Collection des mémoires relatifs à la révolution française ...

Copertina anteriore
Baudouin frères, 1824
 

Cosa dicono le persone - Scrivi una recensione

Nessuna recensione trovata nei soliti posti.

Pagine selezionate

Altre edizioni - Visualizza tutto

Parole e frasi comuni

Brani popolari

Pagina 24 - C'est moi jusqu'à présent qui fais tout pour le bonheur de mes peuples, et il est rare peut-être que l'unique ambition d'un souverain soit d'obtenir de ses sujets qu'ils s'entendent enfin pour accepter ses bienfaits.
Pagina 344 - Je ne connais que trois manières d'exister dans la société : il faut y être mendiant, voleur, ou salarié. Le propriétaire n'est lui-même que le premier des salariés. Ce que nous appelons vulgairement sa propriété n'est autre chose que le prix que lui paye la société pour les distributions qu'il est chargé de faire aux autres individus par ses consommations et ses dépenses : les propriétaires sont les agents, les économes du corps social.
Pagina 360 - Mettre la loi au-dessus de l'homme est un problème en politique, que je compare à celui de la quadrature du cercle en géométrie.
Pagina 360 - Polonois , prenez garde; prenez garde que, pour vouloir trop bien être, vous n'empiriez votre situation. En songeant à ce que vous voulez acquérir, n'oubliez pas ce que vous pouvez perdre. Corrigez , s'il se peut, les abus de votre constitution ; mais ne méprisez pas celle qui vous a faits ce que vous êtes.
Pagina 377 - Je commence par déclarer que je regarde comme souverainement impolitique la dénonciation qui vient d'être provoquée ; cependant, si l'on persiste à la demander, je suis prêt, moi, à fournir tous les détails et à les signer : mais auparavant je demande que cette Assemblée déclare que la personne du roi e-st seule inviolable et que tous les autres individus de l'État, quels qu'ils soient, sont également sujets et responsables devant la loi.
Pagina 155 - Voici donc, messieurs, l'amendement que je vous propose : c'est de borner l'exclusion demandée à M. de Mirabeau, député des communes de la sénéchaussée d'Aix. Je me...
Pagina 102 - ... autre homme, et cent autres découvertes de cette nature, qu'ils se félicitaient d'avoir révélées les premiers au monde; se moquant bien philosophiquement de l'Angleterre, qui n'avait pas su débuter comme eux lorsqu'elle se donna une constitution en 1688. Mais la joie de nos députés fut courte. On se demanda bientôt, en Europe, quelle était donc cette nouvelle méthode de conduire les peuples avec des théories et des abstractions métaphysiques; de compter pour rien la pratique et l'expérience,...
Pagina 196 - N'est-ce pas lorsque le chef du pouvoir exécutif a lui-même donné son consentement à la loi, et que ce consentement est connu de tous les citoyens ? N'es,t-ce pas uniquement alors que l'opinion publique la place irrévocablement au-dessus de lui, et le force, sous peine de devenir un objet d'horreur, à exécuter ce qu'il a promis? car son consentement, en qualité de chef de la puissance exécutive, n'est autre chose que l'engagement solennel de faire exécuter la loi qu'il vient de revêtir...
Pagina 298 - Qu'il n'en sa»> vait rien ; mais qu'il fallait calmer le méconten» tement du peuple en priant le roi d'éloigner » le régiment de Flandre , et de dire quelques » mots en faveur de la cocarde patriotique. » En terminant cet étrange dialogue , le marquis alla rejoindre son armée , la posta sur la place d'armes, à l'entrée des avenues , dans les rues, partout enfin où elle voulut se placer , et monta chez le roi , auquel il dit en entrant : Sire...
Pagina 47 - C'est à quoi se réduit cette prise de la Bastille , tant célébrée par la populace parisienne. Peu de risques , beaucoup d'atrocités de leur part, et une lourde imprévoyance de la part de M. de Launay ; voilà tout : ce ne fut, en un mot , qu'une prise de possession. La populace , ivre d'amour-propre et de rage , porta sur un char de triomphe je ne sais quel déserteur des gardes-françaises , qui s'était jeté le premier sur le pont-levis de la Bastille ; on lui donna une croix de St.

Informazioni bibliografiche