il laissa Trophime malade. sur son auteur, soit sur son in- Enfin il se transporta à Rome, où tégrité, soit sur sa date; mais ce les pères croient que Dieu lui n'est pas ici le lieu de traiter à avait révélé qu'il souffrirait le fond tous ces points; on peut martyre. Il y arriva l'an 65 de. voir les commentateurs, et en Jésus-Christ. (Dom Calmet, Dicparticulier la préface de dom tionn. de la Bible.) Calmet sur cette épître.

Saint Chrysostôme dit qu'on Saint Paul, étant sorti de pri- racontait que saint Paul fut mis son, parcourut l'Italie, passa en en prison par l'ordre de Néron, Judée, alla à Éphèse , et y laissa passionné qu'il était pour une saint Timothée, prêcha en Crète, concubine que l'apôtre avait et y établit saint Tite. Il visita convertie. Saint Paul nous apaussi apparemment les Philip- prend que dans sa première piens, selon sa promesse. On comparution il fut abandonné croit que c'est de la Macédoine de tout le monde. Onésiphore, qu'il écrivit sa première épître à l'ayant enfin trouvé après beauTimothée (1 épitre à Timothée), coup de recherches, l'assista dans dans laquelle il lui marque quels sa prison. Ce fut de cette dernière sont les devoirs des évêques, et prison qu'il écrivit sa seconde lui donne des avis pour sa con- épître à Timothée. (2 épit. à duite particulière pour le corpo- Timothée.) Il y prie ce disciple rel, ainsi que pour le spirituel

. de le venir trouver avant l'hiver. Il lui mande enfin qu'il a ex- Il l'exhorte à remplir tous les communié Hyménée et Alexan- devoirs d'un évêque , et à n'ou

blier jamais les instructions qu'il de faire le voyage d'Orient à avait reçues de lui. Il lui dit qu'il Rome , exprès pour les baiser. avaitenvoyé Tychique à Éphèse; Saint Grégoire-le-Grand témoice qui fait conjecturer qu'il lui gne que l'on en tirait de son avait envoyé porter la lettre qu'il temps des limures que l'on disécrivait aux Éphésiens et aux tribuait comme des reliques. autres églises d'Asie. (Épît. aux Outre les quatorze épîtres de Éphésiens.) Son but dans cette saint Paul dont nous avons parlé, épître est de les instruire des on lui a attribué plusieurs autres principaux mystères de la foi, écrits supposés. Tels sont, 1o. un de la rédemption et de la justi- discours cité par saint Clément fication

par la mort de Jésus- d’Alexandrie ( lib. 6 stromat. , Christ, de la prédestination gra- pag. 635, edit. ann. 1641), dans tuite, de la vocation des gentils

, lequel on suppose que cet apôde la réunion des deux peuples tre conseillait de lire les livres en un seul corps dont Jésus- des pa'iens, et entre autres ceux Christ est le chef, et de l'éléva- de la sibylle et d'Hytaspe. 2o. Une lion de ce divin chef au-dessus troisième lettre aux Thessalode toutes les créatures spirituelles niens, dans laquelle quelques et temporelles. Cette épître est faux docteurs leur persuadaient peut-être la plus sublime et la que le monde allait finir. 3o. Une plus difficile de toutes celles de lettre à Sénèque, qui est rejetée cet apôtre. Elle fut écrite de de tout le monde, ainsi que celle Rome l'an 65 de Jésus-Christ. de Sénèque à saint Paul. 4o. Un

Saint Paul consomma enfin évangile qui fut condamné dans son martyre, et eut la tête tran- le concile de Rome sous le pape chée au lieu nominé les Eaux- Gelase. 5o. Un ouvrage composé Salviennes, le 29 juin de l'an 66 par les disciples de Simon-lede Jésus-Chrit, auquel l'Église Magicien sous le titre de la Précélèbre sa fête, conjointement dication de saint Paul. 6o. L'éavec celle de saint Pierre. Elle lévation de saint Paul, livre infait aussi le lendemain une com- fâme, composé par les caïnistes. mémoration particulière de cet 7o. L'apocalypse de saint Paul. apôtre, et célèbre sa conversion 8o. Les voyages de saint Paul et le 25 de janvier. Il fut enterré de sainte Thècle, composés sous sur le chemin d'Ostie, et on bâ- le nom de saint Paul par un prétit sur son tombeau une église tre d'Asie, qui fut pour cela démagnifique, qui subsiste encore posé du sacerdoce par saint Jeanaujourd'hui. Ses chaînes se sont s'Évangéliste. go. Les actes de loujours gardées à Rome, comme saint Paul. 10°. Les actes de celles de saint Pierre, et y ont saint Paul et de saint Pierre , à fait beaucoup de miracles. Saint l'usage et de la façon des maniChrysostôme a fait paraître en chéens. On a aussi attribué à public la passion qu'il aurait eue saint Paul l'évangile de saint Luc,

« IndietroContinua »