Immagini della pagina
PDF
ePub

du pape

et cette attribution parait avoir coup de zèle , quoique inutilequelque fondement dans ces pa- ment, pour la conversion de roles de la seconde épître de l'empereur Constantin Copronysaint Paul à Timothée : « Souve- me, iconomaque. Il était doux, nez-vous que Notre-Seigneur charitable , visitait souvent les Jésus-Christ est ressuscité d'en- pauvres et les prisonniers , bâtre les morts, selon mon évan- tissait des églises et des oratoigile. » Mais par ces paroles, mon res. Il mourut, le 29 juin 767, évangile, l'apôtre entend la doc- après avoir gouverné dix ans, trine qu'il avait enseignée , soit un mois et un jour, avec sagesse de vive voix, soit par écrit. C'est et prudence. On a de lui dix en ce sens que l'ont pris saint lettres dans la collection des Clément Romain et Origène, qui conciles du père Labbe, et vingtdonnent aux épîtres de saint deux dans celle de Gretser. Paulle titre d'évangiles.(Clément (Anastase, en sa vie. Baronius, epist. I ad Chor num. 49. Ori- in annal. Dom Ceillier, Hist. gèn., lom 17 in Matth.) (Voyez des Aut. sacr. et ecel., t. 18, les Actes des Apôtres, c. 8 et seq. p. 19ı et suiv.) Saint Paul, in epist. Saint Jérô PAUL II, nommé auparavant me, saint Ambroise, saint Chry- Pierre Barbo, noble Vénitien, sostôme, et tous les interprètes neveu, par sa mère , des épitres de saint Paul. Baro- Eugène iv, succéda au pape Pie 11, nius, in annal. Godeau, Vie de le 31 août 1464. Il accorda plusaint Paul, et Hist. de l'Église. sieurs priviléges aux cardinaux, M. de Tillemont, dans le pre- travailla beaucoup, quoique mier volume de ses méinoires. sans succès, pour liguer les Dupin, Dissertation préliminaire princes chrétiens contre les sur la Bible et le Nouveau-Tes- Turcs, et n'oublia rien pour tament. Dom Calmet, Dictionn. soulager ses sujets et pacifier l'Ide la Bible. Dom Ceillier, Hist. talie. Platine l'accuse d'avoir des Aut. sacr. et ecclés., t. 1, supprimé le collége des Abréviap. 379 et suiv.)

teurs, composé des plus beaux

esprits de Rome, en haine des Papes.

gens de lettres , qu'il appelait PAUL Jer, pape, succéda à hérétiques. Mais cet auteur, qui Étienne 11 ou in, son frère, avait été dépouillé de ses biens, , le 28 mai 757. Il écrivit à Pepin, et inis deux fois en prison , par roi de France, pour lui faire sa ordre de ce pape, ne mérite pas voir son élection, et l'assurer de croyance sur ce qu'il avance de son amitié et de sa fidélité. d'injurieux à sa mémoire, et le Il implora souvent le secours cardinal Querini en fait voir la de ce prince contre les Grecs et fausseté dans un écrit intitulé : les Lombards, fonda diverses Pauli 11. Pontif. max. vindiciæ églises, et travailla avec beau- adversis Platinam aliosque ob

Henri viil,

nommé

trectatores , qui est imprimé, ce prince , établit l'inquisition, avec la vie de Paul 11, par Michel approuva la société des jésuites, Canensio de Viterbe, publiée avec plusieurs autres congrégapar ce cardinal, à Rome, en tions, et se conduisit avec ri1740. Ce même cardinal expose, gueur envers

