Immagini della pagina
PDF
ePub

d'é

nouveaux

tabulam expansam lingudlatini, d’être pris par les soldats de Nieademque deindè utrâque linguit canor, il se donna un coup latina et gallica è regione pagi- pée, qui ne l'ayant pas blessé à narum in librum usu commodum mort, il courut au haut de sa conversa, à Paris, 1692, in-12. maison, d'où il se précipita la 2o. La vie de la bienheureuse tête la première. Sa chute ne Marguerite de Savoie, dite la l'ayant pas encore achevé, il grande religieuse, de l'Ordre de monta sur une pierre escarpée , Saint-Dominique, etc., à Paris, d'où il s'arrachia lui-même les chez Cramoisy, 1674, in-12. entrailles, et les jeta sur le peu34. Le livre du Verbe mis au ple, invoquant le dominateur de jour dans la naissance de Marie, la vie , afin qu'il les lui rendit mère de Dieu, etc., à Lyon, 1668, un jour, et mourut de cette in-8°. 4°. Instructions chrétien- sorte. nes sur les caractères des saints, Quoique les Juifs et quelques ou Panegyriques des saints, à

théologiens louent Paris, 3 tomes in.8o. 5o. Adver- Razias de cette action , saint sus Petri de Valleclausâ librum Augustin et saint Thomas ont de immunitate Cy-riacorum, seu soutenu que son exemple n'épotiùs Petri à Valleclausú sua tant point approuvé, mais rum adversùs Cyriacos diatri- simplement rapporté dans l'Ébarum deploratio et retractatio, criture, on n'en peut rien conà Grenoble, 1670. Cette critique clure pour le justifier dans le du livre de immunitate Cyriaco- moral. On convient que cette rum est fort ingénieuse; mais action est généreuse ; mais il s'al'auteur en arrêta l'impression à git de savoir si elle est conforme Ja page 176, à la prière de l'évê- à la loi de Dieu ; et comment le que de Grenoble, où il prêchait prouver ? ( 2 Mach. 14, 17, 38. le carême, quand il commença Dom. Calmet, Dictionnaire de à la faire imprimer (Échard, la Bible.) Script. ord. Præd., t. 2, p. 763.)

RAZON, héb., maigre ou meRAZIAS ou RHAZEZ , hébr., du mot rasa , maigre, fils secret ou mystère du Seigneur, d'Eliada, qui s'étant enfui d'audu mot raz , secret, et du mot près d’Adrezer, roi de Saba, son Jah, Seigneur, un des plus con- maître, pendant que David lui sidérables docteurs qui fussent faisait la guerre, commença avec à Jérusalem du temps de la per

une troupe de voleurs à faire sécution d'Antiochus. Razias, des courses dans le pays de Daayant été accusé auprès de Nic mas; il se rendit enfin maître canor comme fort attaché à Ju- de cette ville , et y fut reconnu das Machavce, et contraire à Al- roi. Mais il y a apparence qu'il cime, qui avait usurpé la grande demeura tributaire de David et sacrificature, fut poursuivi de de Salomon jusque vers la fin telle sorte , que, se voyant près du règne de ce dernier. (3 heg.

nil,

11, 23. D. Calmet, Dictionnaire da un monastère au huitième de la Bible.)

