Lettres napolitaines

Copertina anteriore
H. Goemaere, 1864 - 257 pagine
 

Cosa dicono le persone - Scrivi una recensione

Nessuna recensione trovata nei soliti posti.

Pagine selezionate

Altre edizioni - Visualizza tutto

Parole e frasi comuni

Brani popolari

Pagina 166 - ... les voluptés, si vous énervez en elle toutes les qualités fortes et courageuses pour la détourner de la pensée, qui vous défendra contre des voisins belliqueux? Si vous échappez à la conquête, tous les vices néanmoins s'introduiront chez vous, parce qu'il n'existera plus parmi les hommes que le seul intérêt du plaisir, et par conséquent de la fortune.
Pagina 6 - Pendant qu'il parlait, tout l'auditoire tondait en larmes, les uns d'admiration pour sa grandeur d'âme, les autres attendris par les vives expressions de son amour pour son fils et pour ses peuples, tous avec un profond regret de perdre un souverain qui avait toujours distingué son pays natal par des marques de bienveillance particulière. Philippe, qui était...
Pagina 228 - Dans la dépêche adressée à cette occasion à tous ses agents diplomatiques, le cabinet anglais établit que, bien qu'aucun gouvernement ne pût être plus disposé à maintenir le droit de tout état d'intervenir, lorsque sa sécurité et ses intérêts essentiels sont menacés, d'une manière sérieuse et immédiate, par les événements intérieurs d'un autre état, il...
Pagina 54 - Le plus horrible forfait est celui, sans doute, qui se commet au nom des pouvoirs auxquels la. société a remis le soin de sa défense...
Pagina 230 - La bataille d'Hastings et les événements qui la suivirent ne placèrent pas seulement un duc de Normandie sur le trône d'Angleterre, mais livrèrent encore toute la population anglaise à la tyrannie de la race normande. La conquête d'une nation par une autre nation a été rarement plus complète, même en Asie. Le pays fut partagé entre les capitaines des envahisseurs. De fortes institutions militaires, étroitement unies à l'établissement de la propriété, donnèrent aux conquérants étrangers...
Pagina 45 - Pie IX a connu ce je ne sais quoi d'achevé; il a connu le malheur, mais il a connu en outre ce qu'il ya de plus poignant, de plus cruel dans le malheur, l'ingratitude.
Pagina 159 - ... sensible. La littérature ne puise ses beautés durables que dans la morale la plus délicate. Les hommes peuvent abandonner leurs actions au vice, mais jamais leur jugement.
Pagina 6 - ... à jamais une vive reconnaissance de leur fidélité et de leur attachement; que ce souvenir le suivrait dans sa retraite comme sa plus douce consolation, et comme la plus flatteuse récompense de tous ses travaux, et que ses derniers vœux ne demanderaient au Tout-Puissant que la prospérité de ses peuples. Ensuite se tournant vers Philippe, qui s'était jeté à genoux et...
Pagina 43 - Toute sa personne annonçait une volonté superbe, qui, tyrannisée par les événements, aspire à prendre sa revanche.
Pagina 225 - En devenant partie intégrante de la monarchie britannique, l'Ecosse conserva toute sa dignité; elle donna un roi à l'Angleterre au lieu d'en recevoir un ; elle conserva sa constitution et ses lois ; ses tribunaux restèrent indépendants, et si l'Ecosse, malgré cela, fut, pendant plus d'un siècle, traitée à peu près comme une province soumise, c'est que c'est le sort des pays annexés à un autre État jouissant de ressources plus grandes que les leurs.

Informazioni bibliografiche