Immagini della pagina
PDF

été faite à Paris au commencement de cette Année. En voici une seconde , St il est bien i souhaiter qu'il s'en fasse de nouvelles .jusqu'à ce que tous les Princes & leurs Ministres ayent lu & médité l'Ouvrage le plus intéressant, peut-être pour le bonheur temporel des Hommes, qui ait jamais paru. Ce n'est pas au reste un simple Extrait du Livre de l'Abbé de St. Pierre. L'Analiste est ici créateur â bien des égards; auífi Mr. de Bastide vouloit-il un titre qui exprimât mieux la part considérable que le Philosophe de Genève a eue á l'Ouvrage; mais Mr. Rousseau n'a pas voulu le permettre; „ A M I'égard du titre, icrit-il à son Ami, je ne „ puis consentir qu'il soit changé contre M un autre qui m'approprieroit davanta„ ge un Projet qui ne m'appartient point. II est vrai que j'ai vu l'objet sous un au„ tre point de vue que l'Abbé de St. Pierre, „ & que j'ai quelquefois donné d'autres rai„ sons que les siennes. Rien n'empêche „ que vous ne puissiez, si vous voulez, en „ dire un mot dans l'Avertissement, pourvu u que le principal honneur demeure toujours u à cet homme respectable ". Mr. de Bastide crut au moins ne devoir pas supprimer les louanges qui étoient dues à Mr. Rousseau; mais celui-ci les trouva trop fortes, &, en les retranchant dans l'épreuve, il écrivit à TEditeur. Mr. de Bastide me donne ici tout „ le mérite de l'ouvrage , & pour surcroît „ celui de l'avoir refusé, cela n'est pas juste. „ Je ne fuis point modeste , & il y a des ,, louanges auxquelles je fuis fort sensible, Q 2 „ au

■>

„ au contraire je suis assez fier pour ne von* ,, loir point d'une gloire usurpée, &c".Nouf avions d'abord dessein de faire l'Anatysc de cet excellent Ouvrage, mais il est fi court qu'il vaut mieux y renvoyer nos Lecteurs,& pour leur inspirer le désir de ('acquérir, il suffira sans doute d'en transcrire ici les premières périodes. „ Comme jamais Projet plus ,, grand, plus beau ni plus utile n'occupa „ l'esprit humain, que celui d'une Paix per„ pétuelle & universelle entre tous les Peu„ pies de l'Europe, jamais Auteur ne méri„ ta mieux l'attention du Public, que celu/ „ quî propose des moyens pour mettre ce „ Projet en exécution. II est même bien dif„ ficite qu'une pareille matière laisse unhonv „ me sensible & vertueux exempt d'un peu „ d'enthousiasme, & je ne sçais íì l'illusion „ d'un cœur véritablement humain , a qai „ son zèle rend tout facile, n'est pas en ce„ la préférable à cette âpre & repoussante „ raison, qui trouve toujours dans son indif„ férence pour le bien public le premier ob„ stade a tout ce qui peut le favoriser. Je ., ne doute pas que beaucoup de Lecteurs ,, ne s'arment d'avance d'incrédulité pourré,, sister au plaisir de la persuasion, & je les „ plains de prendre fi tristement l'entêtemenc ,, pour la sagesse. Mais j'espère que quelque „ ame honnête partagera Pémotion délicieo„ se, avec laquelle je prends la plume fur un „ sujet si intéressant pour l'humanicé. Je vais „ voir du moins en idée les hommes s'unir & ,, s'aimer; je vais penser â une douce êtpaì„ fible Société de frères, vivans dans une , i, concorde éternelle, tous conduits par les

.. mô„ mêmes maximes,tous heureux du bonheur „ commun, & réalisant en moi-même un ta„ bleau fi touchant, l'image d'une félicité qui „ n'est point m'en sera goûter quelques in„ stans une véritable ".

Le même Libraire a mis en vente: Campagnes du Maréchal Duc de Nouilles , Van 1743. Contenant les Lettres de ce Maréchal &f celles de plusieurs outres Officiers Généraux , au Roi £7 à Mr. d'Argenson, Ministre au Département de la Guerre. Recueil très, intéressant, &f d'autant plus digne de l'attention du Public, qu'il a été formé Jur lesQriginaux qui se trouvent au Dépôt de la Guerre de la Cour de France. 1761.1 Vol. in 12. Nous en parlerons le Trimestre prochain.

II a encore fous presse les Campagnes du Maréchal de Coigny.

