La Minerve française, Volume 6

Copertina anteriore
Bureau de la Minerve Française, 1819
 

Cosa dicono le persone - Scrivi una recensione

Nessuna recensione trovata nei soliti posti.

Pagine selezionate

Altre edizioni - Visualizza tutto

Parole e frasi comuni

Brani popolari

Pagina 372 - Leur liberté individuelle est également garantie, personne ne pouvant être poursuivi ni arrêté que dans les cas prévus par la loi, et dans la forme qu'elle prescrit.
Pagina 3 - SOIS-MOI fidèle, ô pauvre habit que j'aime ! Ensemble nous devenons vieux. Depuis dix ans je te brosse moi-même , Et Socrate n'eût pas fait mieux. Quand le sort à ta mince étoffe Livrerait de nouveaux combats , Imite-moi; résiste en philosophe. Mon vieil ami , ne nous séparons pas.
Pagina 554 - La puissance législative s'exerce collectivement par le roi, la Chambre des Pairs et la Chambre des Députés des départemens.
Pagina 351 - ... et inaccessible. Ceux qui l'ont approchée, la tiennent, au rebours, logée dans une belle plaine fertile et fleurissante, d'où elle voit bien sous soi toutes choses ; mais si...
Pagina 585 - Tout fonctionnaire de l'ordre administratif ou judiciaire, tout officier de justice ou de police, tout commandant ou agent de la force publique, qui, agissant en sa dite qualité, se sera introduit dans le domicile d'un citoyen contre le gré de celui-ci, hors les cas prévus par la loi, et sans les formalités qu'elle a prescrites, sera puni d'un emprisonnement de six jours à un an, et d'une amende de seize francs à cinq cents francs, sans préjudice de l'application du second paragraphe de l'article...
Pagina 4 - M'at-on jamais vu dans une antichambre T'exposer au mépris d'un grand ? Pour des rubans, la France entière Fut en proie à de longs débats; La fleur des champs brille à ta boutonnière : Mon vieil ami, ne nous séparons pas. Ne crains plus tant ces jours de courses vaines Où notre destin fut pareil ; Ces jours mêlés de plaisirs et de peines, Mêlés de pluie et de soleil. Je dois bientôt il me le semble, Mettre pour jamais habit bas. Attends un peu ; nous finirons ensemble : Mon vieil ami,...
Pagina 13 - Dans toutes les affaires, les cours royales, tant qu'elles n'auront pas décidé s'il ya lieu de prononcer la mise en accusation, pourront d'office, soit qu'il y ait ou non une instruction commencée par les premiers juges, ordonner des poursuites, se faire apporter les pièces, informer ou faire informer, et statuer ensuite ce qu'il appartiendra.
Pagina 306 - Nous avons toujours regajdé notre liberté comme un héritage de nos ancêtres, ne fondant pas la réclamation de nos franchises sur des principes abstraits comme les droits de l'homme , mais sur les droits des Anglais.
Pagina 199 - Qu'ils avaient pris les armes pour la défense du roi, que les Blancs retenaient prisonnier à Paris parce qu'il avait voulu affranchir les Noirs, ses fidèles sujets ; « Qu'ils voulaient donc cet affranchissement et le rétablissement de l'ancien régime ; « Moyennant quoi les Blancs auraient la vie sauve et pourraient retourner tranquillement dans leurs foyers, mais qu'ils seraient préalablement désarmés
Pagina 450 - Répandre cet esprit de vertige et d'erreur, De la chute des rois funeste avant-coureur ! La prière de Joad est entendue.

Informazioni bibliografiche