Immagini della pagina
PDF
ePub

(6) Ne crains pas la science, &pre sentier de feu,

Route austére, il est vrai, mais des grands

ceurs choisie,
Que la religion et que la poésie
Bordent des deux côtés de leur buisson fleuri.
Quand tu peux en chemin, o bel enfant chéri,
Cueillir l'épine blanche et les clochettes bleues,
Ton petit pas se joue avec les grandes lieues.
Ne crains donc pas l'ennui, ni la fatigue.-

Viens !
Ecoute la nature aux vagues entretiens.
Entends sous chaque objet sourdre la parabole.
Sous l'être universel vois l'eternel symbole;
Et l'homme et le destin, et l'arbre et la forêt;
Le noirs tombeaux, sillons oú germe le regret;
Et, comme à nos douleurs des branches at-

tachées,
Les consolations sur notre front penchées;
Et, pareil à l'esprit du juste radieux,

Le soleil, cette gloire épanouie aux cieux ! (c) En classe, un banc de chêne, usé, lustré, splen

dide,
Une table, un pupitre, un lourd encrier noir,
Une lampe, humble seur de l'étoile du soir,
M'accueillaient gravement et doucement. Mon

maître,
Comme je vous l'ai dit souvent, était un prêtre
A l'accent calme et bon, au regard réchauffant,
Naïf comme un savant, malin comme un enfant,
Qui m'embrassait, disant, car un éloge excite :

-Quoiqu'il n'ait que neuf ans, il explique Tacite. 6. Translate(a) Rodlanz est proz ed Oliviers est sages;

Ambedoi ont merveillos vassalage.
Puis qued il sont as chevals ed as armes,

Ja por morir n'eschiveront bataille.
Bon sont li conte e lor paroles haltes.
Felon paien par grant iror chevalchent.
Dist Oliviers: "Rolanz, vedez en alques!
Vostre olifant soner vos nel deignastes:
Fust i li reis, n'i oüssons domage;
Cil qui la sont n'en deivent aveir blasme.
Guardez a mont ça devers les porz d'Aspre:
Vedeir podez dolente riedreguarde;
Qui ceste fait ja mais n'en ferat altre."
(b) Dessour son piz, entre les dous forceles,
Croisiedes at ses blanches mains, les beles.
Fortment lo plaint a la lei de sa terre:
"E! gentilz om, chevaliers de bon aire,
Ui te comant al glorios celeste.

Ja mais n'iert om plus volentiers lo servet.
Des les apòsteles ne fut mais tel prophete
Por lei tenir e por omes atraire.

Ja la vostre aneme nen ait duel ne sofraite :
De paredis li seit la porte overte!"

7. Translate and explain-arbaleste, arpent, Damnedeu, encui, graisles, pui, la marche, claimet sa colpe.

8. Translate

Au darien il amenerent un vilain a pié qui leur jeta trois fois le feu grejois: l'une des fois recoilli Guillaumes de Bouon le pot de feu grejois a sa rouele; et s'il se fust pris a rien seur lui il eüst esté tous ars. Nous estions tuit couvert de pilès qui eschapoient des sergens. Or avint ainsi que je trouvai un gamboison d'estoupes a un Sarrazin : je tournai le fendu devers moi et fis escu deu gamboison, qui m'eut grant mestier; car je ne fui pas bleciés de leur pilès qu'en cinc lieus et

mes roncins en quinze lieus. Or avint encore ainsi qu'uns miens bourjois de Joinvile m'aporta une baniere de mes armes a un fer de glaive.

ce

9. Translate
(a) Il fault avoir l'ame nette, au moins en

moment auquel nous le prions et deschargee de
passions vicieuses; aultrement nous luy presen-
tons nous mesmes les verges de quoi nous chas-
tier : : au lieu de rabiller nostre faulte, nous la
redoublons, presentants à celuy à qui nous avons
à demander pardon, une affection pleine d'irrever-
ence et de hayne. Voylà pourquoi je ne loue pas
volontiers ceulx que je veois prier Dieu plus
souvent et plus ordinairement, si les actions
voisines de la priere ne me tesmoignent quelque

amendement et reformation.-MONTAIGNE. (6) Toutes choses prenoit en bonne partie, tout

acte interpretoit à bien. Jamais ne se tourmentoit, jamais ne se scandalizoit. Aussi eust il esté bien forissu du Deïficque manoir de raison, si aultrement se feust contristé ou alteré. Car tous les biens que le Ciel couvre et que la Terre contient en toutes ses dimensions, haulteur, profondité, longitude et latitude, ne sont dignes d'esmouvoir nos affections et troubler nos sens et

espritz.-RABELAIS. (c) "Somme, en ce Monde desrayé, rien ne debvant,

rien ne prestant, rien ne empruntant, vous voirez une conspiration plus pernicieuse que n'a figuré Æsope en son apologue, et perira sans doubte; non perira seullement, mais bien tost perira, feust-ce Æsculapius mesmes, et ira soubdain le corps en putrefaction; l'ame toute indignée prendra course à tous les diables apres mon argent.”

." - RABELAIS.

10. Translate, with short notes:

(a) Ainsi s'en va chatouilleux de la gorge
Ledit Valet, monté comme un sainct George:
Et vous laissa Monsieur dormir son saoul,
Qui au resveil n'eust sceu finer d'un soul.
Ce Monsieur là (Syre) c'estoit moy mesme:
Qui sans mentir fuz au matin bien blesme,
Quand je me vey sans honneste vesture,
Et fort fasché de perdre ma monture:
Mais de l'argent que vous m'aviez donné,
Je ne fuz point de le perdre estonné:
Car vostre argent (tresdebonnaire Prince)
Sans point de faulte est subject à la pince.

-MAROT.

(b) Mieux vault que les siens on precede,
Le nom d'Achille poursuyvant,
Que d'estre ailleurs un Diomede,
Voire un Thersite bien souvent.

-DU BELLAY.

(c) Je n'aime point ces vers qui rampent sur la terre, Ny ces vers ampoullez, dont le rude tonnerre S'envole outre les airs; les uns font mal au cœur Des liseurs degoustez, les autres leur font peur: Ny trop haut, ny trop bas, c'est le souverain style; Tel fut celuy d'Homere et celuy de Virgile. -RONSARD.

11. Translate into French

Read, among other things, the first stories of the first crusade. Godfrey of Bouillon cleaves a Saracen to the middle. In Palestine, a widow who was not sixty years old, was obliged to marry, because no fief could remain without a defender. A Spanish chief said to his followers, who were very tired after a battle, "You are too tired and

too much covered with wounds; but come and fight with me against this other troop; the fresh wounds we shall receive will make us forget those we have received.” At that time, says the General Chronicle of Spain, the kings, the counts, the nobles, and all the knights, in order to be ready at all hours, kept their horses in the room where they slept with their wives.

12. Write in French an essay on Molière.

GERMAN LANGUAGE AND LITERATURE.

The Board of Examiners.

FOR HONOUR CANDIDATES ONLY.

on

1. Write a short essay in German “ United

Germany." 2. Translate into German

Truth is superior to fiction: we feel at home among these brave, good people; their fortune interests us more than that of all the brawling, vapid, sentimental heroes in creation. Yet to make them interest us was the very highest problem of art; it was to copy lowly Nature, to give us a copy of it embellished and refined by the agency of genius, yet preserving the likeness in every lineament. The highest quality of art is to conceal itself. These peasants of Schiller's are what every one imagines he could imitate

« IndietroContinua »