Bulletin des sciences naturelles et de géologie, Volumi 3-4

Copertina anteriore
Jean Baptiste Antoine Guillemin, Gabriel Delafosse, Anselme-Gaëtan Desmarest, François-Vincent Raspail, René Primevère Lesson, Samuel Guillaume Luroth
Treuttel et Würtz, 1824
0 Recensioni
Google non verifica le recensioni, ma controlla e rimuove i contenuti falsi quando vengono identificati
 

Cosa dicono le persone - Scrivi una recensione

Nessuna recensione trovata nei soliti posti.

Pagine selezionate

Altre edizioni - Visualizza tutto

Parole e frasi comuni

Brani popolari

Pagina 166 - La cause qui donne aux couches plus profondes une plus haute température est donc une source intérieure de chaleur constante ou variable, placée au-dessous des points du globe où l'on a pu pénétrer. Cette cause élève la température de la surface terrestre au-dessus de la valeur que lui donnerait la seule action du soleil. Mais cet excès de la température de la superficie est devenu presque insensible, et...
Pagina 31 - Le système de roches basaltiques reste éloigné des trachytes et n'appartient qu'à la rive gauche du Cauca. La bouche du volcan de Puracé est une fente perpendiculaire dont l'ouverture visible n'a que six pieds de long et trois de large ; elle est recouverte en forme de voûte par une couche de soufre très pur qui a 18 pouces d'épaisseur. Le bruit qu'on entend près de cette ouverture ne peut être comparé qu'à celui que causeraient plusieurs machines à vapeur réunies au moment où l'on...
Pagina 12 - Je vais , pour faciliter cette comparaison , exposer en peu de mots quelques-uns des principaux termes d'analogie. Je rappellerai d'abord que le sel ammoniac (hydrochlorate d'ammoniaque), dont il se fait une si grande consommation en Europe , est presque toujours un produit de l'art. Une partie vient d'Egypte , où on l'extrait de la suie qui tapisse les huttes en terre des habitans des campagnes ; l'autre est fournie par des ateliers chimiques...
Pagina 13 - On ne peut recueillir ses efflorcscences , ou même constater sa présence, que lorsque les éruptions se font par un beau temps , ou lorsqu'elles ne sont point accompagnées d'averses trop fréquentes. On jugera aisément que les circonstances favorables ne doi-vent pas être très-communes. Cependant Carrera rapporte que la lave vomie en i635, par l'Etna, en a fourni des chargement considérables, dont l'expédition à l'étranger a donné de grand
Pagina 13 - Vésuve qu'à l'Etna , il n'est pas d'éruption cependant où sa presence n'ait été constatée. En revanche , il s'en exhale sans cesse par les nombreux soupiraux de la fameuse solfatare de Pouzzoles. Nous ferons observer qu'il faut que les vapeurs ammoniacales de cette solfatare soient produites en bien grande quantité par le foyer volcanique , pour qu'elles arrivent ainsi jusqu'à la surface ; en effet , elles traversent un sol dont la surface est peu élevée au-dessus du niveau de la mer ,...
Pagina 14 - Tersent un sol dont la surface est peu élevée audessus du niveau de la mer , et dont la masse , ameublie par une décomposition générale , est incessamment abreuvée d'humidité, et pénétrée de sels en déliquescence, au milieu desquels les sulfates prédominent. On sait qu'une des deux grandes fumeroles de la solfatare a été exploitée pendant plusieurs années pour en extraire le sel ammoniac. Le célèbre géologue, M. Breislak , auteur du procédé qu'on suivait, a donné une excellente...
Pagina 366 - Voyage autour du Monde, fait par ordre du Roi, sur les corvettes de SM l'Uranie et la Physicienne, pendant les années 1817-1820.
Pagina 166 - Mais cet excès de la température de la superficie est devenu presque insensible, et nous en sommes assurés, parce qu'il existe un rapport mathématique entre la valeur de l'accroissement par mètre , et la quantité dont la température de la surface excède encore celle qui aurait lieu si la cause intérieure dont il s'agit n'existait pas. C'est pour nous une même chose de mesurer l'accroissement par unité de profondeur, ou de mesurer l'excès Je température de la surface.
Pagina 38 - L'examen des faits lui paraît montrer que l'abaissement de la température à la surface terrestre a refoulé la vie des contrées septentrionales vers le midi, et des hautes sommités vers les plaines , de manière que l'analogie des stations entre les temps anciens et l'époque actuelle s'établit en raison de l'abaissement des latitudes et du décroissement d'élévation au-dessus du sol, ce qui explique l'analogie de l'antique végétation et des races primitives de nos contrées avec celles...

Informazioni bibliografiche