roi dans les deux derniers chapitres d'Angleterre. Il avait eu, avant de son ouvrage, la bonté du ca- d'embrasser l'état ecclésiastiractère de Paul 11, la pureté de que, une fille, qui épousa Boses meurs, son amour pour les sio Sforce, et un fils, lettres , etc. C'est lui qui rédui- Pierre Louis Farnèse, qu'il fit sit le jubilé à vingt-cinq ans, duc de Parme. Il mourut , le 10 par une bulle du 19 avril 1470. novembre 1549, à quatre-vingtQuelques auteurs disent qu'il deux ans, après avoir souvent pleurait facilement, et ne man- répété ces paroles : Si mei non quait jamais de donner des lar- fuissent dominati, immaculatus mes pour obtenir ce qu'il ne essem, et emundarer à delicto pouvait persuader par ses rai- maximo. Il était savant et judisons. Il mourut subitement, le cieux, écrivait bien en vers et 28 juillet 1471 , pour avoir en prose ,

en prose, et protégeait les gens trop mangé de melon. On a de de lettres. On a de lui plusieurs lui des ordonnances et des let- lettres à Érasme, au cardinal tres. On lui attribue aussi un Sadolet et à d'autres. On ne doit traité des règles de la chancelle- pas croire sur son sujet Bernarrie. Sixte iv lui succéda. (Gret, din Ochin , Verger, Balée et ser, in exam. c. 64. Bzovius. Sleidan , mais plutôt les cardiSponde et Rainaldi, in annal.)

naux Bembo et Sadolet. JuPAUL III, Romain, nommé les in lui succéda. (Bembo et Alexandre Farnèse, évêque d'Os- Sadolet, in epist. Onuphre. Ciatie , et doyen du sacré collége, conius. ) fut élu pape d'une voix unani PAUL IV, de Naples, nomme , après Clément vu, le 3 oc- mé auparavant Jean-Pierre Catobre 1534. Il s'appliqua surtout raffe, archevêque de Théate, à s'opposer aux protestans, et autrement Chieti, instituteur indiqua pour cet effet un concile des théatins , avec saint Gaëtan, à Mantoue, qui fut transféré à succéda au pape Marcel 11, le 23 Trente. Il fit, avec l'empereur mai 1555, à l'âge de près de et les Vénitiens, une ligue con- quatre-vingts ans. Il travailla tre les Turcs, qui échoua , et il sérieusement à la réforme du engagea le roi Françoisier et l'em- clergé , retrancha les abus qui se pereur Charles v de se trouver à commettaient, dans les expédiNice en Provence, où ils firent tions, par l'avarice des officiers, une trève de dix ans, qui fut condamna les livres impieset hérompue par l'ambition de Cbar- rétiques, défendit les lieux inles v. Il condamna l'interim de fâmes, punit les blasphémateurs,

et chassa de Rome ses propres Chrysogone, succéda au pape nereux , parce qu'ils abusaient Léon xi, le 16 mai 1605. Il rede leur autorité, contre les lois prit et termina les fameuses de la justice et de la religion. Il congrégations de Auxiliis, en confirma aussi l'inquisition, et défendant aux deux partis de se lui donna de grands priviléges ; censurer; interdit la république obligea les évèques à résider dans de Venise, pour avoir fait des leurs diocèses , et les religieux à lois qu'il croyait contraires aux demeurer dans leurs monaste- libertés des ecclésiastiques; apres. Il érigea les archevêchés de prouva la congrégation des préGoa , dans les Indes, et ceux de tres de l'Oratoire de France, l'orCambrai , de Malines et d’U. dre des religieuses de la Visitatrecht, dans les Pays-Bas, avec tion, celui de la Charité, avec divers évêchés, pour leur servir quelques autres nouveaux instide suffragans. Il travailla aussi tuts; canonisa saint Charles Boravec zèle à rétablir la religion romée; envoya des missionnaicatholique en Angleterre , sous res aux Indes et au Japon, et le règne de la reine Marie; se mourut, le 28 janvier 1621 , à joignit avec Henri i, roi de soixante-neuf ans, après en France, contre les Espagnols, qui avoir gouverné seize, huit mois ravageaient l'Italie, et mourut, le et treize jours. Il était très-ha18 août 1559, après avoir gou- bile jurisconsulte, et eut pour verné quatre ans, deux mois, successeur Grégoire xv. ( Victovingt-sept jours. Sa grande sé- rel, addit. ad Ciacon. Bzovius vérité lui avait attiré tant d'en- et Sponde , in annal. Duchêne, nemis, qu'aussitôt après sa Hist. des Papes. Louis Jacob, mort, le peuple en fureur brisa Biblioth. Pontif.) la statue qu'il lui avait élevée lui. PAUL (saint), premier ermême au Capitole, rompit ses mite, fut le premier des soliarmes, et brûla la maison de taires chrétiens dont l'histoire l'inquisiteur. Ce pape avait une fasse mention. Il naquit, de pagrande connaissance des scien rens fort riches, dans la basse ces et des langues, et avait écrit Thébaïde , vers l'an 228. Il perdivers traités : 'de symbolo; de dit son père et sa mère à l'âge emendanda Ecclesid ad Pau- de quinze ans ou environ, et il lumn ini : Regulæ Theatino en avait vingt-deux, lorsque, rum, etc. Pie iy fut son succes la persécution de Dèce étant surseur. (Duchêne, en sa vie. Sa- venue, en 250, il s'enfuit dans dolet et Hosius, in epist. Spon- le désert. Il y trouva une cade, in annalib. etc.)