siècle, en l'honneur de la VierRAZZI (Sérapbin), en latin ge : il y fut inhumé, et son fils Ractius, et quelquefois par cor- Hunold y prit l'habit monastiruption Radius, dominicain, né que. Ce monastère fut ruiné par à Florence le 16 décembre 1531, les Normands au siècle suivant. prit l'habit religieux dans le Au douzième siècle les religieux couvent de Saint-Marc de celle de Cîteaux y fondèrent un aulre ville, le 28 juin 1549. Il fut ora- monastère qui, ayant été détruit teur, poëte, historien, mathé- durant les guerres de la religion, maticien, philosophe et théolo a été uni, en 1625, aux PP. de gien. Il gouverna aussi plusieurs l'Oratoire de Saint-Honoré de maisons de son ordre avec beau. Paris. ( D. Vaisselle, Géogr. coup de zèle et de piété. Il vi- list., etc. t. 6, p. 506.) vait encore en 1923, âgé de qua READING ou REDING, ville tre vingt-deux ans. On a de lui : d'Angleterre, située sur la Ta1. plusieurs ouvrages sur la phi- mise. Il y eut un concile qui fut losophie. 20. De Incarnatione tenu le 30 juillet 1279 par l'arcollationes. 3o. In D. Thomam chevêque de Cantorbéry, légat de voluntale et productione An- du pape, et ses suffragans. On gelorum prælectiones. 4o. In D. y renouvela les constitutions du Thomam de substantia et co concile de Latran de l'an 1215, gnitione Angelorum prælectio- et de celui de Londres de l'an nes. 5o. De locis theologicis præ- 1268, contre la pluralité des bélectiones, elc., à Pérouse, 1603, néfices à charge d'âmes. On y fit in-49. 60. Gemma confessorum, encore un réglement pour les seu summa casuum conscientire. religieuses. Il leur est ordonné 7o. Les Vies des saints et sain- de chanter l'office sans en rien tes, bienheureux et hommes retrancher, et on leur prescrit illustres de l'Ordre de Saint- la manière de faire ou recevoir Dominique. 8°. Des sermons, etc. leurs visites : car ces religieuses Séraphin avait un frère nommé negardaient pas une clôture Sylvain Razzi, qui fut abbédans exacte. ( Lab, tome 11. Conc. l'Ordre des Camaldules, et en

p. 1062.) tre autres ouvrages composa les READING (Jean), théoloVies des saints de Toscane , qui gion anglais, né à Buckingham, furent imprimées en 1595 et en vers l'an 1588, prit le degré de 1627. (Echard, script. ordin. docteur en Théologie à Oxford, Praed., t. 2, p. 386.)

eut une prébende à Cantorbéry, RÉ, Radus, île de l'Océan, et le rectorat de l'église de Chatsituée à trois heures de la Ro- tam. Il mourut le 26 octobre chelle, dont elle dépend pour le 1668, et laissa, entre autres ouspirituel et pour le temporel. vrages : manuductio ad civitaEudes, duc d'Aquitaine, y son- tem sanctam; Antidote contre

les anabaptites; tractatus de Saint-Augustin, située dans la mensurd templi; commentar, in ville de Perpignan. Ce n'était quatuor evangelistas; divers ser- dans son origine qu'une cominons , etc. (Anton. Wood, His munauté de chanoines réguliers toria univers. oxoniens., p. 375.) qui vivaient sous un prieur en

RÉAL (M. de), grand-sénéchal 1136. Elle fut érigée ensuite en de Forcalquier, est auteur de la abbaye sur la fin du quatorzièm Science du gouvernement, ou me siècle, et changée enfin en vrage de morale, de droit et de collégiale. La mense abbatiale politique, qui contient les prin- avait

été unie à l'évêché de Percipes du commandement et de

pignan. l'obéissance, où l'on réduit tou RÉAU (la), ou la Réale, tes les matières de gouverne- S. Maria Regalis, abbaye de ment en un corps unique, en l'Ordre de Saint-Augustin et de tier dans chacune de ses parties, la congrégation de France, était et où l'on explique les droits et située dans le Poitou, en la pales devoirs des souverains, ceux roisse de Saint-Martin-l'Ars, au des sujets, ceux de tous les hom- diocèse et à dix lieues de Poimes, en quelque situation qu'ils tiers et à deux de Charroux. se trouvent... Preinière partie REBAIS, Resbacum, abbaye contenant l'introduction: Deum de l'Ordre de Saint-Benoit, était

