Immagini della pagina
PDF
ePub
[blocks in formation]
[blocks in formation]

Louis-PBiuppe ler — 6 octobre 1775, -roi des Fran

cais 9 août 1830.

AUTRICHE (empire). FERDINAND ler – 1793,

= 2 mars 1835. BAVIÈRE (royaume). Louis ler.., 1786 = 13 octobre 1825.

CONFÉDÉRATION GERMANIQUE (sans y comprendre l'Aulriche, la Prusse et la Bavière).

DANEMARCK ( monarchie). CHRISTIKAN VIII. - 1786, : 1839. ESPAGNE (royaume).

Colonies.
18aBelle II. – 10 octobre 1830,=29 seplembre 1833.

ÉTATS ROMAINS.
GRÉGOIRE XVI. 18 sept. 1765,= 2 février 1831,
GRANDE-BRETAGNE (royaume uni).

en Asie,
Colonies

en Amérique.
en Afrique.
en Océanie.

137,40 de 36,83do

.

[ocr errors]

.

13,00

90,95 819,65 1,930,04

91,00 1,496,00

.

8,33 233,0?

.

[blocks in formation]

VICTOIRE (se, — 24 mai 1819, = 20 juin 1837.
PAYS-BAS (royaume).

Colonies.
FRÁDRaic-GUILLAUME 11. ,=18 novembre 1840.

BELGIQUE (royaume).
L.KOPOLD Jer 16 décembre 1790, = roi des Belges
21 juillet 1831.

PORTUGAL (royaume). .
Dona Maria. - i819, =1826, par l'abdication de
DON P&DRO.

PRUSSE (munarchie).
FBÉDENGGUILLAUME IV.

7 juin 18.10. RUSSIE !empire. Europe, Asie, Amériquel.

Royaume de Pologne.
Nicolas ler. - 2 juillet 1796, = per décembre 1825.

SARDAIGNE (monarchie).
Cuaales-ALBERT. - 2 octobre 1798, = 27 avril 1831.

DEUX-SICILES (monarchie).
FERDINAND I1. -- 1810. = 8 novembre 1830.

SUÈDE et NORWÈGE (royaume uni).
CHARLES-Jean. 1764, = 5 février 1818.

SUISSE (confédéralion, 22 cantons).
TURQUIE (empire). Europe.

Asie et Afrique. ·
ABDUL-MEDJID-Kunx,- 19 avril 1823,=1er juillet 1839.

GRÈCE (royaume'.
Ornon ler,

** juio 1815,= 7 mai 1832. ÉTATS-UNIS 'DE L'AMÉRIQUE DU NORD (republique).... TYLE, = vice-président, 4 avril 1841.

21,00

31,40

223,00

.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[merged small][ocr errors][merged small][merged small]
[blocks in formation]
[merged small][ocr errors]

DISCOURS prononcé par le roi a l'ouver- , De tels travaux honorent la paix,

ture de la session des Chambres . et la rendent stable en même temps que gislatives, le 27 décembre 1841. féconde : j'ai lieu de compter qu'elle ne

sera point troublée. Je reçois de toutes • MESSIEURS LES PAIRS, ET MESSIEURS les puissances les assurances les plus LES DÉPUTÉS,

amicales. Depuis la clôture de votre dernière

» J'ai pris des mesures pour qu'ausession, les questions qui avaient excité

cune complication extérieure ne vint en Orient notre juste sollicitude, ont

altérer la sécurité de nos possessions atteint leur terme. J'ai conclu avec l'em. d'Afrique. Nos braves soldats poursuipereur d'Autriche, la reine de la Gran.

vent, sur cette terre, désormais et pour de-Bretagne, le roi de Prusse, l'empé- bles travaux, auxquels je suis heureux

toujours française , le cours de ces no. reur de Russie et le sullan, upe con-. vention qui consacre la commune in

que mes fils aient eu l'honneur de s'ag. tention des puissances, de maintenir la

socier. Notre persévérance achèvera paix de l'Europe, et de consolider le l'auvre du courage de notre armée, et repos de l'empire ottoman.

la France portera dans l’Algérie sa civi. • De grandes charges avaient été im

lisation à la suite de sa gloire. posées au pays. Elles ont déjà éprouvé

o Les lois de finances et divers projets de fortes réductions. J'aurais vivement

de loi qui ont pour but d'introduire souhaité que l'équilibre pût être immé

dans l'administration publique d'utiles diatement rétabli entre les dépenses et

améliorations, vous seront immédiateles recettes de l'Etat. C'est le résultat ment présentés. que nous devons dès à présent prépa

» Quelles que soient les charges de rer, et que vous voudrez atteindre, sans

notre situation, la France les supporleaffaiblir notre organisation militaire, et

rait sans peine, si les factions ne vesans ajourner les travaux qui doivent

naient sans cesse entraver l'essor de sa accroitre la prospérité nationale.