verne, dans laquelle il se renferPAUL V, natif de Rome, ma , pour n'y avoir d'autre ocmais originaire de Sienne, nom- cupation que celle de contemmé auparavant Camille Borghè- pler Dieu. Il y vécut, jusqu'à l'âse, cardinal du titre de Saint- ge de cinquante-trois ans ,

des

dattes que lui fournissait un dre avec un autre Paul, dont palmier voisin, et, depuis cet parle le même auteur, qui vivait âge jusqu'à sa mort, il y fut dans le cinquième siècle, et qui nourri d'un pain qu'un corbeau était prêtre de Pannonie. Celuilui apportait tous les jours. Il ci avait publié des traités de la était âgé de cent-douze ou treize virginité, du mépris du monans, lorsque saint Antoine vint de, etc. (Gennade , de viris ille visiter en 341 ou 342, et lustr. Dupin, Biblioth eccl., cinmourut l'une de ces années. On quième siècle.) fait sa fête le 10 janvier. (Bol PAUL TRICASTRIN ( saint), land. Baillet, t. 1, 10 janvier.) évêque des Trois-Châteaux , en Il y a un ordre religieux qu'on Dauphiné. Ce saint n'est connu appelle communément les Er- que par son nom qui est fort mites de Saint-Paul, parce célèbre dans l'église de France. qu'ils reconnaissent saint Paul, On croit que c'est lui qui se premier ermite, pour leur pa- trouve souscrit au premier contron. Cet ordre fut institué en cile de Valence, de l'an 374. La Hongrie, par Eusébe de Strigo- cathédrale des Trois-Châteaux nie, vers l'an 1215, et fut réfor- l'honore comme son patron timé par Paul, évêque de Ves- tulaire. (Baillet, t. I, 1 févr.) prim, vers l'an 1563. Il s'est

PAUL, martyr du désert de établi , en 1553, une autre con- Raïte, à trois lieues des montagrégation d'Ermites de Saint- gnes d'Oreb et de Sina, était suPaul, en Espagne et en Italie. périeur de quarante-deux ana(Polydore, 1. 7, Hist. des Ordr. chorètes , lorsqu'il fut massacré religieux , in-4°, 1715, chez avec tous ses religieux, à la réJ. B. Coignard.)

serve de quatre , par des barbaPAUL DE SAMOSATE, évê- res de la côte d'Éthiopie , nomque

d'Antioche, fameux héré- més Blemmyens. On honore ces siarque , et chef des paulianis- saints martyrs le 14 de janvier. tes. (Voyez PAULIANISTES.) (Bulteau, Hist. monast. d'o

