Immagini della pagina
PDF
ePub

une critique de la vie de saint preunière , Cappadoce seconde , Salve, aussi évêque de la inême Cappadoce troisième , Arménie ville; Liége. François Broncart première, Arménie seconde, (Paris), 1912, in-12. 3o. Remar- Galatie première, Galatie seques critiques sur le livre de conde, Pont - Polémoniaque , M. Lestocq, chanoine et théo- Hélénopont, Paphlagonie, Hologal de l'église d'Amiens , qui 'noriade, Bithynie première , a pour titre :

Justification de la et Bithynie seconde. translation de saint Firmin, à La ville de Césarée, métroReims , 1714, in-12. Dans les pole de la première Cappadoce , trois ouvrages précédens, l'au- l'était de tout le diocèse du Pont teur soutient que les reliques de au milieu du troisième siècle. saint Firmin ont toujours été Son évêque, à cause de la digni. conservées dans l'un des tom- té de son siége, avait la prébeaux trouvés à Saint-Acheul, séance au-dessus de tous les évê. quoique l'église cathédrale pré- ques des autres provinces; mais tende avoir ces reliques. 4o. Pro- il fut soumis ensuite au patriarjet d'un bréviaire, avec des no- che de Constantinople sur la fin tes dans le Journal des Savans, du cinquième siècle. (Voyez année 1698, pag. 488 et sui- CÉSARÉE.) vantes. 5o. L'histoire de l'abbaye Le Pont a été éclairé des lude Saint-Acheul d'Amiens, qui mières de la foi du temps des n'a jamais été imprimée, et que apôtres. Il paraît cependant que l'on conservait dans cette abbaye. la religion n'y fit beaucoup de

PONT, région d'Asie , située progrès qu'au troisième siècle. le long de la côte du Pont- En effet, lorsque saint GrégoiEuxin qui lui a donné son re, surnommé Thaumaturge, noin, ou de la mer Noire , de- y alla, on la connaissait encore puis le Bosphore jusqu'à la Col- assez peu dans le pays, mais elle chide. Le Pont fut érigé en s'y répandit en peu de temps ; diocèse ou exarchat après la de sorte qu'au comunencement nouvelle division de l'empire du quatrième siècle, ce n'était d'Orient, sous Constantin-le- qu'évèchés par toutes les villes Grand et Constance son fils, et du Pont. on lui assigna les provinces sui Les Sarrasins

у

firent de tervantes , savoir : la Galatie , la ribles ravages dans le neuvième Bithynie, la Cappadoce , la pe- et le dixième siècle, et y étatite Arménie , l'Hélénopont, le blirent plusieurs petites princiPont-Polémoniaque et la Pa- pautés qui ruinèrent la religion phlagonie. On partagea dans la dans bien des endroits. Les suite quelques-unes de ces pro- Turcs firent encore pis dans le vinces en deux ou trois; ce qui treizième siècle , et y substituėen augmenta le nombre jusqu'à rent presqne partout le mahotreize qui sont : Cappadoce métisme à l'Évangile. Toutes les

villes célèbres de ces contrées, lots et ventes pour la concession qui ont servi de siége à tant de qu'un particulier ferait du péagrands évêques , qui ont fourni ge à lui accordé par le roi. (Toy. tant de martyrs et de saints, et M. le Bret, liv. 5, décis. 12.) où l'on a tenú tant de conciles, On ne pouvait bâtir un pont sur ne sont plus que des amas de l'écluse d'autrui. Il a été impriruines, et leurs édifices somp- mé à Paris, en 1916, chez Antueux sont changés en de pau- dré Cailleau, un traité des vres maisons. Quant aux digni- ponts, qui est assez curieux, tés ecclésiastiques, tout y est ré- non-seulement pour l'architecduit à quelques métropoles et ture, mais encore pour ce qui archevêchés honoraires, mais regarde la jurisprudence. (M. de sans presque aucun suffragant. Ferrière, Dict. de droit et de