regem honorificale située dans une petite ville du ( Peir. epist 1, c. 2, v. 177, à même nom, au diocèse et à sept Aix - la-Chapelle. Ce premier lieues de Meaux, près de la petite volume sert d'introduction à un riviere de Rebais, anciennement grand ouvrage, dans lequel on Resbac, entre celles du grand et se propose d'examiner ce que du petit Morin. Elle eut pour c'est que le gouvernement en fondateur, vers l'an 634, saint général, la formation des so Ouen, référendaire du roi Daciétés, les lois qui ont pour ob- gobert, puis archevêque de jet leur conservation; ce queces Rouen; et, deux ans, après saint lois empruntent de la philoso- Aile, moine de Luxeuil, en sut phie; ce que c'est que la justice, établi le premier abbé. Cette la jurisprudence, la politique, abbaye porta d'abord le nom de le droit naturel, le droit public, Jérusalem, qui lui fut donné le droit ecclésiastique, le droit par saint Ouen, mais elle n'est des gens. Toutes ces matières plus connue depuis plusieurs intéressantes sont renfermées siècles que sous le nom du ruisdans sept parties qui formeront seau ou du torrent sur lequel plusieurs volumes. (Journ. des elle fut construite. L'église de Savans, 1761, p. 218.)

Rebais, dédiée sous le nom de REALE (la), ou Notre-Dame Saint-Pierre, ayant été brûlée de la Réale, B. Maria Regalis, par les gens du maréchal de Biancienne abbaye de l'Ordre de ron, en 1590, elle ne fut rebâtic

timele ,

que trente ou quarante ans Bruxelles, in-40. 3. Tractatus après. Les religieux de Saint- de utilitate lecture Theologiceet Maur occupaient cette maison regularibus, ecclesiis metropolidepuis 1661. L'abbé de Rebais tanis, cathedralibus, collegiatis présentait dix cures, et il confé- et regularibus, et de præbende rait de plein droit autant de theologalis primævi fundatione pricurés; il jouissait autrefois et origine, à Douai 1611, in-4°. de la juridiction spirituelle sur 4°. De dignitatibus et officiis les deux paroisses de la ville, et ecclesiasticis, à Douai 1612, sur trois autres situées dans le in-40. (Valère-André, Biblioth. même diocèse; il y faisait ses belg. , édition de 1739, in-40 , visites et tenait ses synodes dans t. 1, p. 918.) l'abbaye où les cinq curés assis REBÉ OU REB, hébr., qui se taient; mais Bossuet ayant atta- baisse , du mot rabats, un des qué ce privilége comme con- princes des Madianites qui futraire à son autorité, le parle- rent tués dans la guerre que ment donna, en 1696, un arrêt Moïse, par l'ordre du Seigneur, par lequel le prélat est maintenu leur fit faire par Phinées, fils du dans le droit d'exercer toute ju- grand-prêtre Eleazar, en puniridiction épiscopale, tant sur tion du crime ou ils avaient enle clergé et le peuple de Rebais, gagé les Israélites, lorsqu'ils enque sur les cinq paroisses de la voyèrent leurs femmes dans le dépendance de l'abbayc. ( Ilis- camp d'Israël pour les inviter toire de l'église de Meaux. Gal. aux fêtes de Phégor. '(Num. . lia christ., t. 8.)

31, 8.) REBAPTISANTS. C'est le nom REBECCA, bebr., grasse, enqu'on a donné aux donatistes graissée, du mot rabac, fille et à tous les autres bérétiques de Bathuel, épouse d'Isaac. qui rebaptisaient ceux qui n'a- Eliezer, intendant de la maison vaient point été baptisés dans d'Abraham, alla la chercher à leur secte. (Voyez ANABAPTISTES, Haran, ville de Mésopotamie, et DonatisTES )

