Mémoire en faveur de la liberté des cultes

Copertina anteriore
H. Servier, 1826 - 340 pagine
0 Recensioni
Analyse: L'auteur décrit les fondements de la liberté des cultes et les principes de l'organisation religieuse.
 

Cosa dicono le persone - Scrivi una recensione

Nessuna recensione trovata nei soliti posti.

Altre edizioni - Visualizza tutto

Parole e frasi comuni

Brani popolari

Pagina 276 - J'aime la pauvreté, parce que Jésus-Christ l'a aimée. J'aime les biens, parce qu'ils donnent le 'moyen d'en assister les misérables. Je garde fidélité à tout le monde, je [ne] rends pas le mal à ceux qui m'en font, mais je leur souhaite une condition pareille à la mienne, où l'on ne reçoit pas de mal ni de bien de la part des hommes.
Pagina 276 - Dieu qui doit les juger, et à qui je les ai toutes consacrées. Voilà quels sont mes sentiments; et je bénis tous les jours de ma vie mon Rédempteur qui les a mis en moi, et qui, d'un homme plein de faiblesse, de misère, de concupiscence, d'orgueil et d'ambition...
Pagina 338 - Chacun professe sa religion avec une égale liberté, et obtient pour son culte la même protection.
Pagina 241 - Voici donc le principe fondamental des lois politiques en fait de religion. Quand on est maître de recevoir dans un état une nouvelle religion , ou de ne la pas recevoir , il ne faut pas l'y établir; quand elle y est établie , il faut la tolérer.
Pagina 305 - Augustin, who thus addresses the Donatists: "Quis nostrum, quis vestrum non laudat leges ab Imperatoribus datas adversus sacrificia Paganorum? Et certe longe ibi poera severior constituta est; illius quippe impietatis capitale supplicium est.
Pagina 232 - BAYLE , après avoir insulté toutes les religions, flétrit la religion chrétienne : il ose avancer que de véritables Chrétiens ne formeraient pas un état qui pût subsister. Pourquoi non ? Ce seraient des citoyens infiniment éclairés sur leurs devoirs , et qui auraient un très-grand zèle pour les remplir ; ils sentiraient...
Pagina 319 - Etat , qui ait le droit . sous prétexte de religion, d'envahir les biens d'un autre, ni de le dépouiller de ses avantages temporels. — Que si l'on admet une fois que la religion se doive établir par la force et par les armes, on ouvre la porte au vol, au meurtre et à des animosités éternelles.
Pagina 248 - Mais Dieu a choisi les moins sages selon le monde, pour confondre les sages ; il a choisi les faibles selon le monde , pour confondre les puissants ; 28. il a choisi les plus...
Pagina 232 - ... trèsbien les droits de la défense naturelle ; plus ils croiraient devoir à la religion, plus ils penseraient devoir à la patrie. Les principes du christianisme bien gravés dans le cœur , seroient infiniment plus forts que ce faux honneur des monarchies , ces vertus humaines des républiques , et cette crainte servile des états despotiques.
Pagina 248 - ... qu'une doctrine descendue du ciel trouvât tout l'univers armé contre elle , qu'elle parût sur la terre sans force et sans secours humain , et triomphât cependant de toutes les doctrines humaines, répandues sur la surface de l'univers, pour persuader aux hommes que c'étoit là...

Informazioni bibliografiche