L'adresse de la première épi- pratique, au mot Pont.) tre de saint Pierre donne lieu de Pont (Denis du), avocat à penser qu'il avait prêché dans Blois, où il était né dans le seicette province et les voisines. zième siècle, a fait un excellent Saint Jérôme met Arioth, roi de commentaire sur la coutume de Pont, avec Codorlahomor et ses Blois, dont son fils, Pierre du alliés, qui vinrent faire la guerre Pont, fit imprimer, en 1556, la aux habitans de la Pentapole; première partie. Billaine, limais l'hébreu porte roi d'Ella- braire de Paris, l'a fait réimprisar, et les Septante ont conser mer en 1677, avec la seconde ce terme de l'original. Jona- partie, qui n'est pas de la même than met roi de Thalassar, et force que la première. Charles le syriaque roi de Dalasar. Isaïe, du Moulin parle souvent de cet parlant des enfans d'Eden, qui avocat avec éloge, et l'appelle étaient à Thalassar, insinue

que

advocationis blesensis decus. ce pays était dans celui d'Eden (Denis-Simon, Bibl. hist. des ou aux environs. (Genès. 14, 1. Aut. de droit.) Isaï. 37, 12. Dom Calmet, Dict. PONT (Louis du), jésuite, de la Bibl.)

natif de Valladolid en Espagne, PONT, Lieu près de Saintes. s'est rendu célèbre par son savoir Il y eut un concile en 1294, et sa piété. Il enseigna la philodans lequel on accorda une dé- sophie et la Théologie avec cime à Philippe-le-Bel. (Gall. beaucoup de réputation, et fut christ., tom. 2, pag. 1076. Pon- un excellent maître de la vie spitanum concilium. Angl. 1.) rituelle. Il mourut saintement ,

PONT. Les ponts sont de droit le 27 février 1624, à soixantepublic et royal ; c'est pourquoi dix ans. Ses ouvrages sont , Erles seigneurs particuliers , dont positio moralis et mystica in la seigneurie s'étendait sur les Cantica canticorum ; un Traité rivières et moulins y flottans, ne du sacerdoce et de l'épiscopat ; pouvaient point demander de un Traité de la perfection chré

' tienne; un Directoire spirituel; pendant l'espace d'un an seuledes méditations, etc. La vie du ment, il se démit volontairepère du Pont a été écrite en es ment de cette charge et obtint pagnol par le père Cachupin, jé une bulle du pape , qui le dissuite , et ses cuvres spirituelles pensait de tout office sein blable. ont été traduites de l'espagnol Le chapitre général tenu à Rome, en français par François du Ros- en 1627, l'ayant nommé proset , docteur ès droits et avocat vincial de la province d'Espaau parlement, in-4° et in-8°, à gne, il refusa modestement cet Paris, 1612, 1613, 1614, 1617, emploi. Le pieux roi d'Espagne, 2 volumes, par M. René Gaul- Philippe in, l’lıonora de son estier, avocat général au grand- time, et le confesseur de ce conseil, in-fol., à Paris, 1621, prince l'aima et le considéra tel. et par le père Jean Brignon, jé- lement, qu'il lui communiquait suite, in-40 et in-8°, à Paris, les affaires les plus importantes 1689, 1700, 1703. Il y a un abré- de la monarchie, et qu'il s'en gé latin de ses Méditations : tenait à son avis. Ces distincCompendium meditationum, å tions si piquantes pour le comParis, 1668, in-12.

