Observations sur la physique, sur l'histoire naturelle et sur les arts, Volume 14

Copertina anteriore
Hôtel de Thou, 1779
 

Cosa dicono le persone - Scrivi una recensione

Nessuna recensione trovata nei soliti posti.

Pagine selezionate

Altre edizioni - Visualizza tutto

Parole e frasi comuni

Brani popolari

Pagina 16 - ... trouvé en lui la tendresse vive et désintéressée ; honoré des regrets d'une nation généreuse, passionnée pour toutes les espèces de gloire , capable d'enthousiasme, parce qu'elle l'est d'héroïsme, et qui n'attend point, pour rendre hommage à ses grands hommes, qu'ils ne puissent plus jouir des honneurs qu'elle leur décerne. Après la mort de M. de Linné, le roi de Suède lui a fait élever un monument à côté de celui que le même prince a consacré à ce Descartes, qui, négligé...
Pagina 6 - ... de Plantes. Dans les efpèces les plus communes , les deux fexes font réunis fur une même fleur à laquelle on a donné le nom de fleur hermaphrodite. Dans d'autres efpèces , ils font réunis fur le même individu, mais fur des fleurs différentes ; tandis que dans quelques-unes , les fleurs mâles & les fleurs femelles font fur des plantes réparées.
Pagina 235 - ... qu'il valoir mieux employer un remède incertain que de ne rien faire , fa demande lui fut accordée. En conféquence , il fe fit d'abord faire un tuyau de cuivre armé d'une embouchure de bois à un bout & rondelet à l'autre. Après avoir placé le malade ( qui depuis cinq jours n'avoit rien pris qu'un peu d'eau ) d'une manière convenable pour faire l'opération , il fit une incifion proportionnée au calibre du tuyau , dans la partie moyenne & interne de la jambe ; & ayant introduit le tuyau...
Pagina 8 - Linné n'avait fait encore qu'une très petite partie du grand ouvrage qu'il méditait: il s'en fallait de beaucoup que toutes les parties des plantes eussent été exactement décrites par les botanistes : il fallait donc faire une étude plus approfondie de toutes les plantes, en examiner toutes les parties, les suivre dans le cours entier de la durée de la plante, observer les diverses formes qu'elles ont dans les différentes espèces, les changements qu'elles éprouvent dans chacune, afin de...
Pagina 7 - Les étamines lui servirent pour former les premières grandes divisions et il tira des pistils les caractères de ses divisions secondaires : pour déterminer ensuite les genres, il employa les autres parties de la fructification, comme le nombre et la forme des semences, la nature des corps destinés à les recevoir et à les protéger, le nombre, l'arrangement des pétales, la forme des fleurs, la structure du calice qui tantôt enveloppe le fruit après la chute des pétales, tantôt tombe avec...
Pagina 14 - ... leur chef et leur maître. Frappé, au mois d'août 1776, d'une apoplexie qui détruisit ses forces, affaiblit sa mémoire , et le conduisit au tombeau, par un dépérissement lent et insensible, ce muséum était encore sa consolation ; chaque jour, la reconnaissance de ses disciples lui présentait de nouvelles merveilles produites par la nature, aux extrémités du globe : on eût cru voir des enfants occupés de consoler les derniers jours d'un père chéri. Devenu enfin incapable d'agir...
Pagina 401 - ... doublés; comme la chambre, d'une lame de plomb : ces coffres communiqueront au moyen de deux portes, d'un côté, avec la chambre de compreffion , de l'autre, avec l'air extérieur ; par ce moyen, l'on pourra former un dépôt, & introduire dans la chambre de compreffion, tout ce que l'on jugera à propos, fans y diminuer l'état de eondenfation néceflaire pour tenir à fec le deffbus de la caiffé.
Pagina 11 - Nomenclateur, & qui font confifter le talent d'un naturalifte , moins dans l'art de bien voir & de bien lier les faits, que dans celui de former des conjectures hardies & de hafarder des vues générales, ne pourront du moins s'empêcher d'eftimer M. de Linné en lifant cette partie de fes ouvrages. La Botanique , quelque immenfe qu'elle foit dans fes détails , ne fuffifoit pas à fon activité; il ofa former le proj et de décrire & de clafler tous les êtres de la nature.
Pagina 4 - Suède, professeur de médecine et de botanique dans l'université d'Upsal, un des huit associés étrangers de l'académie des sciences , de la société royale de médecine de Paris, de la société royale de Londres; des académies de Berlin , de Pétersbourg, de Stockholm...
Pagina 15 - Sciences à des hommes diffipés, avides de plaifir , ennemis du travail, moins jaloux de favoirquede fe faire honneur de ce qu'ils favent, il faut avoir l'art de s'emparer de leur imagination par des peintures féduifantes, de foutenir leur attention par des traits ingénieux ou brillans , de réduire la Science à des réfultats piquans & faciles à faifir. M. de Linné fentit...

Informazioni bibliografiche