Haarlem. „ La Société des Sciences tint ft „ le 21 Mai son Assemblée annuelle. Elle y „ a déclaré que , n'étant satisfaite d'aucun des ,, Mémoires qui lui ont été envoyés, fur la recherche des causes physiques, qui font que la mortalité dés bites à corne dure aujourd'hui beaucoup plus long tems qu'autrefois &fc. el„ le ne proposeroit plus ce sujet déjà donné „ deux fois. Mais elle redonne, pour lan. „ née prochaine , un autre sujet qui n'a pas „ été mieux traité, fç. Ce qu'il convient de faire pour augmenter, diminuer ou supprimer le lait des femmes. Quels accidens il occafionne le plus Jouvent, £5* comment on peut les prévenir ou les guérir. La Société pro„ pose en même tems deux nouveaux sujets: „ Le premier est de déterminer la meilleure Q 3

méthode á suivre dans ce qui cmcerne Tba„ billement, la nourriture & les exercices des ,, ensans, depuis leur naissance jusqu'à leur adol'Jcence, pour leur procurer une longue vie ,, fcf aue bonne santé. Le second consiste i „ rechercher les moyens de tirer le meilleur parti des terres de ce Pays, boutes ou baffei selon leur différente nature. Les Mémoires „ fur les deux premiers sujets doivent être re< ,, mis avant le i. Mars 1761. â Mr. C.C.H. van der Aa, Secrétaire de la Société; S; „ ceux fur le troisième, avant le 1. Mari „ 1763. On peut les composer en Hol/an„ dois, en François, ou en Latin; mais ils „ doivent être écrits fort lisiblement ". Nout donnons cet Avertissement tel que nous Pavons trouvé dans les Gazettes.

Le Libraire Bojcb a mis en vente la ie Partie du Tome VI. des Mémoires de cette même Société. 1761. 8. pp. 450.

Hoorn. L'excellent Ouvrage intitulé le Manuel des Dames de Charité, vient d'être très bien tiaduit en Hollandois par Mr. C. PereBoom , Docteur en Médecine. Voici le titre de la Traduction que Tjallingius a imprimée: De Geneestunde gemakkelyk gemaakt, of reeks van Voorfcbristen, van onkoftbaare en gemakkelyk te bereitfene uit en inwendige Genees~ middelen, met Aanmerkingen boe dezelven tt gebruiktn en eene nevensgaande beknopte befcbryving der Ziekten, dienjlig vooy Artzen, Veld- en Zet Cbirurgyns, en voor allen, welken de geneeskunde heoeffenen ivillen; ivaar hy gevoegd is eene Verhandeling over bet Adef Uaísn, en een Vittrekzel van Uitgtzocbte Ge

t+

neesmiddilen uit bet Duitjcbe Dagregister uit bet Frjmjcb vertaald, door Cornélius P E R ESoom, Med. Doct. 1761. grand 8.de 392. pp.

Leyde A. Bonté & Jean le Mair ont imprimé en un Volume in 4. de 706 pp- vingt Sermons de Mr. le Professeur Van Schelle, fur les Chapitres XI & XII. d'Esaïe. De Voortreffelykbeden van Mejsias Koningkryk; afgeleidt uit de verbeven boedanigbeden van den Koning, uit den vrederykeji aert zyner Heerfcbappye, en uit de doarlucbtigste htgevallen, die bet zelve zullen brengen ten top z,yner laetste Heerlykbeit. Voorgesteit in XX Kerbelyke Redenvoeringen. over bet XI. enXH. Hooftstuk van den Profeet Jesaias, door JoanNïs Van Schelle, Dollar en Professor der Heilige Godtgeleertbeit pp Hollandts Hooge Scboie, en Predikant in Cbristus Gemeente te Leiden. IVaar acbter is gevoegt deszelfs vertaalde Àcademiscbe Redenvoering, over den Gelukjlaet der Cbristen Kerke , die voor de laetste Evangely dagen beuuaert is. Deux Dames, un Proposant & quelques autres PoCtes Hollandois, dont on trouve les vers á la tête de ce gros Volume, assurent que ces Sermons font excellens, & donnent a Mr. Van SchelLe des louanges qui n'occupent pas moins de trente pages. L'un d'eux l'appelle le Mécène Des Prophéties, (Meceen der Profeetsyen). Un Auteur doit être fort embarrassé quand il reçoit tant de vers à fa louange. S'il les fait imprimer, fa modestie ne peut qu'en souffrir, & il ne parolt pas bienséant de mettre,i la tête d'un Livre qu'on publie, des Pièces, où l'en cens «st quelquefois

« IndietroContinua »