mun des hommes, loin de llatPONT ( Laurent du), de la ter notre humble religieux, lui Congrégation des Clercs régu- firent prendre la fuite. Il quitta liers Mineurs, naquit à Naples, secrètement la cour pour se rele 26 décembre 1575, d'une fa- tirer dans la nouvelle maison de mille très-noble. Il entra le 7 sa congrégation que Dom Jérôjuin 1592 dans la Congrégation me de la Mirande, chanoine de des Clercs réguliers Mineurs, Tolède, faisait bâtir hors les fondée, en 1558, par Augustin murs de cette ville, sous le nom Adorne, Génois , et par Fran- d'Impériale. Ce fut dans le siçois Caraccioli, et Augustin Ca. lence de ce nouveau sanctuaire raccioli ses parens. Il prononça qu'il se livra tout entier à la ses veux solennels le 4 juillet contemplation des choses célesde l'an 1593, et ne tarda pas tes, à la lecture des Pères et à à illustrer cette congrégation la composition de quelques ounaissante par le brillant éclat vrages consacrés à l'utilité pude sa vie édifiante, de son zèle blique. L'air de Tolède étant et de sa doctrine. Il prêcha contraire à sa santé, il se rendit et enseigna l'Écriture - Sainte à Alcala et il y mourut en odeur avec autant d'applaudissement de sainteté le 26 octobre de l'an que de succès. Il fut aussi supé- 1639, âgé de soixante-quatre rieur de la maison de Sainte ans moins deux mois. Il était si Marie-Majeure de Naples; mais mortifié, qu'il fut pendant huit après avoir gouverné cette mai ans à ne coucher que sur une son, à la satisfaction générale planche couverte d'une espèce de tous ceux qui la composaient, de cilice; pénitence qu'il eût

continuée jusqu'à la fin de sa pieux auteur, religieux de l'Orvie, si sa santé et son applica- dre de Saint-François. ( Croution perpétuelle à l'étude le lui væus, in elencho in sacr. script., eussent permis. Il ne mangeait p. 249.) qu'une seule fois le jour; et sa PONTAC (Arnaud de), savant nourriture n'était que du pain évêque de Bazas, natif de Boret de l'eau toutes les veilles des deaux, d'une famille illustre, se fêtes de la sainte Vierge, à la- trouva à l'assemblée du clergé, quelle il avait une singulière en 1579, et fut choisi

par

celle dévotion. Il prenait souvent de de Melun pour faire au roi Hen. rudes disciplines; et cela au mi- ri mu des remontrances que nous lieu de la nuit, de

peur

d'inter avons dans les Mémoires du rompre ses frères par le bruit clergé. Il composa encore des des coups qu'il se donnait. L'o. commentaires sur le prophète raison faisait ses plus chères dé. Abdias, des notes sur la Chrolices ; et, quand il était obligé nique d'Eusébe , et un ouvrage de parler aux étrangers, il ne de controverse contre du Plessismanquait jamais de mêler à ses Mornay. Il mourut au château discours quelques entretiens de Jouberthes, le 4 février 1605. d'une piété vive et affective, (Possevin , in App. sacr. Samqui, comme autant de traits de marth. Gall. christ.) feu, perçaient et embrasaient PONTANUS (Louis), excelles cours les plus durs et les lent jurisconsulte dans le quinplus glacés. Nous avons de lui: zième siècle, né à Cerreto , 1o. in D. Matthæi evangelium bourg d'Ombrie, fut appelé Rocommentariorum litteralium et main, parce qu'il avait presque moralium, cum moralibus addi- toujours demeuré à Rome , où tionibus , tomi duo, ouvrage pos. il eut une charge de protonothume qui parut pour la pre- taire du saint-siége. Il mourut mière fois à Lyon, chez les hé- à Bâle, pendant le concile, le 9 ritiers de Gabriel Boissat et juillet 1439. Æneas Silvius, qui Laurent Anisson , en 1641, in- fut depuis pape sous le nom de folio. 2o. In sapientiam, tom. 3, Pie 11, et divers autres auteurs cum homiliis, digressionibus parlent de lui comme d'un proscholasticis et paraphrasi; à Pa- dige de mémoire et de science. ris, tom. 1, en 1629, tom. 2 et Il écrivit des commentaires sur 3, en 1640, in-folio, chez Son- le droit, consilia singularia, nius; et les trois ensemble, en et repetitiones. (Æneas Silvius, 1651. 3o. Vita regis Davidis. Hist. concil. Basil. Gui PanciIl a laissé d'autres ouvrages ma- rolle, de clar, interpr. Jur.) nuscrits que l'on conserve dans PONTANUS (Octavius), nale collége d’Alcala. Toppi ( Bi- tif de Cerreto, jurisconsulte et blioth. Neapol., p. 191 ). Crou- théologien, vivait dans le quinvæus s'est trompé en faisant ce zième siècle, sous le pontificat