puissar.le activité. Je ne veux poiót • Un projet de loi vous sera présenté m'arrêter sur leurs menées et leurs at. pour établir les lignes principales d'un tentals; mais n'oublions jamais, mesgrand système de chemins de fer, qui sieurs, que c'est là ce qui empêche notre assure à toutes les parties de notre ter- patrie de jouir complètement de tous ritoire ces communications rapides et

les dons que la Providence lui a dépar. faciles, moyen de force et source de ri- tis, et ce qui retarde le développement chesses.

des bienfaits de cette liberté légale et Je m'applique en même temps, pacifique, que la France a enfin con. par des négociations prudemment sui- quise et dont je mels ma gloire à lui vies, á étendre nos relations commer- assurer la possession. ciales, et à ouvrir aux produits de notre • Nous poursuivrons cette auvre, sol et de nos arts de nouveaux débou. messieurs : mon gouvernement fera chés.

son devoir. Partout et constamment il Ann, hist. pour 1842. App.

1

Siré,

maintiendra l'autorité des lois et les fera Chambre doit pourvoir, il n'en est pas respecter, comme il les respectera lui. de plus digne de son intérêt que l'exémême. Votre loyal concours me viendra cution des différentes voies de commu. en aide. C'est en éclairant le pays avec nication. Les dépenses que ces travaur une sincérité persévérante, sur ses vé. esigent sont des avances qui rentrent ritables intérêts, que, forts de son ap- au trésor par toutes les sources du re. pui et de notre union, nous garderons venu public. Le projet de loi qui nous intact le dépôt sacré de l'ordre et des sera présenté pour établir les lignes libertés publiques, que la Charle nous a principales d'un grand système de checonfié. L'avenir recueillera le fruit de mins de fer, sera l'objet de polre exanos efforts, et la reconnaissance de notre men le plus attentif, patrie en sera la récompense, o

» Pendant que le gouvernement de

Votre Majesté crée à l'intérieur, pour Adresse de la Chambre des Députés, en notre agriculture et notre industrie, des réponse au discours du Trône. moyens d'échange rapides et faciles, il

s'occupe d'étendre nos relations com30 janvier. merciales, et d'ouvrir aux produits de

notre sol et de nos arts de nouveaux

débouchés. La prudence avec laquelle Les événements dont l'Orient a été il doit suivre les négociations entamées le théâtre ont excité notre juste solli- par vos ordres, nous répond que la procitude. Les questions qu'ils ont fait naltre duction nationale conservera la proiec. ont atteint leur terme. Votre Majesté a tion qui lui est due. conclu avec l'empereur d'Autriche, la » Nous avons aussi la confiance qu'en reine de la Grande-Bretagne, le roi accordant son concours à la répression de Prusse , l'empereur de Russie et le d'un trafic criminel, votre gouvernesultan, une convention qui consacre la ment saura préserver de toute atteinte commune intention des puissances de les intérêts de notre commerce et l'in. maintenir la paix de l'Europe et de con- dépendance de notre pavillon. solider le repos de l'empire ottoman. • De tels travaux honorent la paix et

» Des armements de précaution en font sentir le prix. Elle est stable, avaient imposé de grandes charges au parce qu'elle est féconde, et ses bienpays; votre gouvernement a déja opéré fails garantissent sa durée. Vous avez de fortes réductions. Gardienne fidele lieu de compler qu'elle ne sera pas des intérêts des contribuables, la Cham. troublée. C'est avec satisfaction que la bre des députés se félicite de cette pre. Chambre reçoit celle assurance. mière diminution des dépenses publi- » Fidèle aux promesses qu'elle a ques ; toutefois elle regrette d'appren- faites, la Franceréclame avec persévédre que l'équilibre entre les dépenses ranče l'accomplissement des promesses et les recettes n'a pu être immédiate. qu'elle a reçues. La Chambre rappellea ment retabli. Quand son honneur ou l'Europe les droits de la nationalité poson intérêt l'exige, la France ne craint lopaise, si bautement stipulés par les pas d'engager son crédit et de se con- traités. fier à l'avenir; mais cet avenir n'est » La vigilance de votre gouvernement assuré que par les prévoyantes réserves s'applique à préserver de roule complide la paix : l'ordre dans les finances cation extérieure la sécurité de nos posn'importe pas moins à la puissance qu'à sessions d'Afrique. Les veux et la sollici. la richesse de l'Etat. Tous nos efforts tude de la Chambre suivent nos braves seront employés a le rétablir, sans com. soldats dans le cours de ces nobles trapromettre les services publics, sans vaux, dont les Princes, vos fils, aiment à affaiblir la défense du pays, ei nous ne partager les dangers et la gloire. Nous doutons pas que, pour arriver à ce ré- désirons que la persévérance d'une adsultat, il ne suffise pas d'une économie ministration habile et sage, achève ce que intelligenle et de l'accroissement de la le succès de nos armes a commencé, et prospérité nationale, sans qu'il devien- que notre domination sur celle terre, ne nécessaire d'aggraver le poids de désormais el pour toujours française, l'impôt.

accroisse notre puissance , comme elle • Parmi les services auxquels la honore le courage de notre armée.

« IndietroContinua »