Immagini della pagina
PDF

prodigué d'uoe manière fastidieuse. D'un ire côté s'il les supprime, il afflige les Poètes , & il faut bien avoir quelque complaisance pour ses Amis. Encore une fois le cas est embarrassant, & nous entrons fort dans ]a peine où Mr. Van Schei.le a du êtte. Tout bien considéré, néanmoins, nous pencherions pour la suppression devant quelque Livre que çe fut, mais surtout devant des {Sermons.

C. de Pecker a mis en vente: L'Utiliti du Sains Froids, fur-tout pour la Hollande. Par G. A.de'core', Docteur en Médecine ìjói. petit 8. de 39 pp. L'Auteur de cette utile Brochure y montre. 1. Que le Bain chaudne convient nullement i la plupart des Maladies de ce Pays. 2. Que nos Maladies en général viepnent d'un relâchement & d'une foipleffe des fibres du Corps. 3. Que pour guérir ce mal & ses suites funettes, le Bain froid l'emporte fur tous les remèdes internes connus; en a lui seul toutes les vertus & taie des cures radicales dans des Maladies rebelles a tous les autres. 4. Que le Bain froid, pris scion l'Art, n'a jamais fait ni pu raire aucun mal à personne, qu'il est plus sûr & plus aisé à prendre qu'aucun de ces remèdes intérieurs qu'on ne prend guère fans nausée & dont on n'est plus le maître tics qu'ils font avaléf. II faut voir dans ('Ouvrage même comment ces quatre Propositions font établies, mais nous devons ajouter que Mr. Décors' s'est assuré,par une multitude d'expériences, des vertus qu'il attribue au Bain froid. II a fait construire aux portes de Leyde un Bain

de 23 pieds de longueur fur 12 de largeur. Jl est à l'usage du Public. On y de set n d au moyen d'une poulie, le malade assis dans un fauteuil; & par un Ondulatoire on peut en agiter l'eau comme celle de la Mer. Le Bain est entre deux pavillons turcs, ayant chactn un escalier ppur y descendre par degré, & les appartemens en lont toujours chauds, on peut, par le moyen d'une machine en repouveller l'eau, la hausser jusqu'à 5 pieds ou rabaisser jusqu'au fond, qui est de planches polies. Plusieurs Personnes iffligées de goutte, de rhumatisme, de dévoiement, de colique de Poitou &c. ont trouvé leur guérison dans ce Bain & l'Auteur en produit des exemples remarquables. II est bien â souhaiter que l'on forme par tout des établissemens aussi utiles à la santé & à la propreté. En atten* dant on peut, depuis Mai jusqu'à Septembre ou O:tobre, venir à Leyde des Villes voisines prendre un Bain le matin, & s'en retourner après en avoir pris un second l'après midi.

On applaudit beaucoup au eboix que Mrs. les Curateurs de cette Académie ont fait de "mt. David Ruhneejíìus, pour succéder à feu Mr. van Oudendorp dans la Chaire d'Elo« quence & d'Histoire.

La Haye. On apprendra fans doute avec plaisir que la Mort d'Abcl, cet excellent Poème qui a fait une fi belle réputation à Mr. Gesner, & qui devroit être traduit dans toutes les Langues, vient de trouver un bon Traducteur Hollandois. C'est le roéme à qui l'on doit la Traduction du Magazin des Âia. jefccntei, que nous annonçâmes, il y a quêtai S - que que teins (2). II n'a pas moins réussi dans

>ce nouveau travail, & l'on doit lui savoirgié de ne présenter à ses Compatriotes que des Ouvrages propres à former l'esprit& le cœur, pendant que tant d'autres Traducteurs ne n'exercent que fur de misérables Romans, méprisés dans les Pays même qui les ont «a naître. La Traduction de la Mort d'Abel paloìt chez H. Backhuyzen fous ce titre: De Dood van Abel voorgeftetd in vyf Gezangtn ioor M. Gbsner. Uit bet Hoogduitscb in bit Franfcb vtrtaald, door P. Huber En nu om 4kizelft voortreffelykbeid na dm laa\sten Druk in bet Nederduitjcb overgebragt, en met fraaye Kopere rlaatjes verçiert, 1761. petit 8. de s 17. pp. lans les Préfaces des Traducteurs François & Hollandois,<qui en ont 28.

Dejcriptton de la Chambre Êf Lit de Parade Jur lequel le Corps de S. A. R, Anne PrinceJJe Hoyale de laGrande Bretagne, PrincesseDounriire d'Orange £f de Nassau, Tutrice de Monseigneur le Stadbouder Héréditaire, Gouvernante des Provinces Unies, &c. &c. (fe. a i!re exposé pendant plusieurs jours en Février S759. Le tout feus la direction de Mr. De LaOs . Lieutenant - Colonel Intendant des Bâtimens de S 4. S Mgr. le Prince Stadbouder ffe, êfc- &c. étalement destinés par Mr. De Swart, ArcbiteSe de la Cour, & gravés en quatre Estampes en cuivre par Mr. S. Fokke.

A ce magnifique Ouvrage, que le Sieur Gosse publia en 1750 & dont les Curieux ont orné leur Bibliothèque, ils peuvent i présent en ajouter un autre dont les dernières

Pian

(i) Bitlitthèque its Sfitneis, Tom. XIV, p, ni. Planches ont paru depuis peu chez le même Libraire: Convoi Funèbre de S. A. R. Anne &c. &c. &c. exécuté le 23. Février 1759. Dejstné exaitcmetit far P. C. La Farguk &p gravé en cuivre par Simon Fokke 1761. Le« XVI. Estampes qui forment ce bel Ouvrage répondent parfaitement à ce qu'on attendoit de l'habilité du Dessinateur & du Graveur, & font accompagnées d'une exacte Description en François & en Hollandois, trò.- bien imprimée fur du papier superbe.

P. S. On nous a envoyé de Tournai un Mémoire très intéressant, que nous réservons pour le Trimestre prochain, parce que la gravure qui doit raccompagner n'a pu âtre achevée à teais.

[graphic][ocr errors]

TABLE

DES

MATIERES

Contenues dans le Quinzième Tome
DE CETTE

BIBLIOTHEQUE-

A.

ABi Abdallah, Auteur d'un Poëme Myf-
tique, voyez Uri. Sa guérison miracu-
leuse, 255.

Adiiftn, son Eloge délicatement tracé, 85.

Agriculture (Société d') établie ,404.

dgueffeau ( Mr. le Chancelier d*) projet d'u-
ne Collection des Oeuvres de cet illustre
Magistrat, 483.

Aiguille aimantée, qu'elles font les causes de
fa Variation, icA

Algarotti (Mr. le Comte ) ses Lettres fur la
Russie annoncées, 473

Allégoriques, Explications Allégoriques de
l'Écriture combien dangereuses 71. Abus
que les libertins en font 77.

Amenopbis, fous son règne Moise retira Is-
raël, d'Egypte 295-

•• Amers-

« IndietroContinua »