l'amena à Isaac , qui demeuREBRIUS (Nicolas), docteur rait alors à Bersabée dans la en Théologie, prolonotaire du terre de Chanaan. Après vingt saint-siége , et chanoine-théo- ans de stérilité, le Seigneur aclocal de Saint-Pierre à Lille, corda au prières d'Isaac qu'elle naquit à Ath dans le Ilainaut le devint enceinte. Elle enfanta ro d’octobre 1565. On a de lui: ensuite les deux jumeaux dont 19. deux discours latins, l'un il lui avait été révélé que l'aîné sur l'annonciation , l'autre sur serait assujetti au plas jeune, . la conception iminaculée de la Ayant conçu plus d'affection sainte Vierge, imprimés à pour Jacob que pour Esaü son Bruxelles en 1898, in-4°. 2°. De aîné, clle trouva le moyen de homicidio , en deux livres, à lui faire obtenir la bénédiction

d'Isaac à l'exclusion de son frè ou aux rois, ou aux évêques et re. Une famine ayant obligé aux autres collateurs particuIsaac de passer dans les terres liers. La jurisprudence n'était d'Abimelech, roi des Philistins, point uniforme sur ce point. il arriva quelque chose de sem Mais le bon ordre des diocèses blable, au sujet de Rebecca, ,à paraissait demander que, le cas ce qui s'était passé en un autre arrivant de la rébellion de queltemps à l'égard de Sara , épouse ques abbés, on laissât au moins d'Abraliam, que celui-ci avait la pleine disposition descures qui fait passer pour sa seur. La der- dépendaient de leurs abbayes nière occasion où l’Écriture aux évêques des diocèses ou parle de Rebecca , est lorsque, elles étaient situées. La rébeldans la crainte que Jacob n'é- lion d'un évêque faisait vaquer prouvat l'effet de la colère d'E son évêché ipso facto, et celle saü , elle fit consentir Isaac à vacance donnait lieu à la régale, cnvoyer Jacob en Mésopotamie, aussitôt que la rébellion était afin qu'il n'épousât pas, comme notoire, ou du moins déclarée son frère, quelqu'une des filles par un jugement d'un tribunal du pays de Heth. On ne sait pas compétent. (Mém. du Clergé, l'année de sa mort ; mais il est t. 10, p. 1798, 1800; t. il, sûr qu'elle mourut avant Isaac, p. 682, 683, 684 et suiv.) puisqu'il est dit qu'Isaac fut mis REBLA, ou REBLATA, ou dans le tombeau avec Rebecca RIBLATA, hébr., querelle qui sa femme, et que ce tombeau est s'accroît, du mot rab, querelle, le même où Abraham et Sara et du mot liria, croitre, ville étaient déjà enterrés, et où, dans de Syrie, dans le pays d'Emath. la suite, on mit encore Jacob et Saint Jérôme l'a prise pour AnLiah. On peut voir toute cette tioche de Syrie; cependant cela histoire plus au long au livre de souffre beaucoup de difficultés. la Genèse (ch. 244, 1, 2, 3, etc. ( Voyez Dom Calmet, Diction25, 21, 22, etc. 26, 1, 2, 3, etc. naire de la Bible, t. 2,

et num. 27, 1, 2, 3, etc. 28, 1, 2, 3, etc. 34. 11.) 49, 31). (Dom Calmet, Diction. REB-MAG, héb., qui rende la Bible.)

verse ou détruit la multitude, RÉBELLION, révolle d'un du mot mag, dissoudre, et du sujet contre son souverain. Les mot rabab, multitude, un des bénéficiers qui étaient déclarés officiers généraux de l'armée de coupables de rébellion par un Nabuchodonosor , qui assista des juges compétens, étaient avec Nabuzardan à la prise de privés ipso facto de leurs béné- Jérusalem. (Jerem. 39, 3.) fices, et des droits qui en dé REBREVIETTES (Guillaume pendent, tels que ceux de pré- de), sieur de Genly, d'une fasentation, collations, etc. Ces mille noble, originaire de Mons, droits appartenaient pour lors, en llainaut, mourut à Bruxelles

« IndietroContinua »