Dictionnaire historique et critique de Pierre Bayle: Dictionnaire historique et critique

Copertina anteriore
 

Cosa dicono le persone - Scrivi una recensione

Nessuna recensione trovata nei soliti posti.

Pagine selezionate

Sommario

Altre edizioni - Visualizza tutto

Parole e frasi comuni

Brani popolari

Pagina 513 - ... comme l'arrangement des diverses roues qui composent une horloge ne servirait de rien pour produire les effets de cette machine, si chaque roue, avant que d'être placée d'une certaine façon n'avait actuellement une étendue impénétrable, cause nécessaire de mouvement dès qu'on est poussé avec un certain degré de force, je dis aussi que l'arrangement des organes du corps de l'homme ne servirait de rien pour produire la pensée, si chaque organe avant que d'être mis à sa place, n'avait...
Pagina 473 - ... l'autre en enfer ? Quand un enfant dit qu'il croit en Dieu, ce n'est pas en Dieu qu'il croit, c'est à Pierre ou à Jacques qui lui disent qu'il ya quelque chose qu'on appelle Dieu; et il le croit à la manière d'Euripide : O Jupiter! car de toi rien sinon Je ne connais seulement que le nom...
Pagina 151 - Chez nos dévots aïeux le théâtre abhorré Fut longtemps dans la France un plaisir ignoré. De pèlerins, dit-on, une troupe grossière En public à Paris y monta la première ; Et, sottement zélée en sa simplicité, Joua les saints, la Vierge et Dieu, par piété.
Pagina 293 - Corhinclli faisaitsa cour sans bassesse. On le comparait à ces anciens Romains pleins de droiture et incapables de lâcheté. Il eut beaucoup de part à l'estime du chancelier de l'Hôpital. Il était l'ami et le patron déclaré des gens de lettres , et faisait souvent imprimer leurs écrits à ses dépens, et y joignait des notes, comme il a fait au poëme de l''ra Paolo' dfl liosso , intitulé La I isica , Paris , 1678, in 8», et au Dante Je vutgari elocfuenlia.
Pagina 486 - J'adore en périssant la raison qui t'aigrit; Mais dessus quel endroit tombera ton tonnerre, Qui ne soit tout couvert du sang de Jésus-Christ...
Pagina 181 - Je ne pense pas qu'un païen ait pu rien dire de plus « raisonnable dans son ignorance où il était de la chute du premier « homme, chute que nous n'avons pu savoir que par la révélation, « et qui est la vraie cause de nos misères ; si nous avions plusieurs « semblables extraits des ouvrages de Chrysippe, ou plutôt si nous « avions ses ouvrages, nous aurions une idée plus avantageuse que « nous n'avons de la beauté de son génie.
Pagina 555 - Il n'ya guère d'auteur à qui un tel procédé soit agréable. On le regarde comme un dessein affecté, ou de surpasser le premier tenant, ou de lui ôter la gloire d'être le seul qui rompe une lance. On croit même que celui qui se vient mêler du combat, prétend que la cause a été mal soutenue...
Pagina 392 - Le bel honneur pour vous, en voyant vos ouvrages Occuper le loisir des laquais et des pages, Et souvent, dans un coin renvoyés à l'écart, Servir de second tome aux airs du Savoyard 3!
Pagina 104 - Les libertins savants se soucient peu qu'un théologien avoue que les preuves philosophiques de l'immortalité de l'âme ne sont point fortes. Ils n'ignorent point qu'une telle confession n'avance point leurs affaires, pendant que les preuves tirées de l'Écriture sont aussi démonstratives qu'elles le sont. Ils savent bien que les hypothèses...
Pagina 489 - ... ont parlé de lui comme d'un impie et d'un athée ; mais la vérité est qu'hormis quelques saillies dans la chaleur de la dispute , où il poussait quelquefois son raisonnement trop loin, il n'a jamais fait paraître que ses sentimens allassent à nier l'existence de Dieu. Il y avait quelquefois de l'emportement trop fort dans ses petites chansons de débauche. Voilà ce que portent les mémoires que l'on m'a communiqués. J'ai lu dans la seconde édition du...

Informazioni bibliografiche