de Pie 11, qui l'envoya, en 1459, en droit civil à Paris, et y deen qualité de nonce apostoli- vint vicaire de la paroisse de que, pour régler les différends Sainte-Geneviève-des - Ardens. de Ferdinand, roi de Naples, et Il remplit cette place pendant de Pandolfe Malatesta , seigneur vingt-cinq ans, et fut ensuite de Rimini, Peu après, le même sous-pénitencier de Paris, où il pape l'envoya à Bâle, et le nom mourut, le 27 avril 1728, âgé ma au cardinalat; mais il mou- de quatre-vingt-neuf ans et près rut dans ce voyage. Il a écrit un de quatre mois. On a de lui : volume d'épîtres, et un autre

19. un Dictionnaire des cas de de réponses à des consultations conscience, dont la plus ample de droit. (Jacobilli, Bibl. script. édition est en 3 voluines in-fol., Umbr.)

1724, 1726, 1730 et 1738. Cette PONTANUS(Guillaume), jú- dernière édition est de Venise , risconsulte de Pérouse, mort en par les soins du père Concina , 1555, âgé de soixante-dix-sept dominicain , qui y ajouta une ans, a écrit Super 1 et 2 ff. no préface , et un examen critique super 1 et 2 infortiati, etc. (Pan des notes de l'édition latine faite cirolle, lib. de clar. interpr. à Augsbourg, en 1733. 2°. Exjuris.)

hortations aux malades, sur les PONTANUS (Roger ou Rover), attributs de Jésus-Christ dans natif de Bruxelles, et religieux l'Eucharistie, i vol. in-12. 3o. de l'Ordre des Carmes dans le Exhortations sur le baptême, seizième siècle, est auteur d'un les fiançailles, le mariage, et la traité, De rebus mirabilibus, bénédiction du lit nuptial, i vooù il découvre quelques fausse- Jume in-12. 4o. Exhortations sur tés de l'histoire de Sleidan, et les évangiles du dimanche, pour de celles d'autres auteurs héré- la réception du saint viatique, tiques. On a encore de lui : Vé et de l'extrème-onction , 2 vol. ritable histoire de ce qui s'est in-12. 50. Entretiens spirituels passé dans la république chré. pour instruire , exhorter et contienne depuis l'an 1500 jusqu'à soler les malades, etc., 2 vol. l'an 1559, à Cologne, 1559. (Va- in-12. 6o. Sacra Scriptura ubilère-André, Bibl. belg. Dupin, que sibi constans , in-4°, à Paris, Table des Auteurs ecclés. du sei- chez Boudot, 1698. 7o. Examen zième siècle, col. 1161.) des péchés qui se commettent

PONTAS (Jean), célèbre ca en chaque état, vol. in-12 , à suiste, né à Saint-Hilaire-de Paris, chez Vincent, 1728. Harcourt ou Harcouet, au dio PONTAULT, Pons-Altus, abcèse d'Avranches, le dernier dé- baye de l'Ordre de Citeaux, était cembre 1638, acheva ses études située dans la Gascogne , au. à Paris , et reçut tous les ordres diocèse d'Aire, sur le bord de la à Toul, en 1663. Il se fit rece- rivière de Luy, qui sépare le voir docteur en droit canon et

diocèse d'Aire de celui de Les

« IndietroContinua »