La Henriade: avec des remarques de Clément, extraites de ses lettres à Voltaire ...

Copertina anteriore
Ponthieu, 1823 - 392 pagine
0 Recensioni
Google non verifica le recensioni, ma controlla e rimuove i contenuti falsi quando vengono identificati
 

Cosa dicono le persone - Scrivi una recensione

Nessuna recensione trovata nei soliti posti.

Pagine selezionate

Parole e frasi comuni

Brani popolari

Pagina 172 - Belle Aréthuse, ainsi ton onde fortunée Roule , au sein furieux d'Amphitrite étonnée , Un cristal toujours pur, et des flots toujours clairs , Que jamais ne corrompt l'amertume des mers.
Pagina 155 - Henri de l'amitié sentit les nobles flammes : Amitié, don du ciel, plaisir des grandes âmes ; Amitié que les rois, ces illustres ingrats, Sont assez malheureux pour ne connaître pas...
Pagina 118 - II la brise, et la mort en sort avec furie. Avec plus d'art encore, et plus de barbarie, Dans des antres profonds on a su renfermer Des foudres souterrains, tout prêts à s'allumer. Sous un...
Pagina 43 - Londres , jadis barbare , est le centre des arts , Le magasin du Monde , et le temple de Mars. Aux murs de Westminster on voit paraître ensemble Trois 'pouvoirs étonnés du nœud qui les rassemble, Les députés du peuple, et les Grands, et le Roi, Divisés d'intérêt , réunis par la loi ; Tous trois membres sacrés de ce corps invincible , Dangereux à lui-même , à ses voisins terrible.
Pagina 53 - II voit briller partout les flambeaux et les armes ; Son palais embrasé, tout un peuple en alarmes ; Ses serviteurs sanglants, dans la flamme étouffés ; Les meurtriers en foule au carnage échauffés, Criant à haute voix : " Qu'on n'épargne personne ; C'est Dieu, c'est Médicis, c'est le roi qui l'ordonne...
Pagina 54 - A cet air vénérable, à cet auguste aspect, Les meurtriers surpris sont saisis de respect ; Une force inconnue a suspendu leur rage. Compagnons, leur dit-il, achevez votre ouvrage, Et de mon sang glacé souillez ces cheveux blancs Que le sort des combats respecta quarante ans ; Frappez, ne craignez rien : Coligny vous pardonne ; Ma vie est peu de chose, et je vous l'abandonne... J'eusse aimé mieux la perdre en combattant pour vous...
Pagina 31 - Descends du haut des cieux, auguste vérité ; Répands sur mes écrits ta force et ta clarté ; Que l'oreille des rois s'accoutume à t'entendre. C'est à toi d'annoncer ce qu'ils doivent apprendre: C'est à toi de montrer, aux yeux des nations, Les coupables effets de leurs divisions.
Pagina 127 - Dans le centre éclatant de ces orbes immenses, Qui n'ont pu nous cacher leur marche et leurs distances, Luit cet astre du jour par Dieu même allumé, Qui tourne autour de soi sur son axe enflammé. De lui partent sans fin des...
Pagina 130 - Henri, se détourne, et soupire. Auprès d'elle est l'Orgueil, qui se plaît et s'admire ; La Faiblesse au teint pâle, aux regards abattus, Tyran qui cède au crime, et détruit les vertus : L'Ambition sanglante, inquiète...
Pagina 92 - Ainsi lorsque les vents , fougueux tyrans des eaux , De la Seine ou du Rhône ont soulevé les flots, Le limon croupissant dans leurs grottes profondes S'élève en bouillonnant sur la face des ondes...

Informazioni bibliografiche