Immagini della pagina
PDF
ePub

Ta gloire est dégagée, et ton devoir est quitte;
Ton père est satisfait, et c'étoit le venger
Que mettre tant de fois ton Rodrigue en danger.

7. Translate the following passage from Andro

maque: (a) Je fais ce que tu veux: je consens qu'il me

voie ;
Je lui veux bien encore accorder cette joie.
Pylade va bientôt conduire ici ses pas;
Mais, si je m'en croyois, je ne le verrois pas.

CLÉONE.
Et qu'est-ce que sa vue a pour vous de funeste?
Madame, n'est-ce pas toujours le même Oreste
Dont vous avez cent fois souhaité le retour,
Et dont vous regrettiez la constance et l'amour?

HERMIONE.

C'est cet amour payé de trop d'ingratitude
Qui me rend en ces lieux sa présence si rude.

ORESTE.

(6)

Il expire; et nos Grecs irrités
Ont lavé dans son sang ses infidélités.
Je vous l'avois promis; et, quoique mon

courage
Se fit de ce complot une funeste image,
J'ai couru vers le temple, où nos Grecs dispersés
Se sont jusqu'à l'autel dans la foule glissés.
Pyrrhus m'a reconnu, mais sans changer de

face:
Il sembloit que ma vue excitât son audace;
Que tous les Grecs, bravés en leur ambassadeur,
Dussent de son hymen relever la splendeur.

8. Translate from L'Avare

Monsieur, puisque vous le voulez, je vous dirai franchement qu'on se moque partout de vous, qu'on nous jette de tous côtés cent brocards à votre sujet, et que l'on n'est point plus ravi que de vous tenir au cul et aux chausses, et de faire sans cesse des contes de votre lésine. L'un dit que vous faites imprimer des almanachs particuliers, où vous faites doubler les quatre-temps et les vigiles afin de profiter des jeûnes où vous obligez votre monde; l'autre, que vous avez toujours une querelle toute prête à faire à vos valets dans le temps des étrennes ou de leur sortie d'avec vous, pour vous trouver une raison de ne leur donner rien. Celui-là contre qu'une fois vous fîtes assigner le chat d'un de vos voisins, pour vous avoir mangé un reste d'un gigot de mouton; celui-ci que l'on vous surprit, une nuit, en venant dérober vous-même l'avoine de vos chevaux.

9. Translate and explain

(1) Ne voilà pas de mes mouchards, qui prennent garde à ce qu'on fait ?

(2) Des vilains et des ladres.

(3) Je pourrais bien parler à ta barrette.

(4) tout cousu de pistoles.

(5) au denier douze.

(6) mangeant son blé en herbe.

(7) Voilà bien de quoi.

(8) Il file doux.

(9) Tu as l'audace d'aller sur mes brisées.

10. Translate-
(a) Dans un coin, une table, un fauteuil de velours,
Miraient dans le parquet leurs pieds dorés et

lourds.
Par une porte en vitre, au dehors, l'ail en foule
A percevait au loin des armoires de Boule,
Des vases du Japon, des laques, des émaux,
Et des chandeliers d'or aux immenses rameaux.
Un salon rouge orné de glaces de Venise,
Plein de ces bronzes grecs que l'esprit divinise,
Multipliait sans fin ses lustres de cristal ;
Et, comme une statue à lames de métal,
On voyait, casque au front, luire dans l'encoignure
Un garde argent et bleu d'une fière tournure.

(6) L'homme seul est tombé ! — Fait dans l'auguste

empire
Pour être le meilleur, il en devient le pire.
Lui qui devait fleurir comme l'arbre choisi,
Il n'est plus qu'un tronc vil au branchage noirci,
Que l'âge déracine et que le vice effeuille,
Dont les rameaux n'ont pas de fruit que

Dieu
recueille,
Où jamais sans péril nous ne nous appuyons,
Où la société greffe les passions !
Chute iinmense ! il ignore et nie, ô Providence !
Tandis qu'autour de lui la création pense!
O honte! en proie aux sens dont le joug l'asservit,
L'homme végète auprès de la chose qui vit !

-V. HUGO.

11. From Les Rayons et les Ombres what do you know

about Victor Hugo's life?

12. Translate

) (a) Ni la morale publique ni la science publique

n'ont gagné quelque chose à ces trois siècles de culture. Cette culture française, vainement imitée dans toute l'Europe, n'a fait qu'orner les dehors de l'homme, et le vernis dont elle l'a paré se fane déjà partout ou s'écaille. C'est pis en Angleterre, où il est plus extérieur et plus mal appliqué qu'en France, où des mains étrangères l'ont plaqué, et où il n'a pu recouvrir qu'à demi la croûte saxonne, où cette croûte est demeurée fruste et rude.

(b) L'homme pense naturellement à la vie comme

à un combat, plus souvent encore à la noire mort
qui clôt cette parade meurtrière, et fait descendre
tant de cavalcades empanachées et tumultueuses
dans le silence et l'éternité du cercueil. Tout ce
monde visible est vain; il n'y a de vrai que la
vertu de l'homme, l'énergie courageuse par
laquelle il prend le commandement de lui-même,
et l'énergie généreuse par laquelle il s'emploie au
service d'autrui. C'est sur ce fond

que
les

yeux s'attachent; ils percent la décoration mondaine et négligent la jouissance sensuelle, pour aller

jusque-là. c) Sur toutes ces grandes choses, la vie moderne

s'est nichée comme un champignon sur un chêne mort. Des balustrades de perches à demi dégrossies, comme celles d'une fête de village, entourent la fosse d'où s'élèvent les colonnes déterrées de Jupiter Stator. L'herbe pousse sur les pentes éboulées. Des polissons déguenillés jouent au palet avec des pierres. De vieilles femmes avec des enfants crasseux se chauffent au

(

soleil parmi les ordures. Des moines blancs ou bruns passent, puis des écoliers en chapeau noir

conduits par un ecclésiastique rogue. (d) d'outre-Manche, le dimanche des Rameaux,

savates éculées, un paysan à charrue, bien m'en a pris d'emporter, j'entrevois. — M. TAINE.

GERMAN LANGUAGE AND LITERATURE.

The Board of Examiners.

FOR PASS AND HONOUR CANDIDATES.

1. Translate into German

It was a rainy Sunday in the gloony month of November. I had been detained in the course of a journey by a slight indisposition, from which I was recovering; but I was still feverish, and was obliged to keep within doors all day, in an inn of the small town of Derby. A wet Sunday in a country inn! whoever bas had the luck to experience one can alone judge of my situation. The rain pattered against the casements, the bells tolled for church with a melancholy sound.

I went to the windows in quest of something to amuse the eye, but it seemed as if I had been placed completely out of the reach of all amusement. The windows of my bed-room looked out among tiled roofs and stacks of chimneys, while those of my sitting-room commanded a full view of the stable-yard. I know of nothing more calculated to make a man sick of this world than a stable-yard on a rainy day.

« IndietroContinua »