PAUL, évêque d'Émèse, as- rient, l. 2, chap. 2.) sista au concile d'Éphèse en PAUL (saint), évêque de Nar431, et dressa la formule de foi bonne , fut envoyé à Narbonne, qui devait être approuvée par selon saint Grégoire de Tours, les évêques d'Orient, avec saint pour y prêcher l'Évangile, dans Cyrille et les Égyptiens. Il fit le temps que saint Saturnin faiaussi deux homélies sur la paix sait la même fonction à Toulouqu'il avait procurée, et une let. se, c'est-à-dire, vers le milieu du tre à Anatole. (Dupin, Biblioth., troisième siècle. On ne sait rien cinquième siècle. )

de ses actions en particulier. Le PAUL, dont parle Gennade, peuple de Narbonne croit posséavait écrit un traité de la péni- der ses reliques dans la collétence. Il ne faut

pas le confon- giale de son nom. Sa fête est

[merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

marquée le 22 de mars dans siècle, eut la tête coupée le 25 plusieurs martyrologes. (Bolc juillet, jour auquel il est lionoland. Tillemont, dans l'article ré chez les Latins. (Eusebe, dans de saint Denis, au quatrième son livre des Martyrs de Palestome de ses mémoires. Bail - tine. Baillet, t. 2, 25 juillet.) let, t. 1, 22 mars.)

PAUL-LE-SIMPLE ( saint ), PAUL DE LAMPSAQUE, mar ainsi nommé à cause de sa siintyr, et compagnon de saint An- plicité naturelle, fut marié d'adré de Lampsaque. (Voyez saint bord, et vécut, jusqu'à l'âge de ANDRÉ DE LAMPSAQUE.)

soixante ans, dans un village de PAUL, martyr de Césarée , en la Thébaïde, faisant le métier Palestine, et compagnon de saint de laboureur, pour faire subsisPamphile ( Voyez PAMPHILE.) ter sa famille. Il se retira ensuite

PAUL, évêque de Constanti- auprès de saint Antoine, qui , nople, et martyr, naquit dans pour l'éprouver, lui ordonna la ville de Thessalonique, en souvent des choses ridicules, Macédoine, vers le commence comme de tirer de l'eau toute la ment du quatrième siècle. Il journée et de la répandre à terétait déjà prêtre ou inéme évê- re; de faire, de défaire, puis que de Constantinople, lorsqu'il de refaire les mêmes paniers, etc. fut exilé dans le Pont, par l'em- Après qu'il l'eut suffisamment pereur Constantin, à la sollici- éprouvé, il l'envoya demeurer tation des ariens. Il fut rétabli dans une cellule à une lieue de sur son siége , et chassé de nou. la sienne. Pauln'avait point passé veau sous l'empereur Constance. un an dans cette retraite, que Il se retira pour lors dans les Dieu lui donna pouvoir de chaspays qui obéissaient à l'empe- ser toutes sortes de démons, et reur Constant, et vint, dit-on, de guérir les maladies les plus jusqu'à Trèves trouver ce prin- incurables, en sorte qu'il faisait ce. Il alla ensuite à Rome, et de plus grands prodiges, et en fut rétabli une seconde fois sur plus grand nombre, que saint son siége , en 341 ou 342. Il en Antoine même. On fait sa fête fut encore chassé et rappelé en

le
7
de

mars et le 18 décembre.
343 ou 344. Mais, en 351, il fut (Pallade , dans sa Lausiaque.
conduit, chargé de chaînes à Sozomène, au premier tome de
Cucuse, petite ville dans les dé- son Hist. Eccl., c. 13. Baillet,
serts du mont Taurus , où ses t. 3, 18 décembre.)
ennemis l'étranglèrent. Les La PAUL (saint), premier évêque
tins l'bonorent comme martyr, de Léon en Bretagne , né dans
le 7 de juin. (Socrate. Sozome- le pays de Galles en Angleterre ,
ne. Theodoret. Bolland. Bail se retira d'abord dans un désert
let, t. 2,2 juin.)

des extrémités de l'île, puis dans PAUL , martyr de Césarée, en l'Armorique ou Petite-Bretagne, Palestine, dans le quatrième vers l'an 522. Il était pour

lors

[merged small][ocr errors][merged small]
« IndietroContinua »